Partagez|

[La ferme des Carriedo, 4 Juillet 1990] La Découverte [Feat Antonio Carriedo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [La ferme des Carriedo, 4 Juillet 1990] La Découverte [Feat Antonio Carriedo] Ven 17 Juil - 19:48



&



&





C'était le début des vacances d'été, la cinquième année à Poudlard de notre petit brésilien était terminée. Les examens ne s'étaient pas super bien passé pour notre jeune attrapeur, mais il s'en fichait, il verra bien ce qu'il se passera quand il aura les résultats. Pour l'instant, après avoir découvert le camp de vacances organisé par l'école de magie et la merveilleuse composition de sa tente, il avait décidé de partir quelques jours en Espagne pour prendre des nouvelles la famille Carriedo et voir accessoirement si son père était toujours vivant. Il avait donc décidé de rentrer chez lui du trois au six juillet, ne voulant pas non plus s'éterniser dans la vieille bicoque lui servant de maison. Luciano avait passé son premier jour en Espagne à remettre son habitation en état. Il avait fait la vaisselle, passer l'aspirateur et la serpillère, nettoyé les vitres... Son imbécile de père n'était pas un accro au ménage et ça se voyait. D'ailleurs, Luciano avait à peine adressé un "bonjour" à son géniteur lors de son arrivée, malgré le fait qu'il ne l'avait pas vu depuis dix mois. Mais ce dernier n'avait pas bronché, continuant son habituelle petite vie misérable comme si son fils n'était pas là.
Luciano fut donc des plus heureux quand il fut invité à passer sa journée du samedi avec la famille espagnole, il savait qu'il aiderait surement à faire des tâches ménagères ou à travailler dans les champs, mais il préférait cela à une journée chez lui, en tête-à-tête avec son père, à se tourner les pouces. Notre petit gryffondor avait décidé de faire le trajet le séparant de la ferme à vélo, il adorait cette impression de vitesse et le vent s'engouffrant dans ses cheveux, mais bien sûr cette sensation n'était pas comparable à celle d'un vol en balai. Une fois sur la propriété des Carriedo, Luciano s'approcha de la bâtisse pour saluer la mère de famille, il avait senti à la délicieuse odeur de coulis de tomate qu'elle était dans la cuisine. Après avoir échangé de nombreuses banalités comme des "Oh ! Tu as grandi !", des "Comment tu vas mon petit ?" ou des "Ca faisait longtemps que je ne t'avais pas vu, heureusement que Tonio me donnait des nouvelles de toi de temps en temps !", la madre Carriedo envoya Luciano dans le hangar de la propriété pour aider Tonio à remettre en état un vieux meuble acheté dans une brocante. C'est avec un sourire jusqu'aux oreilles que le jeune brésilien couru s'occuper de sa tâche, il se sentait presque chez lui avec la famille Carriedo.








Huehuehue~:
 
Chaudière
Chaudière
avatar

Mon personnage
Citation: L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~
L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~

ϟ Nation représentée : Brésil
ϟ Parchemins : 1033
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [La ferme des Carriedo, 4 Juillet 1990] La Découverte [Feat Antonio Carriedo] Mar 22 Sep - 17:02

NOM
Prénom
La Découverte.
Aaaah le début des vacances d’été…depuis combien de temps tout le monde en rêvait?Fini les soirées révision jusqu’à pas d’heure et bonjour les grasses matinées. Antonio lui avait choisi de directement rentrer chez ces parents, accompagné de Gilbert. Cela faisait plusieurs mois qu’il s’était enfin décidé à vouloir présenter à ces parents son petit-ami et par la même occasion, leur avouer son homosexualité. Pas des choses très faciles en soit, mais ça restait des vacances, accompagnées par le magnifique soleil d’Espagne, le bon gaspacio de sa Mama et de longues siestas.

Le jour avant la venue de Luciano, lui, et l’allemand avaient été chargés d’aller acheter une nouvelle armoire à la brocante pour la mère. Trouvant la sienne trop petite, l’espagnol avait été chargé d’en trouver une plus grande, et surtout à un petit prix. Et même à la braderie, pour une famille aussi modeste que la sienne, les prix étaient bien trop hauts. Il aurait fallu vendre tout leur poulailler pour acheter les plus belles armoires du marché et bien sûr ce n’était absolument pas concevable pour les Carriedo, eux qui vivaient de ça et d’autres de leur activité agricole. Alors il avait pris certes l’une des plus grandes armoires mais aussi la plus vétuste. Abimée de partout, les tiroirs ne se refermant qu’à moitié, la peinture pelante, et l’intérieur rempli de toiles d’araignées, il avait tiré le gros lot. Autant dire qu’arrivé chez lui, il s’était fait incendié. Pour éviter la claque il avait promis à ces parents qu’il rendrait cette armoire comme neuve, et rendrait jaloux les voisins Hernandez. Dans le cas contraire il aurait à rembourser deux fois la somme à laquelle il avait acheté cette armoire. Alors autant dire qu’il s’y était mis dès le lendemain matin.

Quand Luciano arriva dans le garage, il était toujours adonné à sa tâche, plein de sueur, et vu la chaleur qui faisait dehors, il avait déjà retiré son haut pour se retrouver en bermuda aux motifs de tomate et torse nu. Il se redresse en souriant au brésilien, tant dit qu’il s’essuie le front de son poignet et le salue de sa voix plein d’enthousiasme, en espagnol:

-Hola Luciano~!Comment tu vas!
ft. NOM
Prénom


"make people go wild, make them roar and become animal again."
             
Baiseur de crocodiles
Baiseur de crocodiles
avatar

Mon personnage
Citation: "2LAME4SCHOOL"


ϟ Nation représentée : Espagne
ϟ Parchemins : 598
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [La ferme des Carriedo, 4 Juillet 1990] La Découverte [Feat Antonio Carriedo] Mar 29 Mar - 21:13



&



&





A peine Luciano avait quitté la mère Carriedo et poussé la porte du garage qu'il entendit la voix enjouée de l'espagnol le saluer avec enthousiasme. On voyait au premier regard qu'Antonio avait commencé à travailler depuis longtemps, sa peau dorée par le soleil était déjà couverte de sueur due à un travail assez intense et physique. Il est aussi vrai que la température assez élevée du hangar n'était pas des plus adéquate pour travailler. En effet, le bâtiment ne possédait pas d'une très bonne isolation pour lutter contre les brûlants rayons de l'astre de jour, ce qui rendait étouffant l'air à l'intérieur de la bâtisse. De plus, protégé par ces quatre murs, aucun petit vent frais ne pouvait rafraîchir l'atmosphère lourde du garage où s'agitait le jeune Poufsouffle.

-Olà Tonio ! Je vais bien, et toi ? Pas trop dur de refaire une beauté ce meuble ? Tu as besoin d'aide ?

Le petit Luciano s'approchait de son ami brun, inspectant l'armoire assez imposante. Bon, c'est vrai qu'elle n'était pas si grande que cela mais à côté de notre crevette brésilienne nationale, elle avait tout de même l'air énorme. Le second fils de la famille Carriedo avait déjà commencé à poncer le meuble à l'aide de papier de verre pour le rendre apte à être restauré et repeint. Le jeune attrapeur savait que vu sa faible taille, il ne pourrait pas s'attaquer au haut du meuble, c'est pour cela qu'il se baissa pour regarder les tiroirs du bas, attrapant une feuille de papier pour poncer pour s'occuper de ces derniers.

 Le jeune Gryffondor s'occupa donc du premier des tiroirs sans problème, bavassant de tout et de rien avec son ami espagnol, chantonnant même des fois des petites chansonettes pour se donner du courage et s'amuser en travaillant. Les doigts habilles et bronzés du jeune brésilien manipulaient le papier de verre avec attention, enlevant du tiroir l'ancienne peinture verte olive toute écaillé pour redonner au bois sa belle couleur d'origine. La poussière engendrée par le ponçage se collait à sa peau et à ses vêtements, le faisant même tousser un peu des fois quand il en respirait trop. L'américain du sud délaissa ensuite le tiroir poncé pour s'attaquer à un deuxième rangement du meuble, mais ce dernier était étrangement coincé, impossible pour le petit footballeur de l'extraire de l'armoire.

-Tonio, je crois que je vais avoir besoin de ton aide. Il y a quelque chose qui bloque le tiroir... Tu penses qu'il est cassé ?








Huehuehue~:
 
Chaudière
Chaudière
avatar

Mon personnage
Citation: L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~
L'homme qui parlait à l'oreille des jonquilles~

ϟ Nation représentée : Brésil
ϟ Parchemins : 1033
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [La ferme des Carriedo, 4 Juillet 1990] La Découverte [Feat Antonio Carriedo]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

[La ferme des Carriedo, 4 Juillet 1990] La Découverte [Feat Antonio Carriedo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas]» 16 DESANM 1990 – 16 DESANM 2009 Desanm se» Haiti en Marche: la RD ferme ses frontieres aux aliments» Recensement juillet 2010» Une vraie guerre - Paintball - 2 juillet 2011
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Section spéciale :: Le Monde-
Sauter vers: