Partagez|

[PLOT][28 octobre 1992] Coup d'État

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [PLOT][28 octobre 1992] Coup d'État Dim 29 Oct - 2:33


"La prise du Ministère de la Magie"
La nuit venait de tomber sur Londres. Les rues, quant à elles, continuaient de grouiller de monde : des femmes et des hommes d'affaire, des étudiants sortant de leur dernier cours du soir, de simples Londoniens aussi, profitant de la douce brise et de la pluie inexistante pour sortir dans les pubs ou les clubs qui ne prenaient vie que la nuit. Ces personnes étaient, pour la plupart, moldues et étaient loin de s'imaginer ce qui pouvait bien se passer du côté sorcier de la capitale.

Des ombres noires se déplaçaient à toute vitesse et de toute part dans les différents passages menant jusqu'au Ministère de la Magie. Elles étaient bien plusieurs dizaines à parcourir les rues sorcières telles que le Chemin de Traverse, tout en détruisant ce qui se trouvait sur leur passage.

Dans le Ministère même, les fonctionnaires sorciers étaient encore nombreux au travail, bien que l'heure de fermeture était pour bientôt. Comme d'habitude, ça se bousculait dans les larges couloirs, surtout le hall principal où les différents réseaux de cheminées se rejoignaient. La foule était très cosmopolite et plusieurs cadres de différents départements du ministère se croisaient, souvent des piles de dossier dans les bras ou derrière eux en train de flotter. Des documents officiels pliés en avion en papier volaient au dessus de tout le monde, en faisant des vas et vient dans tous le sens. Une véritable fourmilière.

Au fur et à mesure que le temps s'écoulait, les fonctionnaires et les visiteurs commencèrent à repartir chez eux. Comme à leur habitude, ils empruntaient le réseau de cheminée, un air fatigué au visage.

Vraiment, rien ne laissait présager un changement dans leur train train quotidien. Rien à part l'explosion qui survint dans le hall. Puis une autre. Et encore une autre. A ce moment là, ce fut la panique générale. Il y eut des mouvements de foule, ça se bousculait pour atteindre les sorties du Ministère. La plupart réussit à partir tandis que d'autres sorciers plus téméraires sortaient leurs baguettes afin de combattre. Cependant, d'autres explosions survinrent, créant un nuage de fumée dans la cohue générale.

Puis là, plusieurs éclairs de lumière colorée fusèrent de toute part tandis que certaines victimes tombèrent au sol. La plupart des sortilèges lancés était dangereux, voire interdit. Les sorts de la mort, de la torture, de découpe…tous étaient de la partie et des cris vinrent déchirer les bruits de piétinement de course.

La fumée se leva finalement, laissant découvrir une horde de d'hommes tout en noir de la tête au pied, masqués et imposant. Leur aura était tout sauf sympathique. Celui qui semblait être leur chef s'avança un peu et annonça :

— Gardez notre but en tête, le but est d'avoir le moins de blessés possibles dans nos rangs. Cependant, si quelqu'un ose se mettre à travers de notre chemin, soyez sans pitié : les marquer ou la tuer.

Derrière son masque de médecin de la Renaissance, il était impossible de discerner son expression. Mais à son ton qui semblait presque rieur, on pouvait très bien imaginer un sourire carnassier sur son visage.

— Elisabeth, Swanhilde, Gilbert, Ludwig, Oliver…Accompagnez-moi. On va s'occuper du plus gros.

Ils avancèrent, tandis qu'une allée se creusa au fur et à mesure que les corps des résistants tombèrent au sol. Swanhilde protégeait le petit groupe d'un sortilège de défense puissant qui n'englobaient qu'eux tandis que Elisabeth, dite Betty, ordonnait à une horde de serpents d'attaquer certains aurors ou quiconque oserait s'opposer à eux d'une langue qu'elle seule dans l'assistance pouvait comprendre.

Tandis que la bataille faisait rage à l'intérieur du ministère, Abbanzio conduisit son groupe restreint à travers les différentes salles de l'énorme bâtiment. Leur but était évidemment de trouver le bureau du Ministre de la Magie britannique lui même.

— Et si Tobias Rosebury s'enfuyait…? demanda Oliver, l'un des Sans-Visage.
— Toutes les issues sont condamnées. Des Sans-Visages se trouvent partout, même à l'extérieur du bâtiment. Cette attaque a été prévue depuis un bon moment, crois-moi. Je n'ai rien laissé au hasard.
— Mais c'est lui qui est en possession de la ba…
— Je le sais.

Ils finirent par arriver dans le fameux bureau richement décoré. Tandis que Ludwig, Gilbert et Oliver gardaient la porte, Abbanzio et les deux femmes s'avancèrent. Là-bas se trouvait comme s'y s'attendait Abbanzio le Ministre de la magie. Il n'avait pas changé : c'était un homme d'une quarantaine d'année, bruns, au visage carré et aux traits vieillis par la dureté de sa tâche, des yeux tout aussi sombres. Il était comme dans ses souvenirs.

— ….Je sais qui tu es, déclara-t-il la baguette pointée vers le groupe. Tu es Abbanzio Vargas.
— Comme on se retrouve Tobias. Je pense que tu devrais ranger ta baguette, tu sais bien qu'elle t'est complètement inutile. Tu as perdu. Le ministère entier a perdu !
— Pauvre fou. Tu risques de déchanter quand tu…
— Les secours à qui tu as fait appel ? Ils sont sans doute morts désormais. Ou bien sous mon joug. A toi de choisir quel sort tu vas subir…
— Si tu crois que je vais me prosterner devant un sale chien comme t…
—Ne parle pas comme ça de notre Maître ! vociféra alors Betty.

Celle-ci lança ni une ni deux un Doloris sur l'homme qui tomba au sol, tordu par la douleur et ses cris déchirant le silence. La blonde semblait prendre un certain plaisir à le torturer ainsi tandis qu'Abbanzio et Swanhilde observaient la scène sans ciller. Puis après un moment, Betty arrêta alors son sortilège, un sourire satisfait dissimulé derrière son masque. Tobias pouvait difficilement bouger. Abbanzio s'accroupit alors devant lui en releva son masque, dévoilant alors son visage.

— C'est dommage Tobias, moi qui voulais faire de toi un membre de mon armée, tu ne me laisses pas d'autre choix…Tu lui diras bonjour pour moi…
— Qu..Qu….AhH !

Le Ministre cria de douleur tandis qu'un serpent lui mordit la main. C'était Betty qui une fois de plus avait sévi. Et c'était un serpent très venimeux…

— A la mort.

Le regard de l'homme devint livide tandis que le poison faisait peu à peu effet. Il poussa des cris et des plaintes à répétition puis..peu à peu…La dose létale l'acheva pour de bon.

Abbanzio récupéra alors sa baguette. La baguette. Celle qui se faisait le Bâton de la Mort. Autrement dit la Baguette de Sureau, une des trois reliques de la mort. Seul restait la Cape d'Invisibilité et il deviendrait alors le Maître de la Mort…

D'un rire qui pouvait faire froid dans le dos de n'importe quel psychopathe, l'Italien prit place dans son nouveau siège. Le Ministère de la Magie était sous son contrôle désormais et il allait y faire régner sa loi de malédiction et de marques noires…

Enfin, il allait pouvoir se venger de son père et ce, à la hauteur de sa haine.

PNJ
PNJ
avatar

Mon personnage
Citation: " Force always attracts men of low morality." - A.Einstein


ϟ Nation représentée : Île de Poveglia (on vous a bien niqué hein)
ϟ Parchemins : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

[PLOT][28 octobre 1992] Coup d'État

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Le coup marketing de Leslie Voltaire ; un coq comme symbole électoral» Coup raté, coup réussi, — “coup d’Etat” sans Etat» Coup d’État en Haïti « revisité» Zimbabwe-Mugabe : La Nécessité d’un Coup d’état» Ricardo Seitenfus claims coup against Préval was suggested
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Section spéciale :: Le Londres sorcier-
Sauter vers: