Partagez|

[Juin 1991] Deux p'tits blaireaux [Shandara Norasingh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [Juin 1991] Deux p'tits blaireaux [Shandara Norasingh] Dim 17 Juil - 22:17

Deux p'tits blaireaux



    Massant mon cuir chevelu, j'avançais un peu au hasard, ne prêtant nullement attention à la direction que prenaient mes pieds. Ce n'est pas comme si j'avais la moindre envie de savoir réellement où j'allais.

    L'idée, en premier, était de rejoindre la salle commune de Poufsouffle. Au moins, là-bas, à défaut d'être en sécurité, je serais loin de nombreux objets contondants.

    En fait, même ça, c'était pas une pensée rassurante.

    Me prenant les pieds dans un des tonneaux camouflant l'entrée, je décidai qu'il valait mieux se concentrer sur autre chose. Genre, entrer sans recevoir une rivière de vinaigre. Ça n'aiderait pas vraiment.

    Et en plus, ça pique, le vinaigre.
 
Allez, c'est pas le moment de se planter, soupirai-je à voix haute.

    Risquant de peu l'erreur -je me suis perdu dans mes pensée un bref instant- je pus enfin retrouver la salle commune et m'échouer sur un fauteuil. Bon, rebondir sur un fauteuil et glisser, plutôt.

    Trop gonflée, ces assises. Je l'ai déjà dit.

    Rétablissant mon équilibre, je décidai que ne plus bouger était la clé de la réussite. Ou, en tout cas, la clé pour ne plus avoir mal à la tête.

    J'avais comme l'impression de subir une cuite, mais sans la satisfaction d'avoir profité de l'alcool avant.

    Pas que je sois un grand habitué de la boisson, je vous arrête tout de suite.

    Ramenant ma main devant mes yeux, je grimaçai en reconnaissant le sang. Non, mais, quel abruti, sérieux.

    Bien sûr que je connaissais des sorts qui arrêteraient le saignement mais… eum… Comment dire…

    J'ai paumé ma baguette.

    Nan, c'est pas drôle. Enfin, si. Enfin non.

    Vous me faîtes chier.


Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Juin 1991] Deux p'tits blaireaux [Shandara Norasingh] Dim 4 Sep - 15:23

Deux petits blaireaux
ft. Neoklos Alachia
Shandara faisait parti de ses personnes qui semblaient toujours souriantes et heureuses. En effet, aucune langue de vipère et insulte ne semblait l'atteindre. Sa bonne humeur se contentait tout simplement de couvrir les différentes remarques désobligeantes à son égard.

Bien qu'il était difficile de lui en vouloir pour quoique ce soit ; après tout, elle n'était méchante avec personne et était très serviable tant que l'on restait courtoise avec elle ; certaines mauvaises langues critiquaient toujours son titre de préfète. Et oui, bien que la maison Poufsouffle était connue pour accueillir en son sein "d'adorables personnes", il existait bien, à votre grand étonnement, des jaloux.

Pourtant, elle ne faisait pas mal son travail, au contraire. C'est juste qu'elle le faisait à sa façon, d'une méthode tantôt douce, tantôt sévère. Encore plus lunatique qu'une girouette. Certains se demandaient comment une personne aussi tête en l'air et gentille que Shandara pouvait ainsi faire le travail d'une personne qui se devait sérieuse et ferme à la fois. D'autres étaient juste jaloux qu'elle puisse avoir bénéficié de ce rôle sans rien avoir demandé à personne.

Enfin, l'asiatique connaissait tous ces murmures de couloir et elle n'en faisait vraiment aucune formalité. Ce n'était pas ça qui allait la faire changer de comportement. Elle ferait son travail jusqu'au bout, s'occuperait de ses Poufsouffles avec la plus grande sincérité et bienveillance qu'il soit.

Et justement, voilà que la préfète sortait de son dortoir, son éternel sourire aux lèvres. Elle balaya la salle du regard, regardant ainsi ses camarades de maison faire différentes occupations.
Elle vit alors un garçon, Neoklos Alachia si elle se souvenait bien, entrer dans la salle d'un air pour ainsi dire étrange. Celui-ci était dans la même année qu'elle et elle l'avait toujours trouvé un peu bizarre. Par ailleurs, elle lui avait rarement adressé la parole. Peut-être était-ce l'occasion de créer de nouveau lien ?

Elle lia alors le geste à la pensée en s'approchant de lui, de la manière la plus naturelle qui soit.

- Bonjour Neoklos ! Tu vas bien ?

Elle l'appelait par son prénom, car c'est comme ça que faisait les gens proches non ? Elle voulait se lier d'amitié avec lui.
Son sourire se décomposa cependant en reconnaissant les taches rouges sur ses mains.

- Tu...Tu saignes ?! Comment tu t'es fais ça ?!


Avatar et aesthetic par Keith <3





Références:
 


Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation: People are so difficult. Give me an elephant any day.


ϟ Nation représentée : Laos
ϟ Parchemins : 240
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Juin 1991] Deux p'tits blaireaux [Shandara Norasingh] Dim 4 Sep - 18:05

Deux p'tits blaireaux



    Je sursautai presque lorsque la préfète s'adressa à moi. N'y voyez là aucun réflexe de victime ou je-ne-sais-quoi, j'étais juste perdu dans mes pensées.

Bonjour… Shandara ?

    Après tout, si elle m'appelait par mon prénom, peut-être souhait-elle que je lui rende la pareille ? Ou bien, j'allais pouvoir vite déchanter et réutiliser son nom, voir un tout autre titre.

    Ne jamais sous-estimer qui que ce soit.

    Par contre, comme je n'avais pas bougé, il lui avait été aisé d'apercevoir le sang sur mes mains et de s'en effrayer. Puis de me demander comment c'était arrivé.

    Moi, personnellement, j'ai surtout envie de lui répondre « En coupant un bout de fromage », mais pas sûr que ça soit pris correctement. Contentons-nous du soft.

Eh bien… Je me suis cogné. Contre l'escalier. Alors qu'il bougeait.

    Bon, en vrai, j'étais au mauvais endroit, au mauvais moment avec la pire personne qu'il fallait. Mais hors de question de donner un nom, ça ne me donnerait que plus de problème. Alors, à la place, je préfère passer pour le maladroit de service. C'est un costume plus simple à enfiler. Et les gens y sont habitués, à force.

    Je suis sans doute le seul élève à Poudlard qui soit arrivé à se retrouver sous une de ces lourdes armures, poussée par Peeves lui-même. N'importe qui aurait entendu ses ricanements caractéristiques ou même le grincement du métal. Moi ? J'en ai conçu un souvenir traumatisant et assez humiliant.

Mais ne t'inquiètes pas, c'est un peu effrayant, mais c'est une plaie superficielle. Celles de la tête sont les plus spectaculaires parce que c'est très vascularisé.

    Histoire de noyer le poisson, je n'avais trouvé que ça, débiter ce que j'avais plus glaner auprès de l'infirmière, Mme Hassan, qui avait dû finir par donner mon nom au lit que j'occupais le plus. J'avais pris mes marques dans son infirmerie, à force.

Enfin, bref, je te remercie de ta considération, mais je vais bien.

    J'appuyais ma déclaration d'un sourire un peu bancal alors que le sang continuait d'imbiber ma chevelure. L'ensemble devait être bien, tiens.


Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas

[Juin 1991] Deux p'tits blaireaux [Shandara Norasingh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un deux trois, trois p'tits chats...» Side Oni à deux tête (7 juin) FAQ» 30 septembre 1991 et le visage d'un putschiste» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Intérieur :: Rez-de-chaussée :: Salle commune des Poufsouffle-
Sauter vers: