Partagez|

Bleu, blanc, rouge, c'est moi Francis le français ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Bleu, blanc, rouge, c'est moi Francis le français ♫ Dim 11 Jan - 3:00

BONNEFOY Francis
République française
Nom : Bonnefoy
Prénom : Francis
Date de naissance : 14/07
Lieu de naissance : Paris, France
Âge : 19 ans
Année scolaire : 7ème année
Maison : Serpentard
Animal de compagnie : Un pigeon du nom de Pierre qu'il possède depuis ses onze ans et une grenouille du désert dénommée Vabre qu'il a reçu lors de sa sixième année de la part de la professeure de Sortilèges Aileas Kirkland
Ascendance : Sang-mêlé (d'un père sang-pur et d'une mère mi-vélane/mi-sorcière)
Fratrie : Une petite soeur, Cerise Bonnefoy (Monaco) et une mère, Aodrena Bonnefoy (Gaule)
Motivation : Francis a été nommé poursuiveur dans l'équipe de Quidditch de Serpentard par Gilbert (l'un de ses deux meilleurs amis qui est capitaine de l'équipe)
Don : Origine vélane (de sa grand-mère maternelle) lui donnant une apparence très attirante

Baguette : Bois de charme, 28 cm, cheveu de vélane, étonnement fine
Patronus : Au début, c'était un paon, mais depuis quelques temps, son patronus est devenu un lion...(étrange c:)
Épouvantard : L'une de ses amies d'enfance en train de brûler vive (ou le feu, ça dépend)
Reflet dans le miroir du Riséd : Lui et Arthur, ainsi qu'un enfant à leur côté, avec en fond une petite maison, tous les trois souriant.
Odeur de l'Amortentia : L'odeur de la rose, l'odeur du thé darjeeling ainsi que l'odeur d'un bon vin
Votre personnage peut-il voir les Sombrals : Oui, depuis qu'il a vu sous ses yeux sa meilleure amie d'enfance, Jeanne, brûlée vive
Matière préférée : Potions
Matière détestée : Botanique
Options : Arts et musiques magiques, divination, alchimie
Ambitieux
Dragueur
Passionné
Râleur
Souriant
Casse-cou
Arthurophobe
Arthurophile
Rayonnant
Pervers
Bon au lit
Narcissique
Caractère :
Personne n'est indifférent face à Francis Bonnefoy : soit on l'adore, soit on le déteste.
Son physique ne laisse évidemment pas de marbre, mais sa personnalité l'est tout autant.
Francis est avant tout quelqu'un d'assez social et souriant avec les personnes de Serpentard et même des autres maisons. Seul Arthur Kirkland semble déroger à cette règle. Les deux ne peuvent pas se supporter et cela depuis leur première rencontre lors de l'envoie d'Arthur chez les serpents. Chose pas très étonnante puisque même les mères des deux garçons ne peuvent pas s'entendre. En vérité, Francis apprécie Arthur, mais cinq ans de rivalité ne peuvent pas disparaître ainsi et une sorte de routine s'est installée entre eux. Les remarques acerbes fusent toujours autant dans les couloirs ou la salle commune et ils n'hésitent à pas se combattre en duel. Mis à part Arthur, Francis reste donc quelqu'un d'ouvert et attache une très grande importance à l'amitié, à l'amour et à la famille.
Charmeur, il sait utiliser ses atouts pour parvenir à ses fins, la décision du choixpeau prenant alors tout son sens. Il aime se sentir aimé et l'un de ses buts principaux et d'obtenir la reconnaissance de tous. On ne peut pas dire qu'il soit méchant ou bien fourbe, mais il possède un certain orgueil et narcissisme qui le pousse à être ambitieux et avoir un instinct de préservation.
Beaucoup considère Francis comme un coureur de jupon, lui même liste fièrement ses nombreuses conquêtes tout en ayant un petit sourire. Cependant, le blond n'agit jamais sans le consentement de ses partenaires et justifie ses actions en disant qu'il veut « donner le plus d'amour aux gens qui en ont le plus besoins ». Vous le verrez donc rarement piquer le copain ou la copine (car monsieur est bisexuel) de quelqu'un sauf quelques fois juste pour « s'amuser ». Il évite tout de même de se mettre des gens à dos. Il aime également donner des conseils de drague à ses amis comme Gilbert (puceau suprême) ou bien à n'importe quelle personne qui lui demande son aide, en échange bien entendu d'un service. Il a également un esprit assez mal placé qui peut lui valoir des claques ou des coups de pied (surtout de la part d'un certain anglais) mais bon, il préfère se dire que ça en vaut la peine quand même.
Francis est assez sûr de lui et il a déjà des idées précises de ce qu'il voudrait faire en sortant de Poudlard. Il aimerait notamment travailler au Ministère de la Magie britannique (ou bien français) à un poste plutôt haut-placé ou bien approfondir ses études en potion, matière qu'il apprécie particulièrement.
Francis est également doué en cuisine qu'il trouve semblable à la potion, adoptant davantage la manière moldue pour exercer cette passion qu'il cache auprès de son père qui préférait le voir faire des activités qu'il juge plus « masculin ». Il apprécie également beaucoup l'art, que ce soit en musique ou bien en dessin, peinture, sculpture ou littérature. Il lit beaucoup, allant régulièrement à la bibliothèque.
Malgré ses manières de sang-purs venant de l'éducation de son père, Francis n'en reste pas moins un casse-cou qui n'hésite pas et ne perd pas une occasion de faire l'imbécile avec ses deux meilleurs amis Gilbert et Antonio. Ces trois-là sont inséparables depuis leur toute première et font toujours les quatre cents coups ensemble, peu importe l'endroit, le moment et quel genre de bêtise. C'est à cause d'eux, par ailleurs, que Poufsouffle et Serpentard perdent pas mal de points chaque année. Ils enchaînent d'ailleurs les heures de colle et les punitions dans la forêt interdite, forêt qu'ils considèrent même comme une sorte de « deuxième maison », y allant pratiquement chaque semaine. A force d'enchaîner les idioties et les punitions, ce trio autrement appelé le « Bad Touch Trio » par l'ensemble des élèves de Poudlard (et même les professeurs!) est devenu « célèbre », les gens les trouvant soit cool et amusants ou bien énervants et complètement idiots.
Malgré sa démarche assurée et sa confiance en lui, Francis n'a pas le courage d'un lion. Il est plutôt lâche même. Quand il y a un problème, il préfère le fuir ou, si un monstre qu'il ne connaît pas et qui semble fort se présente devant lui dans la forêt interdite, il préfère prendre ses jambes à son cou et courir très vite et très loin de cette bête, non sans lâcher un cri très peu viril. Il ne comprend d'ailleurs pas les Gryffondor quelques fois, les trouvant suicidaires dans certaines situations.
En ce qui concerne son point de vue sur la pureté du sang, à contrario de son père, Francis n'est pas forcément gêné par les nés-moldus. Il est cependant plus gêné par les moldus depuis un certain incident survenu lors de son enfance, les trouvant assez stupides et leur reprochant de ne pas essayer de comprendre les sorciers quand ils en croisent. Il n'aime pas trop utiliser le terme « sang-de-bourbe » pour qualifier les nés-moldus même s'il en est habitué. Il le supporte encore moins quand on l'utilise pour qualifier son meilleur ami Antonio (après les autres, il s'en fiche).
Physique :
Vous marchez tranquillement dans un couloir de Poudlard, venant de sortir d'un cours de potion. Alors que vous prenez le chemin pour rejoindre les escaliers, vous le croisez.
Son apparence est trop attirante pour ne pas s'arrêter devant lui. Il vous sourit d'un air charmeur tandis qu'il croise votre regard. Vous rougissez et le contemplez.
Il doit bien mesurer un mètre soixante-quinze, vous ne le trouvez ni grand ni petit pour un adolescent de seize ans. De corpulence plutôt fine et tout en longueur, sans trop de muscles, il est très agréable à regarder. De chez lui se dégage une prestance non négligeable, élégante, raffinée et sa démarche assurée le rend perceptible aux yeux des autres.
Mais ce qui attire le plus chez Francis reste son visage. Ses yeux bleus océans contrastent parfaitement avec son teint plutôt pâle tenant sans doute du côté aristocratique de son père. Ses iris vous hypnotisent et vous vous noyez de plus en plus dans les profondeurs de son regard.
Ses cheveux semblables à des fils d'or tombent allègrement en cascade sur ses épaules, lui donnant une allure efféminée et délicate.Vous l'avez déjà observé en cours de potion ou bien sur le terrain de Quidditch. Ce sont lors de ces rares moments qu'il les attache en une queue de cheval même si vous lui préférez sa chevelure ondulée et laissée tombée naturellement dont il est si fier.
Votre regard se pose sur son menton où une barbe de trois jours commencent à se former.
Francis Bonnefoy est beau et, toujours avec son sourire enjôleur, il rayonne. Il paraîtrait que ce Serpentard ait des origines vélanes provenant de sa grand-mère maternelle. Rumeur sans aucun doute fondée à la vue de ce jeune homme.
Il s'avance vers vous et finit par ouvrir la bouche : « As-tu besoin de quelque chose, jolie demoiselle ? ». Il le dit d'un ton charmeur et sa voix suave au timbre chaud vous donne des frissons ; sans oublier ce petit clin d’œil que certains pourraient considérer comme déplacé.
Se laisser embarquer par la tentation au moins une fois ne peut pas faire de mal, n'est-ce pas ?
Histoire :
C'est lors d'un 14 juillet que naquit Francis Bonnefoy dans la belle capitale française. Il s'en vante encore parfois, fier d'être né en ce jour de fête autant pour ses parents que pour le reste des citoyens français.
Chanceux de naître dans une famille plus qu'aisée puisque son père, Louis Bonnefoy, était et est toujours le seul héritier de la grande famille de sang-pure française Bonnefoy, il passa son enfance dans le grand manoir du domaine familial paternel.
Francis n'eut pas une enfance particulièrement malheureuse étant donné qu'il grandit auprès de sa mère, qui à l'époque ne travaillait pas et qui pouvait donc s'occuper de son fils en toute tranquillité malgré les remarques acerbes des ses beaux-parents. Car les origines vélanes et non « pures » d'Aodrena Bonnefoy née Vabre répugnaient ces derniers, ne pouvant croire que leur fils qu'ils avaient éduqué comme un parfait petit sang-pur puisse choisir une femme qui n'ait pas le même sang. Ainsi, Francis ne fut pas plus proche que ça de ses grands-parents paternels aux vues de son sang-mêlé. Cependant, ses deux parents, eux, l'aimèrent fort malgré les longues absences du père occupé au Ministère de la magie. De plus, du côté de sa famille maternelle, on l'accepta sans problème. Il fut particulièrement proche de sa grand-mère maternelle qu'il trouvait magnifique puisqu'elle était une véritable vélane et récupéra même une baguette ayant pour cœur l'un de ses cheveux.
Durant son enfance, Francis apprit les manières des sangs-purs sous la direction de son père et les encouragements de sa mère, sachant qu'un jour il serait l'héritier légitime de la famille Bonnefoy qu'il le veuille ou non et qu'il devrait coller à son image : inspirant le respect et l'acclamation des foules. Sa mère se consacra pleinement à son apprentissage de la magie et du monde, lui apprenant la plupart des choses qu'elle savait et l'aidant même à contrôler les débuts de sa magie accidentelle.
A l'âge de 4 ans, Francis eut droit à la grande surprise d'avoir une petit sœur. Il lui attache beaucoup d'importance et beaucoup de tendresse. Aujourd'hui encore, il est très protecteur envers elle et elle peut toujours compter sur lui si elle a un problème à Poudlard.
Francis n'eut cependant pas beaucoup d'amis avant d'arriver à Poudlard, préférant rester chez lui entouré de ses livres ou bien dans le jardin à jouer avec sa petite soeur. La seule personne extérieure à sa famille qu'il aima particulièrement fut une jeune fille du doux prénom de Jeanne. Cette née-moldue – car se fut la seule de sa famille à être une sorcière – habitait dans la rue adjacente à celle de la poste du quartier parisien dans lequel se trouvait le manoir Bonnefoy. Ce quartier se situait à l'écart du centre de la capitale, les Bonnefoy voulant être tranquille et non-dérangés par les moldus. Le manoir lui-même était reculé par rapport au quartier, à l’abri des regards curieux. Francis rencontra Jeanne lors d'une balade avec sa mère dans le centre du quartier. Il assista à un accident magique de la jeune fille et lui informa qu'elle était une sorcière et qu'il était lui-même un sorcier. A partir de ce moment, ils devinrent inséparables, partageant tout leurs secrets et passant la plupart de leur temps ensemble. Jeanne devint très vite, dans le cœur de Francis, beaucoup plus qu'une simple amie. Elle était particulière, pas comme les autres. Aujourd'hui encore, il la considère comme son premier amour, amour auquel il n'a jamais pu avouer ses sentiments. Pourtant, toute personne sait que Francis n'est pas quelqu'un de timide en ce qui s'agit d'amour...Alors pourquoi ?
Il s'en souvient comme si c'était hier. Cela continue de le hanter dans ses cauchemars même s'ils sont beaucoup moins nombreux qu'avant. Il avait 8 ans, c'était au mois de juin et il jouait avec Jeanne dans une grange abandonnée où ils avaient l'habitude d'aller. Jusqu'ici, tout se passait bien. Mais une catastrophe arriva vite, trop vite. La grange prit feu et tous les souvenirs qu'ils avaient partagés avec Jeanne se consumèrent eux-aussi. Il avait pris la main de la jeune fille et il avait couru vers la sortie...Et il avait réussi à sortir. Sauf que Jeanne n'était pas avec lui. Il s'était retourné et l'avait vu...Des poutres de la charpente s'étaient effondrées au niveau de la sortie, comme dans ces mauvais films moldus où un problème arrivait juste avant que les protagonistes puissent s'échapper d'une mauvaise situation. Tétanisé, Francis voyait Jeanne prisonnière des flammes tandis que des larmes dévalaient ses joues. Il n'avait jamais été aussi impuissant et aussi en colère de ne pas pouvoir faire de magie. Bien sûr, il était aller chercher de l'aide, mais il était déjà trop tard...En une poignée de minutes, il l'avait perdu : son amour, son amie, sa Jeanne. Plus tard, il apprit que l'incendie avait été provoqué par un groupe de jeunes moldus qui fumaient dans ce coin. Une cendre, une simple braise sur le point de s'éteindre avait détruit un bout de sa vie...
Suite à cette tragédie, Francis refusa pendant plus d'un an de voir ou de se lier d'amitié avec d'autres enfants, le traumatisme étant toujours présent. Jeanne était morte et il n'avait rien pu faire. Aujourd'hui encore, son épouvantard témoigne de cette peur et de l'horreur qui l'a rongé ce jour-là. Il appréhende les grands feux et les incendies et est plutôt effrayé par des sorts de feu comme le Feudeymon.
Ce n'est qu'à l'âge de ses onze ans que le blondinet sortit de cette solitude. Il reçut sa lettre pour Poudlard. Chose d'ailleurs étonnante pour un français, puisque la fameuse école de sorcellerie se trouvait en Grande-Bretagne. Beauxbâtons semblait l'école la plus apte à le recevoir, mais son père préférait l'envoyait à Durmstrang pour le rendre plus « fort et viril ». Sa mère, elle, fit tout pour convaincre son mari d'envoyer leur fils à Poudlard, école dans laquelle elle avait étudiée sous les couleurs vert et argent. Elle remporta finalement le débat et voilà qu'il était envoyé là-bas en même temps que sa mère qui reçut une proposition pour le poste de professeur de botanique à Poudlard. Malgré l'hésitation de Louis Bonnefoy, il finit par les rejoindre tous les deux dans la périphérie de Londres où se trouve leur nouvelle maison beaucoup plus humble que le manoir familial.
A la rentrée de septembre, Francis comme beaucoup d'enfant de son âge prit le train à King's Cross pour arriver à la station du Pré-Au-Lard, village relié à Poudlard. Il y fit la rencontre de plusieurs avec qui il partage encore des liens.
Lorsque que son prénom retentit dans la Grande Salle pour que le choixpeau désigne sa maison, Francis était à la fois excité et stressé, redoutant la décision du vieux chapeau au-dessus de sa tête. Après un débat intérieur entre lui et le choixpeau qui voulait l'envoyait à Serdaigle, maison des érudits, Francis finit par atterrir à Serpentard dans lequel il se fit très vite une place et rencontra un certain allemand du nom de Gilbert Beilschmidt.
Sa rencontre avec son deuxième meilleur ami et son rapprochement avec l'albinos se fit par le plus grand des hasards, dans un couloir du premier étage lors de sa première année. Tous les trois étaient tout simplement assis sur le rebord des fenêtres et lisaient un magazine qui par pure coïncidence était exactement le même : le n°1412 du Sorcière Hebdo. Depuis ce jour, ils ne se séparèrent plus, enchaînant bêtises et commérages.
L'année suivante, il rencontra un garçon blond aux sourcils broussailleux dénommé Arthur lui aussi à Serpentard à qui il n'hésita pas à faire de remarques par rapport sur la capillarité de ses sourcils. Chose que ce dernier n'apprécia pas forcément. Autant vous dire que la réponse fut cinglante, froide et que la discussion cordiale devint très vite une dispute violente. Depuis, quand les deux se croisent, il n'est pas étonnant d'échapper de justesse à un sortilège ou un maléfice.
Les autres années passèrent dans la joie et le plaisir de l'amitié retrouvé. Francis enchaîna les conquêtes amoureuses sans pour autant trouver le « grand amour ». A ses BUSE, il obtint Acceptable en Astronomie, Effort exceptionnel en Arts et Musiques Magiques, Optimal en Sortilège, Acceptable en Défense Contre les Forces du Mal, Piètre en Divination, Désolant en Botanique, Acceptable en Histoire de la Magie, Optimal en potion et Acceptable en Métamorphose. Des résultats corrects qui, selon lui, ne sont ni bons ni mauvais. Sous pression de sa mère, il continua la botanique même si cette matière ne l'enchante pas.
Au final, c'est en début de 6ème année, après avoir découvert le don de fourchelang d'Arthur Kirkland, son rival de toujours qu'il...décida de...lui déclarer sa flamme. Oui, à force de se frapper dessus et de se disputer à longueur de temps, Gilbert et Antonio lui ont finalement fait prendre conscience qu'un tout autre sentiment que la haine était présent, là, dans son coeur quand il pensait à Arthur. L'Amour. Avec un grand A. Et voilà que ça faisait plus d'un an que ça durait, depuis ce fameux premier jour de février 1990. Leur amour est tel qu'au final, ils sont désormais fiancés...Pour le meilleur et surtout pour le pire, surtout avec la situation actuelle.
Maintenant que Francis est en 7ème année, il commence à penser sérieusement à son avenir, préparant au mieux les ASPIC de l'année d'après malgré la menace que représente l'homme corbeau Abbanzio pour Poudlard...et pour lui et ses amis...
Pseudo : Alyna ou Black_cherry
Âge : 18 ans
Sexe : Féminin
Comment avez-vous connu le forum : Je suis la fondatrice en fait :D
Commentaire : Il est beau mon forum ahwwn oui.
Code du règlement : Valideyyy maggle

Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1343
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Bleu, blanc, rouge, c'est moi Francis le français ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.» Tuto simple pour beau rendu» [DECK] : Galvanoth.» Le journal d'un Dragon rouge et d'un Chat bleu !» [Console] Pokémon Rouge/Bleu/Jaune sur 3DS !
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Dossiers scolaires :: Dossiers validés-
Sauter vers: