Partagez|

[Quelques années plus tard] Mes amis, mes amours, mes emm...Enfants ! [Ft. BFT+Arthur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [Quelques années plus tard] Mes amis, mes amours, mes emm...Enfants ! [Ft. BFT+Arthur] Sam 26 Sep - 1:41

A vendre : enfants pas chers!

En cette journée ensoleillée de juillet, au 8 Liddell Street dans la rue sorcière du quartier de Bloomsbury à Londres, le grésillement de la nourriture sur la poêle mêlée à l'huile de cuisson donnait vie à la cuisine et au logis tout entier. Le cuisinier aux cheveux blonds attachés, donnait à ses hachements d'oignons un rythme semblable à une danse ; elle-même ornementée par la cadence de ses gestes avec lesquelles il assaisonnait, tantôt avec largesse, tantôt avec parcimonie, les aliments. Francis Bonnefoy avait, depuis aussi longtemps qu'il se souvenait, toujours aimé cuisiner. C'était une passion et il n'était pas question qu'un elfe de maison s'en charge à sa place. Et il n'utilisait sûrement pas la magie dans ce genre de situation. Pour une fois, la méthode moldue avait du bon : elle lui permettait de donner du cœur à ce qu'il faisait.

Sa famille aimait ses compétences culinaires, il n'y avait aucun doute là-dessus. Francis semblait être le « meilleur cuisinier du monde » d'après ceux qui l'entouraient. Sans doute était-ce cette passion qui l'avait ainsi poussé à devenir maître des potions. Il ne savait plus lui-même, cela remontait à tellement longtemps désormais. Maintenant il enseignait cette matière à Poudlard, suite au départ de son ancienne professeure Quetzal Alconahuacatl au Mexique. Il avait toujours eu cette affection pour cette femme qui était, le plus souvent, détestée par les autres élèves. Dans un sens, il pensait qu'elle méritait son lot d'affection, qu'elle était une personne terriblement blessée derrière son masque froid d'un professeur durement sévère. Alors, il avait toujours fais en sorte de ne pas la décevoir.

Francis continuait ce qu'il était en train de faire en chantonnant. Ses invités n'allaient pas tarder à arriver et tout devait être prêt...

Papa, papa ! Ils arrivent quand ?

Interpellé par une voix enfantine, Francis se tourna vers le nouveau venu. Un petit garçon blond aux yeux verts avait sa tête dépassant de l'encadrement de la porte. Il avait l'air d'avoir une dizaine d'année et regardait attentivement ce que le Français faisait dans la pièce aux multiples saveurs. D'un air soucieux, il s'avança dans la cuisine et s'approcha de l'adulte. Ce dernier lui adressa un tendre sourire tout en lui ébouriffant un petit peu les cheveux, ce à quoi le petit poussa un léger grognement en se reculant.

Ne touche pas à mes cheveux, Papa !
Tu as exactement la même tête que ton Daddy quand on lui fait la même chose, rigola Francis.
Pourtant, il me semble que ce sont tes cheveux que l'on ne peut pas toucher !
Certes, mais tu lui ressembles beaucoup plus, quand il est grognon ! ~

Francis s'amusa du petit rire qu'émit son fils à cette remarque. Il ajouta à sa recette de l'eau pour faire sa sauce et l'enfant continuait de le regarder, très attentivement. Le Français ne s'en soucia d'ailleurs pas, mieux fallait-il que son fils apprenne les bases de la bonne cuisine tôt. Car quitte à savoir cuisiner, autant avoir le niveau culinaire de Francis plutôt que de celui d'Arthur. Tout le monde était d'accord là-dessus.

Pour répondre à ta question Thomas...

L'adulte sortit sa baguette de sa poche et lança un tempus qui lui indiqua 19h.

Ils devraient arriver dans très peu de temps.
Génial !
Tu devrais demander aux couverts de se mettre, en attendant.

Sur ces mots, Francis rajouta un couvercle sur sa casserole afin de faire mijoté le tout. Thomas, quant à lui, rejoignit la salle à manger ouverte sur le salon où était tranquillement installé Arthur, son deuxième père. Ce dernier lisait le Daily Prophet. Le blondinet ne s'en soucia guère et s'avança vers l'armoire où était entreposé tout ce qui touchait l'art de la table. Il ouvrit les placards et s'écria :

Aller, tout le monde debout, ce soir nous serons six à manger, aller on se réveille!

Suite à ses ordres, les couverts et les assiettes se manifestèrent en sortant de l'armoire pour venir se poser sur la table à manger juste après qu'une jolie nappe blanche se soit dressée d'elle-même. Les verres firent également leur entrée, dansant sur la table pour se poser juste en haut des assiettes. Puis tout se figea. Comme si rien n'avait bouger de lui-même et que Thomas avait sagement mis la table lui-même. L'enfant adorait voir ce spectacle. Il adorait la magie, par ailleurs. Quoi de plus beaux que les enchantements de sa grand-mère sur les fleurs ? Ou bien les sortilèges enflammés de son autre grand-mère ? Thomas avait quelques amis moldus, car il ne les détestait pas, mais il se demandait comment certains faisaient pour vivre sans magie. Car la vie était tellement plus simple avec elle. Tout semblait si utopique, ludique aussi (car les images qui bougent dans le journal, c'est cool!).

C'est alors qu'on frappa à la porte.

Thomas, va ouvrir !

Le petit sourit : enfin, ils arrivaient ! Le blondinet se précipita donc vers la porte et l'ouvrit en souriant. Devant lui se trouvait un couple de deux hommes : un blond platine et un brun. Ils étaient tous les deux accompagnés d'une petite fille de son âge qui le regardait d'un air fier.

Bienvenue chez nous !

Le père du garçon, portant toujours son tablier et une louche à la main s'approcha de l'entrée en souriant d'un air chaleureux.

Ah, Antonio, Gilbert, et Helena ! Nous vous attendions. Ce soir, je vous ai préparé un magret de canard avec de la sauce au miel et des petites pomme de terre dauphines !

Francis invita ses amis à entrer...
Seule la petite fille aux cheveux blonds et bruns - quelles étranges couleurs de cheveux - regardait fixement Thomas d'un air mesquin. Elle finit par se jeter sur lui dans une embrassade adorable qui fit rire leurs parents.

Ah, Helena, j'suis trop content de te voir ! Comment tu vas ? Ton chien va bien ? Et Paella ?

Tandis que le petit posa énormément de questions à son amie, Francis invita son mari et ses meilleurs amis à s'asseoir dans le coin cosy de la maison : le salon. Il apporta alors les petits toasts apéritifs et sortit sa meilleure bouteille de vin - et une bière pour Gilbert, car Gilbert, c'est un beauf - pour servir Antonio, Arthur et lui-même.

Il s'assit alors, un sourire accueillant aux lèvres :

Alors, quoi de neuf depuis tout ce temps ? Ça fait des mois que l'on ne s'est pas vu ! D'ailleurs, ce n'est pas Helena qui va bientôt avoir onze ans ?

Ah...Ça lui rappelait bien des souvenirs de leur jeunesse à Poudlard tout ça...


© ALYNA



J'ai oublié de le mettre mais....Voici la tête de Thomas :
Petit : http://ekladata.com/OnUgNSogqAwRpIGB1DIPcZPk0U8.jpg
Grand : http://ekladata.com/YXJUIZoPrm_nIuBQe8Xh5cYU8F8.jpg

(Ouai n'oublions pas qu'il possède du sang vélane, vu que c'est un bébé chaudron).





Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1387
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Quelques années plus tard] Mes amis, mes amours, mes emm...Enfants ! [Ft. BFT+Arthur] Sam 14 Nov - 22:25

Home sweet home × ft. BFT
Aussi loin que le temps pouvait s'écouler, Arthur restait le même.
Gentleman.
Têtu.
Mature quand ça l'exige.
Et surtout, un sorcier qui ne pouvait pas se passer d'un quotidien truqué de tours de magie non truqués.

Depuis son fauteuil où il lisait tranquillement le Daily Prophet, revue qu'il ne pouvait s'empêcher de lire chaque jour comme il faisait son temps à tout les 17h précises, il pouvait sentir la bonne odeur qui émanait de la cuisine, ou bien entendre les pas de Thomas qui résonnaient dans la pièce là où il était installé. Lorsque le vélane (de huitième seulement) passa devant lui, l'écossais le suivit du regard, un sourire aux lèvres.

Ah, Thomas. Son fils. Sans doute la plus belle chose qu'il ait pu accomplir dans sa vie.

« Aller, tout le monde debout, ce soir nous serons six à manger, aller on se réveille ! »

Lorsqu'il entendit ces mots, Arthur replia le journal avant de quitter son siège, posant ainsi la paperasse à sa place. Venant appuyer son épaule sur l'encadrement de l'ouverture qui séparait le salon de la salle à manger, il vit la nappe, les assiettes, les verres, les couverts, les serviettes et tout le service prévu pour un dîner amical voler avec agitation mais sans précipitation. C'était beau à voir pour un jeune enfant comme lui, mais Arthur avait passé l'âge de s'émerveiller pour des choses aussi simples. Ce qui l'amusait plutôt, c'était de voir le visage illuminé du petit blond. Depuis le jour où il l'avait tenu pour la première fois dans ses bras, le Fourchelang s'était juré de ne rien manquer de son évolution dans la magie. Et même si les débuts étaient assez maladroits, le fiston en question semblait avoir fait de gros progrès. Enfin, surtout sur les enchantements. Résultat des efforts de son père et sa grand-mère français, qui eux, jouaient beaucoup sur l'esthétique de leurs sortilèges.

Lorsque la table fut dressée, le britannique s'approcha dans le dos de son fils unique, et lui caressa doucement les cheveux – pas comme l'autre frog qui s'amusait de leur réaction commune lorsque lui, il les décoiffait carrément.

- Rien à redire Thomas. C'était parfait.

Thomas leva la tête pour lui sourire, ravi du compliment.

Puis, lorsque la sonnette retentit dans toute la maison, que Francis demanda au petit d'aller ouvrir, et que ce dernier délaissa vite son « Daddy » pour obéir de ce pas avec l'excitation d'ouvrir des cadeaux un jour de Noël, Arthur le suivit en se rappelant qui exactement ils avaient invité.

« Bienvenue chez nous ! »

Carriedo, Beilschmidt, et leur fille.

Enfin, aujourd'hui, c'était plutôt Antonio, Gilbert et Helena.

Par le passé, Arthur n'était pas vraiment « copain » avec eux. Aujourd'hui, c'est différent. Ils n'étaient pas « meilleurs amis pour la vie » tout les trois, mais la sympathie dont il les avait privé dans le temps, ils ont fini par l'obtenir, et pas la plus ingrate. Lorsque son mari invita les trois à entrer, Arthur leur offrit un sourire accueillant. Seulement accueillant. Bien que leur relation soit devenu plus amicale, elle n'en restait pas moins légèrement ternie par des souvenirs plutôt mornes et l'ancienne haine qu'ils se partageaient. Mais l'écossais avait déjà fait une croix sur tout cela. Plus aucune raison de se prendre autant la tête avec le passé scolaire après tout. Le fait est que personne n'avait changé, et quand bien même ils étaient tous plus mature qu'avant, au fond, les liens qui les unissaient restaient les mêmes.

- Un peu plus et j'aurais dis que vous étiez en retard.

Oh oui, son sourire avait quelque chose qui rappelait « le bon vieux temps ».

Mais tout comme les autres adultes, il ria doucement en voyant les enfants s'enlacer.

Laissant Francis s'occuper d'apporter l'apéritif, il guida l'espagnol et l'allemand jusqu'au salon pour qu'ils puissent s'installer; non sans laisser un « pas de bêtises » aux deux garnements. Ce à quoi Thomas répondit un « Ouiii » accompagné d'une moue. Le côté papa poule d'Arthur était certes plein de bonnes intentions pour son fils, mais il pouvait s'avérer vite étouffant.

- J'espère que vous ne venez pas les mains vides, fit-il avec ce petit air suffisant que le couple lui connaissait bien.

Peu après, son mari prit place avec eux.

« Alors, quoi de neuf depuis tout ce temps ? Ça fait des mois que l'on ne s'est pas vu ! D'ailleurs, ce n'est pas Helena qui va bientôt avoir onze ans ? »

Arthur fut le premier à boire une gorgée du verre de vin que le français venait de leur servir.

Maintenant, il allait être gentil et laisser les deux « infâmes » en face parler. C'était un repas amical. Et il n'y porta aucune mauvaise foi.
code by lizzou


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre.
ϟ Parchemins : 982
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

[Quelques années plus tard] Mes amis, mes amours, mes emm...Enfants ! [Ft. BFT+Arthur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Kenneth Swanson | Mes amis, mes amours, mes emmerdes.» Hailey Reeves ~ Mes amis, mes amours, mes emmerdes • |» Un petit examen et quelques questions à se poser, entre amis [WAYNE]» quelques (nombreux) mois plus tard...» Arielle Queen, des années plus tard...
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Section spéciale :: Boule de cristal-
Sauter vers: