Partagez|

[Novembre 1990] Parle-moi - ft Altan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [Novembre 1990] Parle-moi - ft Altan Dim 8 Nov - 19:18

ULAANSÜKH Altan & HÉDERVÁRY Erzsébet424 mots ▬ dialogue en gras
Parle-moi

Erzsébet était globalement une bonne élève, on ne pouvait pas dire le contraire – le nombre de cours qu'elle continuait à suivre était une preuve en elle-même. Elle était respectueuse des professeurs, aussi, bien sûr.

Mais là... Jamais autant un prof ne l'avait agacé.

Oh, la Botanique, elle aimait ça, pas de soucis. Aodrena Bonnefoy, leur professeur habituelle, avait toute son approbation – on voyait qu'elle aimait son métier, les plantes, enseigner.

Mais depuis quelques temps, ils avaient un professeur remplaçant. Oh, pas qu'il était désagréable, mais ses méthodes d'enseignements... Ne convenait pas à la Botanique telle que les élèves s'en faisaient l'idée après sept ans en cours avec Aodrena.

Elle soupira une nouvelle fois. Ils avaient déjà vu la plante que leur présentait le remplaçant l'année précédente... Aussi elle s'ennuyait. Puis il finit sa présentation, enjoignit les élèves à prendre leur baguette pour empoter la plante.

Voilà où était la majeure partie du problème – selon la Gryffondor. Le professeur passait tant de temps à expliquer quelle était la plante, ses propriétés, comment s'en occuper... Que lorsque le temps était venu de faire de la vraie Botanique, ils ne leur restaient plus beaucoup de temps et devait employer la magie. Alors que le but de la Botanique était de tout faire à la main !

Elle entreprit d'obéir au prof, attrapant sa baguette pour suivre les consignes. Puis il y eut des voix qui se haussent, et Erzsi jeta un coup d’œil derrière elle, apercevant Altan, son camarade Gryffondor, en grande discussion avec le remplaçant – enfin, le prof parlait plutôt seul, puisqu'Altan ne pipait pas un mot.

Elle haussa un sourcil, vérifia un instant que sa plante n'avait pas de problème, quand le bruit d'une porte claquant lui fit de nouveau tourner la tête.

Ulaansükh ! appela en vain le professeur, le Gryffondor ayant déjà disparu hors de vue.

Erzsi laissa tout en plan, rangea sa baguette dans les bottes qu'elle portait à la place des chaussures réglementaires de l'uniforme et se leva.

Je vais le chercher. indiqua-t-elle, avant de sortir à son tour.

Altan était son ami, un Gryffondor – elle se sentait responsable vis-à-vis de lui. Et puis, elle justifiait ses actions par son rôle de préfète-en-chef, souvent. Protéger les élèves, s'occuper d'eux, c'était inclus dedans, non ?

Elle regarda autour d'elle, se dirigeant vers le parc de Poudlard. Altan n'avait pas put partir bien loin, n'est-ce pas ? Elle le chercha des yeux, malgré tout inquiète.

Altan ? C'est Erzsi... Où es-tu ? Ça ne va pas ?




Mes clubs:
 

Miss Camping ♥:
 

Très beaucoup merci à Margaux pour l'ava et l'aesthetic ♥️

La hongroise vous cause en #009900 ♥️


Dernière édition par Erzsébet Héderváry le Lun 2 Jan - 20:25, édité 6 fois
Celle qui n'a jamais joui
Celle qui n'a jamais joui
avatar

Mon personnage
Citation: Le courageux n'est pas celui qui donne les coups, mais celui qui y résiste.


ϟ Nation représentée : Hongrie
ϟ Parchemins : 1741
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Novembre 1990] Parle-moi - ft Altan Dim 8 Nov - 20:05













            Parle moi.

      « ... Kheezh, sauve moi. »
          

          
    La première phrase qui lui a traversé l'esprit, c'était ça. "Maman, à l'aide". C'est mort, même dans les matières où il était en sécurité, on finit par venir l'emmerder. Pourtant, il n'avait rien vu venir. Rien. Les yeux déjà vides du mongol s'étaient vidés de toute substance à l'instant où on l'avait sorti de sa zone de confort.

    Le cours s'était pourtant commencé de la plus banale des manières. Le remplaçant de madame Bonnefoy était PUREMENT incompétent. Il disait des choses qu'ils savaient déjà, dignes d'un cours de troisième année en rattrapage et commençait sérieusement à dégoûter Altan de ce cours. À chaque fois, cependant, il tentait de leur faire utiliser un sort à la con, mais quelqu'un était toujours là pour "intervenir" et dire qu'ils avaient appris à le faire à la main. Sauf que là... Là, personne n'était intervenu. Peut-être qu'ils en avaient marre. Sûrement.

    Personne n'avait remarqué que le mongol avait blêmi, personne ne le voyait serrer les poings, tout le monde s'était déjà mis au travail quand l'autre imbécile d'"adulte responsable" avait tenté de lui foutre une baguette dans les mains. Sur le coup, il aurait pu le tuer. Sans rire, il aurait pu, ça lui traversait l'esprit. À bout de nerfs, le brun s'est contenté de repousser violemment l'inutile être humain sur le côté, jetant son bout de bâton dans un coin de la serre pour qu'il se fasse bouffer par une tentacula vénéneuse et qu'Altan ne voit plus jamais ce truc. Passant la porte en courant presque, il ne réfléchissait déjà plus depuis longtemps.

« Kheezh ee, nadad tuslaach, kheezh ee, nadad tuslaach, kheezh ee, nadad tuslaa- »

    Sa voix, mourant dans sa gorge douloureuse, finit par devenir inaudible avant d'être coupée par un sanglot. Il ne finirait pas son année, pas comme ça. Pas avec les ASPICs à la fin. Pas en se faisant recaler dans quasiment toutes les matières. Pas avec le regard lourd de reproche de son père sur lui. Et, planté au milieu de l'herbe comme un imbécile, Altan pleurait. Ça faisait longtemps, trop longtemps. Un faible glapissement franchit ses lèvres closes.

« AAAAAaaaaaaah- »

    Interrompu par un hoquet mouillé, le brun essuie ses joues sans conviction. Il n'osait plus rien, depuis un moment. Tous ses choix paraissaient foireux. Il avait fini par laisser couler et mentait... "Quand c'était nécessaire". Tout le temps. Et ses jambes l'avaient porté suffisamment loin des serres pour qu'il essaye de respirer de nouveau. Le nez dans sa cape, il finit par se rouler en boule contre un pan du château. De toute façon, ici ou ailleurs, il est plus que repérable... Les mains tremblantes, il continue de supplier sa mère un moment avant d'entendre une voix familière au loin. Non, pas ça...

« Altan ? C'est Eli... Où es-tu ? Ça ne va pas ?  »

    Et avant qu'il puisse se rendre compte de ses gestes, il est reparti dans son monde. Le rouleau d'herbes séchées au coin des lèvres, allumé par un vieux zippo, il ne bouge plus. Ses yeux sont rougis par les larmes, il reste des traces brillantes sur ses joues, mais il n'est plus là. Adossé au mur de pierre, les jambes à moitié tendues, le regard bien plus loin que les étendues devant lui, Altan se calme. Il oublie. C'est bien d'oublier. Surtout quand tout le monde te prend pour un con, c'est mieux d'oublier.


Codage | Luth ©
          

          

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Novembre 1990] Parle-moi - ft Altan Jeu 12 Nov - 18:06

ULAANSÜKH Altan & HÉDERVÁRY Erzsébet309 mots ▬ dialogue en gras
Parle-moi

Erzsébet soupira, son inquiétude passant au niveau supérieur. Bon sang, mais où c'était caché le mongol ? S'il lui répondait, au moins... Mais non, il se planquait dans un coin, l'ignorant superbement ! Enfin, dans un sens, elle espérait qu'il l'ignorait. Sinon, cela voulait dire qu'il lui était arrivé quelque chose, sûrement...

Elle rebroussa chemin, avec toujours une légère pointe d'anxiété dans l'estomac et râlant silencieusement contre son ami. Elle promena son regard sur le parc, encore une fois. Et si elle s'était trompée ? Et s'il était partit à l'intérieur du château ? Ou retourné en cours ? Non, ça, elle en doutait vraiment.

La Gryffondor était légèrement, désespérée à ce stade-là, lorsqu'elle remarqua enfin son camarade, adossé à un mur.

« Altan ! »

Elle soupira de soulagement, se dirigeant aussitôt vers lui. Le léger sourire ayant percé sur son visage fondit comme neige au soleil dès lors qu'elle fut en face de son ami, constatant par la même occasion son état. Il avait les yeux si rouges... Il avait pleuré ? Pourquoi ? Le prof lui avait dit quelque chose, ou, ou... Ou était-ce autre chose ? Erzsi était désemparée.

« Altan ? » Elle s'accroupit face à lui, prenant e visage du mongol entre ses mans, fixant son regard vert dans le sien.« Altan ? Qu'est-ce que tu as, tu... » Elle déglutit, sans finir sa phrase.

Elle se sentait responsable des élèves de Poudlard, encore plus des Gryffondor. Les voir triste, en colère, déprimé ou quoi que ce soit s'en approchant l'inquiétait et la poussait à tenter de résoudre le problème. Elle côtoyait Altan depuis six ans, elle commençait à bien le connaître. Elle l'appréciait, énormément. Elle ne pouvait en aucun cas prétendre le contraire.

Le voir dans un tel état lui faisait mal au cœur.

« Altan... Parles-moi, s'il te plaît... »




Mes clubs:
 

Miss Camping ♥:
 

Très beaucoup merci à Margaux pour l'ava et l'aesthetic ♥️

La hongroise vous cause en #009900 ♥️


Dernière édition par Erzsébet Héderváry le Lun 2 Jan - 20:26, édité 2 fois
Celle qui n'a jamais joui
Celle qui n'a jamais joui
avatar

Mon personnage
Citation: Le courageux n'est pas celui qui donne les coups, mais celui qui y résiste.


ϟ Nation représentée : Hongrie
ϟ Parchemins : 1741
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Novembre 1990] Parle-moi - ft Altan Jeu 12 Nov - 19:47













            Parle moi.

      « ... Kheezh, sauve moi. »
          

          
    Il l'avait entendue. Tout comme là, il l'entendait arriver. Mais il ne voulait plus sortir de sa bulle, il était bien. Le sortir de ses zones de confort servait juste à rendre les choses plus difficiles. Et penser à Eli, en ce moment, lui rendait les choses difficiles.

« Altan... Parles-moi, s'il te plaît... »

    Il n'aimait pas spécialement être touché, mais là il ne dit rien, ne proteste pas. Son visage se fige dans une expression triste et... inquiète. Vraiment inquiète. Il avait beau être persuadé de certaines choses, tout le faisait douter. Vraiment tout. Il a peur de faire une connerie, évidemment. Ça se lit partout sur son corps. Altan finit par ouvrir la bouche et reprend le rouleau à peine entamé

« Est-ce que c'est ma faute ? Si j'y arrive pas... »

    Oui, hier, Aladár l'avait fait se sentir comme une merde. Maintenant il craque. Et la seule pensée cohérente dans son esprit est une phrase bateau du genre "c'est injuste." C'est vrai. Si on lui avait demandé son avis, il ne serait pas puni, ni marqué, ni sorcier, ni en Écosse. Mais personne ne lui demande son avis. Quelque part, il ne comprenait même pas pourquoi on lui reprochait. C'est pas comme s'il essayait pas, c'est pas comme s'il s'était résolu à juste... Laisser tomber ? Non. Il a fait un tri, devant la porte de chaque cours. Laquelle, en la franchissant, lui donnait envie de vomir tellement sa répulsion était forte, lesquelles il pouvait encore franchir en se forçant un peu. Il n'avait pas laissé tomber. Il ne s'était pas enfuit...

« P-pourquoi c'ma faute s'ça marche pas ? »

    En pleine possession de ses moyens, il aurait été.... agacé, que la préfète-en-chef le voit comme ça. Un peu désolé aussi, parce qu'il sait que tous les marqués de gryffondor lui chialent dessus. Mais là... il ne peut juste pas. À part appeler sa mère, il ne peut rien faire de plus.


Codage | Luth ©
          

          

[/quote]
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Novembre 1990] Parle-moi - ft Altan Dim 24 Jan - 12:20

ULAANSÜKH Altan & HÉDERVÁRY Erzsébet330 mots ▬ dialogue en gras
Parle-moi

Erzsébet avait tellement mal de voir Altan dans un état pareil. Elle n'avait qu'une envie, le prendre contre elle, le rassurer, lui enlever toutes ses craintes et ses peurs. Qu'il cesse d'être l'enfant inquiet à ses côtés.

Mais en plus de ça, elle voulait comprendre, le comprendre. Altan lui paraissait parfois trop lisse, sans montrer ses émotions et ses pensées ; et elle n'arrivait pas toujours à le suivre. Et comment pouvait-elle l'aider à se sentir mieux si elle n'arrivait pas à comprendre sa douleur ? Comprendre comment il fonctionne, anticiper ses larmes et ses doutes ?

Cela faisait sept ans qu'ils vivaient côte à côte et pourtant... Elle avait toujours autant de mal à aider son camarade.

« Est-ce que c'est de ma faute ? Si j'y arrive pas... »

La jeune femme secoua aussitôt la tête, sans réfléchir.

« Bien sûr que non enfin... Tu essaye, c'est le principal... »

Elle déversait ces mots sans savoir exactement quel était le problème. Était-ce à cause des cours ? Elle le savait, bien sûr, qu'il en séchait plusieurs ; elle voulait d'ailleurs lui en parler, mais son père lui avait dit qu'il s'en occuperait. Cela s'était-il si mal passé ?

« Pourquoi c'ma faute s'ça marche pas ?

- Ce n'est pas ta faute enfin... Ne pense pas ça. Dans tous les cas, il n'y a jamais un seul coupable, mais toujours plusieurs, d'accord ? Donc si tu penses que c'est de ta faute, c'est que c'est aussi celle d'autres personnes. » Elle reprit son inspiration, se cala près de son camarade pour être prête à réagir à tout geste de ce dernier. « Mais explique-moi, s'il te plaît... » Elle hésita un instant avant de reprendre. « C'est les cours, c'est ça ? Parce que... Tu en sèches certains et que tu as du mal avec la magie ? »

Oh moins depuis le temps, elle avait comprit ça.

« S'il te plaît.... Explique-moi Altan, je veux t'aider... »




Mes clubs:
 

Miss Camping ♥:
 

Très beaucoup merci à Margaux pour l'ava et l'aesthetic ♥️

La hongroise vous cause en #009900 ♥️


Dernière édition par Erzsébet Héderváry le Lun 2 Jan - 20:26, édité 3 fois
Celle qui n'a jamais joui
Celle qui n'a jamais joui
avatar

Mon personnage
Citation: Le courageux n'est pas celui qui donne les coups, mais celui qui y résiste.


ϟ Nation représentée : Hongrie
ϟ Parchemins : 1741
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Novembre 1990] Parle-moi - ft Altan Dim 24 Jan - 13:30













            Parle moi.

      « ... Kheezh, sauve moi. »
          

          

« Je... J'ai jamais aimé ça. Et là, avec l'bordel... C'est pas comme si j'me forçais pas, mais j'y arrive plus... »

    Le mongol restait incohérent dans ses propos. Il n'arrivait pas à se concentrer, à expliquer quoi que ce soit d'un minimum complexe... En réalité, sa propre situation le dépassait totalement. Il inspire un grand coup, tirant sur son rouleau, et prend le temps de laisser la fumée parcourir ses poumons avant d'expirer.

« J-je... J'essaye. Les cours... Même si j'y vais pas, je rattrape... Alors j'comprends pas pourquoi on m'fait tout c'bordel. »

    Il a du mal à parler. Le stress, l'émotion, tout ça, sa voix tremble beaucoup. Ça faisait longtemps qu'il ne s'était pas retrouvé dans un état pareil. Et si c'est le cas, il ne s'en souvient pas. Et non, il n'a pas envie de s'en souvenir. Se crispant faiblement à l'évocation même du problème

« J'vais y arriver, m'comment ? »

    Le brun pâlit faiblement et ferme les yeux, essayant de penser, à défaut de penser à autre chose. Son crâne est tellement vide qu'on pourrait facilement faire de l'écho dedans. Il ne risque pas de se reprendre tout de suite, malgré le contact de sa camarade. La question principale qu'il n'arrivait plus à poser étant plutôt "quand est-ce que ça va s'arrêter ?" que "comment". Et après un léger silence, il finit par se détendre plutôt brusquement, comme s'il avait juste arrêté d'y réfléchir

« Ç-ça... ça passera, hein ? »

Il ne compte pas se faire renvoyer, il ne compte pas non plus abandonner les gens qu'il protège ni faire honte à son père. C'est sûrement comme ça qu'il tient.


Codage | Luth ©
          

          

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Novembre 1990] Parle-moi - ft Altan Sam 27 Aoû - 17:40

ULAANSÜKH Altan & HÉDERVÁRY Erzsébet442 mots ▬ dialogue en gras
Parle-moi

Erzsi se mordit les lèvres, mal à l'aise face aux inquiétudes de son camarade et son incapacité à le rassurer. Là, elle ne voyait pas tellement ce qu'elle pouvait faire en plus – la rassurer n'avait pas l'air d'avoir tant d'effets.

« Altan, les choses ne sont pas si simple... Les profs veulent que tu viennes en cours, que tu participes, rien que répondre à leurs questions, tu vois... ? Ils veulent que tu viennes et que tu t'investisses un peu, même si tu n'aimes pas ça... Rattraper ne suffit pas à leurs yeux... Tu sèches, ce n'est pas quelques choses qu'ils approuvent, ils ne peuvent pas l'approuver d'ailleurs. Je sais que c'est difficile pour toi... Mais si tu as des problèmes pour utiliser ta magie, parles-en à tes profs, au Directeur de la Maison ? Ils peuvent prendre ça en compte pendant les cours, éviter de trop t'en demander, ou essayer avec toi d'arranger les choses petit à petit... Ils ne sont pas fermés ou obtus, ils sont aussi là pour nous aider... »

Elle soupira, lasse de ne pouvoir rien faire. Malgré ce qu'elle souhaitait, elle ne pouvait tout résoudre et protéger efficacement toutes les personnes qui comptaient pour elle. Pour une personne fière et orgueilleuse comme elle, c'était difficile à digérer.

« Je crois qu'il faut que tu abordes le sujet sérieusement, Altan... Voire même consulter le psychomage de l'école. Je pense que... Qu'ils sont plus qualifiés pour t'aider que moi. » Elle baissa la tête. « Je suis désolée de ne pas pouvoir faire plus... »

Même elle était faillible, après tout – elle restait humaine, et ne pouvait tout résoudre d'un tour de main.

« Ç-ça... ça passera, hein ? »

Erzsi leva un instant sa tête vers le ciel, comme cherchant une réponse inscrite dans le bleu au dessus de leurs têtes. Puis elle regarda une nouvelle fois son ami, le dévisageant et arrivant rapidement à la conclusion qu'ils ne pouvaient rester. Qu'il ne pouvait rester là.

« Bien sûr que oui, Altan. Bien sûr que ça passera. »

Elle pouvait au moins être encore optimiste.

Avec un nouveau soupir, la hongroise se leva, puis attrapa la main de son camarade pour le tirer à sa suite.

Il y avait bien une chose qu'elle pouvait encore faire – alors elle le ferait sans hésiter.

« Allez viens. Je vais t'emmener à l'infirmerie. Je dirais au prof que tu étais malade, et tu vas te reposer. D'accord ? »

Elle avait beau lui demander son accord, Altan n'avait pas vraiment le choix ; Erzsi était bien déterminée à l'emmener à sa suite, qu'il le veuille ou non.




Mes clubs:
 

Miss Camping ♥:
 

Très beaucoup merci à Margaux pour l'ava et l'aesthetic ♥️

La hongroise vous cause en #009900 ♥️


Dernière édition par Erzsébet Héderváry le Lun 2 Jan - 20:26, édité 1 fois
Celle qui n'a jamais joui
Celle qui n'a jamais joui
avatar

Mon personnage
Citation: Le courageux n'est pas celui qui donne les coups, mais celui qui y résiste.


ϟ Nation représentée : Hongrie
ϟ Parchemins : 1741
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Novembre 1990] Parle-moi - ft Altan Sam 27 Aoû - 18:08













            Parle moi.

      « ... Kheezh, sauve moi. »
          

          
    S'investir... C'est vrai qu'en six ans il ne l'avait jamais réellement fait. Enfin, pas dans les cours qu'il sèche en ce moment. Les autres l'intéressaient déjà plus, c'était plus simple pour lui de donner de sa personne. Mais Elizaveta a raison. Même si c'est difficile, personne ne fait ça contre lui, mais pour lui. C'est... C'est ce qui doit se passer. C'est comme ça que les choses fonctionnent et quand il aura surmonté ça il sera plus fort. Pensées clichées s'il en est, mais l'important est le résultat.

« Bien sûr que ça passera. »

    Et le vide dans son crâne commence à se remplir. Même s'il n'y croit pas, au fond, il a envie d'y croire. Et c'est suffisant, pour le moment, pour le concentrer sur autre chose. Il regarde la préfète se lever et serre doucement sa main lorsqu'elle la saisit. Ça va passer. Sans protester, le brun se lève à son tour et écrase son mégot entre ses doigts. Il attendra de passer près d'un endroit adéquat pour le jeter. Se débarrassant des brins d'herbe sur ses jambes, il jette un regard circulaire sur leur environnement, désolé de déranger Elizaveta pour ce genre de chose. Ce qu'il peut détester devoir se reposer sur les gens... C'est son rôle d'habitude et ça le perturbe.

« Allez viens. Je vais t'emmener à l'infirmerie. Je dirais au prof que tu étais malade, et tu vas te reposer. D'accord ?
- ... Merci, Eli. »

    Le brun inspire à fond. C'est difficile d'exprimer ses sentiments "faibles" quand on est un vrai mur. Mais il persiste dans l'effort. Et ça fonctionne.

« Et... Crois pas qu't'as rien fait. Ça m'aide. »

    Il laisse paraître un petit sourire, suivant la jeune femme dans le hall. Un pas après l'autre, tout va s'arranger. Se morfondre ne l'amènera pas à la fin de son année, après tout.


Codage | Luth ©
          

          



HRP:
 
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas

[Novembre 1990] Parle-moi - ft Altan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Novembre 1990] Parle-moi - ft Altan» [TERMINÉ][6 novembre 1990] Pub... and Go! • Feat Arthur Kirkland» 29 novembre 1987 : 19 ans déjà !» 16 DESANM 1990 – 16 DESANM 2009 Desanm se» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-RPG :: Les vieilles archives :: Anciens RP-
Sauter vers: