Partagez|

[12 novembre 1992] You're special to me (Feat Toris Laurinaitis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [12 novembre 1992] You're special to me (Feat Toris Laurinaitis) Mar 14 Nov - 23:52

You're special to me

Est-ce que ça te dit d’aller manger une crêpe ensemble ?
Une demande prononcée, une date planifiée. Stress, appréhension, doute. Pourquoi avait-il demandé cela juste après avoir parlé de films d’amour ?

Feliks s’était préparé soigneusement. Une tenue simple, pas trop voyante, quelque chose qui ne mettrait pas Toris mal à l’aise. Un jean, des docs et une écharpe noirs. Des touches de couleurs : une chemise bordeaux, une veste en jean, quelques pin’s sur la veste, pour l’originalité.

Il était nerveux.  Il ne savait pas sur quoi aller aboutir ce rendez-vous…
Rendez-vous.
Il avait un livre de romance dans ses affaires, un livre qui ne l’intéressait pas jusque alors. Il l’a lu avant d’aller se coucher, d’une traite. Et…
Et c’était peut-être possible qu’il y ai une probabilité qu’il soit sûrement amoureux.
Les sentiments décrits dans le livre, ressemblaient aux siens. Les mêmes symptômes.
Il avait du mal à se faire à cette idée. Toris est mon ami…
Oui. Mais au fond de lui, il voulait plus.

Il sait que l’on n’a pas toujours ce que l’on veut, surtout quand ça concerne les relations avec les autres.
Rien ne l’empêchait d’espérer toutefois.
Il entra dans le salon de thé aux côtés de son ami, s’autorisant à souffler quelques instants, essayant de calmer son cœur trop rapide. Il ne pouvait cependant pas retirer le rouge qui colorait ses joues.

L’endroit est chaleureux, calme. Parfait.

« Où est-ce que tu veux t’installer ? »

Il n’y avait pas vraiment de choix, mais il voulait lui demander quand même.
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Pologne
ϟ Parchemins : 45
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [12 novembre 1992] You're special to me (Feat Toris Laurinaitis) Mer 15 Nov - 10:20

 
You're special to me

Ce dimanche semblait être identique au autre, pas de cours ni de devoir à faire, une température adaptée pour la saison. Mais aujourd’hui le lituanien a l’impression que ce n’est pas une journée normale. Pourtant il a juste invité son ami à sortir, comme il a toujours fait depuis qu’ils se connaissent.
Depuis quelques jours, il remarque que quelque chose à changer dans le comportement de Feliks. Il a pensé au début qu’il était peut-être malade, mais son ami n’a pas l’air d’avoir envie d’aller au médecin. Tout ça inquiète Toris, lui qui est un grand stressé, cette situation ne l’arrange pas. Il a peur pour Feliks, il ne voudrait pas qu’il lui arrive du mal… Surtout pas à lui.

Il ne l’avouerait pas devant les autres de peur de paraître plus faible qu’il ne l’est déjà, mais il avait vraiment peur qu’un malheur touche les gens qu’ils aiment. Feliks est la personne que Toris apprécie le plus à Poudlard. Si demain quelqu’un décidait d’attaquer l’école, la première chose qu’il ferait serait de protéger à tout prix Feliks. Il ne l’a jamais dit, mais le polonais illumine sa vie alors sa mission principale serait de faire en sorte qu’il aille bien. Il ne cherche pas à mettre des mots sur ce qu’il ressent, s'il en parlait à quelqu’un, il lui sortirait probablement un « Mais c’est ton amoureux ? » Donc il évite d’aborder ce sujet, car ça le gêne et le fait rougir comme une tomate.

Pour comprendre mieux ce qui arrivait à son camarade, il l’avait invité à sortir. Pour cette occasion, il avait échangé son uniforme pour une tenue civil basique. Il avait juste enfilé un pantalon, un pull, une veste et son écharpe. Il s’était ensuite rendu au lieu où il devait se retrouver pour aller ensemble au salon de thé. Le jeune homme remarqua tout de suite que son ami n’avait pas tenter un look improbable ou une tenue fortement rosé, il gardait une classe, mais c’était plus discret que d’habitude. Il commençait à se demander si Feliks ne faisait pas une crise existentielle… Il en apprendra plus au cours de la journée, il en était persuadé.

Une fois arrivée au salon de thé, Toris fut immédiatement immergé dans l’ambiance de l’établissement. C’était coquet, paisible. Tout ce qu’il fallait pour passer une bonne après-midi.

« Où est-ce que tu veux t’installer ? »

Il observa les tables de libre et pointa du doigt celle qui était le plus dans le coin. Il voulait prendre celle qui était le plus isolé, parce que c'est parfait pour discuter sans être dérangé.

« Allons nous mettre là-bas ! »

La non-contestation du polonais signifiait qu’il était d’accord avec son choix. Il lui attrapa la main pour le guider, sans dire un mot, il fit des zigzag entre les tables pour atteindre la leurs. Une fois arrivé à destination, il s’installa confortablement sur la chaise joliment décoré. Il commanda la fameuse crêpe ainsi qu’un bon petit thé pour l’accompagner, il laissa Feliks faire sa commande, il avait tant de choses à lui demander, mais il ne devait pas le bousculer. Il ne voulait pas que son ami le prenne mal, il devait y aller subtilement.

« Tu as passé une bonne semaine ? »

Toris avait envie de se gifler lui-même, c’était vraiment une question nulle et sans intérêt selon lui. Il avait envie de lui crier ce qu’il pensait vraiment, mais il n’arrivait pas. Une couleur rosée vient teinter ses joues, il commençait à être gêné, mais il ne savait pas vraiment pourquoi. Il respira un coup et demanda à Feliks :

« Je te demande ça car… j’ai l’impression que quelque chose te tracasse en ce moment… Est ce que quelqu’un t’embête ou te dérange ? »

Une pensée lui traversa l’esprit et si c’était lui le problème ? C’est vrai que lorsqu’il est avec l’italien, il semble être normal, et même proche de lui. Peut-être même qu’il s’est confié à lui au lieu de Toris… Il ne sait pas pourquoi, mais ça le rend triste de penser ça… Son expression du visage change légèrement pour faire apparaître un sentiment de tristesse au fond de ses yeux.

« A moins… que ça un rapport avec moi ? Est ce que j’ai fais ou dit quelque chose qui t’a blessé ? Je veux dire… Tu as l’air proche de Féliciano en ce moment… Peut-être qu’il y a un truc que tu aimerais me dire et que tu n’oses pas ? »

Toris pense au pire là… Peut-être qu’il veut moins qu’il se voie pour passer plus de temps avec Féli… Il se prépare mentalement à recevoir ce genre de réponse de sa part. Il veut faire la lumière sur cette histoire.

« Sois honnête avec moi, tu peux me faire confiance et tu le sais non ?»
Codage par Libella sur Graphiorum
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Lituanie
ϟ Parchemins : 9
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [12 novembre 1992] You're special to me (Feat Toris Laurinaitis) Jeu 30 Nov - 23:07

You're special to me


" Allons nous mettre là-bas ! »

Feliks regardait la table qu’indiquait Toris. Un coin tranquille, où ils seraient au calme pour discuter…
Discuter de quoi ? Il ne sait pas trop. De film d’amour ?
Non… Genre trop pas !
Il fût tiré de sa réflexion, qui l’avait rendu silencieux, quand le lithuanien lui prit la main et l’emmena s’asseoir. Il ne pu s’empêcher de rougir, son cœur faisant des bons dans sa poitrine. Il s’assit en face du responsable de cette réaction et, ses pensées encore trop confuse, il commanda la même chose que Toris par réflexe. Il lui avait pris la main…

« Tu as passé une bonne semaine ? »

Le Polonais ne pu qu’hocher la tête. Puis la secoua légèrement : il devait vraiment se reprendre. Alors il ouvrit la bouche pour lui dire qu’il avait passé une bonne semaine, mais le jeune homme en face de lui repris la parole.

« Je te demande ça car…j’ai l’impression que quelque chose te tracasse en ce moment… Est-ce que quelqu’un t’embête ou te dérange ? »

Non. Enfin si. Quelque chose le tracasse : ses sentiments pour Toris. Il ne savait qu’en faire…les avouer ? Les taire ? Il ne voulait pas souffrir. Il ne savait pas comment on faisait avec ce genre de choses, et il n’a pas encore eu l’occasion de poser des questions à Feliciano.

« A moins… que ça un rapport avec moi ? Est-ce que j’ai fais ou dit quelque chose qui t’as blessé ? Je veux dire… Tu as l’air proche de Féliciano en ce moment… Peut-être qu’il y a un truc que tu aimerais me dire et que tu n’oses pas ? »
 
Le blond releva la tête à la mention de Feliciano…et il pu voir l’expression triste de Toris. Il eut un pincement au cœur. Il préférait le voir sourire.  Il détestait l’idée de lui faire du mal d’une quelconque manière. Oui, il est proche de Feli, c’est son BFF, mais il n’aura jamais le même lien qu’avec Toris…Ce n’est définitivement pas pareil.

« Sois honnête avec moi, tu peux me faire confiance et tu le sais non ?»

Il a confiance en lui. Plus que tout. Plus qu’avec quiconque. Son premier ami, celui qui l’aime tel qu’il est…

«  Oui, je le sais. Genre, c’est à toi que je fais le plus confiance… Je m’entends bien avec Feliciano, mais ce n’est pas pareil avec toi…Mais, ce qui m’arrive en ce moment c’est trop bizarre tu sais. »

Il ne pourrait pas lui expliquer, il a beaucoup trop peur. Peur de le perdre en commettant une erreur.  
Le Polonais ne pu s’empêcher de regarder ailleurs. Il cherchait un autre sujet de conversation. N’importe quoi qui puisse éviter ce silence assez gênant.

« Dans tous les cas…Ce n’est rien de grave rassure toi, et ce n’est pas de ta faute.  »

Un peu quand même...

Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Pologne
ϟ Parchemins : 45
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [12 novembre 1992] You're special to me (Feat Toris Laurinaitis) Ven 1 Déc - 20:04

 
You're special to me


« Oui, je le sais. Genre, c’est à toi que je fais le plus confiance… Je m’entends bien avec Feliciano, mais ce n’est pas pareil avec toi… Mais, ce qui m’arrive en ce moment, c’est trop bizarre, tu sais. »


Il avait envie de sauter de joie, il était quasiment sûr maintenant que Feliciano ne le remplacera jamais. Il est un peu plus soulagé. Il ne savait pas pourquoi, mais il avait cette peur d’être abandonné par lui. Probablement à cause de tout ce qui peut lire dans les livres. Il fait confiance à Feliks et Feliks lui fait confiance, il n’y a aucune raison pour que leur amitié s’arrête, alors Toris n’est plus angoissé et il a même un mini sourire sur les lèvres.
Mais son enquête n’est pas terminée, il y a cette dernière phrase prononcé qui était trop vague pour en tirer une conclusion.

« Dans tous les cas… Ce n’est rien de grave rassure toi, et ce n’est pas de ta faute. »


Toris analyse chaque mot et chaque expression de son visage, il fait ressortir une part de lui qu’il ne connaissait pas, il se transforme en détective privé. Il a compris que Feliks voulait le rassurer, mais ça ne le satisfaisait pas, il confirmait indirectement qu’il y avait quelque chose. La suite de sa réponse le diriger vers une cause qui ne le concerner pas…
Il mettait de côté lui-même et s’orienta vers une raison extérieur.

« Tu n’as pas répondu à la question : « est ce que quelqu’un t’embête ? Est ce que quelqu’un t’a fait ou te fait du mal… »

Si c’était le cas, il était prêt à aller le voir pour régler le souci même s'il doit se prendre quelques coups… Personne ne touche à ceux qu’il aime. Ensuite si cette personne continue, il en parlera au directeur ou a un professeur. Il n’abandonnera pas Feliks, rien que de penser qu’il peut être agressé l’énerve au plus haut point.

« Je suis préfet en plus, c’est à moi de m’occuper de ce genre de chose »

Mais si ce n’était pas une personne extérieure, qu’est ce qui pourrait lui arriver ? Est ce que c’est mental ? Peut-être que son ami se pose des questions sur sa vie, sur ce qui va se passer dans l’avenir… Toris fixa Feliks, s'il avait des interrogations, il est là pour lui.

« Est ce que ton souci est plus personnel ? Est ce que tu veux bien m’en parler ? Je pourrais t’aider à te sentir mieux...»

Lui aussi, il se posait des questions sur lui-même, on raconte dans les livres que c’est l’âge où on se sent le moins bien, qu’on apprend à s’assumer, qu’on est complexé, que notre corps change et que nos esprits grandit et mûri pour aux finales faire de nous des adultes.

« Je veux dire, aujourd’hui, tu es venu avec une tenue plus discrète, alors que normalement, tu as toujours une tenu extravagante qu’on voit de loin… Est ce que tu te remets en question ? En tout cas moi, je t’apprécie toujours autant et je serais toujours là pour te soutenir dans tes choix »

Il ne savait pas si c’était ce que Feliks avait besoin d’entendre, mais il avait sorti ça spontanément, il le pensait vraiment et il espère que ça l’aide vraiment.
Codage par Libella sur Graphiorum
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Lituanie
ϟ Parchemins : 9
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [12 novembre 1992] You're special to me (Feat Toris Laurinaitis)

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

[12 novembre 1992] You're special to me (Feat Toris Laurinaitis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 29 novembre 1987 : 19 ans déjà !» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.» London Stiller...she's a special girl» 18 novembre 1803, les idéaux de Vertières» Next - Space Marine Special Ops
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pré au Lard :: Salon de thé de Mrs.Pieddodu-
Sauter vers: