Partagez|

[Londres 1990] A day for my princess || ft. Océane M.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [Londres 1990] A day for my princess || ft. Océane M. Lun 17 Avr - 0:35

Alternative Père/Fille → our happiness × ft. Océane Mancham
Arthur a vécu des choses fâcheuses. Comme des bienheureuses.

Derrière lui, une vie bien remplie. Bien menée, bien... guidée. Tant par lui-même que par ses relations. En même temps, un Sang-pur comme Arthur Kirkland ne pouvait que bien vivre. Par son talent, ses capacités, son argent, aussi... Aah, ça, les Kirkland (et les Benbow) ne souffraient pas de la pauvreté. Pas qu'ils étaient riches et puissants non plus, mais aisés, ça oui. Arthur voulait faire perdurer sa famille et son sang. Ses valeurs et celle sentimentale, qu'il porte dans les yeux. À l'école, il ne songeait pas à avoir d'enfant. Aujourd'hui, cette pensée lui semble complètement absurde. Ce n'était pas tant un désir absolu, mais des enfants, maintenant, il en avait.

Et en cette matinée de septembre 1990, l'année de ses 36 ans, la journée s'annonçait chargée. Était le jour de la première rentrée de sa petite princesse.

Réveillé aux côtés de son époux, Francis Bonnefoy, Arthur se hâta de se préparer plus vite que d'habitude. Non seulement il fallait s'occuper de ça, mais en plus il fallait aussi s'assurer que les deux garçons, Alfred et Matthew, aient tout ce qu'il faut pour leur retour à l'école.

« Pas d'enfant », hein...

Arthur ne pensait pas changer radicalement d'avis après avoir rencontré cette femme... Une belle dame qu'il avait rencontré durant une mission du Ministère aux Seychelles. Elle était moldu, manquant d'être impliquée, mais bien vite sauvée sans même qu'elle ne s'en rende compte. Arthur tomba sous le charme, se permettant de lui envoyer de nombreuses lettres une fois revenu à la maison. Coup de chance, plusieurs mois après leur correspondance, elle venait emménager à Londres pour le travail. Une occasion en or pour eux de se connaître sous d'autres formes, jusqu'à se promettre amour éternel et même mariage de rêve après s'être installés dans le quartier moldu de la capitale anglaise... Si seulement.

La pauvre femme eut un accident. Dans un bus, dont le chauffeur avait perdu le contrôle.

Les moldus étaient si fragiles, comparés aux sorciers. Surtout de Sang-pur. Oh, et puis, après tout... qu'est ce qu'il aurait fait, si le temps leur avait tout permit ? Il aurait vieillit plus longtemps, jusqu'à plus d'un siècle... Elle serait morte de vieillesse autour de 80 ans, alors que lui, à cet âge-là, il aurait toujours eu l'air de n'en faire que 40. Elle les avait quitté trop tôt... Lui et elle.

Avant de partir, elle lui avait laissé le meilleur présent qu'il ait pu conserver de leur histoire.

Océane, ce petit trésor.

Sa fille unique, qui n'avait que quatre ans lorsque sa femme disparut. Pour Arthur, ce n'était pas juste sa fille... c'était son trésor. La prunelle de ses yeux. La chose qu'on ne lui retirera jamais. Elle était tout, pour lui, bien plus importante que sa propre existence. Et si quelque chose devait lui arriver, Arthur s'était juré de faire en sorte qu'elle ne rencontre pas le même destin que sa mère, peu importe le prix. Cependant, la petite était plus forte que cela : elle portait son sang. Le sien à elle aussi, mais surtout celui d'un Sang-pur. Une Sang-mêlée. Son ex-femme avait apprit un peu avant leur mariage le secret de son identité, et ne se formalisait pas d'une enfant qui allait inévitablement être sorcière.

Maintenant, elle n'était plus là pour en apprendre plus sur l'épanouissement de sa fille... Mais Arthur veillait sur elle pour deux. Durant cette période, il retrouva son ex-petit-ami de Poudlard, Francis, avec qui il eut une nouvelle histoire; les deux hommes ayant en commun le même passé. En effet, Francis aussi avait pu goûter les joies d'être père, ainsi que le malheur d'être veuf. Chez lui, grandissaient deux beaux garçons répondant aux noms d'Alfred et Matthew, dont la mère était, comme Francis, une Sang-mêlée. Alors qu'ils se remettaient ensemble des mêmes maux, ils ont très vite renoué comme à l'époque, pensant qu'entre eux, ça ne s'était limité qu'à un très grand amour d'adolescent.

Ainsi, la famille se recomposa : Arthur et Francis, mariés, veillaient sur leurs trois enfants, qui se considéraient plus que jamais comme frères et sœur.

Mais même si Arthur adorait la paire de garçons, il prenait toujours un petit plaisir à chouchouter un chouia davantage sa fille. Elle était de sa chair, de son sang, et sans aucun doute de son intelligence. Oh, oui, sa mère aussi était intelligente. Mais elle, allait évoluer dans le monde de la magie. Dans le fantastique dans lequel Arthur avait grandit. Et qui devait être absolument parfait pour les petits yeux émerveillés d'Océane. Sa petite fille, qu'il gardait précieusement à ses côtés depuis la mort de son ex-femme... Comment pouvait-il lâcher un peu du lest ensuite ? Papa poule comme il est, impossible. Surtout pour aujourd'hui !

Les quatre hommes de la maison réunis autour d'une table pour le petit-déjeuner, Arthur sourit en remarquant la silhouette de la seule fille de la famille pointer le bout de son nez. Avec un air plus que ravi,  il l'accueillit en la gratifiant d'un :

- Bonjour, my sweetpie. As-tu bien dormi?
code by lizzou


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre.
ϟ Parchemins : 980
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Londres 1990] A day for my princess || ft. Océane M. Lun 17 Avr - 19:19

A day for my princess

Océane expira doucement, ses yeux grands ouverts fixant le plafond de sa chambre. Elle entendait en bas des bruits d'ustensiles qui s'entrechoquaient, indiquant clairement qu'elle n'était pas la seule réveillée dans la maisonnée – mais ça, elle le savait depuis un petit moment, bien sûr. La fillette ne savait pas précisément vers quelle heure son sommeil l'avait abandonnée, mais cela faisait en tout cas un petit moment maintenant.

Elle tourna la tête et son regard accrocha les rideaux qui volaient au léger vent que laissait passer la fenêtre entrouverte. Elle avait eut envie d'air frais un peu plus tôt, ce qui expliquait l'ouverture – elle n'avait guère eut l'envie de la refermer dès lors qu'elle avait retrouvé le cocon douillet qu'était son lit. Une voix un peu plus forte se fit soudainement entendre, suivie d'une cavalcade dans les escaliers. Un sourire étira les lèvres de la petite métisse en reconnaissant Alfred, et elle se décida enfin à quitter son lit pour rejoindre sa famille qui prenait le petit-déjeuner.

Bien sûr, Océane savait qu'elle vivait dans ce qu'on appelait une famille recomposée. Cela ne la dérangeait pas outre mesure – elle ne se souvenait pas vraiment de sa mère, à peine un sourire, une sensation de chaleur. Elle ne se souvenait pas plus que l'arrivée de Francis et ses deux enfants dans leurs vies, à elle et son père, l'ait dérangée un jour – au contraire d'ailleurs, elle avait tout de suite adoré l'adulte et s'était mise à suivre comme un petit poussin Alfred et Matthew. Alors qu'ils vivent ensemble, tous les cinq ? Un bonheur pour la petite fille qu'elle était alors ! Et encore un bonheur pour elle, alors qu'elle entrerait bientôt dans l'âge honnis des parents de l'adolescence – alors qu'elle entrait ce jour même à Poudlard.

Son cœur battit un peu plus vite alors que les pensées de la fillette s'égarait vers sa rentrée. Son regard noisette, presque ambré, se posa sur sa valise – faite la veille au soir, vérifiée avant d'aller se coucher, puis une nouvelle fois au réveil, et pas de doute qu'elle y remettrait son nez juste avant de partir. Un petit sac de voyage attendait sagement à côté, ainsi que la cage de son chat qui, pour l'heure, dormait encore sur son lit. Aussitôt, la question qui lui absorbait l'esprit peu de temps avant lui revint – sa Répartition. Irait-elle à Serpentard, comme son daddy ? À Gryffondor, peut-être ? Non, elle n'était sûrement pas assez brave... Inconsciente, oui parfois – en témoignait les bleus qui ornaient encore ses genoux – mais pas brave. Poufsouffle, alors ? Elle était plutôt travailleuse et honnête, cela pourrait correspondre. Ou Serdaigle, aussi. Elle était intelligente, ouverte d'esprit, curieuse.

Océane secoua la tête, cherchant à se retirer ces pensées de son esprit. Ce n'était pas le moment ! Elle s'en préoccuperait plus tard. Pour l'instant, elle devait descendre, rejoindre tout le monde pour manger. Enfilant ses chausson et nouant sa robe de chambre sur sa taille, la petite fille alla jusqu'à sa penderie pour en retirer sa tenue du jour – la jolie robe bleue qu'Arthur lui avait achetée la semaine passée, elle serait parfaite pour marquer l'occasion. Elle la posa sur sa valise, avant de trottiner jusqu'à la porte de sa chambre pour l'ouvrir, descendant aussitôt les escaliers sans penser à la refermer derrière elle.  

Elle adressa un sourire joyeux à sa famille alors qu'elle débarquait enfin dans la cuisine.

« Bonjour, my sweetpie. As-tu bien dormi? »

Océane hocha joyeusement la tête, avant d'aller faire la bise à ses frères puis son père, en finissant comme à l'accoutumée par son daddy.

« Bonjour ! Oui oui, j'ai bien dormis, et vous ? » Alors qu'elle s'installait à table, la petite continua de babiller. « J'ai rêvé que je rencontrais une licorne, cette nuit, et c'était même elle qui m'emmenait à Poudlard. Vous croyez que ce serait possible ? Parce que ce serait vraiment cool quand même, de voyager à dos de licorne. En plus, elle était vraiment belle, elle courrait super-vite et y avait un arc-en-ciel qui se déployait derrière elle. » Elle s'arrêta un instant pour fixer ses parents, les sourcils froncés. « Est-ce que les vraies licornes sont comme ça, daddy ? Parce que ce serait vraiment mais vraiment cool quand même. »

Bavarder, vite, longtemps, c'était une spécialité pour la petite métisse. Bien sûr, ils avaient l'habitude, mais c'était surtout un réflexe qu'elle avait développé lorsque l'impatience ou l'excitation l'envahissait... Tout autant que si c'était tout simplement du stress. Actuellement, c'était juste une impatience dévorante qu'elle ressentait – et ça se lisait dans ses yeux, qui brillaient de cette envie particulière d'enfin commencer à apprendre la magie.

Oui, Océane avait hâte – c'était sa rentrée, elle allait découvrir Poudlard ; et surtout, cela signifiait qu'elle commençait à grandir, doucement, vers l'âge adulte.

ft. Arthur Kirkland


Merci Monsieur Keith ! ♥:
 


Clubs ♥:
 

La petite seychelloise vous parle en #0099ff ♥️
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation: Puisqu'il faut vivre, autant le faire avec le sourire !


ϟ Nation représentée : Seychelles
ϟ Parchemins : 283
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Londres 1990] A day for my princess || ft. Océane M. Sam 26 Aoû - 11:23

Alternative Père/Fille → our happiness × ft. Océane Mancham
- Très bien dormi. Aujourd'hui est un grand jour, après tout.

Et c'est justement parce qu'ils étaient un grand jour qu'Arthur avait, en réalité, mit beaucoup de temps à s'endormir. Même lui, à l'époque de sa première rentrée, était aussi stressé que devait l'être sa fille – car elle l'était, n'est-ce pas... ? Il se sentirait presque stupide s'il était le seul à se faire du soucis dessus. Il lui caressa la tête avec affection – comme il lui fait très souvent, et c'est différent du décoiffage de cheveux qu'il offrait régulièrement aux deux autres enfants, ou bien à Francis pour l'embêter occasionnellement – puis la regarda s'asseoir avec eux. Alors qu'il sirotait sa tasse de thé, il écouta Océane raconter sa rêve, et si ça ne lui permettait pas de renverser sa boisson à côté, sourirait d'amusement tant il est loufoque. Mais il n'eut d'autre choix que de la poser lorsqu'elle lui demanda :

« Est-ce que les vraies licornes sont comme ça, daddy ? Parce que ce serait vraiment mais vraiment cool quand même.  »

Ce à quoi il rit doucement ensuite. Les licornes, pour lui aussi, ce fut – et c'est encore ! - un rêve d'enfance. Lui, il n'avait plus aucune chance d'en croiser, mais elle... Il lui expliqua avec un sourire, et en tartinant son pain de marmite – ce à quoi Alfred et Matthew mimèrent le dégoût en se pinçant le nez, mais Arthur en avait l'habitude.

- Les licornes sont des êtres aussi sacrés que protégés, Océane. Il est très rare d'en voir une, et même, ça n'est possible que sous certaines conditions. Les êtres purs comme toi sont les seuls candidats.

Car, pleine de candeur et si jeune comme elle était, il est évident qu'Océane était toujours... pure. Si bien qu'il préférait rester flou sur la signification du mot – de toutes évidences, sa petite fille adorée était pure de corps et d'esprit, il n'y avait aucun doute là-dessus. Il la regarda avec un certain attendrissement dans les yeux.

- Je n'en ai jamais vu de réelle, mais à toi, je te le souhaite.

Car rien de plus satisfaisant pour un parent que de voir son enfant accomplir un de ses propres rêves d'enfance. C'était certes le sien, mais au moins, il y aurait sentiment d'accomplissement dans la famille. Alfred s'écria que lui aussi, il en verra une. Ce à quoi Arthur répondit, avec une pique gentille que, comme quoi, il devait avant tout s'assurer d'être sage. Francis en rit, préférant rester, pour le moment, spectateur de la scène.

Arthur regarda sa fille manger. Peut-être qu'au final, il était bien le seul à s'en faire. Pas qu'il était inquiet pour la rentrée, mais voir sa progéniture s'en aller toute une année à Poudlard, pour la première fois, ce n'était pas rien. Ça avait le mérite de serrer quelques cœurs d'appréhension, certes de rendre fier, mais de faire ronger les ongles pour les plus anxieux. En voyant l'illumination dans le regard d'Océane, il comprit – et c'était prévisible – qu'elle n'avait qu'une hâte : passer les portes du château. Certes, pas de licornes pour le trajet, mais il savait pertinemment que, comme pratiquement tout les nouveaux élèves, l'école allait l'émerveiller. Même lui, Sang-pur qu'il est, avait été grandement surpris de l'immensité de sa nouvelle maison, des fantômes qui les saluaient à chaque détour de couloir, des cours dont les professeurs avaient des dons secrets, et autres enchantements desquels Arthur n'avait eu vent que par les bouquins et ses précepteurs...

- Le voyage, tu le feras comme tout les élèves avec tes frères, chaque année : en train. Mais ensuite, pour atteindre le château, tu seras en barque avec les premières années.

Et même lui, qui avait une peur absurde de l'eau, avait pu sentir cette frayeur laisser place à la surprise. Alfred rajouta avec excitation que, une fois le trajet en train fini, chaque élève selon son année avait une méthode différente de se rendre au château.

Peu après, la petite famille termina son petit-déjeuner, et même si Arthur fut quelques peu pressé pour s'assurer que tout était prêt, les deux garçons bondirent de leur chaise pour aller se préparer en premier. Arthur fut le seul à s'écrier de « ne pas courir dans la maison », comme si malgré le fait qu'ils le faisaient quasiment toute l'année, il devait être nerveux pour le remarquer. Francis lui assura, après un baiser sur la joue, qu'il s'occupait d'eux, et Arthur en profita donc pour regarder sa petite princesse – toujours – et lui demander avec un sourire tendre :

- Impatiente d'aller au Chemin de Traverse dont tes frères te parlent tout le temps ?
code by lizzou


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre.
ϟ Parchemins : 980
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Londres 1990] A day for my princess || ft. Océane M.

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

[Londres 1990] A day for my princess || ft. Océane M.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 16 DESANM 1990 – 16 DESANM 2009 Desanm se» Londres, nous voilà. [Helinä]» Récupération de la Tour de Londres» Rues de Londres, après le couvre-feu» Londres - Oxford Street
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Section spéciale :: Delirium-
Sauter vers: