Partagez|

When I was alive ... [Mabel LAÑEZ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: When I was alive ... [Mabel LAÑEZ] Mar 27 Fév - 20:50

LÁÑEZ Mabel
Les Philippines
Nom : LÁÑEZ
Prénom : Mabel, Maricruz, Leilani
Date de naissance : 12/06
Lieu de naissance : Cebu
Âge : 17 ans
Année scolaire : 7ème année
Maison : Pouffsouffle
Animal de compagnie : Un chat Ragdoll de 7 ans nommé Jo
Ascendance : Née-moldu
Fratrie : Deux grandes sœurs – Un grand-frère
Motivation : //
Don : //

Baguette : Poirier, Crin de Licorne, relativement souple, 23,75cm
Patronus : un verdin à ailes jaunes
Epouvantard : Un orage
Reflet dans le miroir du Riséd : Le reflet d'elle et d'une grande famille qui semble être la sienne.
Odeur de l'Amortentia : Thé au Jasmin, l'odeur après le passage d'une pluie d'été, huile de Monoï
Votre personnage peut-il voir les Sombrals : Non
Matière préférée : Botanique
Matière détestée : Défense contre les forces du mal
Options : Divination, étude des runes, arts et musique magiques
Douce
Susceptible
Compréhensive
Soupe-au-lait
Loyale
Têtue
Empathique
Farouche
Souriante
Naïve
Aimante
Influençable
Caractère :

Je pourrais vous donner une série de mot au harsard pour décrire Mabel que vous comprendriez assez rapidement qui elle est vraiment. Et la première caractéristique est bien celle-ci : Mabel est la personne la moins difficile à cerner. Entre son visage qui la trahi à la moindre de ses pensées ou ses mimiques gestuelles, la Philippine a le mérite de ne pas trop donner de mal aux nouveaux pour savoir qui elle est vraiment. D’un naturel avenant et chaleureux, elle est toujours à l'écoute des son entourage, il n'est pas rare de la surprendre au petit soin avec ses camarades. Une franchise et une générosité qui ne sont que très rarement teintée d’hypocrisie. Bonne vivante et aimant la compagnie, elle aime être entourée et n’hésite pas à être force de proposition dès qu’il s’agit de sortir ou de s’amuser.
Curieuse, la moindre petite chose, surtout du monde magique, est un petit bonheur de plus à découvrir. Elle est très touche à tout que ce soit en art, en cuisine et aime découvrir les passions de ceux qu'elle rencontre. Sa curiosité fait d'elle une élève assidue et attentive qui ne se fait pas vraiment remarquer en classe mais qui possède de bon résultat.
Son optimisme – peut-être un peu trop prononcé – ne l'empêche pas d'être une réelle trouillarde surtout face aux milles superstitions auxquelles, elle croit. Sorcière ou pas sorcière, un grigri sera toujours mieux pour se protéger des mauvais esprits !
Mais entre rire et sourire, il est vrai que Mabel reste expressive même dans les mauvais moment. Facilement déstabilisable et surtout pleurnicharde, elle n’est pas bon compagnon pour les mauvais coups. Encore très naïve et un petit peu influençable, elle ne peut pas s'empêcher d'être très émotive (trop surement).
Mais bien sûr, comme tout le monde, Mabel peut s’énerver et quand ça arrive c’est assez effrayant. Ca peut arriver si quelqu’un se montre particulièrement irrespectueux ou la prend de haut à ce moment là, elle se met littéralement à hurler dessus. Ses crises de colère ressemblent plus à des caprices ou des réactions de princesse un peu trop précieuse, mais la susceptibilité de la Philippine l'empêche de réellement discerner l'humour, l'ironie, le sarcasme du réel manque de respect, si bien qu'elle n'est jamais à l'abri de s'énerver pour rien.
Pourtant Mabel aime à penser qu’elle n'est pas difficile à vivre pour ça…

Physique :

Du haut de son mètre 56, on peut presque considérer Mabel comme étant dans la moyenne asiatique pourtant l’aspect général de la jeune philippine se rapproche plus de la silhouette d’une américaine du sud que d’une chinoise ou d’une japonaise. Je ne peux pas vous donner un poids fixe vue qu’il joue au yoyo à longueur de temps. Même si elle ne possède pas une poitrine importante et des courbes très sensuelles, qui font rêver, on peut tout de même dire que sa silhouette forme un 8 gracieux. En effet sa taille est plutôt marquée alors que ses hanches pourraient être qualifiée de généreuse. Ses épaules plutôt musclées finissent la forme du 8. Quelques rondeurs sont tout de même observables au niveau de ses cuisses et de son ventre. Son visage est rond, mais très féminin, son cou plutôt long. Sa peau qui ne porte pas de marque, de tatouage et qui n'est pas sujette aux imperfections est d'une couleur café. Ses cheveux sont d’un brun chocolat foncé, formant une cascade dense mais plutôt raide qui lui descend jusqu’aux épaules. Sa tignasse n'est jamais attachée, ou alors dans de rares occasion et vit un petit peu sa vie comme ça lui chante. Son visage est dégagé de quelconque mèches, ce qui permet de souligner ses yeux en amandes d'une couleur ambrée, où brûle toujours une lueur de curiosité. Coquette, Mabel est adepte du maquillage et se vante assez facilement de son adresse avec (quoi que discutable), il faut savoir que la raison première de son utilisation du maquillage c’est pour ne pas avoir l’air d’une enfant, chose qui est vrai une fois au « naturel ». Son nez est légèrement retroussé et ses lèvres ni trop fines ni trop épaisses. Ses pommettes hautes lui donnent un air enfantin, tout comme son rire et ses sourires nombreux laissant dévoiler ses dents bien rangées ou seul persiste un petit écart entre ses deux incisives.

Le style vestimentaire de Mabel n’est pas fixe.  Elle est un joyeux mélange entre pop anglaise et pop américaine. Hors uniforme, la Philippine raffole de vêtements colorés et originaux. Elle porte toujours un chapelet en améthyste autour du cou, magie ou pas. Mais pendant les heures de cours, elle porte son uniforme de manière soignée, toujours bien comme il faut.

Histoire :

Entourée des albums photos de sa famille, Mabel attendait l'heure de départ pour la gare. Elle aimait se perdre dans les souvenirs et les photos étaient un bon moyen d'y arriver. Elle ouvrit un des plus gros albums, celui en reluire de cuir bleu un peu passé et l'ouvrit à la première page. Elle se reconnut bébé, quand sa famille était encore à Cebu. Elle avait vécu les 5 premières années de sa vie aux Philippines entourée de sa famille, de ses deux grandes sœurs, de son frère, ses parents et ses grands-parents. Mabel resterait à jaais « la petite dernière » mais tous les enfants Láñez étaient aimés de la même manière – même si Mabel entretenait une relation plutôt fusionnelle avec sa grand-mère à qui elle confiait tout. Jusqu'aussi loin qu'elle s'en souvienne, la Philippine garde des souvenirs de grandes réunions de famille quand ils étaient encore à Cebu. Elle se souvient également qu'elle aimait accompagner sa mère quand elle travaillait en tant que fleuriste. A cinq ans c'est fou comme coller l'autocollant de la boutique sur un bouquet paraît exceptionnel.
Voilà c'était ça le tableau des Láñez aux Philippines. Le mari professeur d'université, la femme fleuriste qui vivaient avec leur 4 enfants dans la maison familiale.

Elle tourna la page et tomba sur la dernière photo prise d'eux tous à Cebu, devant leur maison. Sur la photo, sa grand-mère manque. Elle eut un sourire un peu triste en regardant les leurs des années auparavant. Sur la page d'en face, il y avait une photo bien similaire mais il n'y avait plus que ses parents, son frères et ses sœurs et elle devant leur petite maison de la banlieue de Londres. En effet peu avant son 6ème anniversaire, ses parents lui avaient annoncé qu'ils quittaient l'archipel. Bien sûr elle fut surprise, mais pas du fait qu'ils partent, mais plutôt parce qu'elle ne comprenait pas pourquoi le travail de son papa ne lui plaisait plus. Car s'il partait c'était parce que Joseph, son père, avait trouvé un nouvel emploi dans une université Londonienne. Mabel n'avait compris que bien plus tard que la raison un peu moins officielle, c'était qu'après le décès de sa grand-mère, tout était un petit peu chambouler et garder la maison devenait plus un calvaire qu'autre chose. Mais sur le coup … Non, il ne faut pas trop en demander à un enfant de même pas 6 ans. Mabel n'était pas le genre d'enfant à faire une scène pour pouvoir rester. Elle était très triste de quitter la maison qu'elle affectionnait tant mais elle savait aussi qu'elle ne décidait pas pour tout le monde et que si ses parents pensaient que c'était une bonne décision, ça devait surement l'être.
La brunette rit en se remémorant son premier souvenir en arrivant à l'aéroport d'Heathrow : la pluie froide de l'Angleterre. La pluie, ça elle connaissait mais rarement froide, voire jamais. Elle se voyait encore demander si on ne pouvait pas se téléporter de l'aéroport jusqu'à la maison, mais à ce moment là pas encore de magie à l'horizon, enfin rien qu'elle n'aie trouvé étrange.

Une autre page se tourna dévoilant les différentes photos d'anniversaires des quatre enfants. La vie était plutôt paisible ici aussi à Londres, même si apprendre à parler un anglais parfait c'était montré … rigolo et que Mabel avait refusé pendant un temps d'abandonner ses expressions philippines en s'adressant à ses copains d'écoles. Quoi que … quoi qu'encore maintenant, elle les utilise. La magie quand à elle semblait s'être réveillée à son arrivée en Angleterre, enfin pour une famille superstitieuse, on pense plus que c'est le destin qui joue des tours pas autre chose.
Comme par un coup du sort, pour parcourir le reste de ses souvenirs qui se rapprochaient de plus en plus de l'événement qui avait tout changé, elle devait changer d'album photo comme si elle avait laissé derrière elle la première partie de sa vie. Elle en saisit donc un deuxième, qui n'était pas totalement remplis, d'une couleur émeraude. La majorité des photos à l'intérieur avaient été prises par elle. La toute première montrait l'enveloppe frappée du sceau de Poudlard. Il lui sembla que la nouvelle avait fait pleurer sa mère. Pour une famille de né-moldus, au début ça ressemble plus à une blague et après on réfléchit et on remarque qu'on avait toujours remarqué que sa fille avait quelque chose de différent. Et d'un coup les histoires contaient par la grand-mère font sens, sur les grandes sorcières des Philippines et leur héritage. A partir du moment où une liste de course et un billet de train étaient avec … non ça ne ressemblait plus à un canular.

La photo d'après c'était elle avec son uniforme après une année passée à Poudlard. Mais on va revenir sur cette première année et ses premiers temps dans le monde de la magie.
Quitte à choisir entre tous, l'endroit qui l'avait faite le plus rêver, c'était le chemin-de-traverse. La première fois qu'elle y avait mis les pieds, elle avait cru rêver. Même si ses parents, qui l'accompagnaient, semblaient un peu effrayés (totalement tétanisés à vrai dire), elle ne pouvait pas tenir en place. C'était comme prendre le contrôle d'un rêve où l’héroïne c’est soi-même, une héroïne qui possède des pouvoirs fabuleux, en gros c'était le pied total ! Si ça ne tenait qu'à elle, elle aurait dévoré tous les livres qu'elle devait acheter en une journée, elle aurait acheté tous les animaux de la boutique, aurait voulu voir comment étaient fabriquer les baguettes. Déjà y passer presque une journée entière avait achevé ses parents, alors, autant qu'elle ne demande pas tout. Elle avait vite déchanté en comprenant qu'elle allait devoir prendre le train toute seule et que là-bas, elle ne pourrait pas voir sa famille tous les jours. En y pensant, ça la fit sourire. Oui les "au revoir" sur le quai 9¾ avait eu raison de son sourire et elle avait du pleurer l'intégralité des larmes disponibles dans sons stock. Un vrai bébé. Elle était restée la majorité du temps à la vitre dans son compartiment en regardant le paysage Anglais puis Ecossais défiler devant ses yeux. Ca la rassura de savoir que d'autres personnes de son âge étaient un petit peu dans le même état d'esprit qu'elle et ne connaissaient vraiment rien sur comment tout ceci fonctionnait.
Elle se souvenait ensuite de son arrivée dans la Grande Salle qui semblait briller à elle seule. Les bougies, les uniformes, les plats…
Elle avait eu envie de fuir quand elle avait entendu son nom et qu'elle était censée monter sur cette estrade devant tous ses gens, non ça lui paraissait au-dessus de ses forces. Elle avait pourtant serrer, jusqu'à s'en faire mal, son chapelet, dans sa main et s'était lancée.

 Poufsouffle ?

A y repenser, elle ne put retenir un nouveau sourire, elle aurait pu être envoyer n’importe où qu’elle n’en aurait as compris l’enjeu à l’époque. Mais maintenant elle le savait, elle n’avait ça place que dans cette maison. Elle avait été dans les meilleures conditions possibles pour entamer sa nouvelle scolarité et plutôt bien la réussir. Passer son premier examen avec un certain brio, grandir et s'épanouir en tant que sorcière. Et maintenant arrivé à la fin d’un cycle, elle est décidée à devenir quelqu’un de bien. Quelqu’un d’important, à aider son prochain vu que c’est ce qui lui va le mieux. Mais pour ça il faut travailler et rester concentrée malgré tout ce qui peut se passer et surtout à cause de tout ce qui peut se passer…

Pseudo : Ela
Âge : Bientôt on pourra lire mon âge dans les deux sens. C’est ouf. SI C’EST OUF OKAY.
Sexe : Femme
Comment avez-vous connu le forum : J’étais jeune à cette époque. C’est DIRE.
Commentaire : Voilà voilà
Code du règlement : Vive les patates ! (totalement d'accord)

Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation: It's up to you.


ϟ Nation représentée : Les Philippines
ϟ Parchemins : 1
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When I was alive ... [Mabel LAÑEZ] Mar 27 Fév - 20:57

♥️



Mes clubs:
 

Miss Camping ♥:
 

Très beaucoup merci à Margaux pour l'ava et l'aesthetic ♥️

La hongroise vous cause en #009900 ♥️
Celle qui n'a jamais joui
Celle qui n'a jamais joui
avatar

Mon personnage
Citation: Le courageux n'est pas celui qui donne les coups, mais celui qui y résiste.


ϟ Nation représentée : Hongrie
ϟ Parchemins : 1839
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When I was alive ... [Mabel LAÑEZ] Mar 27 Fév - 21:39

UNE REVENANTE !!!!!!! bug *O*
Je te valide et tout mais n'oublie pas de remplir entièrement ton profil ! ;3

Tu es validée !
Rebienvenue officiellement sur Pasta Kedavra! et chez les Poufsouffle ! Maintenant que tu es validé, tu vas pouvoir faire plein de choses !

Tu as maintenant la possibilité de venir RPCB avec nous ! N'hésite pas de faire un tour sur Bellatrix, notre chatbox.

Crée toi dès maintenant un journal intime où tu pourras lister les relations de ton personnages et tes RPs.

N'hésite pas à faire une demande de RP pour pouvoir te trouver un partenaire d'écriture.

Surtout, amuse-toi bien sur le forum ! Et n'hésite surtout pas à faire de la pub autour de toi et à voter régulièrement aux TS.
MADE BY SIFR





Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1424
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When I was alive ... [Mabel LAÑEZ] Mer 28 Fév - 17:02

Oui


On s’reverra au Valhalla
9 days and 9 nights ✻ Deep in the ocean, dead and cast away • Where innocence is burned in flames • A million mile from home, I'm walking ahead • I'm frozen to the bones, I am....
Personnel
Personnel
avatar

Mon personnage
Citation: "Joking around is part of my personality, just who I am. "


ϟ Nation représentée : Scandinavie
ϟ Parchemins : 117
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When I was alive ... [Mabel LAÑEZ]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

When I was alive ... [Mabel LAÑEZ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]» DOA : Dead or Alive /!\» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]» Dead Or Alive 5 Ultimate
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Dossiers scolaires-
Sauter vers: