Partagez|

"A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Ven 15 Mai - 22:22

HONDA Kiku
Japon
Nom : Honda
Prénom : Kiku
Date de naissance : 23 décembre 1973
Lieu de naissance : Kyoto, au Japon
Âge : 17 ans
Année scolaire : 7e année
Maison : Serdaigle
Animal de compagnie : un adorable chaton nommé Shin'ju
Ascendance : sang-mêlé, de père moldu et de mère cracmole
Fratrie : un cousin retrouvé récemment, Kyosuke, fils de sa tante du côté maternel
Motivation : Kiku désire devenir professeur de botanique à Poudlard, après ses études. Il lui reste cependant de nombreuses choses à apprendre, et il craint la concurrence...
Don :  il possède une discrétion à toute épreuve et un appareil photo. Courez pour vos vies

Baguette : bois de cerisier, ventricule de dragon, 27 centimètre, plutôt rigide
Patronus : grue
Epouvantard : après les événements du camp, les cadavres de ses amis les plus chers, brûlés vifs.
Reflet dans le miroir du Riséd : lui et Ludwig, souriants, avec un enfant qui leur ressemble, et des tas de chiens et de chats
Odeur de l'Amortentia : L'odeur des vieux livres, des cerisiers et celle de Ludwig
Votre personnage peut-il voir les Sombrals : Oui, depuis l'attaque du camp
Matière préférée : botanique
Matière détestée : potions
Options : étude des Runes et soin aux créatures magiques
Courtois
Prude
Modeste
Pessimiste
Réfléchi
Fanboy
Studieux
Anxieux
Discret
Réservé
Passionné
Critique
Caractère : Toute sa vie, Kiku a été coincé entre deux extrêmes. Deux parts bien distinctes de lui-même, comme les deux faces d'une même pièce. Une pièce sale et terne quand on la voit de face, mais brillante et propre lorsqu'on la retourne. Il est Kiku Honda. Il est un jeune homme, mais aussi son contraire. Introverti, mais aussi très ouvert. Gêné pour un rien, mais aussi audacieux. Parfois la personne la plus déprimante du monde, et parfois la plus réconfortante. Silencieux comme une ombre, ou parfois trop bruyant. Etes-vous important à ses yeux? Souhaite-t-il vous protéger? Ou au contraire, préfère-t-il éviter votre compagnie? Car selon la place que vous occuperez dans son cœur, vous pourriez découvrir un Kiku bien différent de celui que vous pensez connaître...

Qu'est Kiku aux yeux de ses camarades de classe? Le petit japonais studieux, plutôt timide, qui ne parle que quand on l'interroge et ne se mêle pas aux autres. Celui qu'on n'entend jamais et qui ne donne pas son avis. Celui qu'on oublie. Kiku est depuis longtemps passé maître dans l'art de se faire oublier. Il brandit sa discrétion comme une armure, destinée à le protéger. Le protéger de quoi, me direz-vous? D'absolument tout. Le monde entier est un danger à ses yeux. Si l'on demandait à Kiku quelle est la chose dont il a le plus peur, il dirait sans doute qu'il craint d'être une gêne pour son entourage, de déranger. D'être indésirable. Le mal est cependant bien plus profond que ça. Si quelqu'un le bouscule, il s'excuse. Si quelqu'un se sent mal, il s'excuse. Si quelqu'un lui offre quelque chose, il s'excuse. Résultat d'une éducation mal inculquée par son père, chaque seconde de sa vie, il craint des représailles pour avoir mal agi ou mal raisonné. Il imagine toujours le pire dans toutes les situations. Alors pour éviter les écueils, il reste poli en toute circonstance. Son vis-à-vis fut-il la pire des ordures, si Kiku ne nourrit pas de haine profonde envers lui, il mesurera ses mots.
Pour éviter d'être plus encombrant qu'il ne l'est déjà, il a appris à travailler. Son affectation à Serdaigle n'a en effet rien d'un hasard. Habitué à bosser jusqu'à des heures impossibles lorsqu'il était enfant, la maison des aigles lui était toute désignée. De nature curieuse, avide de connaissance, il se renseigne en ouvrant un livre dès que quelque chose lui échappe. Autrefois traité comme un fayot pour ce comportement, il s'accoutume parfaitement à sa maison, puisque tous ses camarades ou presque agissent de la même manière. Il se sent à sa place, faute de se sentir à la hauteur.
Peu de gens l'approchent sans le connaître. Il est vrai qu'il n'en donne pas vraiment envie. S'il ne vous connaît pas, ses sourires se feront rares et ses expressions stoïques. Même s'il est anxieux intérieurement, il ne vous laissera pas lire en lui, pour que vous ne puissiez pas l'ébranler plus qu'il ne l'est déjà. Mais vous saurez que vous avez déjà gagné, qu'il vous est inférieur, car ses gestes, ses mots, son corps entier vous le fera comprendre. Il ne se vantera jamais, et ira même jusqu'à nier les compliments qu'on lui fait. Cependant il finira par les accepter pour ne pas vous contrarier. Ce n'est pas son genre de sauter de joie après avoir obtenu une bonne note: elle sera simplement rangée, comme si c'était normal. Il l'acceptera avec modestie, presque à contre-cœur. Parfois, il ira même jusqu'à dire qu'il aurait pu faire mieux, que votre devoir est meilleur que le sien sur tels points, alors que vous avez à peine la moyenne. Valoriser les autres est plus important à ses yeux que de se glorifier lui-même.

Anxieux, réservé, modeste, pessimiste, tel est le Kiku montré à la face du monde. Mais qu'en est-il de l'envers du décor? L'autre face de la pièce? Quel visage montre-t-il à ses amis, ses véritables amis? Les personnes qui lui sont chères connaissent son comportement et la faiblesse qu'il montre aux autres. Ils connaissent ses craintes mais aussi ses qualités, et tentent de les sublimer par leur amitié. Combien de conseils lui avaient-ils donnés, toutes ses années? "Lève la tête", "sois fier", "réplique", "tu as du talent", "tu es intelligent", "tu es mignon"... "Tu m'es précieux". Tous ses amis lui sont précieux. En réalité, Kiku se ment à lui-même depuis son enfance. Sa plus grande crainte n'est pas de déranger les autres, ou de devenir une gêne pour eux. Par dessus tout, il a peur d'être seul. De perdre ceux qu'il aime. Et ce sont ces personnes qui révèlent en lui tous ces aspects que les autres ne connaissent pas. Ceux qui lui sont proches connaissent ce sourire lorsqu'une belle photo sort de son appareil. Ils connaissent cet enthousiasme avec lequel il parle des fleurs et de la manière dont on s'en occupe, comme si elles étaient ses enfants. Il connaissent cette petite lueur dans le regard quand il mange quelque chose de salé, ou cet éclat d'intérêt lorsqu'il apprend de nouvelles choses. Ils connaissent ces larmes qu'il verse pour eux lorsqu'il est inquiet, ou ce rire qu'il lâche lorsqu'ils l'amusent, cette douceur lorsqu'il rassure, ce calme lorsqu'il dort, cette joie lorsqu'il les voit. La solitude révèle un Kiku torturé et défaitiste, et ses amis, un Kiku souriant et passionné.

Kiku aime les plantes. Rien n'est plus intéressant et important pour lui que de prendre soin d'une fleur, de l'aider à grandir et s'épanouir comme il faut. À ses yeux, ce sont des enfants fragiles, qui ont besoin d'aide pour devenir belles et pour apporter leurs bienfaits au monde, ou simplement pour l'embellir. Et il n'aime pas seulement les contempler, mais aussi les comprendre. Il connaît en effet le langage des fleurs par cœur et aime décorer la chambre qu'il partage avec Ludwig, Berwald et Wilhelm. Ce dernier a d'ailleurs nommé leur havre "Le dortoir fleuri", nom qui convient parfaitement au japonais. Il discute souvent de sa discipline préférée avec Antonio, avec qui il explore parfois les parcs de Poudlard pour trouver de nouvelles espèces. Il lui a promis d'un jour l'emmener aux confins du monde pour découvrir des spécimens rares, donnant à rêver au Serdaigle d'un avenir où il pourra vivre de sa passion, prendre plaisir à faire son travail en s'occupant de la santé de la flore, chaque jour durant. Inspiré par Mme Bonnefoy, son professeur de botanique, Kiku a décidé de prendre sa suite une fois ses études terminées et de devenir enseignant à son tour. Cependant, la perspective de réciter son cours devant une classe pleine d'adolescents l'angoisse terriblement. Son manque d'autorité pourrait bien lui coûter sa place.
Conciliant, la plupart du temps, le japonais pardonne facilement leurs erreurs aux autres, sans accepter les siennes. Il a le plus grand mal à gronder ses camarades, et plus particulièrement ses amis. Notre si sérieux Kiku aurait sans aucun doute fait un très mauvais préfet. Certains lui disent qu'il est trop gentil, trop coulant avec autrui. Mais comme dit plus haut, il a si peur de se retrouver seul qu'il ne contredit personne et ferme les yeux sur la moindre bêtise, sauf cas exceptionnel. Si quelqu'un le déçoit à plusieurs reprises, en revanche, il finit par abandonner, décrétant qu'elle n'est pas digne de confiance et ne tient pas réellement à lui. Elle ne peut donc être considérée comme un ami. Vous feriez une erreur en le prenant pour un idiot. Cependant, il sait aussi être d'une naïveté affligeante. Si la plupart du temps notre Serdaigle parvient à détecter les mensonges, ou à s'adapter à la perfection à son environnement, il est terriblement aveugle en ce qui concerne ses propres sentiments, et il en va de même avec les relations. Comme on dit, ceux qui en parlent le plus en comprennent le moins. Lui qui tente sans arrêt de venir en aide à des couples, à conseiller des cœurs en péril, il ne comprend même pas le sien. Il ne sait faire la différence entre une amitié forte et un amour naissant, ou entre des sentiments et de l'éblouissement. Alors il les enferme, et n'en laisse rien paraître, repoussant ce qu'il ne comprend pas ou ce qui l'effraie.
À la place, il admire. Son appareil toujours accroché à son cou, il imprime ce qui l'entoure sur du papier glacé. Les étoiles la nuit, les fleurs couvertes de rosée, les sourire de ses amis. Parfois il les fige dans un instant de bonheur éternel, parfois il leur donne une seconde vie sur des photos sorcières. Et rien n'est plus beau à ses yeux que la vue de deux personnes qui s'aiment. Une chose à la fois forte, indestructible, mais aussi extrêmement fragile, qu'il faut protéger. Il donne un souffle millénaire à ce papillon si éphémère, et le range parmi d'autres baisers, d'autres étreintes, d'autres contacts. Un amour est pour lui la plus magnifique mais aussi la plus sensible des fleurs.
Et ce n'est pas, à ses yeux, la seule chose à défendre. L'affection qu'il a pour ses amis lui fait parfois pousser des ailes et lui donne un courage improbable chez lui. Il n'y a plus de Kiku réfléchi, pacifiste et servile. Avec le peu de pouvoirs qu'il possède, même s'il se sent impuissant, il tentera tout pour protéger ceux qui lui sont chers. Même s'il faut se mettre entre eux et le danger, et se sacrifier. Sa propre existence lui importe peu, à côté de la leur. Beaucoup lui reprochent cette attitude suicidaire, car sa vie a de la valeur pour eux et rien ne les blesse davantage que de le voir se mettre en péril pour leur compte. Mais lui ne pourrait supporter de les perdre. Alors même s'il est prévenu, il recommence, à chaque fois. Et il se satisfait en se disant qu'il a fait la chose juste, et aidé quelqu'un qu'il aime. Il a besoin d'eux pour être brave, mais aussi pour le soutenir lorsqu'il est au plus bas. Quand tout lui paraît sombre et qu'il n'a nul part où s'enfuir, il peut toujours compter sur eux pour lui faire remonter la pente et le rassurer, ou pour le complimenter lorsqu'il se dénigre et qu'il se sent misérable.
Et il a d'autant plus besoin d'eux à présent que cette marque maudite est inscrite sur son dos, menaçant de le transformer en monstre à tout moment. Il en est malade. Cette anxiété qu'il parvient à repousser lorsqu'il est accompagné resurgit un fois seul, et il souhaiterait disparaître avec ce fardeau. Il est devenu un fardeau. Mais il a fait la promesse à ceux qu'il aime de ne pas se laisser atteindre par tout ça. D'être fort et de continuer à se battre à leurs côtés. De ne pas rester cet enfant prostré qui avait peur de faire du mal aux autres par sa simple existence. Il n'est plus seul et ne les remerciera jamais assez pour ce simple cadeau.

Voici que les deux faces sont à découvert. Il faut parfois savoir regarder au delà des apparences, et même s'il vous semble repoussant ou inintéressant au premier abord, Kiku Honda a bien plus à offrir que vous ne pourriez le croire. Et vous seriez mal avisé de vous attaquer à ceux qui ont su voir plus loin en lui que la plupart des individus.
Physique : Si vous croisiez Kiku pour la première fois au détour d'un couloir, ou si votre regard s'attardait un instant sur lui alors que vous déjeunez dans la Grande Salle, votre première pensée serait sans aucun doute "Tiens? Il doit être japonais, lui". Vous ne croiriez pas si bien dire. Ou si le doute vous tient encore quant à sa nationalité exacte, vous ne pourriez nier qu'il possède le type asiatique par excellence. Car en plus de bénéficier du caractère que l'on attribue généralement à nos amis nippons, Kiku en a l'apparence claire.  

Le premier indice de son appartenance au Pays du Soleil levant est tout d'abord sa peau. Pourvu d'un teint de neige très démonstratif du temps qu'il passe au soleil, Kiku prend garde à ne pas trop s'exposer, son épiderme étant en effet très sensible aux UVs. S'il restait ne serait-ce qu'une demi-heure sans protection, à l'air libre, vous le retrouveriez couvert de coups de soleil douloureux, ou dans le meilleur des cas, fortement bronzé. Prétextant son apparence suffisamment ingrate, le Serdaigle prend garde à couvrir d'écran total les parties exposées de son corps chaque fois qu'il souhaite sortir. Il n'applique rien dessus à par ça, si l'on exclue une crème hydratante, les saisons de grand froid écossais, pour éviter d'avoir la peau sèche. À noter également qu'il marque énormément lorsqu'il reçoit un coup. Les bleus, bien que rares vu la fréquence à laquelle il se bat, trébuche ou se blesse, sont extrêmement apparents sur lui, se détachant clairement sur la surface laiteuse de son visage et ses membres. Heureusement, la magie permettant de guérir ce genre d'accident à une vitesse phénoménale, il ne les garde jamais longtemps.
Une autre partie de son anatomie dont le japonais prend le plus grand soin est ses cheveux. Tout comme ceux de sa mère, ce dont il est très fier intérieurement, ces derniers sont raides et d'un noir de jais, soyeux, coulant entre les doigts comme du liquide. S'il a, en tant normal, horreur que l'on lui frotte la tête ou que l'on touche à son crâne, c'est pour un raison bien précise. Kiku déteste plus que tout au monde avoir les cheveux ébouriffés ou sales. S'il avait le malheur de les laisser plus de trois jours en l'état, il ne saurait se concentrer sur autre chose que cette sensation pesante, inconfortable à ses yeux. Et puis, qui sait où avaient traîné les mains de ceux qui lui tapotaient affectueusement la tête? Il préfère ne pas y penser. Ainsi, pour être sûr d'y échapper, il les lave tous les deux jours et s'en occupe consciencieusement. Il ne va jamais chez le coiffeur mais n'en a nul besoin, puisqu'il coupe lui-même sa chevelure. La symétrie et la précision étant de rigueur, mieux vaut ne pas le déranger dans un tel moment de concentration. Auquel cas, le moindre millimètre de trop, la moindre coupe de travers serait synonyme de catastrophe. Il aime à garder toujours la même coiffure, laissant sa frange longue, couvrant son front avec douceur, ainsi que des mèches sur ses joues, qui s'agitent au moindre coup de vent. Qu'il s'agisse de sa peau ou de ses cheveux, il en prend d'ailleurs d'autant plus soin depuis que Ludwig lui a dit qu'il les aimait.

Comme autre preuve de ses origines, sa taille a aussi de quoi donner quelques soupçons. Kiku avait toujours été plus petit que tout le monde, du plus loin qu'il s'en souvienne. Et ceci ne concernait pas seulement Poudlard, mais également les écoles japonaises qu'il avait fréquentées. Les nippons étaient d'une taille inférieure à la norme européenne, dans la majorité des cas, mais notre Serdaigle était plus petit encore. Lors de sa troisième année, sa croissante avait pris la décision de s'arrêter au mètre soixante-cinq, ce qui était loin d'être une taille acceptable à ses yeux. Ses camarades passent ainsi leur temps à le regarder de haut, ce qui n'arrange en rien sa manie à toujours se rabaisser. Comble du malheur, il découvrit que ce serait sa stature définitive, en prenant une potion qui lui révéla son apparence future. Il fut dépité de découvrir que même adulte, rien ne changerait de ce côté-là. Il serait condamné à rester d'une taille enfantine, avec des épaules enfantines, mes membres enfantins, et des mains enfantines -dont il ne se plaint généralement pas trop, les appréciant dans une certaine mesure. Et le concernant, on ne peut noter sa petite taille sans aborder aussi son poids plume, conséquence direct de sa médiocrité en sport. Dire qu'il est faible dans cette discipline serait un euphémisme. Il est sans doute la personne la moins endurante que vous puissiez rencontrer, et il est étonnant, et chanceux pour lui, qu'il ne souffre pas d'asthme. Courir quelques dizaines de mètres suffit à l’essouffler, et les escaliers sont ses ennemis mortels. Impossible pour lui de développer la moindre musculature s'il ne fortifie jamais son corps. Pour ne rien arranger, il souffre d'un vertige maladif, qui l'empêche même de monter trop longtemps sur un balai ou de pratiquer le Quidditch, qui aurait pu l'aider à améliorer sa condition physique. Bien qu'il tente depuis peu de surpasser sa peur du vide, l'exercice reste l'une de ses bêtes noires, si l'on exclue les arts martiaux. Il en a en effet pratiqué dans sa jeunesse, mais se concentrait sur ceux qui ne nécessitait pas de force physique excessive, et consistaient surtout à retourner celle de l'adversaire contre lui-même. Il se révéla étonnamment doué, cette discipline étant sa seule chance d'un jour se défendre en combat non-magique. Bien qu'il prétende grâce à ça avoir une "musculature fine", sa constitution se révèle tout de même frêle, maigrichonne, bien qu'elle ajoute en délicatesse à son visage et sa stature.  

Son faciès, parlons-en! Malgré ses joues pleines et ses pommettes rondes telles celles d'un enfant, son visage ne manque pas de maturité. Il dégage un calme apaisant, placide et honnête, tout comme la personne qu'il représente. Quelques tics nerveux se glissent parfois cependant sur ses expressions posées, comme un gonflement de joues, un mordillement des lèvres, ou un petit froncement de nez ou de sourcils, presque imperceptible. Sa bouche fine est même parfois décorée d'un sourire, qu'il n'adresse qu'à ceux qui en valent vraiment la peine. Il peut être amusé, tendre, admiratif, ironique, et parfois amoureux. Et qu'en est-il de ses yeux? De ces orbes qui sont censées être le reflet de l'âme? Dans son cas, malheureusement, se produit plutôt l'effet inverse. Ses iris déjà très foncées au soleil, d'un chocolat noir des plus tentants, deviennent d'un noir total une fois à l'ombre, donnant une impression d'absence de pupilles qui en a déjà perturbé plus d'un. Ce simple détail lui avait donné des surnoms peu agréables en primaire, où ses camarades décrétaient que s'il regardaient trop longtemps à cet endroit, ils seraient maudits ou perdraient leur âme. Pour ne rien arranger, ses yeux sont couverts de longs cils droit et épais, aussi sombre que ses cheveux, qui lui donnent parfois un air las ou somnolent. Ne croyez pas l'ennuyer en lui racontant vos déboires: ses cils seront peut-être simplement dans le passage.

Quoi que l'on en dise, un corps plaisant ne suffit pas à constituer une personne plaisante, et donc l'habit fait définitivement le moine. En ce qui concerne notre sorcier, la tenue scolaire fait office d'uniforme militaire à ses yeux. Il doit être propre, repassé, tiré à quatre épingles et porté correctement. Chemise rentrée soigneusement dans le pantalon, pull présent et sans une peluche qui dépasse, chaussures nettoyées et cirées, cravate droite et bien nouée, fallut-il s'y reprendre à trois fois. Et enfin, la robe de sorcier, dont la poitrine exhibe fièrement l'insigne de la maison bleu et bronze: les Serdaigles. Si ses vêtements de cours ne présentent aucun défaut, il se montre plus détendu le week-end arrivé. Portant souvent des pulls confortables, ou des chemises, il conserve un style classique, affectionnant aussi les écharpes et les gants. Les kimonos se font plus rares et il ne les revêt qu'à des occasions spéciales, bien que ce soient ce qu'il préfère et porte avec le plus d'élégance. Pour finir, en qualité de pyjama, il utilise souvent un survêtement rouge qui lui sert aux rares occasions où il faire du sport. Généralement accompagné d'un t-shirt blanc des plus simples, il y ajoute une veste à col mao lorsqu'il fait froid, et il s'agit sûrement de sa tenue la plus décontractée.

Qui que vous soyez, vous serez toujours plus grand que Kiku Honda. Son apparence en parfaite harmonie avec son mental et son désir de discrétion, vous pourriez bien oublier très vite son existence après l'avoir bousculé. Mais encore une fois, regardez-y à deux fois, retournez-vous. Vous pourriez découvrir un certain charme que certains n'apprécient pas à la juste valeur, lui le premier.
Histoire : Si vous êtes un ami proche de Kiku Honda, vous connaissez déjà son histoire. Quiconque cherche à le connaître, à comprendre son caractère, ses tiques, ses passions, est forcé de se plonger dans son passé pour comprendre qui il est, et qui il a été dans son enfance, avant Poudlard, avant la magie, avant ce qu'il considère comme son salut.

[Lily of the valley & lotus]
"Softeness" & "Purity"


Comme l'indiquent son attitude et son apparence, Kiku est japonais, kyotoïte, plus précisément. Né dans la partie la plus traditionnelle de son pays natal, il a été élevé dans ces mêmes traditions. L'honneur mais aussi la modestie étant des valeurs indispensables pour grandir en bon nippon, il devait apprendre à briller, avec discrétion. Se distinguer dans un domaine était une excellente chose, mais ce n'était pas une raison pour s'en vanter. Alors il avait appris à ne pas être trop heureux d'un bon résultat. La réussite était obligatoire, mais naturelle, ainsi elle n'avait rien d'extraordinaire et ne devait pas provoquer de réaction excessive. Et ce qui valait pour les résultats valait aussi pour la richesse: sa famille n'était certes pas modeste, grâce aux nombreuses batailles et terres remportées par sa vieille et illustre famille. L'enfant n'avait jamais manqué de rien, et sa maison était plutôt grande, possédant trois ailes, ainsi qu'un grand jardin arrière. Mais jamais il n'aurait eu la bêtise de s'en servir pour frimer. La jalousie ou l'envie n'était certes pas des formes d'amitié que l'on aimait à s'attirer.
Les parents de Kiku étaient des personnes calmes, posées, chacune à leur manière. Sa mère, Suzuran Yamamoto de son nom de jeune fille, possédait une grâce rare, même pour une japonaise, et était danseuse dans sa jeunesse, avant d'être forcée d'arrêter pour cause de "santé fragile". Son fils n'entendit jamais d'autre terme que celui-ci pour désigner ce que sa mère avait, lorsqu'il la voyait assise dans son futon, parfois des jours entiers. Elle était d'une douceur incroyable, et traitait chaque chose comme un être précieux et important. Bien qu'elle soit forcée de se comporter en dame digne en société, elle était toujours pleine d'affection pour Kiku et s'occupait de lui dès qu'elle en avait l'occasion. Renge Honda, quant à lui, était un homme moins démonstratif. Il se montrait embarrassé dès que sa femme lui demandait de s'occuper du petit, mais sa rigidité cachait simplement une grande maladresse avec les enfants. Il ne savait comment contrôler ces petites personnes qui bougeaient en permanence et se fichaient bien des règles établies par les anciens code japonais, qui prônaient le silence et la simplicité. Mais si l'on excluait les déboires du quotidien auxquels aucun parent n'échappe, le couple était heureux, et s'aimait profondément. Cette famille avait cependant ses secrets. Qu'il s'agisse de sa mère ou de son père, Kiku découvrit à l'âge de 8 ans que tous deux cachaient bien des choses, bonnes ou mauvaises.

[Chrysanthemum]
"Truth"


Kiku aimait par dessus tout jardiner avec sa mère. Elle lui apprenait à prendre soin de chaque plante qui grandissait dans leur jardin, à arroser chaque bulbe, chaque fleur, et à éloigner les parasites qui leur voudraient du mal. Il trouvait fascinant de parvenir à protéger cette vie si infime par rapport à la leur, et qui pourtant avait tant d'importance. Des insectes répandaient le pollen des fleurs, permettant à d'autres de naître à leur tour, et de purifier un peu plus l'air de leur planète, ainsi qu'à la rendre plus belle. Il se passionna rapidement pour ce passe-temps, bien que son père demanda à sa mère de ne pas lui enseigner une discipline si féminine. En effet, les japonaises étaient souvent initiées à l'arrangement floral, mais Renge ne souhaitait pas voir son fils suivre ce genre de voie. Tout comme il refusa de le voir pratiquer la moindre sorte de danse. Malheureusement pour lui, il ne pouvait surveiller sa femme et son fils en permanence, et dès qu'il s'absentait, ces deux-là en profiter pour s'occuper de leur jardinière, colorée et fleurie. Suzuran avait planté toutes sortes de choses: des cactus, du mimosa, des melianthus, des volkamerias et beaucoup d'autres. Et protégeant de ses branches la maison, un magnifique cerisier, planté là depuis des années, comme un garde veillant sur la famille Honda. Kiku avait d'ailleurs failli être nommé après cet arbre, et cela le rendait fier, sachant à quel point il était important pour sa mère. Mais donnant naissance à un garçon, elle avait opté pour le chrysanthème, inscrit sur l'emblème de leur famille, et qui fleurissait magnifiquement tout le long de l'année, en n'importe quelle saison. L'arbre avait toujours été là, du plus loin que l'enfant s'en souvienne. La première fois qu'il l'avait vu, il était resté ébahi devant la taille de ce végétale, plus grand que n'importe quelle plante que faisait pousser sa mère. Lorsqu'il fut habitué à son immense présence, Kiku s'amusa souvent avec. Il l'utilisait pour jouer à cache-cache, ou rassemblait les fleurs qui tombaient de ses branches pour les lancer au dessus de sa tête et simuler une transformation lors d'un jeu. Quand des invités leur rendaient visite, ils admiraient tous le grand arbre, qui était en quelque sorte devenu le symbole de cette maison.
Toujours est-il qu'au début du printemps 1982, alors que le cerisier aurait dû briller de vie, éclatant de santé, il dépérissait. Ses fleurs si douces d'ordinaire tapissaient la pelouse, flétries et ternes. Aucun des soins que Suzuran ne lui apportait ne l'aidait à se rétablir. Attristée, elle craignait qu'il ne meure. Mais Kiku ne pouvait pas accepter ça. Ce cerisier était là depuis sa naissance, et il refusait de rester là, impuissant, à le regarder se ratatiner pour au final devoir être coupé. Comme pour lui rendre ce qui lui appartenait, il avait pris une poignée de pétales entre ses doigts et avait tendu les mains vers l'arbre, comme s'ils allaient s'envoler et reprendre leur place sur la branche dont ils étaient tombés. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, c'est exactement ce qui se produisit. Les fleurs se reformèrent entre ses doigts, reprirent leur couleur, et s'en retournèrent vers leur lieu de naissance pour s'y raccrocher. Bientôt, l'herbe fut vide du moindre pétale, ces derniers ayant tous retrouvé leur position originale. Le japonais fut incapable de comprendre ce qu'il s'était passé. Mais il comprit en contemplant le visage rayonnant et ému de sa mère qu'elle, le savait. Le prenant dans ses bras, elle murmura des mots qui pour lui n'avaient aucun sens, mais qui pour sa génitrice, était la plus belle nouvelle du monde. "Tu en es un".

Un sorcier. Il n'en crut pas ses oreilles en premier lieu. Sa mère devait fabuler. En plus de la santé, elle avait aussi perdu la raison! Et pourtant, seule une profonde sincérité brillait dans ses yeux, alors qu'elle expliquait à son fils ses origines, leurs origines. Les grands-parents maternels de Kiku étaient des sorciers, et ceux du côté de son père étaient ce que l'on appelait des "moldus", c'est à dire des personne dépourvues de pouvoir magique. Sa tante avait obtenu cette magie qui était généralement plus forte que les gènes moldues, mais Suzuran, elle, n'avait rien eu. Elle était ce que l'on appelait une "cracmole", une enfant sans pouvoir dans une famille de sorciers, et qui se révélait extrêmement rare. Elle craignait depuis la naissance de son fils qu'aucune magie ne se manifeste jamais chez lui, mais il venait manifestement d'en faire l'usage, sans s'en rendre compte. Cela commençait toujours ainsi: des capacités que l'on ne contrôlaient pas, que l'on ne souhaitait peut-être même pas. Pourtant, Kiku avait bien souhaité agir sur l'arbre pour qu'il fleurisse à nouveau, pour le sauver. Il avait réussi cela par sa propre volonté, et sa mère l'imaginait déjà en puissant sorcier dans le futur. Pourtant, une fois l'instant passé, le japonais ne ressentait plus rien, mais sa génitrice prétendit que cela viendrait au fil du temps, et qu'il fallait à tout prix qu'il s'entraîne pour accroître ses pouvoirs. Elle lui confia dans ce but un imposant grimoire d'"Histoire de la Magie" qui lui offrirait toutes les connaissance nécessaires à son apprentissage. Kiku ne tarda pas à le dévorer, mais c'était insuffisant. Il en demanda toujours plus à sa mère, étudiant avec elle les livres de sorts, de botanique ainsi que les bestiaires. Il passa trois mois merveilleux grâce à elle, découvrant enfin le monde qui lui était destiné. Mais il y avait une condition à tout cela: ils ne devaient jamais en dire un mot aux moldus, en particulier à Renge. "Ce sera notre secret" lui dit-elle avec un sourire espiègle. Kiku respecta cette promesse, qui devint comme un jeu entre sa mère et lui.

[Gladiolus leaves]
"Death"


Malheureusement, ces semaines heureuses qu'il passa avec sa mère furent de courte durée. Le verdict tomba un beau jour d'été. Les oiseaux chantaient, les fleurs s'épanouissaient au soleil, la journée était pleine de promesse, et pourtant elle n'hésita pas à devenir la plus horrible de son enfance. Kiku avait été obligé de retourner à l'école, une fois les vacances de printemps terminées. Mais rien ne pouvait l'empêcher d'étudier aux côtés de sa génitrice, qui l'accueillait tous les soirs dans sa chambre pour sortir leurs ouvrages et entraîner le petit garçon à la magie. Chaque jour, il faisait de son mieux, se concentrant de toutes ses forces pour parvenir ne serait-ce qu'à créer une fleur ou bouger un objet, un liquide. Il lui fallut quelques séances pour y arriver, et c'est en parvenant à faire voler une pièce d'échec qu'il laissa déborder sa joie, tout comme sa mère qui finit par lui demander le silence, pour ne pas alerter la père de famille. Elle lui promit de continuer le lendemain soir, une fois son fils rentré de l'école.
Mais cette séance ne vint jamais. Le jour suivant, alors qu'il venait de rentrer, Kiku découvrit son père et les servantes de la maison, à la porte de la chambre de sa mère. Certaines pleuraient, d'autre semblaient horrifiées, et Renge était au milieu, immobile, raide. C'est en le rejoignant que Kiku comprit. Ou plutôt qu'il ne comprit pas. Sa mère était étendue dans son lit, sans bouger, et c'est après l'avoir appelé plusieurs fois que l'on lui annonça l'affreuse nouvelle. Suzuran Honda s'était éteinte dans l'après-midi. Tous les rêves qu'il avait construits volèrent en un instant en éclat. Sa mère qui l'accompagnait à la gare le jour de la rentrée à Poudlard. Eux deux faisant ses devoirs pour que ce soit encore plus amusant. Ses encouragements le jour où il passerait ses examens... Tout partait en fumée. Il la pleura le temps d'une nuit. Mais il était sûr que cette nuit de souffrance lui suffirait pour le reste de ses jours. Il se trompait.

[Basil]
"I hate you"


Si Kiku pensait autrefois son père sévère, rigide, il comprit bientôt le sens de ces mots ainsi que celui du terme "insensible". Après la mort de sa femme, Renge ne devint guère plus que l'ombre de lui-même. Tout bon sentiment qu'il possédait autrefois, et que Suzuran parvenait à faire ressortir, semblait avoir disparu. Il fut forcé de rester davantage à la maison pour s'occuper de son fils, pour endosser le rôle que son épouse avait autrefois. Excepté qu'il l'accomplissait différemment. Disparues, l'attention et la douceur. Il ne restait plus qu'un bourreau, un tortionnaire qui lui commandait de travailler du matin au soir. Interdit de sortie la journée, Kiku se contentait de rester à son bureau, bossant le jour, et bossant la nuit. Etudier la magie aurait pu rendre tout cela un peu plus supportable pour lui, si l'accès aux livres de sa mère n'avait été condamné. De jour en jour, il avait la sensation que ses pouvoirs s'amenuisaient. Il ne pouvait plus rien fabriquer, ni rien faire bouger. Le manque d'entraînement, non, le manque de mère, lui faisait oublier ce qui était important, ce qui avait eu de la valeur à ses yeux quelques semaines plus tôt. Il passa son été ainsi, seul, à ne faire rien d'autre qu'étudier.
Les choses ne s'arrangèrent guère à la rentrée suivante. Renge l'ayant changé d'école sous prétexte que son établissement n'était pas assez sévère, Kiku perdit le peu d'amis qu'il s'était fait et qui auraient pu rendre son quotidien un peu moins détestable. Et il comprit vite que ce n'était pas dans le nouveau qu'il passerait des années agréables. Chaque élève de sa classe était décidé à le rabaisser, à lui faire payer ses moindres bonnes notes à coup de boulettes de papier, d'inscriptions sur le bureau ou de brosse de tableau pleine de craie. Si Kiku avait l'illusion qu'une école privée serait plus structurée et ses élèves plus matures, il fut vite détrompé. Ses camarades appuyaient sur chacun de ses points faibles, allant jusqu'à citer ses yeux noirs d'encre pour le traiter de fantôme ou de mort-vivant. Des rumeurs couraient sur lui, décrétant que si l'on le regardait directement, notre âme pouvait être volée, ou que l'on pouvait être maudit. Tout cela était stupide, bien entendu, mais les enfants sont eux-mêmes assez stupides et influençables. Il suffisait que le rigolo de la classe dise quelque chose de désobligeant pour que tous les autres le suivent. Kiku apprit cette année-là à quel point les enfants pouvaient être cruels.
Il découvrit aussi que c'est dans les moments les plus sombres de notre vie qu'une lueur d'espoir, aussi infime soit-elle, peut venir illuminer votre quotidien. C'est le jour de ses 9 ans que le japonais rencontra Pochi, un petit chien errant auquel il donna ce nom. Le chiot ne cessa de le suivre partout dès qu'il faisait son trajet entre la maison et l'école. Ce n'était pas grand chose, et pourtant l'idée d'avoir un allié, un ami qui l'attendait devant le portail scolaire parvenait à lui redonner le sourire, à l'aider à supporter les coups bas dont il était l'objet. Il défendait l'animal contre tout ce qui pouvait bien l'effrayer, et le chien de son coté rendait plus paisible son quotidien, qui était devenu un enfer. Mais encore une fois, le destin décida que cette aide était trop demander. Quelques mois plus tard, Kiku prit la route seul. Pochi n'était pas là pour l'attendre. Peut-être était-il allé se balader ailleurs, il n'en savait rien. C'est sur le chemin qu'il le découvrit, blessé, la fourrure couverte de sang. Terrorisé à l'idée de le perdre lui aussi, comme sa mère, il courut le plus vite possible vers une clinique vétérinaire, mais une fois arrivé, le médecin lui annonça qu'il était déjà trop tard. Kiku ne comprenait pas ce qui avait pu se passer. Son ami avait toujours été si prudent, et il avait eu un accident? Il n'arrivait pas à accepter cette conclusion. Et personne n'était là pour partager son chagrin. De nouveau, il se retrouvait sans personne pour le soutenir ou le comprendre.

[Yellow tulip]
"One way love"


C'est là qu'elle arriva. Resplendissante, aimable, le cœur sur la main. Kiku n'avait jamais vu une personne aussi belle et aussi compréhensive.  Il avait toujours cru que "briller" n'était qu'une métaphore, que cela relevait des études ou de la richesse, mais il se trompait, et le comprit en la rencontrant. Cette fille-là étincelait pour de bon. Il fut bien sûr méfiant au départ, pensant qu'elle était comme les autres, qu'elle ne ferait pas exception à la règle, et le détesterait elle aussi, malgré son visage angélique. Elle fit exception. Et le japonais n'avait pas à s'inquiéter: Senka allait devenir sa meilleure amie, sa grande sœur, son phare dans la tempête, et bien plus encore. Il la rencontra un jour où il s'était réfugié dans la cour des maternelles pour échapper aux autres étudiants qui lui voudraient du mal. Alors qu'il commençait à somnoler sur un banc, il fut tiré de sa torpeur par ce visage si doux, alors qu'elle l'accostait. Comprenant vite qu'il n'était pas du genre à se laisser attendrir, elle lui demanda sans plus de cérémonie de devenir son ami. Si il crut d'abord à une blague, il ne tarda pas à se laisser convaincre par les paroles et les yeux sincères de la fillette. Ils étaient semblables à ceux de sa mère le jour où elle lui avait annoncé qu'il était un sorcier. Ce souvenir le poussa à avoir un instant confiance en elle. Mais son sentiment de sécurité fut total lorsqu'elle découvrit son secret. Aujourd'hui, Kiku serait partagé entre l'idée de dire qu'il avait été stupide, mais aussi très avisé d'utiliser sa magie devant Senka. S'il avait failli révéler l'existence du monde sorcier aux moldus, il avait cependant gagné la meilleure des amies, une de personnes qui l'aiderait à grandir et à devenir ce qu'il est maintenant. Toujours est-il qu'un enfant avait trébuché sous leurs yeux, et avait commencé à pleurer, blessé dans sa fierté comme dans sa peau. La demoiselle tentait de le rassurer en le faisant rire, ce qui lui ressemblait bien, mais Kiku, lui, avait autre chose en tête. Depuis la mort de sa mère, il avait été incapable de produire le moindre sortilège. Sa solitude l'avait coupé de tout, comme enfermant ses capacités sous un verre, pour qu'elles s'éteignent petit à petit, essayant de survivre à la recherche d'un peu d'air. Mais s'il parvenait à briser le verre? Son désir d'aider l'enfant et sa rencontre avec Senka le poussèrent à essayer. Il se répétait intérieurement qu'il n'était pas seul, ou que même s'il l'était, même si la jeune fille le fuyait, il aurait bien agi en aidant l'enfant. C'était à cela que servait sa magie, et Suzuran lui avait répété de nombreuses fois: "Tes pouvoirs sont destinés à faire le bien autour de toi. C'est en souhaitant protéger que tu parviendras à les contrôler". Ces mots l'habitèrent alors qu'il parvenait à refermer les plaies du garçon, ne laissant aucune cicatrice apparente. Il était persuadé qu'à présent, les deux autres allaient le fuir, effrayés par ce qu'il venait de faire. Mais au contraire, ils restèrent, et en redemandèrent. Senka était impressionnée, décrétant qu'il était génial et que tout le monde devait le savoir. Il lui fit cependant promettre de garder son secret, et en échange, il s'engageait à accepter son amitié. C'est ainsi qu'ils devinrent inséparables.
Senka lui apprit à devenir une personne meilleure. Du sang français coulant dans ses veines, elle avait été éduquée bien différemment de lui, loin de toutes les traditions japonaises humiliantes. Elle était décidée à faire ressortir chez lui les qualités dont il manquait à ses yeux: la confiance, l'amour-propre, et les sourires. Ils s'aidaient dans les matières où l'autre avait du mal, riaient ensemble, s'affrontaient tels des rivaux lors des examens... La vie de Kiku devint plus paisible qu'elle ne l'avait jamais été. Les autres élèves de l'école avaient cessé de l'importuner, stupéfaits de voir en quel compagnie il était. Senka avait toujours été apprécié de tout le monde, et avait beaucoup d'amis. Amis qui la laissèrent tomber en découvrant avec qui elle traînait désormais. Elle s'en moquait. "S'il partent, c'est qu'il ne tiennent pas à moi", disait-elle. Kiku appliqua ce conseil pour le reste de sa vie. La présence de l'autre leur suffisait. La compagnie de Senka parvenait même à adoucir ses soirées si sombres, où il ne faisait que travailler chez lui, sous l’œil courroucé de son père. Il parvint même à réutiliser la magie, montrant à son amie chacun des tours qu'il parvenait à produire, sous ses yeux ébahis. Il fabriqua même une grue en papier qu'il ensorcela pour pouvoir converser avec son amie, qui avait été placée dans une classe séparée de la sienne, l'année suivante. Au fond de lui, il espérait que cette fois, rien ne viendrait gâcher son bonheur.
C'était sans compter sur un événement qui lui ferait perdre les derniers égards de Renge. Son ami décida de l'inviter au Tanabata avec elle, mais comme toujours, Kiku ne pouvait sortir de chez lui après son retour de l'école. Cependant, la perspective de participer à un tel festival fut plus fort que l'autorité de son père. Il fugua, le temps d'une soirée. Il passa un merveilleux moment en compagnie de Senka et ses parents. Hélas l'amusement fut de courte durée, puisque son père, après avoir découvert son absence, le retrouva à la fête et lui hurla dessus devant tout le monde. Mais rien, pas même la honte de subir cela devant toutes ces personnes, et devant son amie et ses parents, ne fut pire que les mots que Renge prononça ce soir-là, et qui le marquèrent pour le reste de sa vie: "J'ai honte d'être ton père". Malgré tout les efforts qu'il avait fait, son paternel n'était pas satisfait. Pire, son fils le dégoûtait. Et il était sûr que Senka ne voudrait plus le revoir après ça -il se trompait, bien sûr; jamais son amie ne l'aurait abandonné pour une raison aussi futile. Mais c'est à ce moment-là qu'un déclic se fit dans sa tête. Il fallait qu'il travaille encore plus. Jusqu'à l'épuisement. Ainsi, son père le reconnaîtrait enfin comme son enfant. Il le féliciterait enfin. Kiku n'avait désormais plus le droit à l'erreur.

[Hogwort plant]
"Charming"


Malgré son inquiétude, ce jour arriva enfin. Il reçut la lettre. Lui qui pensait que l'absence de pouvoirs de sa mère le priverait de son affectation à l'école de sorcellerie, il fut fou de joie de découvrir un matin un hibou, devant sa porte, une enveloppe dans le bec. Il reconnut immédiatement le sceau qu'il avait tant admiré dans son livre d'Histoire de la magie, rêvant de le porter fièrement sur sa poitrine. Mais maintenant qu'il était sûr d'avoir été officiellement accepté dans le monde des sorciers, il fallait annoncer la nouvelle à son père. Car il était hors de question que ce dernier le force à intégrer un collège privé, prestigieux, alors qu'il était destiné à aller à Poudlard. Et comme il l'avait prévu, le dialogue fut difficile. Son père refusait d'entendre raison. Il trouvait cette histoire de magie et d'établissement de sorciers ridicule, ne pouvant avaler que la femme qu'il avait connue lui ait caché une telle chose. Il accusait de nouveau Senka, prétextant qu'elle lui avait monté la tête avec des sornettes. Alors qu'il s’apprêtait à le laisser là, exaspéré d'avoir perdu du temps pour ces bêtises, Kiku utilisa par accident ses pouvoirs pour le retenir. La porte de la pièce se ferma violemment au nez de son père, qui resta pétrifié par ce qui venait de se passer. Désormais, son fils lui faisait peur. Mais il ne pouvait supporter de tout perdre ainsi. Sa femme, son fils, tout lui échappait et il ne pouvait rien contrôler. Il le menaça alors de le renier. Si Kiku s'en allait, il ne pourrait jamais revenir chez lui, dans cette maison qui l'avait vu grandir. Contre toute attente, le garçon n'en démordit pas. Il n'avait plus connu le bonheur d'une famille heureuse depuis la mort de sa mère, et n'importe quel endroit serait mieux que cette maison où il n'avait plus sa place.
La veille de la rentrée, il se prépara donc à partir. Au fond, quitter ce pays et sa meilleure amie lui fendait le cœur. Mais il lui promit de lui écrire souvent, de venir la voir pendant les vacances, et surtout, de ne pas l'oublier. Elle le poussa à partir sans se retourner, car c'était son destin, ce qu'il avait attendu pendant trois ans. Elle lui offrit cependant un dernier cadeau avant son départ, et lui proposa de venir chez elle lorsqu'il reviendrait au Japon, puisque son père ne le logerait plus. Il finit par accepter après qu'elle eut insisté, et embarqua dans la voiture, direction l'aéroport. Il eut le plaisir de découvrir qu'elle lui avait offert un magnifique appareil photo, pour immortaliser sa future école. Et dans la boîte, avec ce dernier, il reconnut la grue en papier qu'ils partageaient. En l'examinant, il remarqua sous l'aile un dernier message de sa meilleure amie. Il se sentit idiot et se mit à pleurer. Il ne comprit les véritables sentiments de Senka qu'après l'avoir quittée.
Il laissa son père avant d'embarquer dans l'avion, sans un mot, sans une accolade. Ils se séparèrent comme des inconnus. Son sentiment d'amertume fut de courte durée, cependant. Il était libre. Il pouvait aller où il voulait, faire ce qui lui plaisait, et il avait en poche tout l'argent dont il pouvait avoir besoin, ainsi qu'un coffre à la banque de Gringotts qui l'attendait sagement. Il visita Londres et ses merveilles, acheta ses fournitures au Chemin de Traverse, découvrit enfin l'Angleterre qui l'avait fait rêver. Tout était si différent de chez lui... Il en profita pour prendre des centaines de clichés, et se découvrit un nouveau passe-temps épanouissant: la photographie. Il prenait plaisir à figer les choses dans un instant unique, éphémère. Son attention se porta plus particulièrement sur les couples, dont le bonheur resplendissait sur une photo. Enfin, le 1er septembre, il embarqua dans le magnifique Poudlard Express, écarlate, scintillant, qu'il aurait tant aimé que sa mère voit. Il passa son voyage seul, mais ne s'en plaignit pas. Il avait hâte d'arriver à l'école, mais était anxieux à l'idée de rencontrer de nouveaux élèves. Il ne savait pas comment se comporter avec eux, comment sympathiser. Il avait peur qu'ils le détestent tout comme ses camarades en primaire. Il se trompait lourdement. Feliciano, Arthur, Erzsébet, Evalyn, Peter, Francis, toutes ces personnes sauraient l'apprécier à sa juste valeur et parvenir à faire ressortir une meilleure personne que ce que Kiku n'aurait jamais cru être. Poudlard fut son salut. Il adora chacune des minutes qu'il passait dans ses couloirs, chacune des pierres de ses murs, chacun des repas ou cours passés avec ses amis. Sans surprise, ses notes de botanique étaient excellentes, mais il se révéla minable et maladroit en potion, et découvrit qu'il souffrait d'un terrible vertige qui le priva du vol une grands partie de sa scolarité. Mais malgré ces quelques accidents de parcours, il devint un étudiant brillant, tout autant que la maison dont il portait l'insigne: la maison des Serdaigles.

[Cornflower]
"Delicacy"


Et puis il y avait Ludwig. L'allemand arrogant,  coincé, autoritaire, mais aussi compréhensif, doux, calme, intelligent, attentif, qui lui avait appris à aimer sans le savoir. Il avait remis Kiku en question, quitte à le secouer et l'engueuler. Il l'avait forcé à lever la tête, à marcher droit, tout droit, sans s'arrêter. Le japonais ne se rendait pas compte à quel point il avait besoin de tout ça. De ses mots, ses compliments. Il suivait aveuglément un modèle qui ne reconnaîtrait jamais ses efforts. Alors Ludwig lui avait dit de ne suivre personne. De ne pas travailler pour les autres, mais pour lui-même. De briller par lui-même, pour son propre plaisir. Il lui tendait la main et l'aidait à se mettre debout, le soutenait, jusqu'à ce que le Serdaigle n'ait plus besoin de son aide pour suivre le bon chemin. Maintenant, il voyait clair. Et ce qu'il avait vu ne lui avait pas plu.
Il avait compris. Compris ce qu'il pensait vraiment de l'allemand. Son ami. Son meilleur ami. Plus. Il refusait de l'accepter, car ce n'était pas lui qu'il lui fallait. Ludwig avait besoin d'une personne souriante, chaleureuse, qui resplendissait et vous faisait rire. Lui ne faisait rire personne, il souriait rarement, ne savait pas réconforter les gens... Comment aurait-il pu vouloir de lui? Pourtant, il avait accepté tous ses défauts, et les avait transformé en qualité. Il l'avait serré dans ses bras, embrassé, rassuré. Il lui avait dit "Je t'aime". Il l'aime, comme personne ne l'a jamais fait, et Kiku l'aime pareillement, comme il n'a jamais aimé.

[Lily]
"Feeling's greatness"


Pseudo : Kiku, c'est très bien (je suis IC maggle ヽ(⌐■_■)ノ)
Âge : 19 ans aka la majorité, la fac, le permis et tout le tsointsoin
Sexe : Dans mon pantalon, il y a de le dETER- non, cette blague a déjà été trop faite...... THAT'S RIGHT I'M A PEARL! ...ouais, c'est pas beaucoup mieux
Comment avez-vous connu le forum : La providence! Non, je blague, c'est grâce à Alexis ♥
Commentaire : Je suis enracinée dans ce forum et jamais vous ne m'en sortirai
Code du règlement : À envoyer par MP à un admin



Dernière édition par Kiku Honda le Jeu 25 Mai - 1:10, édité 29 fois
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Ven 15 Mai - 22:41

Benvenuto moi amico ~
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Ven 15 Mai - 22:46

Arigato gozaimasu, Feliciano-kun! *courbette* m(_ _)m
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Ven 15 Mai - 23:17

Je te souhaite la bienvenue sur ce forum. J'espère que nous serons bons amis.



GERPAN IS CHALLENGING YOU

:
 
Le roi des loupes
Le roi des loupes
avatar

Mon personnage
Citation: "Les Serdaigle, en particulier, s'imaginent que tous les plus grands sorciers sortent forcément de chez eux." - J.K Rowling
Les Serdaigle, en particulier, s'imaginent que tous les plus grands sorciers sortent forcément de chez eux.

ϟ Nation représentée : Allemagne
ϟ Parchemins : 1375
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Ven 15 Mai - 23:37

Arigato, Ludwig-san *lui sert la main*
(ce moment où on se rend compte que les deux premiers à avoir accueilli Kiku sont les membres de l'Axe)
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Ven 15 Mai - 23:40

Bienvenue mon ami o/ *hug*
On va pouvoir parler yaoi ensemble ! *^*
Celle qui n'a jamais joui
Celle qui n'a jamais joui
avatar

Mon personnage
Citation: Le courageux n'est pas celui qui donne les coups, mais celui qui y résiste.


ϟ Nation représentée : Hongrie
ϟ Parchemins : 1713
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 16 Mai - 0:23

Bienvenue !

J'ai lu ta fiche et c'est cool ! Par contre, fait attention, nous sommes en 1990. Il faut faire attention à ne pas être trop récent au niveau des mangas et des réactions d'accord ? ;) Les appareils photos, c'est pas du numérique, c'est vraiment à la Colin Crivey, fin bref tu m'as compris, en Rp et Rpcb, ne le fait pas trop trop moderne notre Kiku :3

Vu que Kiku est né en décembre (et que c'est passé), il a 16 ans ! A changer donc dans ton profil et sur ta fiche.
Il faut remplir ta fiche de personnage dans ton profil (tu mets "/" dans titre et "/" dans don).
Et enfin, il me faut un avatar ;). J'en ai un à te filer si tu le souhaites :) http://ekladata.com/fGB9dqNTREfksoPirxV0COAPRK8.png (c'était l'avatar de l'ancien Kiku mais au moins...tu te fais pas chier xD)





Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1295
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 16 Mai - 2:00

*hug à Elizaveta* Prête à partir à la chasse aux ships? :3

A Francis: 1990? xD Je n'avais pas vu, je vais rectifier tout ça tout de suite. Et je voyais bien Kiku avec un appareil à la Colin ^^
Je suis en train de préparer un avatar, mais je peux toujours mettre celui de l'ancien Kiku le temps de le finir, et ensuite j'en changerai (j'espère que l'ancien moi ne viendra pas me hanter parce que j'ai pris son avatar ;_;)

Edit: Eh bien je crois que cet avatar ne m'aime pas, car lorsque je le télécharge, le site me dit que l'image est soit trop lourde, soit corrompue, mais elle est pourtant pile à la bonne taille.
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 16 Mai - 10:06

Tu l'as bien mis dans "lier Avatar à partir d'un autre site" ?





Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1295
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 16 Mai - 10:16

Blblblblblbl <3

Bienvenue my friend~ Enfin j'ai une seconde femme T_T *camion*


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre
ϟ Parchemins : 904
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 16 Mai - 10:29

Bienvenue~ En espérant que tu vas te plaire ici c:


They all are my family. It's big and broken, but still good. Yeah, still good.
Semi-roux(morque)
Semi-roux(morque)
avatar

Mon personnage
Citation: Don't marry for money : you can borrow it cheaper.
@fc Ken Bek

ϟ Nation représentée : Écosse
ϟ Parchemins : 617
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 16 Mai - 12:11

Poudlard se trouve en Écosse, pas en Angleterre :ccc *onneconfondpaslesdeuxokc'estimportantpourlajoueuse* /shot/

Sinon, bienvenue à toi ♥





Tampon de sauvetage
Tampon de sauvetage
avatar

Mon personnage
Citation: « I'm proud of us. »


ϟ Nation représentée : Prusse
ϟ Parchemins : 1364
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 16 Mai - 13:41

A Francis: Ah, c'était donc ça! J'aurais dû essayer celui-là aussi ^^" Merci pour ton aide!

A Arthur: F-Femme?! o///o

Merci beaucoup à tous pour votre accueil m(_ _)m

A Prussia: Aaaaah, pardonnez-moi, Prussia-sama! Je modifie ça tout de suite ;_; (j'avais bien un doute)
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 16 Mai - 19:26

Bienvenue Kikuuu o/ un nouvel éleve (et surtout un nouveau Serdaigle huhuhu~) c'est cool ! J'espere que tu vas t'amuser parmi cette belle bande de fou !
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 16 Mai - 20:09

Arigato, Yao-san! Je ferai de mon mieux pour être à la hauteur de notre maison!
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 16 Mai - 21:08

Bienvenue en ces lieux cher élève Honda. En espérant que vos travaux seront à la hauteur de votre détermination et de votre respect. *impose tout de suite l’ambiance /PAN/*

Encore bienvenue ~
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 16 Mai - 21:19

Kiku Honda a écrit:
Prussia-sama!

....Tu es tout pardonné. ♥

*j'arrête de flooder, pardon*





Tampon de sauvetage
Tampon de sauvetage
avatar

Mon personnage
Citation: « I'm proud of us. »


ϟ Nation représentée : Prusse
ϟ Parchemins : 1364
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Dim 17 Mai - 2:34

Merci beaucoup, professeur. Je travaillerai avec ardeur! *s'incline*
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Dim 17 Mai - 7:37

Bienvenue dans notre maison des érudits. qui rassemble beaucoup d'asiatiques, quelle coïncidence !
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Dim 17 Mai - 22:56

Merci beaucoup, je suis très heureux d'agrandir le cercle des Serdaigles asiatiques!~
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Lun 18 Mai - 0:25

Des asiatiques et des germaniques tout de même
Wilkommen très cher nouvel élève
(Puis Léa c'est moi okay. La seule, l'unique /PAN/ Non en fait on va faire une alliance de Léa et soumettre le monde C:)
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Lun 18 Mai - 20:54

Merci beaucoup, Roderich-san!
(Oui, mais moi je suis Lea sans accent! :D Cela fait une différence tout de même. Mwahahaha, l'invasion des Lea/Léa soumettra le monde! *et un nouvel ami, un!*)
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Jeu 21 Mai - 21:54

Des mangas...des dessins...de l'art! Kiku je t'aime déjà donc bienvenue!


"Leopold, tu es quoi?"
     

   "Je suis un enfant!"

"Mais quelle genre?"
         

         "Je suis du genre sorcier!"

"Je veux dire, qu'est de ce que tu as dans ton pantalon"

"De l'ART"
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Mon personnage
Citation: C'est...DE L'ART!


ϟ Nation représentée : Kugelmugel
ϟ Parchemins : 92
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Jeu 21 Mai - 22:11

(Ooooooh, un Kugelmugel!) Arigato gozaimasu, je suis très honoré. Rependons l'art et les mangas à travers le monde!
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda Sam 23 Mai - 20:39

Frelse, ^^/ je ne t'avais pas encore dit bienvenue alors Bienvenue ami Serdaigle^w^
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas

"A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Slade ∆ A friend is someone who knows all about you and still loves you» A friend is someone who knows all about you and still loves you» "A friend is someone who knows all about you and still loves you"║Kiku Honda» Goodbye my old friend...» Hey my friend [PV]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Dossiers scolaires :: Dossiers validés-
Sauter vers: