Partagez|

[26 Octobre 1990] A plusieurs c'est toujours plus simple ft. Ayunda Gunawan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [26 Octobre 1990] A plusieurs c'est toujours plus simple ft. Ayunda Gunawan Lun 26 Oct - 16:02

À plusieurs c'est toujours plus simple.

ft. Ayunda Gunawan

Dialogue en #FFFACD pour Giotto.
Dialogue en #8FBC8F pour Ayunda.
♪ enjoy ♪

Giotto était assis sur une table de sa salle commune à réfléchir. Il était concentré plus qu'il ne l'avait jamais été de toute sa vie. Il avait fait abstraction de tout ce qui l'entourait. Son attention était rivé sur le plateau face à lui. Quand il avait demandé à un plus âgé de quoi il s'agissait, la personne lui avait prêté son plateau en lui disant :

"C'est simple, rend le moi quand tu auras compris petit"

Et voilà que Giotto était depuis un bon moment face à cet objet. Dans l'ensemble, le plateau lui rappelais un jeu auquel ses parents jouaient souvent mais il n'aurait su dire le nom de jeu qui pour lui ne ressemblait en rien à un jeu. 
Il avait déjà tenté plusieurs choses mais rien n'avait marché. Il comprenais de moins en moins. Il était certains que s'était un jeu qui était fait pour être joué seul. Un solitaire sorcier peut-être ? Mais pourquoi si c'était le cas ça ressemblait tant au jeu auquel ses parents jouent ? Il soupira et poussa le plateau loin de lui 

"C'est quoi ce truc ?"

Il se leva à la recherche de quelqu'un pour l'aider. Il s'arma de son sourire et monta sur sa chaise à la recherche de quelqu'un. La salle était vide, mais bon, qui ne tente rien n'a rien. Il était donc là debout sur sa chaise la main en visière à guetter le moindre mouvement dans la salle. La scène aurait pus être épique si en voulant sauter de sa chaise il ne s'était pas pris les pieds dans sa cape et était tombé... Il se releva et pris note de vraiment faire quelque chose pour sa cape, il fit le tour de la pièce des yeux et ne vit toujours personne. Il allait finir par désespérer. Il garda son son sourire et attendit un peu. 

Il allait rentrer dans son dortoir quand il entendit un bruit, il se retourna et vit une jeune fille. Son sourire s'agrandit et il s'approcha avec entrain vers la jeune fille.

"Ciao bella. tu ne voudrais pas m'aider à comprendre quelque chose s'il te plaît ?"

Et il lui offrit son plus beau sourire.



Dernière édition par Giotto Zorzetto le Mer 24 Fév - 15:39, édité 4 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [26 Octobre 1990] A plusieurs c'est toujours plus simple ft. Ayunda Gunawan Sam 7 Nov - 10:26

Every game has its rules.

ft. Giotto Z.

- Bam ! Mange moi ça, inférieur petit joueur !

Ayunda était de nature à la fois calme et excitée. Calme la plupart du temps – à ne pas confondre avec son appétit de vivre, ça c'est juste la joie d'être une sorcière m'voyez – elle s'excite plus lorsqu'il est question d'un de ses hobbies favoris : les jeux de société. Cartes, pions, dés, tout ce qui demandait logique et stratégie y passait. On pouvait gagner des roupilles avec ça, dans son pays natale – et pas une bouchée de pain, comme semble l'indiquer le nom de la dite monnaie. Elle ne le faisait pas pour l'argent bien sûr – elle avait certes un certain sens des affaires, mais elle n'était pas aussi avare d'argent comme Tim – mais pour le plaisir du jeu, et dans un cas général, pour la victoire. Même si, par exemple, le Quidditch est plus un sport qu'un jeu dans le monde sorcier, remporter les plus hauts scores fait partit de ses ambitions.

L'adrénaline, le succès, l'expérience, la mine déconfite des perdants face à elle, tout était bon à déguster lors d'une partie. Si elle était assez maladroite dans certains domaines à cause de son impétuosité et sa précipitation, elle avait néanmoins des mains expertes pour tout ce qui touchait aux jeux. Enfin peut-être pas tous. Combinant sa curiosité de la culture sorcière avec son entrain pour la compétition, elle avait déjà essayé et remporté bon nombres de petits jeux facile à amener à Poudlard, que la plupart de ses camarades lui ont montré. Toujours fascinée par ce monde magique, elle ne pouvait qu'y trouver continuellement son bonheur.

L'élève en cinquième année de Poufsouffle contre qui elle venait de remporter la victoire d'une Bataille explosive la regarda, déçue, tandis que la petite assistance qui trouvait impressionnant comment l'indonésienne gagnait si souvent applaudissait avec modération – pas de quoi s'exciter autant qu'au Quidditch, après tout. L'esprit de bon joueur, Ayunda ne s'en vanta pas, mais les remercia, et aida à ranger le jeu non sans rajouter un dernier « Entraînes-toi pour la prochaine fois ! » à la perdante. Ainsi s'achève une partie de son après-midi. Elle était dans le dortoir des filles et, comme bien sûr le jeu n'assurait pas la discrétion, pas mal de demoiselles s'étaient réunis autour, empêchant ainsi Ayunda de rejoindre l'extérieur.

Ce n'est qu'après avoir conseillé quelques une de ses camarades qu'elle ouvrit enfin la porte menant à la salle commune. Une petite veste sur l'épaule, elle avait l'intention de prendre l'air, s'étant jugé trop enfermée pour aujourd'hui. Le week-end lui manquait déjà...

« Ciao bella. tu ne voudrais pas m'aider à comprendre quelque chose s'il te plaît ? »

Elle sursauta. Venait d'arriver un jeune Poufsouffle qu'elle avait rarement croisé. Son nom ? Elle ne s'en souvenait pas... Mais sa petite tête enjouée lui rappelait le jour de la cérémonie de répartition : il s'agissait bien là d'un des premières années. Ayant donc entre 4 et 5 ans de différence, Ayunda jugea sur ses mots qu'il avait besoin de renseignements pour la magie, ou peut-être même, sur les jeux... Elle n'en avait pas l'air – et ce parce qu'elle ne s'en vantait pas - mais l'indonésienne avait une petite réputation dans sa maison à bien savoir jouer aux jeux de société. Cependant, aider pour de la magie, ça, c'était assez nouveau. Gênée d'être considérée comme telle, elle lui offrit un petit sourire ravi, mais embarrassé, se grattant les cheveux.

- Ah, beeeen, écoute... Si tu veux, haha.. ! Euh...

Du regard, elle l'interrogea. Ce serait quand même bien de se souvenir de son nom pour pouvoir le retenir ensuite...

DEV NERD GIRL




Ada padang, ada belalang
Je suis à la fois le blanc et le rouge. Je suis la joie de l'un et le malheur de l'autre. Je suis petite mais tout aussi grande. Je parle avec sagesse mais pense avec rudesse. Je suis le blanc de ton noir. Je suis le noir de ton blanc. Je crie lorsque je suis silencieuse. Je suis faible et aussi forte. Je suis l'un et l'autre. Je suis eux, et je suis elle. Je suis l'union des deux. Je suis le fruit. Je suis le juste milieu.
   
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation: Don't be just a good girl : own yourself.


ϟ Nation représentée : Indonésie.
ϟ Parchemins : 325
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [26 Octobre 1990] A plusieurs c'est toujours plus simple ft. Ayunda Gunawan Mer 18 Nov - 14:34

À plusieurs c'est toujours plus simple.

ft. Ayunda Gunawan

Dialogue en #FFFACD pour Giotto.
Dialogue en #8FBC8F pour Ayunda.
♪ enjoy ♪

"Ah, beeeen, écoute... Si tu veux, haha... ! Euh.."

     Le sourire de Giotto s'agrandit et il entraîna la jeune fille vers la table où il était plus tôt. Le plateau n'avait pas bougé, certaines pièces étaient posé de manière aléatoire sur le plateau tandis que d'autres étaient éparpillées sur la surface de bois. Le petit italien ramassa les figurines et les mit en tas.

"Je ne comprend pas... J'ai essayé, mais je ne vois pas comment ça peut-être utilisé."

     Il souriait toujours bien que l'on pouvait déceler dans son regard une pointe de frustration. Il s'assit sur la chaise face à la table et donc au plateau et invita la jeune fille plus âgé à faire de même. Il l'avait déjà croisé dans la salle commune ou même la grande salle mais il ne se rappelait pas de son nom. Il réfléchis un peu et ne trouva pas sa réponse. Il ouvrit la bouche, la referma et demanda avec une expression curieuse:

"Comment tu te nommes ? Moi, c'est Giotto Zorzetto !"

     Au moment où il dit son nom il éternua. Il s'excusa et fit un petit sourire à la poufsouffle. Il poussa le plateau ainsi que les pièce en la regardant avec un regard d'incompréhension

"Pourrais-tu m'expliquer per favore ?"

     Il regardait la jolie fille en se demandant si elle allait accepter. Après tout, il devait vraiment paraître stupide à ne pas comprendre le fonctionnement d'un simple jeu. Il avait peur qu'elle refuse, il n'en montras rien, mais il commençait à avoir la boule au ventre, elle allait refuser, c'était sûr. Elle devait avoir autre chose à faire, Giotto allait ouvrir la bouche pour lui dire que finalement c'était inutile quand il se reprit, peut-être qu'au contraire elle serait d'accord pour l'aider...

     Giotto était en plein conflit intérieur en attendant la réponse de la jeune fille. Il avait un visage concentré où était présent un sourire un peu inquiet. Il voulait vraiment la réponse de la jolie jeune fille, il commençait à craindre qu'elle dise non, peut-être que ça allait être ce qu'elle allait répondre, ou peut-être pas...



Dernière édition par Giotto Zorzetto le Mer 24 Fév - 15:36, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [26 Octobre 1990] A plusieurs c'est toujours plus simple ft. Ayunda Gunawan Dim 22 Nov - 12:13

Every game has its rules.

ft. Giotto Z.

Pas le temps de comprendre quoi que ce soit que le premier année entraîna l'indonésienne à une table de la salle commune. Adieu la petite sortie pour rafraîchir les neurones, Ayunda était visiblement condamnée à rester enfermée toute la journée. Oh puis zut, elle ira sortir sa tête brûlée en balais plus tard, juste avant le couvre-feu. Presque mise assise de force en face du jeune homme, elle ne quitta pas son visage plutôt expressif des yeux; elle lui rappelait son préfet actuel, Feliciano. Et à son accent, elle était prête à parier tout son argent de poche (qui est déjà pas gros) qu'il était de la même nationalité.

« Comment tu te nommes ? Moi, c'est Giotto Zorzetto »

Giotto Zo-quoi.
En tout cas elle avait vu juste. Elle afficha un sourire simple.

- Ayunda Gunawan. 'fin, te billes pas pour l'année hein, tu peux m'appeler Ayunda.

Elle avait horreur de la différence que certains élèves bien snobs adoraient redorer vis-à-vis de leurs cadets. Elle a bien toujours appelé Antonio, son ancien préfet et aîné de deux ans, par son prénom ou même par des petits surnoms affectueux. Elle ne se gêne même pas pour donner des noms d'oiseaux – pour pas dire vulgaires, pourquoi oiseau, c'est bien les oiseaux, elle n'a jamais comprit l'expression – à celui qu'elle méprise le plus, en huitième année.

À tes souhaits.

« Pourrais-tu m'expliquer per favor ? »

La Poufsouffle analysa le jeu qu'il venait de déballer devant elle. Oh. Oui, ça disait bien quelque chose à la jeune sorcière. Elle connaissait ce jeu de plateau, comment pouvait-elle ignorer son existence. C'était même l'un des jeux les plus connus de l'histoire des moldus et des sorciers, comment pouvait-il l'ignorer ?

- Bah c'est des échecs.

Oh une seconde.. C'était pour ça que Giotto lui quémandait son aide ? Elle qui s'attendait à quelques chose sur la magie, son petit ego se retrouva vite déçu. Non quand même, il devait bien savoir ce que c'était... Elle comprit aussitôt ce qu'il voulut dire lorsqu'elle réalisa encore : tout comme lui apparemment, Ayunda ne connaissait pas les règles. Et ça, pour sa passion des jeux de plateau, c'était un scandale. Elle ne se sentait pas supérieure en la matière, elle n'est pas né avec un règlement en papier avec 16 pliages dans les mains, mais elle était tellement passionnée qu'elle n'y pouvait rien : il fallait qu'elle connaisse par cœur tout les jeux qui lui passaient sous la main.

Elle leva à nouveau les yeux vers l'italien.

Woaw. On dirait qu'il va se mettre à pleurer. Pas de panique, elle ne comptait pas l'abandonner ainsi, surtout si sa curiosité à elle aussi se sentait tout à coup insatisfaite. Elle regarda à nouveau les pièces du jeu. En Indonésie, ce n'était pas un jeu très répandu, malgré le bon nombre de plateaux similaires qu'on pouvait trouver là-bas. À Jakarta, ils étaient plus traditionnels. Mais loin de là d'avoir l'esprit mauvais joueur, elle lui garantit avec un grand sourire plus apte à se lancer :

- T'inquiète, on va trouver ça ensemble ! Pour être franche, je connais pas trop non plus, mais j'ai vu plein de gens ici y jouer !

Enfin, elle se souvenait des mains habiles déplacer les pièces de manières différentes qu'elle n'a jamais vraiment retenu. Mais c'était mieux que rien.

DEV NERD GIRL




Ada padang, ada belalang
Je suis à la fois le blanc et le rouge. Je suis la joie de l'un et le malheur de l'autre. Je suis petite mais tout aussi grande. Je parle avec sagesse mais pense avec rudesse. Je suis le blanc de ton noir. Je suis le noir de ton blanc. Je crie lorsque je suis silencieuse. Je suis faible et aussi forte. Je suis l'un et l'autre. Je suis eux, et je suis elle. Je suis l'union des deux. Je suis le fruit. Je suis le juste milieu.
   
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation: Don't be just a good girl : own yourself.


ϟ Nation représentée : Indonésie.
ϟ Parchemins : 325
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [26 Octobre 1990] A plusieurs c'est toujours plus simple ft. Ayunda Gunawan Sam 19 Déc - 12:41

À plusieurs c'est toujours plus simple.

ft. Ayunda Gunawan

Dialogue en #FFFACD pour Giotto.
Dialogue en #8FBC8F pour Ayunda.
♪ enjoy ♪


"T'inquiète, on va trouver ça ensemble ! Pour être franche, je connais pas trop non plus, mais j'ai vu plein de gens ici y jouer !"

Le petit italien reprit vite un grand sourire et observa Ayunda déplacer les pièces avant de l'aider. Il pris une pièce rouge et l'observa dans tous les sens.

"On dirait il re. Ça doit être ça non ?"

Il mit la pièce sous le nez de la jeune fille avant de la retirer et de prendre la même pièce mais blanche dans l'autre main. Il les compara et les posa chacune d'un côté du plateau sur la dernière ligne au centre. Il prit par la suite une pièce au milieu de plusieurs autres identiques.

"C'est quoi ça ?"

Il l'a mit dans la main de la bella face à lui attendant une réponse. Le petit italien semblait toujours simple d'esprit ou stupide paraîssant ne jamais penser, en fait, il en était toujours le contraire. Juste qu'il pensait qu'on avait plus d'amis en étant toujours heureux et en ne réfléchissant pas trop. Mais là le jeu lui posait une colle il devait bien l'admettre. 

"J'ai déjà vu mes parents y jouer... Mais je ne sais plus comment on y joue..."

Il était un peu gêné à cette révélation. Ce jeu, ses parents l'adorait, il avait grandit avec mais n'en connaissait pas les règles et ne savait plus comment on plaçait les pièces. Il se souvenait d'une chose. Deux personnes s'affrontait chacune ayant une couleur et le blanc commençait. C'était la seule chose dont il se rappellait.

"Prend les blanc ! Je prend les rouges, je sais qu'il y a quelque chose comme ça..."

Pour illustrer ses mots il poussa les pièces clairs du côté d'Ayunda et ramena les rouges vers lui avec un petit sourire et une petite étincelle de joie dans son regard. Il comptait les cases et les pièces pour comprendre que déjà ça ne rentrait que sur deux rangés.

"Tu trouves Ayunda ?"



Dernière édition par Giotto Zorzetto le Mer 24 Fév - 15:46, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [26 Octobre 1990] A plusieurs c'est toujours plus simple ft. Ayunda Gunawan Lun 8 Fév - 14:12

Every game has its rules.

ft. Giotto Z.

La naïveté du première année était à la fois touchante et inquiétante.

Ayunda n'avait jamais trop approché les plus jeunes élèves de Poudlard, surtout parce que l'année dernière encore, elle se considérait comme une « petite ». Mais maintenant qu'elle avait entamé la moitié de sa scolarité, elle pouvait largement devenir le pilier de certains, leur apprendre des choses malgré ses propres lacunes. Oui mais bon, au lieu de ça, elle se retrouvait à enseigner à un jeune italien les règles des échecs. Chose incongrue, puisqu'elle les ignorait également. Mais comme elle le lui avait dit, ensemble, ils allaient bien finir par trouver.

Bien finir...

« On dirait le re. Ça doit être ça non ? C'est quoi ça ? »

Après avoir curieusement manipulé certaines pièces, Giotto les lui donna sans penser plus. Un peu surprise par cet élan de questions – et c'est quoi un « re », elle ne parlait pas un mot d'italien - Ayunda les ramassa sans pouvoir répliquer. Il n'avait pas comprit qu'elle était tout autant perdue ? Elle n'avait jamais vu ce jeu chez elle, mais ici seulement, dans l'école, le plateau correctement ordonné entre deux élèves concentrés. Sa passion pour le jeu l'avait poussé à regarder de temps en temps, mais elle n'aimait pas être seulement spectatrice et, au bout du compte, elle n'en a jamais rien retenu.

« Prend les blanc ! Je prend les rouges, je sais qu'il y a quelque chose comme ça... »

Woah, woah, une minute... Ayunda voulut le dire de vive voix, mais le jeunot semblait trop dans son petit délire pour y faire attention. Il ne remarquait même pas l'impatience et la précipitation dont il faisait preuve. Elle fut encore plus prise au dépourvu lorsqu'il poussa vers elle toutes les pièces blanches.

« Tu trouves Ayunda ? »



Qu'on lui enlève les piles, par pitié.

Elle souffla, essayant de retenir son mal en patience. L'autre raison qui fait qu'Ayunda n'a jamais volontairement approché les premières années était devant elle : la plupart étaient encore de petits enfants dans l'esprit, et leur comportement dépassait quasiment tout le temps sa vivacité. L'indonésienne était aussi un vrai bout-en-train quelques fois, mais là, alors qu'elle prenait clairement le temps de réfléchir, Giotto la poussait de force pour faire avancer les choses. Sauf que non, on allait pas comprendre tout de suite en cinq minutes. Déjà, le calmer, ensuite on verra.

- Attend, attend... Bon. Déjà, on place les pièces comme ça, fit-elle tout en illustrant ses propos en préparant le plateau. Ensuite... euh... Je crois que c'est aux blancs de commencer. Donc c'est à moi.

Parée.



Bon par contre, elle avait oublié comment les pièces se déplaçaient. Ce dont elle était sûre, c'était que les joueurs dirigeaient les pièces de la version sorcier par la voix. Avec des noms de codes.

- Euh, tu as déjà joué à la bataille navale ? Tu sais, pour faire couler un bateau, il faut dire quelque chose comme... D6. Ben là les pièces-

Avant même qu'elle ne puisse terminer sa phrase, un pion de sa rangée se déplaça vers la case indiquée. Le regard d'abord fixé sur le plateau, Ayunda leva les yeux vers l'italien. Bon, étape 1, c'est franchi.

DEV NERD GIRL




Ada padang, ada belalang
Je suis à la fois le blanc et le rouge. Je suis la joie de l'un et le malheur de l'autre. Je suis petite mais tout aussi grande. Je parle avec sagesse mais pense avec rudesse. Je suis le blanc de ton noir. Je suis le noir de ton blanc. Je crie lorsque je suis silencieuse. Je suis faible et aussi forte. Je suis l'un et l'autre. Je suis eux, et je suis elle. Je suis l'union des deux. Je suis le fruit. Je suis le juste milieu.
   
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation: Don't be just a good girl : own yourself.


ϟ Nation représentée : Indonésie.
ϟ Parchemins : 325
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [26 Octobre 1990] A plusieurs c'est toujours plus simple ft. Ayunda Gunawan

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

[26 Octobre 1990] A plusieurs c'est toujours plus simple ft. Ayunda Gunawan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Octobre 1990] Un bonne mauvaise idée de blague (Feat. Natalya Braginskaya)» [Octobre 1990] Fringale nocturne - ft Raivis ~» [Loch Ness 3 octobre 1990] Meet with the big kelpy [Ft. Elizaveta Hédervary]» Qui joue d'un ou de plusieurs instruments...» 16 DESANM 1990 – 16 DESANM 2009 Desanm se
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-RPG :: Les vieilles archives :: Anciens RP-
Sauter vers: