Partagez|

[TERMINÉ] [Février 1990] Your eyebrows are like this forest … Scary ! (Ft. Arthur Kirkland)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [TERMINÉ] [Février 1990] Your eyebrows are like this forest … Scary ! (Ft. Arthur Kirkland) Mar 3 Fév - 19:09




Your eyebrows are like this forest ... Scary !

With Arthur Kirkland


La Forêt Interdite, un des lieux les plus emblématique de Poudlard, Lovino aurait préféré continuer de la regarder de loin, se contentant de passer à côté, évitant ainsi de se mettre inutilement en danger face à l'une des créatures qui peuplent cet endroit... Mais dans le cas présent, il n'a guère le choix, il doit se rendre dans cette forêt qu'il le veuille ou non.

Cette aventure dans la Forêt Interdite, il l'a devait à l'un de ses cours. En effet, il avait reçu pour devoir de trouver les ingrédients d'une potion qui permettrait d'obtenir un résultat en particulier. Un devoir simple en apparence si ce n'est qu'il devait être réaliser à deux, chaque élève devait avoir un binôme et celui de Lovino n'est autre que... l'anglais, Arthur Kirkland ! L'élève qui a des sourcils de la taille d'un paillasson ! Un cauchemar pour l'italien qui n'est pas spécialement proche du britannique, ce dernier lui fiche même la trouille ! C'est pourquoi ne voulant pas s'éterniser en sa compagnie, ni même le croiser, Lovino partit se renseigner auprès d'élèves plus âgés pour avoir la recette de la potion, il se renseigna à droite, puis à gauche et finit par trouver un élève, qui en échange de quelques chocogrenouilles, lui fournit la liste des ingrédients nécessaires, précisant au passage à l'italien qu'il veut récupérer sa liste après le prochain cours. Précision que Lovino ne manque pas de critiquer avec une insulte telle que "P'tain, tu me donnes pas d'ordres, abrutit !" et repartir ensuite en grognant vers son prochain cours, l'Histoire de la Magie.

Dès que l'italien franchit la porte, il s'assoit et se mit à recopier les ingrédients nécessaires à la potion tandis que de son côté, le professeur commence à parler, parler et parler encore. Plus, le professeur déblatérait, plus Lovino avait du mal à rester éveiller, il avait presque finit d'écrire sa liste, il ne restait plus qu'un ingrédient à écrire mais... mais... Trop tard, l'aîné des jumeaux Vargas tombe de sommeil et s'endort sur ses feuilles. Il dormit ainsi durant tout le cours, ce n'est que le bruit des autres élèves qui le fit sortir de son sommeil. A moitié endormit, les yeux mi-clos, Lovino écrit le dernier ingrédient de la liste alors que le professeur parle encore, il range ses affaires et sort de la classe. En baillant, l'italien rendit la liste à l'élève qui lui avait prêté, le remerciant à sa façon "Merci sale con !" et repartit de son côté. Arpentant les couloirs, Lovino examine sa liste, il n'avait pas du tout envie de faire équipe avec Arthur, il n'avait aussi pas du tout envie de lui parler. Pourtant, il allait devoir lui parler tôt ou tard, ne serait-ce que pour savoir si de son côté Arthur avait également trouver les ingrédients pour la potion. Quoique, en écoutant les bruits qui courent, Lovino apprit que Arthur passerait plus son temps à éviter Francis et ses avances que le nez dans les bouquins... T'ss.

Peu importe, l'italien finit les différents cours de la journée, fuyant l'anglais dès qu'il s'approchait trop près de lui et se rendit à Pré-Au-Lard à la fin. Là-bas, il arpenta la ville à la recherche des ingrédients de la liste, ces derniers pour la plupart étaient faciles à trouver, à l'exception du dernier : Des poils de Centaure. Oui, oui, pas de licorne, non. Centaure. En voyant ça sur sa liste, Lovino ne peut s'empêcher d'arquer un sourcil et gueulait au milieu du village.

- P'tain et où je suis censé me procurer ça, enfoiré !

Fronçant les sourcils, le Serpentard se remit en route sous le regard confus des sorciers et sorcières présents. Il décida de faire le tour des magasins, peut-être que l'un d'eux a des poils de centaure en stock (ou pas), il commença par se rendre à Gaichiffon, suivit de Plumes Scribenpenne, du Salon de Thé de Madame Pieddodu, Zanko, s'arrête pour faire un crochet au pub "Les Trois Balais" afin de boire un verre et finit au magasin Derviche et Bang. Malheureusement, aucun d'eux n'avait ce qu'il cherche. Bredouille, il rebrousse chemin et rentre à Poudlard, envoyant des messages à Arthur avec l'aide de sa chouette, Mila. Des messages du style : "P'tain tes sourcils, ducon !", "En Divination, on doit interpréter les rêves... J’interprète comment sa sale p'tain de veste, damn it !?", "J'ai la formule pour l'enfoiré de devoir.", "Chigi !, etc.

Arrivé à Poudlard, il se rend à l'entrée de la Forêt Interdite, il regarde cette dernière et gonfle les joues, marmonnant "Tu me fais pas peur, p'tain !" alors que ses jambes tremblent. Cela fait, il fait signe à sa chouette qu'il a un autre message pour Arthur, le message suivant : "Je suis allé à Pré-au-lard, j'ai pas trouvé ces saletés de p'tain de poils, merde ! Faut qu'on aille dans la forêt interdite, ducon ! PS: Enfoiré, je t'attends à l'entrée !". Il donne le message à sa chouette qui part le transmettre, en voyant son bel oiseau au pelage blanc s'envolait, Lovino espère que l'anglais va vite ramener sa fraise. Ce qui risque fort d'arriver, la chouette ayant un aussi mauvais caractère que son maître, Arthur va se souvenir pendant longtemps de ses messages avec l'italien.


© Joy & Ici


Dernière édition par Lovino Vargas le Dim 8 Mar - 19:11, édité 3 fois
Serpentard
Serpentard
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Italie du Sud
ϟ Parchemins : 655
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Février 1990] Your eyebrows are like this forest … Scary ! (Ft. Arthur Kirkland) Jeu 26 Fév - 0:53

Travail d'équipe × ft. Lovino Vargas
La vie est injuste, même pour un sorcier. Arthur se plaignait souvent quand les choses ne lui plaisaient pas. Et là en l'occurrence, elles ne lui plaisaient absolument pas. L'envoyer faire des aller-retours autour de Poudlard et à Pré-Au-Lard pour obtenir de quoi faire un devoir, rien de plus normal et basique. Peut-être que les premières fois il avait râlé, mais aujourd'hui, rien de bien méchant. Et les potions, c'est un domaine dans lequel il n'excelle pas, mais il est loin de ne pas savoir en réaliser. De toutes façons, qu'il soit bon ou mauvais, il dira toujours être doué en ci, en ça, si bien qu'il est parfois difficile de démêler le vrai du faux... Quoiqu'en le titillant un peu pour savoir s'il sait y faire ou pas, la supercherie – ou la vérité – est très vite démasquée.

Donc en quoi la vie est-elle injuste, me demanderez-vous ? Eh bien, elle était tout simplement trollesque lorsqu'on lui collait un partenaire pareil pour ce devoir en duo. Et par pareil, on entend Lovino Vargas. Il est l'un des exemples qui prouvent que deux élèves dans une même maison (et même année) ne s'entendent pas forcément. Car oui, le Choixpeau a beau choisir les Serpentard et les classer ainsi selon les mêmes critères, ils ne se sont jamais trouvé terrain d'entente. Et on les avait quand même mit en équipe pour une potion. La bonne blague. Mais Arthur, parce qu'il est Arthur, refuse de protester trop longtemps pour mettre en péril la note finale. Même s'il ne faisait aucun effort de communication, même pour le travail d'équipe – et il fallait dire que le britannique était un solitaire endurci – il ne comptait pas négliger le cours adéquate et les efforts qu'ensemble, ils allaient devoir ménager. La première tâche fut donc celle de récupérer les ingrédients. Et quitte à ne pas trop en faire dés le début, cette partie du devoir s'avéra facile puisqu'ils cherchèrent leur matériel séparément. Et il fallait dire que, sur ce coup-là, c'était plutôt – voire très – facile.

Jusqu'à ce qu'il lise qu'il avait besoin de poils de Centaure.

Il haussa un de ses épais sourcils. « C'est une blague ? » avait-il pensé. Sérieusement, à quoi pensaient ces professeurs ? Juste, ils savaient où ils devaient l'envoyer pour ça ? Non parce que, par expérience, Arthur savait qu'on en trouvait pas facilement – c'était même rare – en magasin. Il n'avait pas besoin de retourner à Pré-Au-Lard pour avoir cette réponse. Et quand bien même il y aurait un vendeur qui en posséderait, il ne comptait pas aller vérifier parce que lui, de toutes façons, il a TOUJOURS raison. Il tilta lorsqu'il se souvint qu'il ne travaillait pas seul ce coup-ci. En fait, il s'en rappela lorsqu'une chouette peu connue de son entourage animalier vint lui apporter de nombreux messages. Même si l'écriture ne lui disait rien, la formulation de ces mots révélait sans problème l'identité de l'expéditeur.

« P'tain tes sourcils, ducon ! », « En Divination, on doit interpréter les rêves... J’interprète comment sa sale p'tain de veste, damn it !? », « J'ai la formule pour l'enfoiré de devoir. », « Chigi ! », etc.



- Le petit morveux...

Sérieusement, le langage de ce latino lui faisait monter la moutarde au nez. Cette insolence, en tant qu'élève, et à son propre préfet en plus ! Insupportable, impossible que ce môme puisse être agréable à qui que ce soit; comme quoi son cercle d'ennemis avec Antonio dans les premiers est naturellement bien foutu. Il avait dû supporté CE genre de messages jusqu'à ce qu'un décisif lui tombe entre les mains. C'est en menaçant la chouette d'un grognement fort agacé qu'il ouvrit rageusement le dernier papier : « Je suis allé à Pré-au-lard, j'ai pas trouvé ces saletés de p'tain de poils, merde ! Faut qu'on aille dans la forêt interdite, ducon ! PS : Enfoiré, je t'attends à l'entrée ! ». Par Merlin, qu'est ce que les gens de sa maison espérait de leur préfet sur cette vermine d'italien ? Au moins, il avait un minimum de jugeote : l'infâme vermisseau pizzaiolo avait compris que le dernier endroit où ils pouvaient trouver l'ingrédient manquant, c'était le pire de tous : la Forêt Interdite. Bien qu'il arrivait des conversations où la fierté de tous se cognait, où Arthur disait qu'il pourrait survivre dans cette forêt, il n'y est pas allé une masse de fois... Et pour cause... ! Demandez aux autres ! Qui aurait envie d'y risquer sa peau à part les imbéciles ? Et des Centaures. Des Centaures par Merlin ! Comment voulez-vous qu'ils réussissent dans les temps une mixture avec un ingrédient aussi... compliqué à trouver ? Quoique, le prendre relève de l'exploit, plutôt. Trouver un Centaure, d'accord. Lui prendre des poils, moyennement d'accord. Après ce serait bien si on pouvait en trouver par terre mais franchement pfff quelle est la probabilité ?

Non vraiment, il allait passé un sale quart d'heure. En compagnie de ce voyou en plus.

Cette fois-ci, Arthur décida de garder la chouette avec lui et de se mettre en route. Il pesta plusieurs fois au bec de l'animal à propos de son propriétaire. Cette fois au moins, quelqu'un était là pour l'écouter se plaindre sans protester. Il aperçu la silhouette de Lovino et inspira avant de soupirer comme s'il exprimait son ennui mortel pour les prochaines années... et le rejoignit à l'entrée du territoire interdit aux élèves. Il tendit un peu le bras pour laisser la chouette retrouver son maître.

- Je serais toi, je décernerais une médaille à cet oiseau pour avoir fait des aller-retours inutiles.

Car franchement, il s'en serait beaucoup passé, des messages. Il leva le nez pour observer la grandeur de la forêt.

- Tu as intérêt à être paré, parce que je te préviens : on ne fait pas demi-tour avant d'avoir trouvé ce que l'on cherche.

Et il savait qu'en l'espace d'un instant, Vargas pouvait se transformer en véritable trouillard.
code by lizzou


Dernière édition par Arthur Kirkland le Jeu 12 Nov - 20:38, édité 3 fois
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre
ϟ Parchemins : 904
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Février 1990] Your eyebrows are like this forest … Scary ! (Ft. Arthur Kirkland) Lun 9 Mar - 0:42




Your eyebrows are like this forest ... Scary !

With Arthur Kirkland


A l'entrée de la Forêt Interdite, Lovino attendit après Arthur, il attendit 5 minutes puis 10, etc. A croire que l'écossais faisait exprès de prendre son temps au plus grand malheur de l'italien... Certes, ces deux là ne sont pas les meilleurs amis du monde mais tout de même, cette collaboration est pour un devoir et plus vite il sera terminer, plus vite les deux Serpentard pourront repartir se détester chacun de leur coté.

Soit, Lovino rejoint ses mains et souffle dedans pour se réchauffer, réfléchissant à comment rendre impossible la vie d'Arthur dans les prochains jours. Celui-ci finit par arriver en compagnie de la chouette de l'italien. En la voyant, l'aîné des frères Vargas arque un sourcil, il espère qu'elle n'a pas souffert en l'accompagnant, c'est vrai quoi, il faut beaucoup de courage pour supporter les Gros Sourcils du préfet des Serpentard d'ailleurs Lovino en faisant des cauchemars lors de ses premières années... Même si de nos jours, ça va mieux. En se dirigeant vers l'entrée de la Forêt Interdite, Arthur tendit le bras pour laisser la chouette, Mila, rejoindre son maître, ce qu'elle fit, venant s'installer sur l'épaule de l'italien.

- Je serais toi, je décernerais une médaille à cet oiseau pour avoir fait des aller-retours inutiles.

- Ta gueule... Si, elle mériterait une médaille ce serait pour être venu te voir plusieurs fois en une journée. Marmonne-t-il.

Il caresse doucement sa chouette quelques instants et bouge ensuite l'épaule pour lui faire comprendre qu'elle peut partir, ce qu'elle fait, adressant un regard à son maître avant de déployer ses ailes et s'envoler. Sur le coup, en regardant sa chouette, Lovino l'envie, l'oiseau est libre de partir alors que lui est obliger de rester avec son préfet pour son devoir... Préfet à qui il n'accorde aucun respect.

- Tu as intérêt à être paré, parce que je te préviens : on ne fait pas demi-tour avant d'avoir trouvé ce que l'on cherche.

- Blablabla ne me dis pas ce que je dois faire, Abrutit ! Je te supporte, c'est déjà bien alors ferme là et prends-en d'la graine, Ducon !

L'italien prit un air narquois en regardant Arthur, il sortit sa baguette et entra dans la Forêt Interdite, il s'avança fièrement dans cette dernière, du moins en apparence parce que intérieurement, il est effrayé, il voudrait rentrer dans son dortoir et aller se cacher sous sa couette. Sauf que dans le cas présent, il ne peut pas, qu'il le veuille ou non, il doit faire ce devoir même si ça implique de faire équipe avec l'écossais et se rendre dans la Forêt Interdite... Ravalant sa salive, il continue d'avancer jusqu'à ce que son chemin croise celui d'une énorme toile d'araignée. Là, il s'arrête net, écarquille les yeux et se met à crier.

- Chigi ! Je veux rentrer, je ne veux pas aller dans cette p'tain de Forêt ! Ou alors si mais tu marches devant moi, comme-ça si on se fait attaquer, je pourrais m'enfuir pendant que tu te fais bouffer !

Il dit cela en sanglotant, se cachant derrière Arthur... Cette collaboration va être dure, très dure. Et ils n'ont fait que quelques mètres seulement. Courage Kirkland, courage !


© Joy & Ici
Serpentard
Serpentard
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Italie du Sud
ϟ Parchemins : 655
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Février 1990] Your eyebrows are like this forest … Scary ! (Ft. Arthur Kirkland) Ven 17 Avr - 18:55

Travail d'équipe × ft. Lovino Vargas
L'aîné Vargas n'était certes pas un compagnon fort agréable ou toujours utile, mais s'il y avait bien une chose qui amusait le britannique, c'était le courage quasi-inexistant dont il faisait - très - souvent preuve. Alors cette petite virée dans la forêt allait être le prétexte parfait pour se venger de cet odieux comportement. Cette idée lui avait éclairé l'esprit juste avant que l'italien ne rétorque :

« Blablabla ne dis pas ce que je dois faire, Abrutit ! Je te supporte, c'est déjà bien alors prends-en d'la graine, Ducon ! »

Il n'en leva que les yeux au ciel qui s'assombrissait, lâchant un profond soupir agacé, se disant que la forêt allait se charger de ce cas pour lui. Il fût étonné de constater que Lovino eu au moins assez de courage pour passer devant. Eh bien, s'il n'a pas peur, tant mieux pour lui et leur devoir ! Oui mais non. Arthur veut faire regretter à l'italien son attitude vis-à-vis de son propre préfet. Au final, le lieu de leur excursion était plutôt bien choisi. En suivant son camarade, Arthur devait reconnaître qu'elle était affreusement lugubre, surtout la nuit tombée. On peut dire qu'il avait bien choisi son moment, Vargas, pour aller cherché ces foutus poils de Centaure. Qu'à cela ne tienne, le noir et les bruits étranges de la nature allaient lui servir dans sa petite farce indirecte. Il souriait intérieurement. Aaah, c'était lui le con ? L'abruti ? Tu ne perds rien pour attendre, pizzaiolo. L'écossais avançait sans crainte, confiant dans sa tâche, suivant le Serpentard. Un peu après, une minute ou deux seulement, Lovino cria et utilisa le préfet comme bouclier.

« Chigi ! Je veux rentrer, je ne veux pas aller dans cette p'tain de forêt ! Ou alors si mais tu marches devant moi, comme ça si on se fait attaquer, je pourrais m'enfuir pendant que tu te fais bouffer ! »

Il ne pensait pas qu'il allait avoir peur à ce point-là dés le début ! Comment a-t-on pu envoyé cette mauviette dans sa maison ? Devait-il rire de la situation ou justement avoir pitié ? Il roula des yeux, profondément dépité, et saisit sans prévenir le bras de son partenaire de devoir, d'abord sans le regarder...

- Tu fais honte aux Serpentard dans cette position, Vargas.

... puis en lui adressant un sourire espiègle.

- Mais nous ne rentrons pas avant d'avoir trouvé ces poils de Centaure, compris ?

Il appuya sur ce dernier mot en serrant un peu le bras d'une forte poigne, puis le tira brusquement pour le placer à côté de lui. Ainsi, aucun des deux n'était devant ou derrière. Il jeta un regard à la grande toile d'araignée qui se dressait devant eux, puis sourit de façon un peu plus effrayante; un peu plus et on pourrait dire qu'Arthur était dans son élément. Il montra ce sourire à Lovino.

- Tu es un vrai trouillard, petite vermine.

Et sur ce, il le lâcha avant de saisir sa baguette et lança quelques étincelles sur la toile, qui se consuma dans un très petit feu en quelques secondes à peine. Effrayées, des dizaines d'araignées grosses comme un pouce se dispersèrent, prenant la fuite en longeant rapidement les arbres ou entre les pieds des deux élèves. Arthur ne cilla pas, pas le moins du monde impressionné par une si grande famille d'arachnides. Le chemin libéré, il s'avança, gardant sa baguette, sans jeter un seul regard à l'italien. Durant leur route, il ignorait toutes les plaintes et autres remarques désagréables qu'il pouvait sortir. C'est pas comme s'il les avait entendu durant les quatre dernières années, non... Et qu'il en avait soit l'habitude, soit la profonde envie de l'abandonner au milieu de la forêt et qu'ainsi, il soit vengé. Mais en tant que préfet responsable, mature et indulgent, il n'allait pas oser. Enfin, il pourrait, mais il ne le fera pas. Sinon ça va lui retomber dessus.

Un peu plus loin, Arthur remarqua que la flore s'était un peu intensifié. Le coin pouvait devenir un peu plus dangereux. Et lorsqu'on sait qu'on est à la recherche de Centaures - enfin de leurs poils - ce n'est pas plus rassurant. Mais même si Arthur devait commencer à avoir légèrement les chocottes, il était hors de question que le latin puisse le voir. Un bruit résonna au loin avant de s'évanouir en s'éloignant.

C'était le bruit d'une course au galop.

L'écossais regarda précipitamment autour de lui, là où une silhouette quelconque pouvait se dessiner dans la nuit. Il leva légèrement le bras qui tenait la baguette pour lui faire signe de se taire. Puis chuchota :

- On dirait... qu'ils viennent de passer.

Et même si Arthur semblait plus ou moins serein, il n'était pas tout à fait rassuré. Devant lui, il les vit. Elles étaient assez difficile à distinguer à cause de l'obscurité, mais suffisamment fraîches pour être visibles malgré cela.

Une série d'empreintes en forme de sabots.
code by lizzou


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵


Dernière édition par Arthur Kirkland le Jeu 12 Nov - 20:40, édité 1 fois
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre
ϟ Parchemins : 904
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Février 1990] Your eyebrows are like this forest … Scary ! (Ft. Arthur Kirkland) Mer 29 Avr - 18:29




Your eyebrows are like this forest ... Scary !

With Arthur Kirkland


Un pari, ouais, ça devait sûrement être ça... Le professeur avait du faire un pari et c'est pourquoi, il a mis Arthur et Lovino en équipe pour ce devoir, il n'y a pas d'autres explications. Franchement, ces deux-là n'ont en commun que leur Maison : Serpentard. Ils l'ont chacun rejoins pour certaines raisons, peut importe que le courage manque à l'italien, ce n'est pas cette qualité que le Choixpeau a retenu lors de sa répartition, désolé Arthur.

Les deux cinquièmes s'avancent dans la Forêt Interdite, ils venaient à peine de commencer à marcher que Lovino se mit à crier en voyant une toile d'araignée, il se cacha derrière son Préfet, en profitant au passage pour lui lancer une pique pendant qu'il se plaint. Cette réaction ne plait pas au britannique qui roula des yeux, comme désespéré par un tel comportement, l'écossais saisit ensuite s'en prévenir le bras de son partenaire, l'obligeant à avancer.

- Tu fais honte aux Serpentard dans cette position, Vargas. Dit-il en lui adressant un sourire espiègle. Mais nous ne rentrons pas avant d'avoir trouvé ces poils de Centaure, compris ?

Fronçant les sourcils, n'appréciant pas d'être tenu par le bras, Lovino retient un insulte et ravale sa salive, ce n'est pas l'envie qui lui en manque de foutre un poing dans le visage de l'écossais mais après cette forte poigne, il est préférable de laisser passé. Puis, il n'a pas trop le choix de toute façon. Quoique ! Côté à côté, il avance ensembles à travers la sombre Forêt, celle-ci devient encore plus terrifiante à chacun de leur pas, les bruits bizarres se multiplient ainsi que l'obscurité, l'italien se met à chouiner, il ne pleure pas encore mais ça ne saurait tarder sans compter que Arthur ne fait rien pour l'aider. Non ce dernier se délecte de la situation, affichant un sourire effrayant en prenant un air supérieur.

- Tu es un vrai trouillard, petite vermine.

- T-Ta gueule, je n'ai pas peur de ce p'tain d'endroit, bastard !

Essayant de retrouver son calme, Lovino gonfle les joues tandis que son partenaire sort sa baguette et brûle la toile d'araignée, en quelques secondes, elle disparaît, suite à ça, des dizaines d'araignées prennent la fuite, elles se dirigent vers les arbres, d'autres passent sous les pieds des deux élèves. En voyant cela, l'italien devient tout pâle, il s'écarte un peu pour laisser les araignées passées, il aurait bien sauter dans les bras d'Arthur mais connaissant le personnage, il a évité.

- CHIGI ! Dégagez, dégagez !

Le cœur qui bat à 100 à l'heure, les yeux écarquillés, l'aîné des frères Vargas n'est pas à son aise, ne traînant pas une seule seconde, il suit le britannique en l'insultant, certain que ce qui vient de se passé était fait exprès. Pour le coup, l'écossais fait preuve d'une grande patience, gardant son flegme envers Lovino alors qu'il pourrait l'abandonner, lui jeter un sort qui le ferait taire et etc. Arthur n'est pas un Préfet pour rien.

En avançant un peu plus loin, on pouvait voir que la nature se faisait plus dense, restant sur leur garde, ils continuent d'avancer. Observant le britannique, l'italien se demande si il n'a pas une hallucination, est-ce que son partenaire commencerait-il, lui aussi, a avoir la frousse ? Non, il doit rêver, l'écossais est dans son élément en ce lieu. Détournant le regard, il entend un bruit au loin.

- What the hell ! Qu'est-ce que c'était, merde !?

La panique reprit le dessus sur Lovino, il serre sa baguette en tournant lentement sur lui-même, pas question de se faire attaquer par une bête sortie de nulle part ! Son regard à droite, son regard à gauche, il ne retrouve son calme que quand son Préfet lève sa propre baguette pour lui demander de se taire, ce que l'italien fait.

- On dirait... qu'ils viennent de passer.

Arquant un sourcil, Lovi suit le regard d'Arthur en direction du sol, sur ce dernier, il y avait des empreintes fraîches en forme de sabots, ils ont trouvés une piste pour les centaures. L'italien pointe sa baguette vers les empreintes.

- Lumos !

Une lumière apparut au bout de sa baguette, il vérifie un peu partout si un centaure n'aurait pas perdu des poils mais rien, ça aurait été trop facile. N'ayant pas d'autres choix, les deux Serpentard suivent la piste des empreintes, s'enfonçant de plus en plus dans la Forêt Interdite. Mais alors qu'ils arrivent au bout de la piste, ce ne sont pas des centaures qu'ils trouvent, loin de là... Devant eux, se dresse un Troll qui s'amuse (façon de parler) avec une araignée de plus d'un mètre ! Lovino manque de s'évanouir en détaillant la scène.


© Joy & Ici
Serpentard
Serpentard
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Italie du Sud
ϟ Parchemins : 655
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Février 1990] Your eyebrows are like this forest … Scary ! (Ft. Arthur Kirkland) Mar 2 Juin - 12:22

Travail d'équipe × ft. Lovino Vargas
Il n'est pas nouveau de dire qu'Arthur adore les créatures magiques. C'est son père, Ewarnn, qui lui a transmis cette passion depuis son plus jeune âge. Toujours le premier à jouer avec leur kelpie ou à s'émerveiller devant l'expérience du paternel... Les années ont passés, et cet hobby aussi, à en savoir plus chaque jour sur ces choses-là, au point de rejoindre l'option adéquate où il retrouve ainsi son père en tant que professeur. Mais on disait juste qu'Arthur aimait les créatures. Alors forcément, il doit s'y connaître. Un bon minimum. Genre, maximum. Bien normal, pour un Kirkland. C'est pas comme s'ils avaient presque tout les animaux du monde sorcier les plus impressionnants chez eux dans leur jardin hein... Nous disions donc : passion = savoir. Le britannique connaît donc un certain rayon sur ces êtres magiques, domestiques ou sauvages. Sauvages comme les Trolls. Ah, les Trolls. Tant qu'il s'agit d'une chose portant le terme de « créature magique », Arthur dira toujours quelque chose comme « ah, quelles drôles de bêtes... ». Même s'il s'agit de la chose à la fois la plus stupide et la plus dangereuse. Arthur n'en a jamais vu en vrai, de loin comme de près. Enfin jusqu'à maintenant.

Il laissait Lovino rouvrir la marche pour le suivre, à la quête de la fin des séries d'empreintes de Centaure qu'ils avaient trouvé. Ils n'étaient même pas allé jusqu'au bout qu'en levant les yeux, ils tombèrent nez à nez avec un Troll des montagnes qui se distrayait avec une espèce... de... d'araignée UN PEU plus grande que la normale ? Manquerait plus que ce soit celle qui a pondu les centaines qu'il a failli brûlé, plus tôt... La découverte fut si bouleversante et soudaine que l'écossais n'eut pas le temps de réagir. Son regard verdoyant focalisé en hauteur, bouché bée, il n'émit aucun son, aucun geste, pas le moindre réflexe. Aucune expression ne voilait son visage non plus, tellement il était surprit. Rien ne semblait pouvoir le tirer de sa torpeur/rêverie/bug Windows 90. Sauf un italien qui manque de défaillir, juste à côté de lui. Lovino bascula légèrement, son épaule touchant celle du blond, réveillant ce dernier. Revenu à la réalité, Arthur réfléchit à toute vitesse : Bordel de merde, UN TROLL ! Vite, que disait son père déjà lors du dernier cours, en cas de rencontre fortuite avec une de ces brutes ?! Par réflexe, peut-être parce qu'il cherchait à le rattraper au cas où ou parce qu'il voulait éviter que son camarade Serpentard ne tombe dans les pommes, il lui saisit le bras pour le faire réagir. Puis lança un regard à l'imposante créature.

- Oh non, putain... souffla-t-il en écossais.

Il serra la prise sur sa baguette, ne sachant s'il devait vraiment tenter de tenir tête à un monstre pareil. Et puis, le pizzaiolo, là, il comptait être utile ou allait-il tout simplement fuir à toutes jambes en espérant retrouver son chemin tout seul dans la panique et la nuit ?! Arthur souhaitait que la Forêt Interdite effraie son camarade afin de lui faire ravaler ses vulgarités, mais il n'en demandait pas tant ! L'écossais ne réagit que lorsque le Troll essaya d'attraper les deux Serpentards, ce à quoi Arthur poussa brusquement le latin sur le côté afin de le faire tomber à sa droite, lui, se laissant s'écraser sur le dos à gauche. Il n'aimait peut-être pas spécialement ce Vargas, mais en tant que préfet, il ne pouvait se permettre de le laisser se blesser. Il devait le ramener sain, sauf et en un seul morceau à Poudlard. Le temps que l'imposante créature ne bouge encore, Arthur, toujours parterre, leva sa baguette et s'écria un peu maladroitement :

- Immobilus !

Et ainsi, il tenta de figer le Troll. Malheureusement, dans la précipitation, et à moitié déconcentré par la panique et la rapidité, le sort ne fonctionna qu'à moitié, engourdissant seulement un bras de la chose. Merde... pensa-t-il. Il jeta un rapide coup d'oeil à Lovino; est ce que ce crétin de camarade allait bien au moins ?
code by lizzou


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵


Dernière édition par Arthur Kirkland le Jeu 12 Nov - 20:41, édité 1 fois
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre
ϟ Parchemins : 904
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Février 1990] Your eyebrows are like this forest … Scary ! (Ft. Arthur Kirkland) Dim 7 Juin - 17:37




Your eyebrows are like this forest ... Scary !

With Arthur Kirkland


Aider d'un peu de lumière, les deux Serpentard se mettent à suivre la piste des traces de sabots, l'italien en tête. Ils étaient loin de se douter ce qui les attendaient à l'arrivée... Et pour cause, les empreintes de sabots les ont amenés tout droit face à un... Troll ! Le genre de créature stupide mais aussi très dangereuse, celui-ci était entrain de combattre (ou jouer ?) avec une araignée de près d'un mètre de haut voire plus ! En voyant la scène, Lovino manqua de s'évanouir, heureusement que Arthur était là pour lui servir d'appui, ce contact entre les deux fit sortir l'écossais de son bug, qui par réflexe après avoir crier, saisit le bras de Lovi et lance un regard au Troll.

- Oh non, putain... Exprima Arthur en écossais.

Arthur serra sa baguette, il n'était pas très confiant face à la créature, en fait, si il pouvait partir, il le ferait mais en tant que préfet, il fait face, tentant de protéger l'italien même si il sait d'avance que ce dernier continuera de l'insulter malgré son geste. En parlant de Lovino, il regarde également le Troll en tremblant, serrant sa baguette, il voulait fuir et laisser seul l'écossais sauf que Arthur le tient par le bras, l'empêchant de partir, Vargas ravala sa salive, il annule le sort "Lumos" avec la formule "Nox" et recule pour se cacher du Troll derrière son camarade. En vain, le Troll a remarqué leur présence, il s'avance vers les deux Serpentard en grognant, tentant de les attraper.

- Chigi !

Face au Troll, Arthur lâcha Lovino et le poussa brusquement pour le faire tomber à sa droite, Vargas s'écrasa donc royalement sur le sol, où il retomba sur son fessier. Grimaçant, il reprend une expression terrifié en voyant le "combat" de son préfet face au colosse. L'écossais était au sol, couché sur le dos avec comme seule défense sa baguette. La situation était critique, l'italien chercha du regard après quelque chose qu'il pourrait lancé sur le Troll afin de le distraire et permettre ainsi à Arthur de se relever mais mis-à-part des feuilles et quelques cailloux, il n'y avait rien. Des larmes coulèrent sur les joues de Lovino, comme toujours à chaque fois qu'il panique mais par miracle, son camarade réussit à lancer un sort à la créature.

- Immobilus ! Cria Arthur maladroitement, toujours sur le sol, sa baguette pointait en direction du colosse.

Le colosse en question se figea un moment, se demandant ce qui se passe. A cet instant, le Troll avait vraiment un air stupide sur le visage... Un air qui ne dura pas longtemps, le Troll se remit à grogner férocement, lâchant l'araignée géante dans la foulée. Cette araignée prit la fuite, elle ne fit même pas attention aux deux Serpentard, se contentant de passé entre les deux à toutes vitesses pour quitter cet endroit au plus vite. Son passage express à côté de Lovino, fit sursauter ce dernier qui d'un bond, se releva pour se remettre debout. L'italien posa son regard sur Arthur et comme pour lui rendre l'ascenseur, il l'aida à se relever pour s'éloigner du Troll.

- On y va, Ducon ! On n'y va !

Ils se mettent à courir à travers la Forêt Interdite, poursuivis par la Troll. Bon sang ! Pourquoi des poils de centaure ? Pourquoi pas des poils de licornes, ça aurait été beaucoup plus simple ! Et surtout, ça aurait été moins risquer ! Courant, les deux Serpentard se retrouvent devant un grand arbre, doivent-ils aller à gauche ? A droite ? Ils ne savent pas et le Troll s'approche, il s'approche tellement qu'il finit par rattraper les deux élèves, en face d'eux, il s'apprête à leur donner un coup de massue quand soudain...

- Même pas en rêve ! Lança une voix mystérieuse.

Recroqueviller sur eux-même, Arthur et Lovino relèvent la tête. Quelle ne fut pas leur surprise lorsqu'ils virent que le propriétaire de cette mystérieuse voix n'était autre qu'un Centaure ! La raison de leur aventure dans la Forêt Interdite venait d'apparaître devant eux et franchement, le centaure tombait à pic ! Il avait un pelage brun et de courts cheveux bruns presque noirs. Le Troll qui avait abandonné les deux Serpentard portait à présent son attention sur le centaure, grognant, il se dirige vers lui avec un air mécontent. Ne restant pas sans rien faire, le centaure donna des coups de sabots au Troll pour le faire reculer et pointa son arc vers le haut où il tira une flèche en l'air.

- Bonne nuit. Marmonne-t-il au colosse, quelques secondes avant qu'une énorme branche d'arbre tombe sur sa tête et ne l'assomme. Le Troll est à présent au pays des rêves.

Le centaure vient de sauver la vie des deux Serpentard. Il les regarde et marche vers eux alors qu'ils se redressent et rangent leur baguette respective, reprenant leur calme.

- Mon nom est Firenze, vous avez eu de la chance que je passais par là. Leur explique-t-il, marquant ensuite une pause pour détailler leur uniforme, comprenant qu'il s'agit de deux élèves de Poudlard, plus précisément de la Maison Serpentard. On ne vous a jamais dit que la Forêt Interdite est un endroit dangereux ? Vous ne devez pas vous y aventurez de la sorte, pas tout seuls.

Embarrassés, Arthur et Lovino savent qu'ils sont en tord, qu'ils ne devraient pas être là mais avaient-ils d'autres choix ? Non, la Forêt Interdite était le seul endroit où ils pouvaient espérés trouver des poils de centaure pour leur devoir. Les deux élèves tentent de se justifier auprès de Firenze, lui expliquant qu'ils sont ici à cause d'un devoir mais le centaure ne semble pas convaincu par cette excuse.

- Même pour ça, vous n'auriez pas du venir. Soupira-t-il. Cela dit, malgré une paire de sourcils assez épaisses, vous avez de bonnes têtes tous les deux alors tenez, prenez ceci. En espérant vous aider.

Le centaure donne quelques uns de ses poils à Arthur pour leur devoir. Par la suite, il raccompagne les deux élèves jusqu'à lisière de la Forêt Interdite où à partir de là, il les abandonne pour retourner auprès des siens, retourner avec les autres centaures. Les poils en leur possession, Lovino et Arthur vont pouvoir préparer leur Potion ! Ce qu'ils font quelques temps après, grâce aux poils, leur Potion est un succès et ils obtiennent une excellente note ! Mais malgré cette aventure (secrète) dans la Forêt Interdite et cette excellente note, l'un comme l'autre ne veulent plus travailler ensemble, ça non ! Fin.


© Joy & Ici


Note :
 
Serpentard
Serpentard
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Italie du Sud
ϟ Parchemins : 655
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

[TERMINÉ] [Février 1990] Your eyebrows are like this forest … Scary ! (Ft. Arthur Kirkland)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [TERMINÉ] [Février 1990] Your eyebrows are like this forest … Scary ! (Ft. Arthur Kirkland)» [EVENT] Costume de la St-Valentin (Février 1990)» [Abandonné, sorry :c] [Event: 14 février 1990] Le bal de Saint-Valentin ♥» [TERMINÉ][6 novembre 1990] Pub... and Go! • Feat Arthur Kirkland» 16 DESANM 1990 – 16 DESANM 2009 Desanm se
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Extérieur :: Forêt interdite-
Sauter vers: