Partagez|

[Mai 1991] Can't find the words (feat. Lukas Thomassen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [Mai 1991] Can't find the words (feat. Lukas Thomassen) Mer 25 Mai - 1:22















 ❝ Can't find the words ❞
Feat. Lukas Thomassen

C'était un matin calme de printemps, le ciel était d'un bleu intense et une légère brise agréable soufflait sur le parc de Poudlard. La nature reverdissait lentement mais sûrement à mesure que les températures s'adoucissaient à l'approche de l'été. Tout cela, Berwald aurait très certainement pu l'apprécier pleinement s'il n'était pas cloué dans un fauteuil roulant sur ordre des médicomages, après... L'incident. Les autres parlaient de la "crise de Matthias", mais lui n'aimait pas cette expression qui posait une culpabilité certainement pas bienvenue sur les épaules du Danois. Celui-ci avait beau se ronger les ongles jusqu'au sang pour ce qui s'était passé, Berwald ne lui en voulait pas le moins du monde, sachant très bien que dans ses actes il n'y avait eu aucune trace de la volonté de son aîné.

Sa voix était réduite à un murmure, et sa concentration n'était pas encore tout à fait revenue : il peinait à lire un texte en entier et une conversation trop longue ou trop compliquée le laissait généralement dans un état de confusion. Système nerveux endommagé, lui avait-on dit. Rien d'irréparable, il avait eu de la chance : le Doloris n'avait pas été assez long pour causer des problèmes permanents. C'était une bonne chose pour lui-même comme pour Matthias qui s'en serait probablement voulu à en mourir.

Il sursauta faiblement lorsque son fauteuil bringuebala sur les graviers, et jeta un regard rapide à son frère adoptif, Lukas, qui daignait le pousser pour lui faire prendre un peu d'air frais. Si Berwald devait être honnête, cela le gênait presque : il n'aimait pas dépendre des autres et il se savait lourd et encombrant. Néanmoins il était aussi reconnaissant, car cette sortie dans le parc semblait nettoyer son nez des odeurs médicales de l'infirmerie, qui le rendaient parfois nauséeux.

- Merci encore, Lukas, chuchota-t-il.

Un léger frisson le parcourut lorsque la brise s'infiltra sous sa cape. Il aurait aimé se lever, simplement, comme ça, et marcher, ou courir, comme si rien n'était arrivé. Mais c'était arrivé, et à présent, il fallait s'en remettre. Au fond de lui, une petite voix lui soufflait qu'il s'en voulait, lui aussi ; il s'en voulait de ne pas avoir vu les signes plus tôt, de ne pas être intervenu à temps, de ne pas avoir désarmé ou immobilisé Matthias lorsqu'il était encore inoffensif. Il était incapable de lever la main sur lui.

© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
   
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mai 1991] Can't find the words (feat. Lukas Thomassen) Dim 5 Juin - 20:41

Can't Find the Words
Mai 1991
Berwald Oxenstierna
&
Lukas Thomassen
"La crise de Matthias", hein. Des blessés, certains gravement, lui peut-être. Si le sort qu'il s'était pris de plein fouet était considéré comme très dangereux et qu'il aurait pu, aurait dû, se vider de son sang et mourir ce soir-là, Lukas ne ressentait pas le besoin de se plaindre. Ce n'était pas légitime, pour lui, parce qu'il y avait plus important, parce que ses blessures avaient vite été refermées grâce aux potions médicales qu'on lui avait administré et, surtout, grâce à Berwald. Ce dernier, justement, faisait partie de ceux qui avaient réellement besoin d'attention. Et Lukas était énervé. Pas juste agacé, pas comme quand il roule des yeux parce que quelqu'un a dit une connerie. Non, énervé, comme quand ça se voit pas mais qu'il bouille intérieurement.

Mais pourquoi tant de colère me direz-vous ? Parce que ce même Berwald, celui qui a subi un sortilège impardonnable et, aux yeux de Lukas, le pire de tous, avait été laissé pour mort pendant la panique générale. Pour mort oui, carrément, c'est ce qu'il ressentait depuis ce jour. Que lui n'ait pas d'amis, pourquoi pas, après tout il n'en cherche pas. Donc ça ne l'avait pas plus attristé que ça d'être laissé dans un coin (et encore, on remerciera Kiku et Wilhelm pour leur réaction). Mais pas son frère aîné. Berwald était et reste, de loin, l'une des personnes les plus gentilles et les plus respectables que Lukas connaissait, et il se sentait particulièrement objectif sur ce point. Le fait qu'on abandonne le Suédois ne lui avait pas, mais alors pas du tout plu. C'était sans compter sur les mots crus et durs qu'avait hurlé non pas Matthias, mais celui qui le contrôlait, à ce moment-là.

Personne ne t'aime. Personne ne t'aimera jamais.

Le regard perdu dans le vide, Lukas poussait le fauteuil roulant sur lequel était assis son frère. Ce jour-là, il était allé le chercher à l'infirmerie pour le faire sortir un peu. Il était rassuré de voir qu'il retrouvait peu à peu la parole, même si ça restait faible. Il ne pouvait pas imaginer ce qu'il avait ressenti. Le sortilège de torture en avait envoyé plus d'un à l'asile, voire à la morgue. Si en plus il était lancé par celui qui, vraisemblablement, il aimait le plus au monde...

- Mh ? Je t'en prie, c'est normal.

Un très léger sourire étira ses lèvres, bien que ses yeux fatigués le trahissaient quelque peu. En y repensant, ça faisait un moment qu'il n'avait pas été seul avec Berwald. Ou même avec Matthias. Il s'était lui-même mis à l'écart ces derniers temps, préoccupé par plusieurs choses. Sa relation avec ses frères, entre autres. La peur d'être mis de côté l'avait poussé à le faire lui-même, tout seul, comme un grand. Il pensait que ça l'aiderait à réfléchir et à relativiser. Parfois, même les plus intelligents ne savent pas comment agir face à certaines situations et, dans son cas, surtout lorsque ça touche au relationnel.

- Où veux-tu aller ?

Lukas lâcha une poignée du fauteuil le temps de se recoiffer machinalement après une brise d'air passée, puis se remit aussitôt en route vers les parcs du château. Il savait que Berwald n'avait sans doute pas d'envie précise de où aller, du moment qu'il n'était plus enfermé, à rester sur l'un des lits durs et inconfortables de l'infirmerie, sans doute pour essayer de lire un livre, ce qui le fatiguerait et l'agacerait possiblement. Tout ceci étant bien sûr hypothétique, déjà qu'il n'était pas facile à cerner en temps normal, alors en convalescence... Mais bon. Autant aller dans un endroit qui lui plaisait.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas

[Mai 1991] Can't find the words (feat. Lukas Thomassen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Words drifting in the wind ... (feat. Rafael Alvarez)» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !» What are words if you really don't mean them when you say them!» (akhésa) ✚ those who don't believe in magic will never find it.» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-RPG :: Les vieilles archives :: Anciens RP-
Sauter vers: