Partagez|

[TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas] Mer 18 Fév - 21:54

Un fiore pericoloso


Un simple regard posé sur une fleur et voilà une journée remplie de bonheur.






Le soleil s'était couché sur le domaine de la célèbre école de Poudlard, la lune commençait son ascension dans les cieux, éclairant de ces doux rayons l'arcature de la galerie de l'école. À cette heure, tout le monde était parti se coucher, tout le monde, pas exactement. On pouvait observer une lueur plus chaleureuse que l'astre lunaire, illuminait la fenêtre d'une des serres, la lumière provenait d'un cierge qui se consommait lentement. Bien installée sur sa chaise, Madame Bonnefoy écrivait paisiblement, sa plume grésillait contre la surface du vieux parchemin, rompant ainsi le silence régnant dans la serre. Son regard de saphir se leva un instant, scrutant les alentours, une de ses plantes baillait mollement, visiblement désireuse de dormir, ce qui fit sourire tendrement Aodrena. La jeune femme s'étira alors mollement et ramassa ses documents, soufflant sur le cierge pour éteindre la flamme avant de partir en sifflotant, loin de la serre.
L'intérieur du château était bien plus frais que là d'où elle venait, les ombres des ornements déformés par la lueur du sortilège Lumos, rendaient l'endroit presque effrayant. Les pans de sa robe de sorcière frôlaient le carrelage glacial, ses pas résonnaient rapidement, inutile de s'attarder dans les longs couloirs couverts de tableaux. Leurs occupants risquaient de se réveiller à cause de la lumière, mais étrangement, ils étaient déjà debout et de méchante humeur, rouspétant inlassablement.
« La nuit s'est fait pour dormir ! Aller, vous couchez vous aussi !
- Moi aussi ? »
L'enseignante regarda un instant le tableau, alors elle n'était pas la seule à se balader à des heures en dehors du couvre-feu. Donc un élève n'était actuellement pas dans son dortoir, Aodrena s'excusa auprès du tableau, et se précipita dans les couloirs à la recherche de l'élève rebelle. Arrivé dans la zone des cachots du château, il ne lui fallut pas longtemps pour trouver ce qu'elle cherchait, une lumière brillait au bout d'une baguette, et le propriétaire de cette baguette se tenait proche du mur. Sûrement un élève de Serpentard, vu que l'entrée de leur dortoir était à proximité. Aodrena s'approcha alors lentement, et se racla la gorge pour manifester sa présence.
«  Et bien, vous savez que vous avez dépassé le couvre feu, et que vous risquez une retenue, Monsieur Vargas? »
L'enseignante avait reconnu le petit italien, chose facile, il n'y a pas mil élèves qui possèdent une telle mèche parmi les élèves de Serpentard. De plus peu d'élèves avaient la malchance de lui rappelait son benêt de supérieur coureur de jupons, au comportement parfois proche d'un prépubère. D'un signe de bague, elle indiqua à l'élève de la suivre bien sagement, Aodrena avait déjà une idée de punition, rien de bien méchant, juste quelques lignes. Le livre de botanique sur les plantes empoisonnées serait un très bon support de punition, et il se trouvait actuellement dans la serre. Elle arpenta les couloirs du château en compagnie de Monsieur Vargas, jusqu'à arriver devant les serres. Des bruits de pot cassé retentirent brusquement, et une lumière virevoltanta illuminait l'intérieur, ceci était anormal, quelqu'un était visiblement dans la serre. Méfiante, Aodrena sortit sa baguette de sa robe de sorcière, et tourna doucement la poignée de la porte.
« Je vous conseille vivement de sortir votre baguette. »
La porte fut ouverte avec précipitation, en entrant l'enseignante marcha sur un des tessons de poterie qui recouvraient toute la surface du sol de la serre. Le désordre était maître, comme si une tornade avait tout saccagé, les pots étaient éclatés, les fioles de verre brisaient, les graines éparpillées, l'engrais renversé. Des lutins de Cornouailles jetèrent tout ce qui trouvait à leur porter, sur l'enseignante et l'élève, Aodrena n'avait jamais beaucoup aimé ces sales lutins, mais là, c'était officiel, elle les détestait.
« Repulso ! »
Une fois les lutins repoussaient à travers la fenêtre, l'enseignante s'agenouilla pour voir examiner l'étendue des dégâts.
« Allons au lieu de prendre racine, venez m'aider à ranger tout ça. Je dois m'assurer que chaque espèce de graine soit toujours ici. Ça serait désastreux si les lutins ont réussi à en sortir une de cette serre. »

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas] Ven 20 Fév - 19:22




Un fiore pericoloso

With Aodrena Bonnefoy


Le voile de la nuit s'est posé sur Poudlard, rendant l'endroit encore plus lugubre qu'il ne l'est, les élèves et les professeurs étaient parti dormir du moins la plupart parce que de son côté, Lovino était encore debout. Arpentant les couloirs, il est à la recherche d'un autre élève de Serpentard, ayant encore oublier le mot de passe de sa maison... L'italien a beau être un travailleur acharné un cours, il n'empêche que retenir le mot de passe de sa Maison est vrai casse tête, pourquoi ce dernier doit-il changer si souvent d'ailleurs ? C'est vrai quoi, à Gryffondor et Poufsouffle, ils n'ont pas de problèmes et idem vis-à-vis des Serdaigle qui eux utilisent une énigme. Enfin trêves de bavardages inutiles, Lovino continue sa route à travers l'école, espérant trouver un Serpentard même si à cette heure-ci, la seule compagnie qu'il puisse trouver ne sont autres que les tableaux vivants sur les murs. Ces derniers ne manquent pas de lui faire des reproches quant à sa présence en cette heure tardive. Ils parlent entres eux, se moquent, râlent, font la morale, menacent qu'ils vont tout balancer au directeur et j'en passe. L'italien au départ calme finit par froncer les sourcils et hausse le ton.

- Vos gueules, p'tain ! Cri-t-il aux tableaux.

Ces paroles énervèrent encore plus les tableaux qui demandèrent à Lovino de partir au plus vite, ce qu'il fit. L'aîné des jumeaux Vargas savait qu'il était en tord, qu'il devrait être coucher depuis des heures pas la peine de lui rappeler... Soupirant, il repartir en direction des cachots où se trouve l'entrée de sa Maison, peut-être qu'en suppliant Le Fantôme de sa Maison, il réussira à rentré à son dortoir. Il sortit sa baguette et fit apparaître un peu de lumière, de quoi pouvoir avancer discrètement, il s'avance lentement, pensant être seul mais une voix  le fit sursauter. La voix de la professeur de Botanique : Aodrena Bonnefoy.

- Et bien, vous savez que vous avez dépassé le couvre feu, et que vous risquez une retenue, Monsieur Vargas ? Dit-elle.

L'italien prit un air embarrassé en regardant son interlocutrice, il essaya de lui sourire pour éviter la punition mais peine perdue face à Madame Bonnefoy. Cette dernière d'un signe de baguette lui indique de la suivre, Lovino se mit donc à la suivre nonchalamment en direction des serres. Le chemin jusque là-bas fut silencieux, les seuls bruits que l'on pouvait entendre étaient ceux des tableaux qui râlèrent encore de voir des gens debout à cette heure tardive, certains tableaux, eux, par contre se moquèrent simplement du Serpentard en disant "On t'avait prévenu, la prochaine fois respecte le règlement !" et blabla.

Arrivée aux serres, des bruits se font entendre et une lumière se mit soudain à virevolter à l'intérieur, c'était bizarre. Madame Bonnefoy conseille à Lovino de sortir sa baguette et de se tenir prêt, le Serpentard s’exécute, il sortit sa baguette, la suivant. Aodrena s'avança vers la porte d'entrée qu'elle ouvrit doucement en tournant la poignée. Une fois à l'intérieur, tout deux furent choqués en apercevant l'état de la serre. Il y avait des pots éclataient, des fioles de verre brisaient, des morceaux de poterie recouvraient le sol, tout cela était la faute de Lutins de Cornouailles. Qui en voyant Aodrena et Lovino prirent tout ce qui leur tombe sous la main pour les lancer sur eux. Par réflexe et malgré qu'il est sa baguette avec lui, l'italien partit se cacher prêt d'une table, ne voulant pas recevoir d'objets au visage tandis que Madame Bonnefoy, elle, lança un sort sur les lutins qu'elle déteste particulièrement.

- Repulso !

Ni une, ni deux, les fouteurs de trouble furent repoussées au loin. Le calme était revenu dans la serre, il ne restait plus que le bordel, Lovino sortit de sa cachette, il range sa baguette et rejoint Aodrena. Cette dernière s'agenouilla sur le sol pour faire l'étendu des dégâts, demandant à l'italien de l'aider.

- Allons au lieu de prendre racine, venez m'aider à ranger tout ça. Je dois m'assurer que chaque espèce de graine soit toujours ici. Ça serait désastreux si les lutins ont réussi à en sortir une de cette serre.

- J'arrive... Je ramène ma fraise.

Lovino rejoint la professeur, il s'agenouille aussi pour ramasser les morceaux de poterie sur le sol. A première vue, mis-à-part le bordel, il ne semble pas y avoir tant de dégâts que ça mais alors pourquoi Aodrena semble si inquiète à propos de ces graines ? Il préfère ne pas y penser, ce qui intéresse le plus l'italien à ce moment précis, c'est de savoir si oui ou non, il va recevoir une punition.

© Joy & Ici


Dernière édition par Lovino Vargas le Ven 13 Mar - 19:42, édité 3 fois
Serpentard
Serpentard
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Italie du Sud
ϟ Parchemins : 655
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas] Dim 22 Fév - 23:52

Un fiore pericoloso


Un simple regard posé sur une fleur et voilà une journée remplie de bonheur.





   Aodrena à genoux ramassait chaque débris, chaque graine, triant ces dernières, elle vérifia scrupuleusement que tout était à sa place. Après de longues minutes de rangement, aidé par Lovino, la serre retrouva un état normal et fonctionnel, un peu comme elle était avant de se faire ravager par ces petits démons bleuâtres. Doucement, l'enseignante réajusta l'une de ses mèches, s'assurant une dernière fois que tout y était.

« Jonquille klaxon...Aconit... Géranium dentu...Tentacula vénéneuse... Alur... »

Elle s'arrêta immédiatement dans son listage, en effet, une sorte de graine manquait à l'appel. Pas n'importe quelle graine, une graine d'Alura Une, un collègue lui avait fourni cette graine racisme, car il était fort difficile, voir périlleux de la récolter. Vu que la plante d'où elle est issue, l'Alura Une, était une plante à la dangerosité élevée, redoutable pour ceux qui ne connaissaient pas cette plante. La disparition de cette graine était problématique, tout d'abord, car Aodrena comptait l'étudier tranquillement dans sa serre, et deuxième chose bien plus alarmante, si la graine se trouve dans un grand espace, elle se développera aussitôt. Ça serait bien embêtant si au matin, les élèves en allant en cours se retrouvent confrontés à une Alura Une, le résultat de cette rencontre serait sans exagération un bain de sang.

« C'est le bouquet ! »

Sous la colère de voir la situation si négative, l'enseignante se mordit le pouce, réfléchissant à toute allure. Il fallait se débarrasser de cette plante le plus rapidement possible, mais même pour elle, seule surtout, cela n'allait pas chose aisée. Doucement, elle tourna la tête, son regard tomba sur l'italien qui était toujours dans la serre, elle pourrait lui demander de l'assister ? Après tout même s'il est le fils de ce navet de Romulus, il avait de bonnes dispositions pour les cours de Botanique, c'était un atout. Et puis Aodrena ne le mettrait pas en grand danger tout de même, avec une bonne stratégie et une bonne coopération cela devrait aller.

« Bon la situation actuelle ne sent pas la rose. Une des graines a disparu, il faut la retrouver assez vite, et si part malheur, elle a germé, il faudra couper la plante qu'elle sera devenu. Inutile de dire que suite à cette association, vous n'aurez plus à craindre une punition de ma part. »

L'enseignante marqua un temps d'arrêt pour être sûre que l'élève comprenait tout ce qu'elle venait de lui dire, puis elle reprit tranquillement.

« Je vous prierai donc de suivre correctement mes instructions. Car la plante est assez vivace et dangereuse, n'hésitez pas à employer la magie dès que vous pensez l'apercevoir. Et surtout dernier conseil, méfiez-vous des apparences. »

Aodrena s'empara d'une fiole en verre, qui était resté intacte, cela pourrait servir si par chance, elle parvenait à récupérer une graine de l'Alura Une. Doucement, l'enseignant poussa l'élève hors de la serre, et lui sourit.

« La nuit va être un peu longue, commençons par inspecter le parc. »

Le duo partit en direction du parc de l'école, la lune éclairait tous les alentours, que ce soit le gazon, ou la galerie et ses arcatures. Dans le parc, on pouvait commencer à apercevoir quelque racine trouer la surface du gazon... L'Alura Une avait belle est bien germé, il suffisait à présent de suivre les racines avec prudence, pour remonter à elle.


Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas] Jeu 26 Fév - 23:25




Un fiore pericoloso

With Aodrena Bonnefoy


A la demande de Madame Bonnefoy, Lovino ramasse les débris sur le sol de la serre tandis qu'elle s'occupe de ses plantes, peu à peu, la serre retrouve toute sa splendeur. Le calme règne à nouveau sur cet endroit, l'italien se lève et passe un coup de balai, Aodrena de son côté fait la liste des différentes graines. En l'écoutant, Lovino pousse un soupire, se demandant pourquoi l'enseignante semble si inquiète au sujet de ses graines, certes nous sommes dans le Monde des Sorciers mais à moins que l'une de ses graines soit une variété très rare de tomate, il n'y a pas de quoi s'affoler, non ? C'est ce qu'il pensait en l'écoutant.

- Jonquille klaxon...Aconit... Géranium dentu...Tentacula vénéneuse... Alur....

L'enseignante s'arrêta brusquement dans sa liste, l'air inquiet. Apparemment, il y a un problème... Une des graines manquerait à l'appelle ? Si c'est le cas, elle peut toujours en racheter ou en faire pousser dans la serre. A moins que la graine en question soit tellement rare et précieuse qu'il faudra des années pour en ravoir ? Ou bien, cette graine est dangereuse ? Allez savoir. Lovino finit de passer le balai et le range, il retire ensuite la poussière sur ses vêtements alors que Aodrena s'exclame à l'aide d'une expression fleurie.

- C'est le bouquet !

Elle dit cela en se mordillant le pouce, son expression inquiète est toujours sur son visage. Elle réfléchit puis se retourne sur l'italien, ce dernier la regarde ahuri, que se passe-t-il ? Lovino a fait une bêtise ? Une graine manque vraiment à l'appelle ? Peut-être qu'elle ne trouve pas d'idée de punition pour le Serpentard ? Faut pas rêver. Madame Bonnefoy garde son regard posait sur Lovino, qui finit par se sentir gêné, se mettant à jouer avec ses doigts alors que Aodrena se mit à parler.

- Bon la situation actuelle ne sent pas la rose. Une des graines a disparu, il faut la retrouver assez vite, et si part malheur, elle a germé, il faudra couper la plante qu'elle sera devenu. Inutile de dire que suite à cette association, vous n'aurez plus à craindre une punition de ma part. Fit-elle.

Elle marqua par la suite une pause, laissant ainsi le temps à l'italien d'assimiler l'information. La graine d'une plante dangereuse a disparu certainement à cause des Lutins de Cornouailles, les fouteurs de trouble. Si cette fameuse graine vient à germer, ce sera la panique à Poudlard, il faut donc la récupérer au plus vite parce que sinon... Et si jamais, elle a germé, on devra couper la plante qu'elle sera devenue. Madame Bonnefoy précise également que si Lovino l'aide, il n'aurait pas de punition. Rien que cette idée de ne pas avoir de punition suffit à motiver le Serpentard, il allait répondre à l'enseignant quand celle-ci reprit.

- Je vous prierai donc de suivre correctement mes instructions. Car la plante est assez vivace et dangereuse, n'hésitez pas à employer la magie dès que vous pensez l'apercevoir. Et surtout dernier conseil, méfiez-vous des apparences.

- Entendu. Dit-il en l'écoutant.

Cette alliance avec Madame Bonnefoy est bizarre pour Lovino, il n'est pas commun pour lui de s'associer avec une enseignante d'ailleurs le seul enseignant avec qui, il a des liens n'est autre que le Directeur de l'école, Romulus Vargas alias Son Père alias Meilleur Dragueur de l'Année. Mh, passons. Il sortit sa baguette pour pouvoir l'utiliser au cas où, il a tout de même un côté lâche, hein. Quant à Aodrena, elle prit une fiole en verre qui avait échappée au carnage, sûrement pour ranger la graine dedans. Elle vient ensuite pousser doucement Lovino dehors de la serre en souriant. Objectif : Trouver l'Alura Une.

- La nuit va être un peu longue, commençons par inspecter le parc.

- Okay, par contre j'espère que vous ne m'avez pas raconter de salade au sujet de ma punition ! Marmonne-t-il.

Ils partent ainsi vers le parc de l'école, avec la lune comme seule lumière. Ils venaient à peine de faire quelques pas que l'on pouvait déjà apercevoir quelques racines sur la surface du gazon, signe que la plante avait commencé à germer... Lovino ravale sa salive, suivant l'enseignante en silence, tenant fermement sa baguette. Cette situation sent le sapin, ce n'est pas rassurant.

© Joy & Ici


Dernière édition par Lovino Vargas le Ven 13 Mar - 19:45, édité 1 fois
Serpentard
Serpentard
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Italie du Sud
ϟ Parchemins : 655
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas] Ven 6 Mar - 1:23

Aodrena Bonnefoy a écrit:

Un fiore pericoloso


Un simple regard posé sur une fleur et voilà une journée remplie de bonheur.





   Doucement le groupe avançait dans le parc, longeant les racines qui étaient de plus en plus visibles, la plante avait su trouver un endroit favorable à sa croissance, et s'épanouissait rapidement dans la nuit. Aodrena, toujours baguette à la main se tenait prête, même si elle avait beaucoup lu sur les Alura Une, cela allait bien être la première fois qu'elle en verrait une de près, bien en chair et en sève. Il fallait donc être prudent, mais étrangement ce genre de situation excité l'enseignante, elle ressentait la même sensation que, lorsqu'elle était en excursion dans la forêt interdite durant ses études à Poudlard. Dommage que le manque de confiance de l'étudiant qui l'accompagnait gâté un peu son enthousiasme. Non mais vraiment ! Si elle avait dit qu'après cette opération désherbage, il n'aurait pas de punition c'est qui n'en aurait pas, un point c'est tout. Aodrena avait tout de même un honneur, quand une parole est dite, il y est hors de question de revenir dessus.

« Vous pourriez tout de même me faire un peu plus confiance Monsieur Vargas. Vous êtes à la limite blessant... »

Elle fixa un instant l'élève, est pris un air faussement blessé, oui ça par contre elle ne pouvait pas s'empêcher de jouer un peu avec les autres. Rien de bien méchant, et puis cela détend l'atmosphère. Brusquement le sol trembla, l'une des racines surgit des profondeurs de la terre, se dressant comme un serpent furieux.

« Et bien. Elle sait déjà qu'on est là. L'Alura Une est toute proche. Attention à pas vous faire attraper et évitez les roses blanches ! »

La racine s’abattit rageusement entre eux, les obligeant à s'éloigner l'un de l'autre. D'autres ronces apparurent, ondulant rageusement, toutes épines dehors, formant une épaisse barrière mortelle. Aodrena agite sa baguette et lança un sort Diffindo, qui découpa les ronces, ouvrant ainsi un maigre passage, elle n'hésita pas un instant et poussa l'élève vers cette nouvelle voie. S'ils ne bougeaient pas rapidement la situation allée vite se compliquer. En s'engouffrant à son tour, une ronce s'accrocha à sa robe de sorcière, Aodrena dut l'abandonner à regret, il ne fallait pas se laisser piéger.

« C'est maintenant que la partie commence, j'espère que vous êtes prêt à brûler cette plante ? Vous n'avez pas le droit d'hésiter. »

Au centre du terrain, on pouvait voir une immense rose de couleur blanche, bien épanouit, ayant au moins la hauteur d'un humain. Des ronces l'entouraient, guettant la moindre action, prêtent à protéger la rose. A l'intérieur de cette dernière, on pouvait voire une forme anthropomorphe se mouvoir doucement, tentant de se dresser, elle laissa alors apparaître sa silhouette dénudée. La lune éclairait sa peau pâle, et ses longs cheveux de couleur rose, qui dissimulaient légèrement ses atouts, de ses yeux langoureux elle observa les deux intrus qui étaient venus sur son nouveau territoire.

Maintenant Aodrena se souvint de la particularité de cette plante, elle avait la capacité une fois à maturité de se modeler une forme humaine, pour mieux appâter ses proies humaines, qu'elle piège avec sa beauté, avant de les vider de leur sang jusqu'à la dernière goutte. Plante très charmante... Cette dernière dut sentir la menace, et lança une myriade de petites roses blanches qui se plantèrent dans le sol comme des flèches mortelles, avec le sort Protego l'enseignante put se protéger avec son étudiant. Alura Une poussa alors un cri déchirant, les ronces autour d'elle se mirent à bouger, et d'autres ronces sortirent de sous terre, tels des pieux, cherchant à embrocher les ennemis. Aodrena les évita tant bien que mal, mais remarqua que trop tard que le but de la manœuvre était de la séparer de son élève. Elle lança alors un sortilège brûlant les ronces, espérant pouvoir vite rejoindre Lovino, en priant intérieurement que l'élève ne tombait pas sous les charmes mortels de l'Alura Une.

« Elle va voir de quel bois je me chauffe... » cracha Aodrena.

L’enseignante multiplia alors les sortilèges à l'encontre des ronces de la plante, alors que doucement un air mélodieux résonnait, visiblement l'Alura Une avait très envie de se faire un petit repas avec un certain italien, mais il serait plus le dessert que l'invité...


Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas] Dim 15 Mar - 17:45




Un fiore pericoloso

With Aodrena Bonnefoy


Pas à pas, nos deux compères avancent à travers le parc, plus ils avancent, plus les racines de l'Alura Une deviennent voyantes et imposantes. Pas de doute, ils approchent de la source. Rien qu'à cette idée de rencontrer une telle plante en chair et en sève, Aodrena a du mal à retenir son excitation, elle avance en tête, impatiente de se retrouver en face à face avec la plante sauf que... Du côté de l'italien, c'est tout le contraire, il serre fort sa baguette, ne partageant pas la joie de son enseignante, pour tout dire, si il n'y avait pas eu cette histoire de punition, il se serait déjà enfuit depuis longtemps. Après tout, l'Alura Une peut blesser et même tuer, une vraie mauvaise herbe.

Marquant une pause dans leur périple, l'enseignante se tourne vers Lovino, en faisant une moue blessée, ça la déçoit que son élève ne soit pas aussi enthousiaste qu'elle. Cette expression sur son visage fit grimacé l'italien, sur le coup, il s'en veut de ne pas être aussi téméraire (ou idiot) que le Bad Friend Trio ainsi que d'autres élèves. Si Aodrena avait été eux, là tout de suite, ils seraient sûrement entrain de mettre au point un plan d'attaque et tout et tout. Mais, elle est avec l'aîné des jumeaux Vargas, qui lui est un trouillard. Gardant sa moue triste en fixant son élève, ce dernier se mit à se frotter la nuque en baissant le regard, on pouvait voir qu'il était embarrassé par la situation, faire de la peine à Madame Bonnefoy et bien la dernière chose qu'il voulait faire. Même si cette peine était en réalité une manière de détendre l'atmosphère avant de se préparer au pire.

Le pire ne tarda d'ailleurs pas à arriver puisque sans crier gare, le sol se mit soudainement à trembler, Lovino serra encore plus fort sa baguette, se demandant ce qui passe. Puis soudain une racine surgit des profondeurs de la terre, bougeant comme un serpent en colère.

- Et bien. Elle sait déjà qu'on est là. L'Alura Une est toute proche. Attention à pas vous faire attraper et évitez les roses blanches !

- Attendez quoi ! Vous plaisantez... Eh ! Chigi !

L'italien n'eut le temps de demander quoi faire à son enseignante que la racine se mit en route, elle s'écrasa furieusement entre nos deux amis afin de les séparer. Des ronces apparurent ensuite, ondulant rageusement, toutes épines dehors, créant ainsi une barrière mortelle. Lovino est effrayé, il tremble, ne bougeant pas de là où il est tandis que Aodrena, elle, lança le sort de Diffindo pour découper les ronces, créant un passage parmi les racines et les ronces, cela fait, elle attrape le Serpentard et le pousse à travers ce fameux passage, abandonnant son vêtement de sorcière dans la foulée, en la voyant agir de la sorte, Lovino ravale une nouvelle fois sa salive et se prépare à agir.

- C'est maintenant que la partie commence, j'espère que vous êtes prêt à brûler cette plante ? Vous n'avez pas le droit d'hésiter.

- Je comptais pas prendre racine, je vais lui faire voir à cette p'tain de mauvaise herbe !

Sur ces mots, Lovino regarde en direction de la plante, au centre de celle-ci, on pouvait voir une immense rose de couleur blanche, faisant à peu près la hauteur d'un humain. Cette rose était entourée de ronces, qui avaient pour mission de la protéger. A l'intérieur de la rose, on pouvait distingué une forme humaine de femme, essayant de se lever, faisant ainsi apparaître sa silhouette dénudées. Plissant les yeux en l'observant, l'italien vira au rouge quand il se rendit compte que la silhouette était nue n'ayant que ses longs cheveux roses pour cacher certains endroits. En la regardant, Lovino l'a trouvé très belle, il irait bien lui parler mais en sachant qu'il peut y risquer sa vie, il préfère éviter et reprit son sérieux, ne la perdant pas de regard.

La plante se mit à regarder dans leur direction, au départ calme, elle comprend très vite la menace que représente nos deux sorciers. C'est pourquoi, elle leur envoie dans les secondes qui suivent une myriade de petites roses blanches qui se plantèrent dans le sol comme des flèches mortelles. In Extremis, Aodrena utilisa le sort Protego pour se protéger avec le Serpentard. Son attaque ayant échouée, l'Alura Une se mit à crier et les ronces autour d'elle se mirent à bouger, d'autres ronces sortirent du sol, prêtes à embrocher tous ceux qu'elles croisent. Devant un tel spectacle, l'enseignante et Lovino lancèrent des sorts d'attaques et de protection, ne se doutant pas un seul instant que la plante cherche à les séparer... Et quand enfin, ils s'en rendent comptes, des barrières de ronces tranchantes les séparent. Cherchant après Madame Bonnefoy, l'italien baisse sa garde, la plante profite de se relâchement pour s'attaquer à lui, une ronce lui fonce dessus à toute vitesse, heureusement Lovino réussit à utiliser un sort de protection à la dernière minute.

- P-Protego !

L'attaque est déviée mais il est quand même blessé, la ronce lui a griffé l'avant-bras. Remontant sa manche, il a envie de pleuré, la griffure n'est pas profonde certes n'empêche que ça lui fait mal. Pendant ce temps, Aodrena enchaîne les sortilèges, elle voudrait revenir aux côtés de son élève, celui-ci préoccupé par sa blessure, ne fait plus attention et encore fois, la plante en profite, elle se met à jouer un chant mélodieux qui vient ensorceler l'italien, le faisant perdre pied. Il perd l'envie de combattre l'Alura Une... Malgré tout, dans un moment de lucidité, il lève sa baguette et lance un sort d'entrave.

- Impedimenta !

Ce sort stoppa la plante, permettant à Lovino de s'éloigner d'elle. L'italien recula pour finir par tomber assit sur le sol, il essaie de reprendre ses esprits mais l'effet de l'Impedimenta s'estompe déjà et l'Alura Une recommence à jouer un chant mélodieux, Lovino serre sa baguette, voulant lutter en utilisant un sort... En vain ! Son seul espoir pour éviter de servir de repas n'est autre que Madame Bonnefoy.

© Joy & Ici
Serpentard
Serpentard
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Italie du Sud
ϟ Parchemins : 655
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas] Mar 14 Avr - 1:49

Un fiore pericoloso


Un simple regard posé sur une fleur et voilà une journée remplie de bonheur.





   Aodrena continuait de lutter avec les ronces de l'Alura Une, les attaques étaient rapides, ne lui laissant aucun instant de répit. Elle ne pouvait plus se permettre de perdre du temps, chaque second perdu face à ces ronces, était une seconde qui pouvait s'avérer mortelle pour son élève. D'autant plus que la mélodie de l'Alura Une continuait inlassablement, prenant une sonorité semblable à une marche funèbre aux oreilles de l'enseignante.

« Vous commencez sérieusement à m'agacer ! »

Quand on ne peut pas vaincre un obstacle, on peut le contourner, c'est ce que la blonde fit, elle lança un sort de feu pour désorienter les ronces et se créer une petite brèche. Elle sauta sur le mur qui la gênait et écarta avec ses mains la mince brèche formait, et parvint à se glisser de l'autre côté, au prix de nombreuses griffures. Elle essuya lentement de son pouce une fine traînée de sang sur sa joue, voire son sang l'agacer, mais ce qui l'agacer encore plus c'était de voir l'Alura Une tentait d'envoûter le jeune Vargas pour pouvoir mieux le dévorer. Elle envoya un sortilège au nez de la plante humanoïde qui arrêta son chant, surprise qu'on l'interrompt en pleine préparation du repas.

« Monsieur Vargas reprenez vos esprits ! Elle n'est pas humaine, vous ne pouvez donc pas tomber dans ses charmes si bien exposés. Vous êtes bien plus fort que ça ! »

Sa voix tonnait avec force, fixant tour à tour son élève et la plante gênante, la plante se pencha légèrement sur sa rose, scrutant Aodrena, perplexe.

« Sang... sang pas humain... »

L'enseignante tressaillie, surprise tout d'abord, elle n'avait pas imaginé une seconde que l'Alura un était capable de s'exprimer correctement, et visiblement, elle avait senti l'odeur de son sang à cause des écorchures qu'elle avait. Elle grinça ses dents, le regard haineux.

« En effet, mais je reste plus humaine que toi, saleté. »

La plante continua un instant de la dévisager, visiblement pas très convaincu par les paroles de la blonde. Aodrena serra les dents, c'est vrai qu'une part de son héritage biologique était assez particulière. C'est un fait, les Vélanes envoûtaient les hommes, dans un objectif primaire de reproduction, beaucoup ont encore cette pratique, d'autre parfois ce lie à l'humain en question, par véritable amour, mais cela était rare, l'humain n'étant pas accepté dans la communauté.

« Désolé ma grande, je suis bien humaine, et en plus végétarienne. Je suis friande de gelée à la rose, si tu vois où je veux en venir. »

Alura Une se sentit immédiatement menacer par la remarque de l'enseignante, elle lança ses roses blanches sur cette dernière, la blonde peina à les esquiver. Discrètement, la plante anthropophage approchait ses ronces pour attraper Lovino, sûrement pour éviter qu'il ne s'échappe. Aodrena remarqua le manège de l'Alura Une et lança un sortilège de feu sur les ronces, la plante hurla, les ronces battaient furieusement les airs, cherchant à éteindre les flammes. La blonde voulut en profiter pour accourir vers son élève, mais elle se retrouva brutalement face contre terre, sa jambe lui faisait affreusement souffrir. Aodrena regarda par-dessus son épaule, sa jambe était piégée dans un étau de ronce qui se resserrait de plus en plus, les ronces la traînèrent jusqu'à l'Alura Une qui affichait un grand sourire. L'enseignante dressa sa baguette, mais une ronce se glissa sur son poignet et le serra avec violence, elle étouffa un faible gémissement, et remarqua que toute l'attention de la plante était portée sur elle. C'était la situation idéale, pas pour elle, en effet, mais la plante était distraite, un bon sort de flamme bien lancé, et la plante finirait en un beau tas de cendres. Aodrena n'avait plus cas espérer que Lovino Vargas se débrouille bien en lancer de sortilège, sinon la situation allait rapidement devenir piquante. Surtout que les ronces lacéraient de plus en plus sa chair.





Dernière édition par Aodrena Bonnefoy le Mer 22 Avr - 17:22, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas] Dim 19 Avr - 17:33




Un fiore pericoloso

With Aodrena Bonnefoy


Gardant sa baguette en main, Lovino tente de lutter contre le chant mélodieux de la plante, il voudrait lui lancer d'autres sorts d'entraves ou simplement se protéger mais rien à faire, il est hypnotiser. Rajoutons à cela que l'Alura Une est belle plante (sans jeu de mot), l'italien a du mal à résister à son charme. Il va être manger tout cru...

Évidemment, c'était sans compter sur l'intervention de Madame Bonnefoy. L'enseignante ne voulant pas que son élève se fasse manger, attaque sans relâche la plante, évitant de justesse les ripostes de cette dernière qui répond à chacun de ses coups avec force et rapidité, ne laissant ainsi aucun répit à la pauvre Aodrena. Il était hors de question pour la plante que l'enseignante puisse rejoindre son élève, si jamais elle y parvenait, la plante pourrait dire au revoir à son dîner. L'Alura Une continua donc à attaquer Madame Bonnefoy et en parallèle, poursuit son chant hypnotique avec le Serpentard. Cette scène énerva encore plus l'enseignante.

- Vous commencez sérieusement à m'agacer ! Cria-t-elle.

Réfléchissant quelques instants, Aodrena se mit à lancer un sort pour désorienter les ronces afin de créer une brèches parmi celles-ci, elle sauta ensuite sur le mur qui la gênait et écarta avec ses mains la mince brèche qui s'était formé, parvenant à se glisser de l'autre côté, au prix de nombreuses griffures. Avec l'aide de son pouce, elle essuya une fine traînée de sang qui coulait de sa joue, à son expression faciale, on pouvait voir que l'enseignante était agacée par la plante. Elle lança un sortilège au nez de cette dernière, qui arrêta son chant, surprise qu'on ose l'interrompre. Aodrena essaie ensuite de faire reprendre ses esprits à l'italien.

- Monsieur Vargas reprenez vos esprits ! Elle n'est pas humaine, vous ne pouvez donc pas tomber dans ses charmes si bien exposés. Vous êtes bien plus fort que ça !

Elle lui cria cela en espérant que Lovino revienne à lui pendant que la plante se pencha légèrement sur sa rose, perplexe face à l'enseignante. Une brève conversation commença entre les deux.

- Sang... sang pas humain...

- En effet, mais je reste plus humaine que toi, saleté. Dit-elle, étonnée en voyant la plante parler avant de poursuivre. Désolé ma grande, je suis bien humaine, et en plus végétarienne. Je suis friande de gelée à la rose, si tu vois où je veux en venir.

A ces mots, l'Alura Une sentit une menace et sans attendre, se mit à attaquer Madame Bonnefoy, elle lui lança des roses blanches, que Aodrena esquiva in extremis. N'oubliant pas "son repas", la plante approche ses ronces du Serpentard pour éviter qu'il ne s'enfuit. Remarquant le piège, l'enseignante lança un sortilège de feu sur les ronces qui entourent l'italien, ce sort fit hurler l'Alura Une, ses ronces se battaient furieusement dans l'air, cherchant à éteindre les flammes. Profitant de la situation, Aodrena courut vers son élève, à cause la douleur, la plante l'avait lâché, l'italien était de nouveau libre.

Ce dernier assit les genoux au sol, secoua la tête afin de retrouver ses esprits, après quelques secondes, il se redressa pour se relever, toujours avec sa baguette en main. Se tournant vers les ronces, il recula dans une zone plus ou moins en sécurité. Observant la scène, il voit la plante qui s'attaque à l'enseignante, Aodrena se retrouve face contre terre, la plante l'avait piégée à la jambe dans un étau de ronce qui se resserrait à chaque secondes, prit au piège, la plante ramène Madame Bonnefoy vers elle, un grand sourire sur le visage. L'enseignante tente quand même de répliquer mais l'Alura Une n'est pas de cet avis, elle envoie une ronce se glissait sur son poignet pour le serrer avec violence, ce qui fit souffrir l'enseignante.

Ravalant sa salive en serrant fort sa baguette, si Lovino écoutait son instinct, il prendrait ses jambes à son cou... La plante tient Madame Bonnefoy, son enseignante est prise au piège, toute l'attention de l'Alura Une est dirigée vers Aodrena, la plante ne regarde plus l'italien. Grimaçant, le Serpentard se dit que c'est le bon moment pour lancer un sortilège à la plante, un sort qui la ferait disparaître une bonne fois pour toutes et qui délivrerait Madame Bonnefoy, Lovino lui doit bien ça, il s'agit de sa professeur préférée. Et ce sort n'est autre qu'un sortilège de feu ! Le Serpentard ravale une nouvelle fois sa salive, il se remémore la formule et avance doucement, il n'a jamais utilisé ce sortilège en dehors des cours, il espère que ça va marché. S'approchant de la plante, il a les jambes qui tremblent, il prend une inspiration et brandit sa baguette vers l'Alura Une, il l'a regarde bien en face et lance le sort.

- INCENDIO !

Des flammes jaillissent de sa baguette et se jetèrent sur les ronces, les roses blanches, etc. L'Alura Une se mit à brûler, elle cria pour exprimer sa douleur, son cri faisait mal aux oreilles. Furieuse, elle repose son attention sur Lovino et essaie de l'attaquer, il l'évite de justesse tandis qu'elle continue de brûler, souffrant atrocement, la plante lâcha Aodrena pour se concentrer, elle cherche un moyen d'éteindre les flammes mais rien, rien ne peut l'aider. L'Alura Une brûle jusqu'à devenir un tas de poussière. Titubant sur le coup, le Serpentard avait du mal à croire que c'était lui qui avait fait ça, il arbora un visage choqué suivit de quelques larmes en voyant la plante finir en poussière. Il range sa baguette et rejoint ensuite son enseignante en courant, les larmes aux yeux.

- Madame Bonnefoy !

Il s’agenouille près d'elle pour l'aider à se relever, séchant ses larmes, il s'assure que Aodrena va bien. Ils sont tous les deux dans un bel état avec leurs vêtements déchirés à certains endroits et leurs blessures, à la joue, au poignet et la jambe pour l'une et à l'avant-bras pour l'autre, en plus de la terre salissante. Esquissant un sourire, Lovino explique à Madame Bonnefoy qu'il a réussit, il a vaincu l'Alura Une ! Certes, ses jambes ont peut-être trembler pendant qu'il lançait le sort mais peu importe, il a réussi.

- Je l'ai fait, madame ! Je l'ai fait ! J'ai vaincu cette sale p'tain de plante !

© Joy & Ici
Serpentard
Serpentard
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Italie du Sud
ϟ Parchemins : 655
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas] Mer 22 Avr - 17:21

Un fiore pericoloso


Un simple regard posé sur une fleur et voilà une journée remplie de bonheur.





   Aodrena grimaçait de douleur, elle sentait son sang lui couler le long des membres, désagréable sensation, c'est poisseux, c'est collant et ça tâche. De plus sentir sa chair se faire lacérer par des ronces, n'est pas non plus une expérience vivement conseillée. La blonde se mordait la lèvre, hors de question de hurler de douleur pour satisfaire une plante aux pulsions sadiques. Elle entendit alors un léger bruit, mais impossible de détourner le regard de celui de l'Alura Une, ça serait lui donner un signe comme quoi quelque chose allait se passer.

«  INCENDIO ! »

L'enseignante vit alors des flammes se jetèrent sur les ronces, et le corps de l'Alura Une, la plante prit littéralement feu. Aodrena regarda comme hypnotiser cette plante qui agonisait, brûlée vive, cette dernière laissait échapper de terrible et puissant râle, si perçant et atroce. Mais pour la blonde impossible de se boucher les oreilles, les ronces se resserrèrent encore plus brutalement sur ses membres. Consumé par la douleur et la colère, l'Alura Une tenta de se venger sur l'origine de tous ses maux, mais les flammes qui la rongeaient l'empêcher d'agir à sa guise, consommant ses forces. La plante perdit son sang-froid, se débattant comme un beau diable contre le brasier qui l'a piégée, une lutte vaine, les ronces commencèrent à perdre de leur vigueur, relâchant enfin leur prise sur la blonde. Finalement, la plante ne devint qu'un tas de cendres, il ne restait plus rien de l'Alura Une, comme un cauchemar qui s'évapore sans laisser de trace, il ne restait que des blessures comme marque de son passage. Aodrena tourna mollement la tête, encore un peu hagarde par ce qui venait de se passer, et regarda son élève arriver en courant vers elle, en larmes.

« - Madame Bonnefoy ! »

L'étudiant aida la blonde à se relever, elle regarda son élève, ils étaient tous deux dans un sale état. Blessés, vêtements déchirés, tâchés, fatigués, comme dans ses films d'horreur moldu quand ils dépeignent un mort vivant. Aodrena écouta tranquillement le jeune Vargas, ce dernier lui expliqué tout, elle était si fière de lui, même si les jambes de son élève n'arrêtaient pas de trembler, son sourire gommait bien ce léger détail.

« - Je l'ai fait, madame ! Je l'ai fait ! J'ai vaincu cette sale p'tain de plante !
-Oui, vous l'avez fait. Vous êtes un brillant sorcier. »

Un doux sourire orna le visage d'Aodrena, doucement, elle passa sa main sur la joue de l'italien, puis elle récupéra sa baguette.

« Je vais vous soigner tout de même. En tout cas, vous avez été brillant ce soir, peu de botanistes ont connu une aventure comme la nôtre. Si plus tard, vous voulez percer dans ce domaine, vous pouvez rajouter cela sur votre CV, vous serez sûr de faire sensation, et même auprès de jeunes et charmantes botanistes. »

Elle agita alors doucement sa baguette, malgré ses blessures, et lança un sort de guérison sur son élève, la blonde observa les effets du sort, s'assurant que tout était soigné.

« Voilà. Si cela ne va pas, allez voir l'infirmière, ou si vous avez de la Dictame, vous pouvez en consommer, sinon en faire une essence. Mais normalement mon sort devrait être suffisant. Filez au lit maintenant, et je vous ferai un mot d'absence pour vos cours du matin, donc n'aille pas d'inquiétude, vous pouvez scier du bois tranquillement. Allez zou ! Zou ! »

Aodrena tapota l'épaule du jeune Vargas, et d'un signe de tête lui indiqua de repartir vers le château. Elle attendit que son élève part, puis regarda une nouvelle fois le tas de cendre avant de retourner à sa serre, exténuer, ayant besoin d'un peu de Dictame, et d'un café pour pouvoir pleinement assurer ses cours du matin. Une chance, qu'elle laissait toujours des vêtements de rechange dans un coin de la serre, comme ça la blonde allait pouvoir quitter ses haillons.





Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas

[TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas]» [TERMINÉ][Juin 1990] Wow...mon beau-père est un pas-doué. -feat Ulrich Beilschmidt-» [TERMINÉ][Septembre 1990] Excursion en forêt ! (feat. Aberthol Kirkland)» [TERMINÉ] [Janvier 1990 - Nuit du 20 au 21] - Lonely night» [Fevrier 1990] Une petite douceur sucrée (Ft Gawain Kirkland)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-RPG :: Les vieilles archives :: Anciens RP-
Sauter vers: