Partagez|

[Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva Lun 16 Fév - 21:10














A l'attention de Luciano Da Silva, Oz Wilson et Alfred F.Jones
De la part de Romulus Vargas, directeur de Poudlard


Cher / Chère Invité.

J'ai l'honneur de vous annoncer que vous avez été choisi par votre directeur, Romulus Vargas, pour accomplir une mission.
Le danger y est faible, aucun accident, grave du moins, n'est à prévoir.
Votre équipe composé de Oz Wilson, Alfred F. Jones et de Luciano Da Silva.
Tout se déroulera aux alentours de la Cabane Hurlante. Si cela peut vous rassurer, vous n'aurez pas à y rentrer.
Car votre mission, si vous l'acceptez, est d'aller cueillir au pied de la maison une plante bien spéciale nécessaire pour votre prochain cours de potion.
La plante demandée est l'Alihotsy et devrait ressembler à peu près à la photo ci-dessous.

Bonne chance à vous.


Veuillez croire, Invité, en l'expression de nos sentiments distingués.

Romulus Vargas, Directeur
Personnel
Personnel
avatar

Mon personnage
Citation: Si vis pacem, para bellum


ϟ Nation représentée : Rome Antique
ϟ Parchemins : 386
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva Jeu 5 Mar - 17:40







Il y a quelques jours, Luciano reçu un étrange message... C'était une missive de Monsieur Vargas Romulus, le directeur de Poudlard. Il lui demandait dans cette lettre d'accomplir une mission pour lui, accompagné d'Alfred et Oz, les deux meilleurs amis gryffondor du jeune brésilien. Luciano avait été surpris au début, quand il lut cette lettre, il croyait même que c'était une farce. Pourquoi le directeur leur confirait une mission ? Oz, Alfred et lui étaient connus pour ne pas être les personnes les plus compétentes et intelligentes de l'école de sorcellerie. Il parla donc de cette missive à ses camarades, ils avaient aussi tout deux reçus leur exemplaire du message. De plus, quelques jours avant, Antonio, Gilbert et Francis étaient eux aussi partis en mission... Cela prouva à Luciano que cette histoire de mission n'était point une blague, mais l'état dans lequel était rentré Tonio de son expédition ne rassurait pas trop notre petit latin, surtout que la mission des gryffondors se passait à côté de la cabane hurlante.
En effet, ce lieu était connu pour ses hurlements qu'on entendait du Pré-Au-Lard les nuits de pleine lune, ce qui était plus qu'effrayant ! Luciano avait déjà refusé d'aller visiter cette cabane une fois, avec Gawain. Il n'avait pas voulu que le petit blond le voit avoir la frousse, puis si jamais il y avait vraiment une bête sauvage ou un monstre dans cet endroit, il ne prendrait pas le risque d'y emmener Gawain ! Surtout que les frères de Gawain l'auraient massacré s'il était arrivé malheur au petit poursuiveur des gryffondors ! Enfin bref, pour en revenir à nos moutons, ou plutôt notre mission, elle avait l'air de plutôt plaire à Alfred. Il voulait encore faire son héros, et quoi de mieux que d'exécuter une mission donnée par le directeur pour cela. On se donna donc rendez-vous le premier dimanche qui suivit l'arrivée de cette lettre, à 14h, pour aller ramasser la plante demandée par le directeur.
Quand le dimanche en question arriva, Luciano était tout sauf enchanté de devoir participer à cette mission, la rumeur d'une horrible bête qui traînait dans l'école de magie ne le rassurait point. Pourquoi aller en mission dans un endroit potentiellement dangereux alors que deux élèves s'étaient fait attaquer par une horrible créature ? Luciano avait surtout peur que la créature s'attaque à son petit protégé pendant son absence, c'est pour cela qu'il s'assura que Gawain reste avec son frère Arthur tout l'après-midi, pour être sûr que Gawain ne risque rien pendant qu'il n'était pas là pour le protéger. C'est même pour cela que notre brésilien arriva avec une quinzaine de minutes en retard devant la porte principale du château, point de rendez-vous que le trio gryffondor s'était fixé, pour partir en mission. Luciano avait dû, ou plutôt avait insisté pour, accompagner Gawain jusqu'à la bibliothèque où il devait retrouver son frère. Bien sûr, Arthur arriva en retard à la bibliothèque et ce, vu la couleur de ses joues, à cause de Francis.
Notre brésilien fut quand même soulagé en voyant que ses deux acolytes l'avaient attendu devant la porte principale. Il leur fit des grands signes accompagnés de son fameux "Olà !" pour leur signaler sa présence, un grand sourire sur les lèvres, heureux de les retrouver.





Huehuehue~:
 
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Mon personnage
Citation: L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~
L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~

ϟ Nation représentée : Brésil
ϟ Parchemins : 1031
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva Dim 15 Mar - 23:48
















Mission pour des Héros en herbe
~ Ft. Luciano & Oz ~





Alfred est un garçon qui s’ennuie rapidement, il est d’ailleurs connu pour ça –mais aussi pour être un idiot hyperactif. Il fait beaucoup de choses, mais ne reste pas longtemps dessus. Parfois, il y retourne, mais cela l’ennuie une nouvelle fois. Mais s’il y a un bien un truc dont Alfred ne s’ennuierait jamais c’est jouer au héros. (Et aussi énerver Arthur, mais ça, c’est normal, il est tellement drôle quand il fronce ses sourcils-chenilles.)
Le jour où Luciano reçu la fameuse lettre pour la mission et en avait fait part aux deux autres, Alfred était devenu tout fou de joie. Une mission ! Du Directeur ! Ça prouve qu’il leur fait confiance, hein ? Même si elle est plutôt simple (ce qui d’ailleurs, rassure l’américain, car si elle avait été trop dur, il doute que Luciano aurait été d’une grande aide et aurait pu être blessé, vaut mieux éviter.), c’était le moment de faire ses preuves. Peut-être qu’il en recevra des plus durs, qui sait ? Ça serait trop bien, sérieux.

Durant l’attente du jour J, Alfred avait était ingérable. Incapable de rester calme en cours (sa maison a dû perdre quelques points ces jours-là, le joueur ne peut que se faire une gifle faciale [Cf ; Facepalm. Je vais créer une nouvelle convention sociale. Nous ne dirons plus facepalm, mais gifle faciale. Toute ressemblance avec une connotation sexuelle est fortuite] devant cela et se mettre en position fœtal pour éviter toute lapidation.), incapable de se concentrer durant les entrainements de quidditch [position fœtal bis.], incapable de faire quoique ce soit. Heureusement que c’est un génie, le Fredo, parce que sinon, il serait plus à Poudlard, le pauvre. Puis, le jour fatidique arrivé, Alfred n’avait pas dormi de la nuit. Ce n’est pas grave, ce n’était pas la première fois qu’il faisait une nuit blanche.

C’est donc un Alfred tout énergique qui attendait avec deux heures d’avance devant les portes principales de l’école, impatient, tournant en rond, grand sourire aux lèvres. Finalement, quand l’australien montra le bout de son nez, il lui lança un joyeux ;

« You’re late, dude !! »

Et il lui tapa amicalement l’épaule. Il ne manquait plus que le dernier du trio griffons, et ils allaient enfin pouvoir commencer.

« T’en a mis du temps, Luciano ! Je vais vous apprendre à être à l’heure ! »

Parce que Alfred est quelqu’un de très altruiste, oui. Il regarde ses deux meilleurs amis, les yeux brulants d’excitations, criant ‘on y va on y va on y va on y va !’










Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva Mer 22 Avr - 13:59



MISSION ENTRE AMIS

Ft. Luciano et Alfred ♥


Ce

matin là, Oz avait reçu une lettre provenant droit du bureau du directeur. Il a tout d'abord cru que c'était à cause de sa retenue pendant le cours de potion, et avait  les mains qui tremblaient lorsqu'il avait lu la lettre en question. Mais à son grand soulagement, la lettre était une mission, et qui plus est, lorsqu'il en parla a ses deux meilleurs amis Luciano et Alfred, il découvrit qu'eux aussi avaient reçu la même mission que lui. Il fut alors immédiatement rassuré, cette mission pourrait peut-être être l'occasion de rigoler encore un peu avec ses amis ( car même à travers une mission imposée par le directeur en personne de Poudlard, Oz ne pensait qu'à s'amuser avec ses amis ), et qui sait, de rapporter tout pleins de points aux Gryffondors.

Le matin de la mission, Oz se leva tôt, en pleine forme et de bonne humeur. Il avait largement le temps avant l'heure du rendez-vous devant la cabane hurlante, il décida donc de prendre un bon petit-déjeuner avec Alcide. Pendant un bon moment, le koala et le jeune australien mangèrent, Oz lui parlant, sans réellement prêter attentions aux autres ( ceux qui ne connaissaient pas son don ) et qui le dévisageaient en croyant qu'il parlait à un ami imaginaire, néanmoins personne ne se moqua de lui ouvertement. En fait, Alcide était son vrai confident, et puisqu'il avait le don de communiquer avec les animaux, il pouvait échanger avec lui, parfois encore plus simplement qu'avec un être humain, car malgré tous les défauts d'Alcide ( gourmand, jaloux et fourbe ) il n'en était pas moins le plus fidèle des compagnons.

Ce matin  donc, Oz confiait à son koala ses craintes par rapport à Aisling, sujet qui ces derniers jours revenait souvent sur le tapis. Une fois que le koala eut rassuré son compagnon pour la cinq cents trentième fois, l'australien s'étira brillamment et décida d'aller se préparer pour la mission.
Une fois dans la salle commune des Gryffondors, quelques temps après, il serra Alcide fortement dans ses bras ( le laisser, ne serait-ce qu'une journée semblait impossible pour lui qui ne se séparait jamais de son koala a moins de trois mètres ), il le laissa entre de bonnes mains, et redescendit pour se mettre en route. Sur le chemin, il inspira de longue bouffées et fut quelques instants nostalgique de son chez lui en Australie. Son chez lui lui manquait un peu, encore plus lorsqu'il n'était pas accompagné d'Alcide. En fait, sans ses amis et son animal de compagnie qu'il considérait comme son frère, Oz se sentait terriblement seul, mais il n'eut pas le temps de sombrer dans la tristesse car il arriva devant la cabane hurlante et remarqua qu'Alfred était déjà en train de patienter devant. L'australien était un peu déçu car il s'était levé tôt pour arriver le premier, mais cela importait peu, il serra Alfred dans ses bras, content de le voir, et riposta avec une nonchalance forcée :

Roh c'est bon ! Je suis juste à l'heure. Évidemment qui c'est qu'on attend, c'est toujours le même en retard ! 

Lorsque Luciano arriva en retard, Oz hésita à le réprimander pour son retard pour l'embêter, mais il se retint car il  était lui aussi arrivé avec quelques minutes de retard.

« Bon alors ?! On la commence cette mission ! »
 

Soudain, son visage devint blême. Il venait de se rendre compte que dans la précipitation, il avait oublié le papier de la mission dans le dortoir des Gryffondors. Et il était tellement loin que retourner au château leur ferait perdre un temps précieux.

Les amis... J'espère que vous avez la lettre de la mission parce que je l'ai malencontreusement laissée dans le dortoir. »

Il croisa les bras, attendant qu'au moins un de ses deux meilleurs amis ait pensé à prendre le papier de la mission, sinon,  il seraient clairement dans le pétrin !



Codage by TAC
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva Sam 30 Mai - 15:32



&



&





A peine arrivée, Alfred fit une petite remarque au brésilien sur son retard, Luciano prit cette remarque à la rigolade et répondit en souriant.

"-Oh ça va hein, j'ai moins d'un quart d'heure de retard ! Depuis le temps, vous devriez être habitué !"

Et l'on pouvait dire que ça, c'était un exploit pour notre petit Luciano, de n'avoir qu'un seul petit quart d'heure de retard. Notre capitaine de l'équipe des gryffondors n'était pas ponctuel, il lui arrivait toujours une broutille qui le retardait. Cela pouvait être ses jonquilles qui lui demandaient de l'attention, une personne qui voulait lui parler, une cravate ou un livre oublié dans le dortoir... C'était rare qu'il arrive à l'heure en cours, ce qui augmentait fortement le nombre de punition et de retenue qu'il récoltait déjà avec son comportement et ses mauvaises notes.

"-Puis j'étais allé emmener Gawain à la bibliothèque..."

Luciano passa la main dans sa tignasse de cheveux bruns incoiffable et regarda légèrement ailleurs, on voyait bien que parler de Gawain l'embarrassait. Il n'avait pas avoué à ses deux meilleurs amis l'attirance qu'il avait pour le petit troisième année Kirkland, mais les trois quart de l'école était au courant. C'est vrai que les nouvelles vont vite à Poudlard, les rumeurs se répandent à une allure impressionnante, puis il est juste de dire aussi que Luciano n'était pas des plus discrets pour cacher son amour envers l'adorable petit blond.

Luciano revient sur terre en entendant Oz proposer de la commencer enfin, cette mission. C'est vrai qu'Alfred ne tenait pas en place, il allait finir par devenir insupportable si le trio n'allait pas de suite exécuter la tâche donnée par le directeur. Le visage blême de l'australien inquiéta d'un coup Luciano, notre jeune brésilien s'attendait au pire, il fut soulagé quand Oz annonça qu'il avait oublié sa lettre, ce n'était pas très grave, voyons... Oh merde, la lettre !

"-Euh... Attends, je regarde dans mon sac si je l'ai."

Notre petit américain du sud ouvrit sa sacoche, la fouillant en priant tous les dieux qu'il connaissait pour que la lettre du directeur ne soit pas resté dans le dortoir. Des gâteaux pour Alfred, un carnet, des chocogrenouilles pour Gawain, une photo de sa mère, du vernis à ongle, des crayons de couleurs, sa baguette, un magasine de foot... En bref, beaucoup de bazar, mais pas de lettre en vue. Il commençait vraiment à désespérer quand il tomba sur le bout de parchemin qu'il recherchait. Il le sortit de son sac en souriant.

"-Si ! Je l'ai !"

Mais la joie de Luciano fut de courte durée quand il remarqua que la photo de la plante qu'ils devaient ramener c'était détaché de sa lettre, il n'avait donc que son nom, l'Alihotsy. Grâce à ses quelques compétences en botanique, notre cinquième année savait que cette plante s'appelle aussi l'arbre à hyène car l'ingestion de ses feuilles provoque l'hystérie.







Huehuehue~:
 
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Mon personnage
Citation: L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~
L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~

ϟ Nation représentée : Brésil
ϟ Parchemins : 1031
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva Jeu 5 Nov - 10:29
















Mission pour des Héros en herbe
~ Ft. Luciano ~





La remarque de l’australien le fit sourire, certes, il était dans les temps, mais lui, il était là depuis plus de deux heures ! Son impatience a été fortement touchée durant ses heures d’attentes.
La remarque de Luciano le fit partir en rire. Il se souvenait encore de la fois où il avait attendu une bonne heure le brésilien dehors pour faire une simple sortie à Pré du Lard. Sans parler de ses retards lors des entrainements de Quidditch. Il écouta le plus âgé sortir son excuse. Donc, il était avec le jeune kirkland et il n’avait pas vu le temps passé, aah, j’vous jure, il se jura une nouvelle d’apprendre à son meilleur ami à faire attention avec son temps –quel altruiste, cet Alfred, tout le monde devrait être comme lui, vraiment- avant d’oublier à la remarque de son deuxième meilleur ami.

« Grave que je suis prêt ! Je n’attends que ça ! »

Il fit un grand sourire à l’australien, ne se rendant pas compte de la mine déconfit qu’il leur offrait. Le papier ? Ah, la lettre ? Nan, il n’avait pas pensé à la prendre, il avait tout mémorisé à la dernière lettre. Sans parler de la photo, qu’il avait attentivement étudiée. Certes, ce n’était qu’une simple image et la voir en vrai n’allait sans doute pas faire un déclic au premier regard, mais il était certain qu’il n’en avait pas besoin. L’américain regarda Luciano cherchait dans son sac la lettre. Bah voilà, il l’avait ! Ils peuvent y aller maintenant ? Comment ça „non" ? Rah ! Mais ils n’ont pas besoin de la photo !

« Est-ce qu’on a vraiment besoin de la photo pour la trouver ? Luciano s’y connait beaucoup en botanique et j’ai mémorisé l’image ! »

Dit-il, sautillant sur place, son impatience commençant à le mettre sur les nerfs, sentant l’ennuie arriver. Il voulait tellement y aller, là, maintenant. Mais apparemment, l’australien, lui, voulait absolument trouver la photo, juste au cas où. Luciano pouvait certes ne pas connaitre la plante et lui, il pouvait l’oublier, mais quand même ! Il regarda son copain repartir vers Poudlard, disant aux deux de partir devant. (Vu que nous n’avons plus de Oz, je me permets de jouer son personnage juste pour cette partie, histoire de donner une cohérence au RP. Si cela ne va pas, tapez-moi les doigts et je changerais.)

Ils allaient y aller ! Il lança un regard à Luciano et il prit les devants, d’un pas enthousiaste, enfin ! Tout en marchant dans la neige, il remit correctement son écharpe, brr, il fait froid dans ce pays, quand même, mais il oublia rapidement la froideur alors qu’il réfléchissait à comment ils allaient réussir à trouver cette plante.
Sur le chemin, il tourna sa tête vers le brésilien.

« En fait, c’est quoi comme plante ? »

C’est bien de trouver une plante, mais il était curieux de savoir qu’est-ce qu’elle faisait. Si elle était marrante, peut-être qu’il en prendrait plus pour pouvoir faire des blagues.












Spoiler:
 
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva Lun 16 Nov - 0:30



&



&





Le brésilien se tourna vers Alfred une fois leur compatriote Gryffondor repartit vers le château, le laissant ainsi seul avec le courageux américain. Ils n'avaient pas besoin d'une foutu photographie pour réaliser leur mission que diable ! Oz devrait avoir un peu plus confiance en leur capacité ! L'américain du sud se savait expert en botanique, avec ses connaissances et Alfred qui avait mémorisé l'apparence de la plante, ils ne pouvaient que réussir cette mission. D'ailleurs, Luciano comptait bien prouver à l'australien qu'ils pouvaient très bien se débrouiller sans la photo en ramenant la plante avant qu'Oz ne revienne.

Le duo de choc commença donc à avancer vers la cabane, prêt à tout pour réussir leur mission, malgré l'horrible froid de février qui leur glaçait le sang. Le brésilien nicha son nez dans son écharpe aux couleurs de sa maison alors que ses joues rougissaient à cause du vent gelé et qu'il ne sentait plus ses doigts frigorifiés, malgré les gants en laine qu'il portait. Il était en train d'espérer que la neige ne passe pas par-dessus ses bottes -car il ne manquait plus que ça, d'avoir les pieds mouillés- quand le blond lui posa une question pertinente, pour une fois, sur les propriétés de la plante qu'ils allaient cueillir.

-"L'Alihotsy est une plante qui provoque l'hystérie si on mange ses feuilles. On peut s'en servir de composant pour les potions comme la Goutte désopilante et la Potion d'hilarité... Je crois aussi que l'antidote de cette plante sont les sécrétions de Grinchebourdon..."

Des fois, quand Luciano voyait tout ce qu'il savait à propos de certains végétaux, il s'impressionnait lui-même. Il ne s'aventurait pas souvent dans la bibliothèque et trouvait ennuyeux de lire des tonnes de livre, mais quand ça parlait Quidditch ou Botanique, lire un livre ne lui semblait plus désagréable, il lui était même arrivé d'y trouver un petit côté plaisant. Le brésilien regardait maintenant son ami blond de son regard chocolat, se demandant intérieurement s'il avait réussi à répondre à la question de l'américain avec toutes ces informations. Il espérait aussi avoir été clair, il se savait ne pas être une lumière et ne pas utiliser des mots diaboliquement savants, mais Alfred n'était des fois pas bien plus futé que lui.

Le capitaine de l'équipe de Quidditch de Gryffondor sourit en voyant se rendant compte qu'ils étaient maintenant arrivés, la cabane hurlante n'était plus qu'à quelques mètres d'eux... En fait, cette dernière constatation ne rassura pas trop Luciano, il y avait d'horribles rumeurs qui fichaient froid dans le dos sur cette vieille bicoque. Rentrer dans cette cabane délabrée était même la dernière de ses envies tellement l'endroit lui fichait les chocottes. Le brésilien chercha un peu de réconfort dans les yeux bleus d'Alfred, il était en compagnie d'un héros voyons, il ne devait pas avoir la trouille. Puis si Hernandez avait été là, l'argentin se serait fichu de la gueule du basané et de sa peur stupide.

-"Bon, maintenant qu'on est là, on la cherche notre petite plante ?"







Huehuehue~:
 
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Mon personnage
Citation: L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~
L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~

ϟ Nation représentée : Brésil
ϟ Parchemins : 1031
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva Lun 23 Nov - 12:41
















Mission pour des Héros en herbe
~ Ft. Luciano ~





Afred frotta énergiquement ses mains gantées tout en écoutant Luciano. Alors, comme ça, ça provoque l'hystérie, hein ? C'est intéressant. S'il était plus intéressé par les potions, peut-être aurait-il fait une potion d'hilarité. Il se promit d'en prendre en rab et de les garder égoïstement pour lui, ce genre de plante peut toujours servir en cas de grand besoin, après tout, ça n'a pas l'air d'être une plante très connue, pas grand monde pourra la reconnaitre. Il se demanda s'il ne devait pas l'essayer sur le communiste, ça pourrait être très drôle, puis, ce n'est pas comme s'il ne l'avait pas cherché, ce soviet. Rien que le fait qu'il respire l'ennuyait profondément.

Quand ils arrivèrent devant la maison abandonnée, l’américain ne put s’empêcher avoir un petit frisson glacé lui traversant toute la colonne vertébrale, ne se sentant pas vraiment rassuré. Mais, par fierté, il affichait un air confiant, ne se disant que ce n’était qu’à cause du froid qu’il avait frissonné ainsi, ce n’est pas cette cabane qui allait lui faire peur, il a vécu pire, quand même. Il tourna sa tête vers les noisettes brésiliennes. Voyant l’air peu rassuré de celui-ci, il lui fit un grand sourire qui se voulait rassurant –ou complètement idiot et inconscient, qui sait. Il allait prendre une pose trop héroïquement héroïque de la mort qui tue, mais le froid le fit serrer ses bras autour de lui-même avec un nouveau frisson, il lui fit un grand sourire.

    « Ouais, je vais devenir un glaçon sinon. »


Dit-il en rigolant et plaisantant, mais au fond de lui-même, il était sérieux. Dieu qu’est-ce qu’il avait froid. Il se lamenta une nouvelle fois sur le fait que l’académie de sorcellerie de Poudlard était dans les fins fonds de l’Ecosse et non dans un pays chaud tout en marchant vers un endroit. Il s’arrêta d’un coup, prit soudain d’une question encore très pertinente, il se retourna vers son meilleur ami, songeur.

    « On cherche chacun d’un côté ou tu veux qu’on cherche ensemble ? »


La première option était sans doute la manière la plus efficace pour optimiser le temps et les recherches, mais si Luciano ne se rappelait pas de comment était la plante, ça serait le contraire. Il attendu la réponse tout en regardant comme il pouvait les plantes qui essayaient de pousser malgré toute cette neige. Il espéra qu’il n’aurait pas besoin d’enlever cette dernière pour trouver l’Alihotsy.










Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva Dim 31 Jan - 13:12



feat. Luciano et Alfred


Petit Rp entre amis !

Merde ! Mon parchemin !


Oz était essoufflé
lorsqu’il arriva
dans le dortoir
des Gyrffondor.





« Vite ! Je dois me dépêcher ! »

En effet il avait couru depuis la cabane hurlante jusqu’à sa chambre, sans s’arrêter, sans prêter attention aux élèves qui se retournaient sur son chemin, ne comprenant pas l’air à la fois perdu et pressé du jeune australien.


Sans adresser le moindre regard à son koala qui attendait patiemment sur le lit,  en train de mâchouiller encore quelques légumes que Oz lui avait laissé pour l’occuper, l’australien se mit à fouiller frénétiquement dans tous les recoins de la chambre sans trouver la moindre trace du parchemin. Déçu, il s’assit un instant sur le lit pour reprendre son souffle avant de remarquer qu’en fait,  Alcide l’utilisait comme coussin et mangeait tranquillement sans sembler se soucier de son maître.

Sans ménagement,  Oz tira le parchemin, manquant de faire tomber son koala du lit, et repartit en courant de la chambre sans adresser encore une fois le moindre regard à Alcide qui semblait quelque peu secoué.
Le jeune australien refit tout le chemin dans le sens inverse, et revit les mêmes visage que quelques minutes plus tôt, sans pour autant y prêter plus d’attention qu’à son premier passage.

Le jeune homme fit cependant une pause lorsqu’il fit ses premiers pas dehors : la morsure du froid sur les rares endroits de sa peau qui étaient découverts lui arrachèrent un petit cri de surprise et le stoppa dans son élan. Néanmoins, une fois remis de sa surprise, il reprit sa course au même rythme jusqu’à apercevoir au loin les silhouettes de ses deux compères.  


“ - Hé les gars ! Regardez ce que j’ai ramené ! “


Une fois arrivé à leur hauteur, Oz leur tendit le parchemin, non sans bomber le torse de fierté, après tout il venait peut être de sauver leur mission !


“ - J’ai eu du mal à le retrouver mais c’est bon ! On va pouvoir remplir cette mission les doigts dans le nez ! “


Il regarda un instant encore la photo de la plante avant de demander à ses amis :


“ - Alors ? Vous avez un truc qui y ressemble dans le coin ? “

Le jeune australien impatient de réellement commencer la mission avec ses amis ne perdit pas de temps et, après avoir mis le parchemin entre les mains d’Alfred, il commença déjà à se pencher pour regarder si quelque chose de similaire à la petite photo ( manquant d’ailleurs cruellement de précision selon lui ) ne poussait pas dans les environs.

© Code de Anéa pour N-U

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva Mar 29 Mar - 22:02



&



&





Quand le regard chocolat du brésilien rencontra les yeux couleur ciel de son compère blond, Luciano sut qu'il n'avait strictement rien à craindre de cette foutue cabane qui fichait froid dans le dos tant que son meilleur ami était avec lui. C'était impossible d'avoir peur avec un héros tel qu'Alfred à ses côtés. Puis Lulu était un fier et vaillant Gryffondor non de dieu, il devait être courageux, pas avoir peur d'une vieille maison abandonnée. Le vent glacial remit les idées du jeune américain du sud en place. Alfred avait raison, il fallait vite trouver cette plante sinon ils allaient être bon pour un gros rhume et un séjour fort déplaisant à l'infirmerie. Luciano la connaissait si bien l'infirmerie entre les blessures dues au Quidditch et celles dues à ses bagarres avec ce crétin d'Hernandez.

-"Je pense qu'il vaut mieux chercher ensemble, on est toujours meilleur en équipe !"

Ouai, c'est surtout que malgré tous ces beaux discours mental sur le courage, le petit Lu ne se serait pas senti rassuré seul près de la cabane hurlante loin de ses amis. Une voix surprit d'un coup le jeune brésilien qui sursauta légèrement. Mon dieu, c'était juste Oz. Mais ça devrait être interdit par la loi, bon sang, de faire peur à ses amis comme ça, en arrivant sans prévenir... Dans tous les cas, l'australien avait la photographie de la plante et c'était déjà une grande avancé pour leur mission.

-"Bah ce n'est pas trop tôt Oz, on aurait presque pu croire que tu nous avais dehors à notre triste sort vu le temps que tu as mis !"

Quand l'océanien passa le parchemin de la mission à l'américain, Lu se pencha pour pouvoir regarder à quoi ressemblait la plante par-dessus l'épaule du blond. Une fois qu'il fut sûr d'avoir bien mémorisé l'aspect de cette dernière, il se baissa et inspecta le sol pour trouver le végétaux qu'il convoitait tant. Et il maudit instantanément la neige, cette belle poudreuse blanche qui recouvrait le sol, dérobant ainsi les Alihotsy à sa vue. Il la maudissait très fort, surtout quand il dût plonger ses mains cachées par des gants en laine pas du tout imperméable dans le tas de flocon gelé pour essayer d'apercevoir la plante. Vite, il devait se dépêcher, la neige glacée commençaient déjà à mouiller ses gants...

-"Pourquoi on a accepté cette mission du dirlo déjà ? C'est impossible de trouver la plante sous toute cette neige... On va faire comment ?"







Huehuehue~:
 
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Mon personnage
Citation: L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~
L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~

ϟ Nation représentée : Brésil
ϟ Parchemins : 1031
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

[Mission de Février 1990] Danger faible - Alfred F. Jones - Oz Wilson - Luciano Da Silva

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Partons enquêter [mission Danae - février 80]» [EVENT] Costume de la St-Valentin (Février 1990)» [TERMINÉ] [Février 1990] Your eyebrows are like this forest … Scary ! (Ft. Arthur Kirkland)» [Abandonné, sorry :c] [Event: 14 février 1990] Le bal de Saint-Valentin ♥» Mission "le slip du capitaine" [avec Killian Jones]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-RPG :: Les vieilles archives :: Anciens RP-
Sauter vers: