Partagez|

Sper, dar nu pot. Mais je fais de mon mieux !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Sper, dar nu pot. Mais je fais de mon mieux ! Dim 17 Juil - 13:46

Kogalniceanu Ihrin
Royaume de Dacie
Nom : Kogalniceanu
Prénom : Ihrin
Date de naissance : 25 octobre
Lieu de naissance : Hunedoara
Âge : 26 ans
Poste occupé à Poudlard : Professeur de défense contre les forces du mal
Directeur de maison : Aimerait remplir le poste de Directrice des Poufsouffles.
Animal de compagnie : Un petit dragon boule du nom de Vali
Ascendance : Sang-mêlé
Fratrie : Belle-tante de Vladimir
Don : Celui de stresser quand trop de copie s'entasse sur son bureau

Baguette : Aulne, crin de Kelpy, 23 cm, souple
Patronus : Loup
Epouvantard : L'examinateur du passage des aurors, qui l'a recalée aux examens
Reflet dans le miroir du Riséd : Elle, avec une tenue d'auror, ainsi qu'un prix en or pour acte héroïque.
Odeur de l'Amortentia : Vanille, Zacusca, Pomme
Votre personnage peut-il voir les Sombrals : Non
Gentille
Pessimiste
Sociale
Nerveuse
Admirative
Reine de l'abandon
Protectrice
Stressée
Courageuse
Gourmande
Bonne cuisinière
Flemmarde
Caractère :
   
  Il y a toujours une excuse à tout. Oui, on est jamais vraiment à la hauteur de ce que l'on veut entreprendre : on a tous des rêves, et pourtant, on ne les réalise jamais. Combien de petites filles voulant devenir princesse ou chanteuse dans leur enfance y sont actuellement parvenus ? Combien de petit garçons voulant devenir pompier ou joueur de quidditch y sont actuellement arrivés ? Et elle, petite enfant de quatorze ans qui rêvait de devenir auror, avait elle réussis ? Bien sur que non : «la motivation ne suffis pas, il y a toujours quelque chose qui nous barre la route !» déclarait elle, menteuse. La vérité, c'est qu'elle n'avait pas la motivation suffisante pour réussir. Les examens étaient toujours trop compliqués, les professeurs étaient toujours trop durs, et ses copies étaient toujours sous notée. En plus l'examinateur des aurors avait sûrement passé une mauvaise journée, le jour où il l'avait recalé.  Du moins, c'est ce qu'elle avait toujours pensé. «Je sais que parfois, j'ai baissé les bras sur certaines choses, comme ce contrôle d'histoire de la magie, mais rendez vous compte ! Il y avait cinq chapitres à revoir d'un coup d'un seul ! C'est bien trop demander !». C'est ainsi que Ihrin agissait chaque jour. Le monde du travail n'était pas fait pour elle : on lui donnait une tâche, parfois simple, et qu'elle résolvait avec brio. Parfois, c'était plus compliqué, et là, mademoiselle abandonnait avec quelques remords, après plusieurs essais bien sur, préparant sa prochaine justification, comme «J'ai été prise par le temps, il y a bien trop de copies d'élèves à corriger !», ou bien «Je suis en retard je sais, mais il faut comprendre que j'habite dans la tour à l'opposée de la salle de classe !».

Elle détestait les copies. Les copies étaient son pire cauchemar : elles s'empilaient sur son bureau, non corrigées, faisant preuve d'une patience exemplaire, alors que, elle, ne possédait pas du tout cette qualité. La jeune professeur s'amusait bien plus quand elle baignait dans son éléments : les sortilèges de défense. Il était évident que savoir comment vaincre telle ou telle créature maléfique était nécessaire pour faire un bon auror, mais l'amusement était bien plus présent lorsqu'il s'agissait de passer à la pratique. Elle voulait former des élèves au métier d'auror que elle n'avait pas pu obtenir, et pour cela, la manipulation des sortilèges lui semblait bien plus facile à noter que des copies entièrement rédigées, plate, où aucune action ne se déroulait. Ihrin était une femme d'action, dans la fougue de l'âge, courageuse et protectrice, qui n'aurait reculé devant aucun défi de combat contre les forces du mal, si elle avait assez travaillé pour en avoir l'occasion. Elle n'avait aucune peur du danger, et voulait par dessus tout, comme chaque auror, protéger la population, protéger sorciers comme moldus des maux que le monde magique pouvait provoquer. Protectrice, oui, elle était protectrice : cela pouvait se voir dans sa salle de classe, avec ses élèves, en particulier ceux de son ancienne maison, poufsouffle. -On lui avait souvent dit que Gryffondor lui aurait mieux sied, car elle n'avait rien d'une travailleuse. Cependant, elle savait bien qu'il n'en était rien, Ihrin avait toujours essayé dur avant d'abandonner tout ce qu'elle avait entreprit. De plus, son sourire et se capacité à se faire des amis, sa loyauté envers ses propos (et le fait que son dortoir était proche de la cuisine, ce qu'elle adorait plus que tout) faisait d'elle la parfaite poufsouffle-. Dès qu'un de ses élèves favoris était en danger ou dans une mauvaise situation, elle avait tendance à se montrer protectrice, telle une maman en colère, ce qu'elle évitait toujours qu'on l'appelle. «Je suis bien trop jeune pour qu'on me surnomme ainsi !». Elle n'avait pas la maturité pour ce genre de chose, et elle admirait ceux qui l'avait. Ainsi les professeurs plus expérimentaient agissaient comme des icônes à ses yeux, des héros, des exemples à suivre, des sources de savoir qu'il fallait questionner. Elle avait toujours tendance à demander des conseils à tout le monde, demandant le plus gentiment possible, et encore et toujours, avec ce grand sourire qui lui collait au visage.

Pourtant, ce visage pouvait parfois être rongé par l'anxiété. En effet, Ihrin avait toujours eu tendance à être stressée par tout ce qui l'entourait : qu'il s'agisse des gens, des responsabilités, de son environnement. Ce stress, il pouvait se voir clairement dans son comportement. Elle venait toujours passer un doigt dans sa chevelure, bouclant la fin d'une mèche, tournant son doigt dans la masse brune. Elle jouait avec ses bijoux, faisait tourner les bagues sur son doigt, bougeait les pieds sous la table, et surtout : elle mangeait. Personne ne savait où allaient les quantités astronomiques de nourriture qu'elle pouvait engloutir en état d'anxiété : Zacusca, Sarmale, plaque de chocolat, dessert à la vanille, Papanasi moldovenesti, Cozonac, plat de pâte à la sauce aux légumes... Tout y passait. En général, le stress avait deux façons de s'arrêter. Sois elle réussissait la tâche qu'on lui avait confié ou qu'elle s'était confié à elle même, sois elle abandonnait avec une excuses bien préparée, les plaintes prêtes à fuser par millier. Cela pouvait prendre du temps, et pourtant...
Physique :

Jamais elle ne grossissait. Certes, elle était un peu ronde sur les bords, tout ce qu'il fallait. Mais elle dépensait tant d’énergie à stresser et à courir partout sous l'excitation que tout se perdait bien vite. C'était là le seul point positif dans le fait d'être anxieuse, car elle savait parfaitement qu'une fois vieille, son visage en souffrirait : elle pouvait déjà voir les rides de soucis se former sur sa peau, qu'elle avait légèrement bronzée, bien plus que sa grande sœur, qui semblait plus pâle. Surement était-ce du au fait que l'enfermement la rendait nerveuse. Ihrin préférait sortir, et cela se voyait par la couleur de ses bras, de son visage, et de son corps tout entier, bien qu'une fois les vêtements retirés, il était simple de voir qu'elle était pâle de naissance. Elle appréciait ce bronzage, elle appréciait ces légères rondeurs, qui lui donnaient un air enfantin,  et qui s'accordaient parfaitement avec sa coiffure. Elle aimait garder ses cheveux courts : cela était plus pratique lors d'un combat, offrait une plus grande liberté de mouvement. Le bas de sa coiffure, elle aussi, était ronde, les cheveux courbés, ondulés, comme si l'humidité avait fait son travail sur une partie seulement de sa coiffure, et que l'air avait pourtant rendu toutes ces boucles légères.

Son bronzage, quant à lui, faisait ressortir d'une légère manière ses yeux verts, proche du brun à l'ombre, mais rappelant les feuilles de la forêt une fois exposés au soleil. Elle aurait voulu bronzer plus, mais il lui semblait qu'à moins de rester allonger sur une serviette en pleine été au soleil, et ce toute la journée, elle n'attendrait pas son objectif. Cela la rendait jalouse de voir tant de fille roumaine aborder une peau aussi bronzée, que elle ne pouvait pas s'offrir. Et évidemment, elle n'avait pas la patience et la motivation pour se permettre de ne rien faire ainsi pendant des heures au soleil.

Ihrin avait une taille moyenne, ni trop petite, ni trop grande, de 1m63. On aurait pu la prendre pour une enfant si ce n'était pas pour l'intonation grave de sa voix ou pour les quelques rides de soucis prêt de ses yeux, ou même de fatigue parfois. Elle se tenait toujours droite en publique, afin de se montrer digne, mais s'écroulait en privée, avachie à son bureau, le dos courbés et la tête de les mains, à se créer encore plus de ride d'anxiété.

Cela dit, quand elle souriait, tout semblait différent : les rides disparaissaient légèrement, ainsi que ses soupirs, et une petite fossette se créait au coin droit de ses lèvres, souvent cachée par une main aux doigts boudinés, et pourtant experts en sortilèges comme en cuisine. Lors de l'utilisation de sa magie, ses mains picotaient toujours légèrement, signe d'une bonne transmission de ses sorts à la baguette, dont elle avait orné le manche d'un contour en or. Sur sa hanche, une toute petite cicatrice qui pourrait passée pour une griffure, résultat d'un entraînement d'auror en duel qu'elle avait fait, et qui n'avait pas été soigné à temps : mis à part ceci, il n'y avait aucune marque sur son corps : elle n'était jamais rentré dans le métier après tout, et n'avait pas récolté les marques du danger et du combat qu'elle aurait tant voulu vivre au quotidien.

La seule chose dont elle rêvait et qu'elle possédait déjà était l'or. Pas dans le sens ou elle était, car elle ne l'avait jamais été, mais dans le sens où elle était couverte de bijou, des pieds à la tête, et toujours dans ce métal si somptueux qu'elle appréciait tant. Elle avait de multiple paires de boucle d'oreille dorée, simple, accompagnées de colliés faits de la même matières et dont les ornements représentaient des dragons comme des loups, symbole guerriers anciens dans sa nation d'origine, la Roumanie, remontant à l'époque des valereux gladiateur de Dacie dont l'esprit combattif ne quittait jamais son esprit. Ses bras étaient eux aussi recouvert de serpents dorés s'enroulant autour de ses poignets : certains jours il s'agissaient de longs dragons, d'autre fois d'ornement gravés aux symboles diverses, toujours proches de ses doigts couverts de bagues d'or qu'elle appréciait tant. Ses chevilles, même, parfois étaient entourées d'une chainette d'or légère et facile à transporter. Elle avait toujours économiser pour se vêtir ainsi, ne possédant donc aucun chez soi, si ce n'était, à l'époque de ses études, qu'un petit appartement miteux. Elle espérait d'ailleurs pouvoir vivre à Poudlard, après tout ce qui lui était arrivé...
Histoire :

La une du journal était difficile à manquer, avec le gros titre en gras, ainsi que la photo mouvante sombre et effrayante qui prenait la moitié de la page. «Un tueur en série pratiquant la magie noir se fait arrêter après avoir tuer deux enfants.» Dans les détails, le nom de Serghei Olaru est affiché partout : l'homme avait 53 ans, et était décrit par ses voisins comme quelqu'un de calme et de gentil. «Il me disait bonjour tous les matins, avec un grand sourire. Je n'aurais jamais pu penser qu'il était ainsi...». Rien ne changeait de l'ordinaire, il s'agissait là de confessions que l'on retrouvait régulièrement après un meurtre. Les noms des victimes, eux aussi, étaient affichés : Wadim Vaduva et Rares Stirei, deux amis qui apparemment s'entraînaient au balai avant le tragique événement. Ce genre d'article ne réveillait, en général, pas plus de sentiment à Ihrin qu'un simple «C'est triste, certaines personnes sont vraiment affreuses», et puis la petite fille de quatorze ans reprenait le cours normal de son existence, oubliant après quelques heures que ceci était arrivé. Cependant, cette fois ci, c'était différent. L'ambiance qui régnait dans la maison était palpable, macabre, sombre. La raison était sa sœur.

Atanasia venait de perdre son meilleur ami, Wadim, et l'avait appris en lisant le journal le lendemain du meurtre. Sa chambre était fermée de l'intérieur, la jeune fille ayant sûrement trop honte pour pleurer devant sa famille entière, ou peut être pour être au calme afin de mettre en place son deuil. Ce n'était pas cette porte en bois lourde qui obscurcissait  l’atmosphère, mais bien l'absence de la fillette au repas en famille, dans le jardin pour jouer, ou bien même dans la salle de jeu remplie de poupées diverses et variées. Ihrin était seule, et elle n'en avait pas l'habitude. Cela lui donnait du temps pour réfléchir. Apparemment, les aurors étaient arrivés trop tard sur les lieux du crime, et ne s'étaient mis en route qu'après avoir détecté le premier Avada Kedavra qui avait mit fin à la vie de Rares, l'ami de Wadim qui lui apprenait à se servir correctement d'un balai. «Si j'avais été auror, j'aurais tenté de détecter le mage noir avant qu'il n'utilise le sort fatal» se disait elle. Et l'idée lui était resté collée à la tête, devenant rêve la nuit, et projet le jour. Quand Anatasia fut calmée quelques semaines plus tard, la vie reprenait son court comme si de rien n'était : ses parents divorcèrent, mais rien de bien mauvais, si ce n'était que l'arrivée d'un beau frère. Les habitants étaient heureux de savoir le mage derrière les barreaux, mais l'idée que Ihrin c'était faite, elle, ne partait pas.

Elle devenait plus forte chaque jour et chaque année. Petite poufsouffle adorée de son professeur de sortilèges, elle n'avait cependant jamais reçu les honneurs de son professeur de défense contre les forces du mal, qu'elle essayait d’impressionner à chaque cours avec ses compétences en incantation et en maniement de la baguette. Cependant, elle recevait toujours la même appréciation sur son bulletin : «excellente lanceuse de sort, malheureusement le savoir ne suit pas. Peu mieux faire.» Il n'y avait pas pire punition que d'avoir pour appréciation «peu mieux faire» lorsque que l'on avait pour rêve de devenir auror. Ihrin sentait, savait parfaitement qu'avec un tel résultat, elle ne pourrait pas devenir ce qu'elle voulait être par dessus tout, une auror talentueuse et courageuse. Elle sentait, savait qu'elle ne deviendrait même pas auror en continuant ainsi. Et pourtant...

Pourtant les livres s'empilaient sur son bureau, les fiches de révisions étaient présentes, mais jamais rangées, jamais ordonnées. Elle avait toujours été nulle en organisation, nulle en apprentissage, sans parler de l'ennui que c'était de retenir tant d'information, et le temps que tout cela prenait était astronomique. Elle n'avait même plus le temps pour les petits boulots, et bien tôt, elle se retrouvait dans le cursus pour devenir auror avec un retard absolument incroyable au niveau des connaissances. Elle avait passé les examens avec la moyenne, sans plus, du fait de ses excellents résultats dans la pratique, sans que la théorie n'aille jamais. Elle savait quel sortilèges utiliser contre telles créatures, mais ne savait rien sur leur alimentation, lieu de vie, signes distinctifs et autres informations pratiques bien trop longues à retenir. Irhin restait motivée, n'abandonnant jamais son cursus, mais abandonnant, à son plus grand tord, les leçons qui lui semblaient trop compliquées et les révisions nocturnes qui aurait pu réduire son temps de sommeil. Et pourtant, elle ne dormait jamais beaucoup : le stress du futur exam à passer pour devenir auror la rongeait, et l'anxiété l'empêchait de fermer l'oeil le soir, où elle se répétait dans son lit les informations qu'elle connaissait déjà sans jamais en apprendre de nouvelles. Ses rêves de combat contre les forces du mal, accompagnée de son patronus, loup loyal qu'elle savait former à la perfection, disparaissaient de plus en plus pour laisser place au visage sombre de l'examinateur qui décideraient de son avenir.

«Recalée, au suivant s'il vous plaît.»
Cette voix et cette phrase étaient les choses les plus insupportables qu'elle n'ait jamais entendu. L'homme était grand, vêtu d'un costume noir qu'elle trouvait hideux, tout comme son visage, ridés et scarifié de partout, marques symboles d'une longue vie d'aventure et de danger, symboles d'une profession d'auror complète, qui avait touché à sa fin. Il était passé d'auror renommé à examinateur, faisant sur que ceux qui prendraient sa place seraient à la hauteur. Un homme honorable, qui l'avait refusé, elle, qui n'avait rien d'honorable. Et pourtant, elle voulait se battre.
«Mais... Tous mes sortilèges étaient parfaits !»
«Certes. Au suivant.»
«Mon mouvement est toujours le bon et je réagis vite !»
«Vous ne savez même pas quel est le lieu de vie favoris des acharnes géantes.»

Il n'y avait rien à ajouter. Il avait raison, elle n'en avait aucune idée. Mais qu'allait-elle faire maintenant ? Abandonner son rêve, sa vocation ? Ce n'était pas possible... Elle avait toujours renoncé à tout, mais il s'agissait là de la seule chose pour laquelle elle avait continué à se battre. Et on le lui retirait ? Il devait y avoir un autre moyen. Elle aurait pu recommencer son cursus, mais elle se connaissait : le résultat allait être le même, un stress immense devant des révisions qu'elle n'avait pas le courage d'aborder. Il lui fallait une autre méthode, quelque chose qui puisse la forcer à retenir, la forcer à ouvrir enfin ces livres volumineux qu'elle n'avait jamais touché. Une méthode à laquelle elle ne pouvait échapper. Aussi, quand ce poste de professeur de défense contre les forces du mal se libéra à Poudlard, lieu où elle avait passé toutes son enfance, dirigé par Romulus Vargas, un des nombreux exemples qu'elle voulait suivre étant jeune, elle put se décider. A son tour, elle allait jouer aux examinateur, et qui sait, peut être qu'en se mettant à leur place pourrait elle enfin cerner ce qu'il fallait pour être un bon auror. Elle pouvait apprendre des professeurs comme des élèves, élèves qui deviendraient pour elle une responsabilité, la forçant à ouvrir ces manuels poussiéreux afin de les enseigner à son tour, forcée, donc, à les lire et les relire jusqu'à les connaître par cœur. Elle avait son cursus d'auror en poche, et était parfaitement qualifiée pour ce genre d'emploi : une expérience toute nouvelle s'offrait à elle, une expérience qui, peut être, la mènerait vers ce poste d'auror dont elle rêvait tant, ou bien même à un rêve bien différent de celui qu'elle entretenait à l'origine : celui d'enseigner, de former, et de donner à tous ces enfants une chance que elle n'avait jamais saisit. Elle espérait, de même, se rapprocher de Vladimir Lupei, fils de son beau frère qu'elle n'avait encore jamais vu.
Pseudo : LordPotato /PAN/ -Tegami-
Âge : 19 ans
Sexe : Non
Comment avez-vous connu le forum : Bro et Elizaveta, vous restez dans mon coeur <3
Commentaire : Ihrin Ihrin Tasukete Ihrin~
Code du règlement : À envoyer par MP à un admin



Dernière édition par Ihrin Kogalniceanu le Jeu 1 Sep - 22:17, édité 6 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sper, dar nu pot. Mais je fais de mon mieux ! Dim 17 Juil - 14:30

Elle est belle <3

Bonne chance pour la suite de ta fiche !





Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1386
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sper, dar nu pot. Mais je fais de mon mieux ! Dim 17 Juil - 16:35

Wouah ~ Je vais suivre ardemment les cours de DFCM moi *meurt*
Re-bienvenue Tegami :D
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Sealand
ϟ Parchemins : 113
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sper, dar nu pot. Mais je fais de mon mieux ! Dim 17 Juil - 17:54

Ihrin Kogalniceanu a écrit:
Animal de compagnie : Un petit dragon boule du nom de Vali

COMMENT TU COPIES BRO 8D





Tampon de sauvetage
Tampon de sauvetage
avatar

Mon personnage
Citation: « I'm proud of us. »


ϟ Nation représentée : Prusse
ϟ Parchemins : 1365
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sper, dar nu pot. Mais je fais de mon mieux ! Dim 17 Juil - 17:55

Le dragon est un emblème de la Dacie, du coup je me suis "inspirée" ;D /PAN/
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sper, dar nu pot. Mais je fais de mon mieux ! Dim 17 Juil - 19:13

Rebienvenue, Louuuuuud <3 *hug hug kissu* .........

En-enfin, je veux dire-! Bienvenue, sensei! >< *courbette*


Others~:
 
Le japonais vous cause en #945b42
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1418
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sper, dar nu pot. Mais je fais de mon mieux ! Dim 17 Juil - 19:23

Tu sens la prof' qui va chouchouter ses élèves et faire le lacet aux plus poltrons.

Rebienvenue ♥


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre.
ϟ Parchemins : 979
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sper, dar nu pot. Mais je fais de mon mieux ! Dim 17 Juil - 21:58

Heya~ trop cutie ton DC choupette !



Club:
 


Merci à mon écossais préféré !:
 


Votre préfet canadien vous cause en #ff99ff
Qui...?
Qui...?
avatar

Mon personnage
Citation: Iktsuarpok... L'impression mêlée d'impatience qu'on a lorsque quelqu'un est sur le point d'arriver et qui nous incite à sortir vérifier.


ϟ Nation représentée : Canada
ϟ Parchemins : 314
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sper, dar nu pot. Mais je fais de mon mieux !

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Sper, dar nu pot. Mais je fais de mon mieux !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Tu sais, je ne suis pas la meilleure mais je fais de mon mieux ... [PV]» Mais que fais tu en ce moment ???» Ryan Smith, le séducteur (Devrait être pas pire)» Tibus [HOT] ♥ Fais ce que tu veux, comme tu veux, quand tu veux, mais ne fais rien de ce que tu veux au détriment d’un autre.» Jessica - Je ne suis pas cochonne mais je fais bien à manger!!
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Dossiers scolaires :: Anciens dossiers-
Sauter vers: