Partagez|

As much as I love pasta I love big brother Lovino ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 17:15

Vargas Feliciano
Italie du Nord
Nom : Vargas
Prénom : Feliciano
Date de naissance : 17 mars.
Lieu de naissance : Venise, Italie. (Perso j'aurais mis un truc entre deux genre Rome mais bah bah bah, hein... Oui, ça ne veut rien dire je sais jajaja //SBAAAAFF//)
Âge : 17 ans.
Année scolaire : Septième année.
Maison : Poufsouffle.
Animal de compagnie : Un chat noir nommé Panzani - c'est une femelle mais il pense encore que c'est un mâle.
Ascendance : Sang-mêlé
Fratrie : Fils du directeur et frère jumeau de Lovino Vargas.
Motivation : Amoureux de la liberté et de la vitesse, Feliciano est donc devenu attrapeur chez les Poufsouffle, et ne démérite pas son poste. Il est certes maladroit et tête en l'air, mais il fait tout pour rattraper ses bêtises et sait être sérieux plus de deux minutes en match. Et s'il est préfet c'est probablement parce qu'on veut qu'il gagne en maturité, il n'est pas spécialement content mais ne s'en plaint pas et fera son travail du mieux qu'il peut.
Don : Une maladresse abominable qui lui fait défaut et qui finira probablement par le tuer.

Baguette : Bois de saule, ventricule de dragon, 24.5 centimètres, flexible.
Patronus : Chose informe qui ressemble juste à un tas d'ordure blanc, finira peut-être par un jour avoir une forme, qui sait ? (Spoiler : ce sera un loup. Quelle sorte ?... Beh attendez qu'il sorte...)
Epouvantard : Lui tout seul. Mais plus récemment il se voit, sans sourire, prêt à faire souffrir sa famille et ses amis.
Reflet dans le miroir du Riséd : Sa famille réunie, avec tout le monde heureux et son frère qui s'entend avec lui, dans son futur restaurant.
Odeur de l'Amortentia : La bolognaise / les marqueurs / les croquettes pour chat.
Votre personnage peut-il voir les Sombrals : Oui, depuis l'attaque dans la Grande Salle.
Matière préférée : Arts et musique magiques (et l'Astronomie parce qu'il a la tête dans les étoiles //SBAFF//).
Matière détestée : Tous les cours qu'il y a pedant sa siesta ! //SBAFF//
Options : Arts et musique magiques, Soin aux créatures magiques et Étude des moldus.
Amical
Bordélique
Créatif
Inconscient
Fidèle
Maladroit
Joyeux
Peureux
Optimiste
Tête en l'air
Ouvert d'esprit
Ventre sur patte
Caractère : Il faut savoir que Feliciano a toujours faim, que ce soit le matin vers trois heures ou dans l'après midi, voire même après avoir mangé comme dix. Il aime même dire qu'il est né en ayant faim, qu'il vit en ayant faim et qu'il mourra en ayant faim, ce qui ne fait rire que lui, il faut le dire. Ce ventre sur patte ennuiera quiconque sera en compagnie de lui et de sa faim constante, tout cela sans jamais vraiment y faire attention, glissant seulement toutes les cinq minutes, à peu prêt, qu'il veut manger, qu'il a faim ou demandant si c'est bientôt l'heure du dîner, du goûter ou du souper. C'est devenu tellement machinal qu'il ne s'en rend plus compte, et puis de toute manière plus personne ne lui répond, sauf les quelques courageux qui résistent à l'appel de l'ignorance. Il faut aussi noter qu'il se balade toujours avec de quoi grignoter dans son sac dont il ne se sépare jamais, mais qu'il se plaint quand même, par principe sûrement. Durant les trois repas de la journée, il ne s'assoit pas forcément à la table des Poufsouffle, il lui arrive très souvent d'aller avec ses amis manger, qu'importe leur maison, ça ne le dérange pas et personne ne l'a encore jamais viré - probablement du fait qu'il s'entend bien avec tout le monde et que les professeurs s'en fichent pas mal tant qu'il mange et ne tombe pas d'inanition en cours ou ne le dérange pas avec son ventre qui leur montre comment imiter la baleine en plein milieu d'un examen. Les seuls moments où il ne se plaint d'avoir envie de manger pas sont quand il est concentré sur ses dessins.

Le jeune homme est un procrastinateur de talent et assumé, c'est bien connu. Quand il a la flemme, il a la flemme et rien ne le fera bouger, surtout pendant sa sieste qui est sacrée, personne n'a le droit de le réveiller. Sauf peut-être toute personne avec de l'autorité ou capable de lui ficher la trouille - c'est à dire beaucoup de monde. Parce que Feliciano est quelqu'un qui a facilement la frousse, si avant il était plutôt aventureux, il a malheureusement tout perdu pour une raison inconnue et fuit le plus rapidement possible - et quand il s'agit de fuir, il est très rapide. Mais si ses amis sont en danger il n'hésitera pas avant d'intervenir, d'essayer d'aider comme il le peut, avec probablement une petit blague en prime. Il essayera tout de même de raisonner tout le monde, de trouver un arrangement qui pourrait convenir à tout les camps, avant de dégainer sa baguette si besoin en est, parce qu'il n'aime pas les bagarres et les conflits. Cela lui rappelle bien trop celui qu'il y a entre lui et son frère, qu'il se reproche bien entendu - mais en silence et jamais en face de ce dernier. L'italien préfère prôner la joie et l'amour, mais n'est pas toujours écouté, si ce n'est carrément jamais. Il est toujours attristé quand il voit deux personnes qui ne s'entendent pas, comme Lovino avec Ludwig, il aimerait que son jumeau apprécie son ami, mais ce n'est pas gagné, ni perdu, il le sait ! Mais il peut arriver au jeune italien de s'énerver et de lever la voix, surprenant plus d'une personne.

Feliciano n'est pas inintelligent et non cultivé c'est juste que tout ceci est caché pas un excès d'idiotie permanente, qui peut s'apparenter à de la joie de vivre constante aussi. Feliciano aime à dire qu'il est un bon vivant, dans tous les sens du termes. Il parle aussi beaucoup, qu'il soit en cours, à la bibliothèque, en train d'étudier avec ses amis, l'italien parle tout le temps, même dans son sommeil, il ne se tait que quand il se concentre sur ses dessins, ses croquis et là c'est lui qui ne supporte pas qu'on lui parle. Il risque même de vous lancer un regard mauvais à glacer le sang, peu habituel et vraiment effrayant sur son visage toujours enjoué, avant de se reprendre rapidement avec un sourire d'excuse. Feliciano aime la vie et les gens. Ce qui fait de lui un bon ami, dans les bons ou les mauvais moments. Toujours une blague dans sa manche, il sait redonner le sourire aux personnes tristes. De part ce trait de caractère, il est difficile de le détester, voire même de lui en vouloir. Mais pour se faire pardonner il vous cuisinera probablement un bon petit plat typiquement italien qu'il maîtrise d'une main de maître, autant que son coup de crayon. Il lui arrive souvent d'aller dans les cuisines depuis qu'il les a découvert, il discute avec les elfes et cuisine avec eux en chantonnant, parce que Feliciano chante souvent, particulièrement des chansons qui rappellent son pays. Et comme il a faim qu'importe l'heure, les elfes gardent toujours quelques trucs à grignoter dans un coin pour lui, ce dont il les remercie grandement à chaque fois.

Contrairement à Lovino, Feliciano ne jure pas et est poli en toute circonstance. Il s'autorise tout de même à dire quelques petits mots « fleuris » dans son langage natal qui sont les équivalents de zut ou crotte en général. Ce n'est donc jamais rien de bien méchant ou d'horrible à en faire saigner les oreilles de chacun qui pourraient comprendre. Ce n'est uniquement parce qu'il dit qu'il ne peut pas jurer avec la bouche qu'il utilise pour embrasser les mains des jolies filles qu'il rencontre. Oui, c'est un gentleman, et il ne peu s'empêcher de flirter avec les personnes de sexe opposé, sans pour autant vouloir aller loin, et il s'affolerait probablement si jamais il recevait ce genre de proposition mais finirait par refuser avec le plus grand tact du monde et tout l'amabilité qu'il est possible d'utiliser. Et on sait tous très bien pourquoi il refuse.

Cette boule de joie semble être un aimant à problème. Se retrouvant toujours dans les pires situations possibles, c'est à se demander comment il a fait pour survivre jusque là. Néanmoins il semble bien qu'il ait le cul bordé de nouille malgré ce qu'il dit (Bah ouais, il les mange les nouilles, il les mets pas dans son postérieur... Je sors, vous inquiétez pas.). Mais il est maladroit, très maladroit, c'en est presque maladif. Combien de fois il était tombé de son balai ? Combien de fois il avait raté la marche d'un escalier ? Combien de fois il s'était planté sa fourchette dans la main ou dans la main d'un camarade ? Combien de fois il avait renversé sa potion en cours de préparation ? Combien de fois il était tombé sur du plat en marchant simplement ? Combien de fois il avait fait des câlins avec le sol alors qu'il était immobile ? Combien de fois il s'était pris un arbre, était tombé de l'un d'eux ? Combien de fois il s'était cogné à une porte ? A un mur ? A un meuble ? A une armure ? En soit, Poudlard n'était pas un endroit sauf pour lui, mais si Poudlard ne l'était pas, rien ne l'était alors il fait avec - pas comme s'il avait le choix après tout... Du fait de cette maladresse Feliciano se retrouve toujours à l'infirmerie dans des états pas possible. De toute façon, il serait enfermé dans une boîte qu'il trouverait le moyen de se faire mal. A cause de cette maladresse le capitaine de l'équipe de l'époque avait d'abord refusé qu'il passe les sélections pour entrer dans l'équipe de Quidditch des Poufsouffle, parce qu'il se ferait probablement tuer - et pas par un cognard mais par le vif d'or bien entendu - et probablement que le directeur n'était spécialement pour, mais Feliciano avait eu le capitaine à l'usure et réussi à négocier le poste d'attrapeur - alors qu'il aurait bien aimé être un batteur, mais c'était vraiment trop dangereux pour le poids plume qu'il est.

Également tête en l'air, il oublie souvent comment rentrer dans sa propre salle commune, alors il attend devant que quelqu'un vienne lui ouvrir ou sinon il va dans la salle commune des autres voir ses amis - sinon il demande aux elfes de maison dans la cuisine de l'aide ou il reste avec eux pour discuter parce qu'il les aime bien. Autant qu'il oublie comment rentrer dans sa salle commune, notre jeune ami oublie également ses affaires partout, en classe, dans le parc, à Pré-au-Lard, dans le dortoir ou la salle commune - et pas forcément chez les Poufsouffle. Il n'est pas rare de le voir retourner sur ses pas en riant qu'il a encore oublié sa baguette dans la tour d'astronomie ou ses chaussures dans la salle d'histoire de la magie mais encore qu'il a laissé ses affaires de défense contre les forces du mal dans les toilettes. Souvent il dit que si sa tête n'était pas accroché à son corps, il l'oublierait. Personne ne le contredit jamais. La seule chose qu'il n'oublie pas, c'est son sac qui semble être accroché à lui. Au plus grand étonnement de son entourage, il semble avoir un assez bon sens de l'orientation si bien qu'il ne se perd pas dans le grand château, mais lâchez le en ville avec une carte et ce n'est pas sûr qu'il retrouve son chemin, après il ne sait pas lire une carte donc ce n'est pas extrêmement étonnant.

Depuis toujours Feliciano est bordélique, mais en grandissant c'est passé à un extrême assez abominable, assez pour faire pleurer les fées du ménages de Poudlard - et il en connaît quelques unes. De son côté du dortoir c'est comme si l’Armageddon arrive chaque année un peu plus en avance. Des livres, des dessins, des tableaux, des pinceaux, des feutres, de la peinture, des feuilles blanches, de l'aquarelle, des crayons, des livres, des trucs, des bidules, encore des feuilles, toujours plus de croquis, des vêtements aussi, ses cours, ses livres de cours, de la nourriture pour chat comme pour lui, des jouets pour chat et un chat. Mais pas de poussière ! Et il ne faut pas croire, tout ça se partage que son lit, le dessous et les côtés. Et si tout le monde crie à l'Apocalypse, lui s'y retrouve comme dans sa poche. Les seules choses qui sont réellement rangés, et fermé avec un sort dans le coffre devant son lit, ce sont ses carnets à dessins, qui sont tous datés, la plupart sont remplis mais il en a des vierges d'avance pour quand il en finit un, et faut dire qu'avec l'imagination débordante de notre Feliciano, ses idées subites et ses envies soudaines de dessiner, ils se finissent très vite. Ils sont facilement reconnaissable à leur couverture épaisse aux couleurs délavées de l'Italie, aux feuilles qui débordent de partout du fait des rajouts et au fait qu'il est le seul capable de les ouvrir parce qu'il les a enchanté pour que personne ne puisse y jeter un œil sans son accord. Il les garde précieusement rangés, mais a toujours le dernier en date avec lui dans ce sac dont il ne se sépare jamais, avec aussi son matériel à dessin - une boîte d'aquarelle avec un crayon à papier, une gomme, un stylo waterproof noir, des pinceaux, un mouchoir et une boîte avec de l'eau -, cette boîte est un souvenir de sa mère qu'elle lui avait offert pour ses six ans quand il avait demandé à faire de l'aquarelle. Et ce sac dont il ne se sépare jamais est le seul cadeau que Lovino lui ait jamais fait, et il s'en voudrait à en mourir si jamais il le perdait.

Quand il arrive à ses amis d'être dans un mauvais état, qu'il soit mental ou physique, Feliciano fait tout pour rester optimiste et bienveillant avec eux, même si lui aussi se trouve dans une mauvaise passe, il ne les laissera jamais tomber mais comprendrait qu'on le laisse tomber lui et ne dirait probablement rien, se contentant d'un sourire mais au fond ça le ferait juste terriblement souffrir. Il ne se plaint jamais, sauf en ce qui concerne la nourriture et le travail qu'il doit fournir à l'école - alors qu'il a décidé tout seul de prendre trois options -, mais sinon il est toujours le plus jovial possible. Il sourit également tout le temps, et de ce fait on le croit naïf voire stupide alors qu'en réalité c'est juste que si lui ne sourit pas, personne ne sourit et un monde sans sourire est un monde triste. Alors quitte à ce que tout le monde fasse la gueule, il sera heureux pour les autres. Il a décidé cela peu après la mort de sa mère, alors qu'il était vraiment au fond du gouffre, mais quand il a vu l'état de son père et de son frère, son monde venait certes de s'écrouler mais le leur aussi, alors il s'est dit qu'il se devait de ramener la joie dans cette famille. Et il essaye toujours depuis. Ce ne fonctionne pas toujours bien puisque son jumeau est constamment de mauvaise humeur en sa présence, mais au fond de lui il espère que ce n'est qu'une image et qu'intérieurement il rit de ses pitreries ou se sent mieux grâce à sa joie et son sourire. Il aimerait aussi que Lovino sache qu'il n'a pas besoin de sourire, qu'il le fera pour lui, ni n'a besoin d'être le plus fort, il a le droit au repos, et n'a pas besoin de le protéger, qu'il le fera pour lui, parce qu'ils sont frères jumeaux et qu'ils ont besoin de se soutenir mutuellement, non pas que ça n'aille que dans un sens. Et pour le moment, il n'a pas l'impression d'avoir fait quelque chose dans son sens. Mais ce qu'il voudrait le plus c'est au moins qu'ils s'entendent enfin, bien qu'il sache pertinemment que ça n'arrivera jamais, la rancune et les remords sont trop présent pour permettre cela...

D'un naturel curieux, il fourre son nez partout. Ce qui lui attire probablement tous ses problèmes en vérité. Enfant il aurait aimé visiter le monde des moldus, et n'a jamais trop compris pourquoi on l'enfermait, de ce fait il a choisi étude des moldus et ça le fascine. Mais ce qu'il a préféré c'est arts et musique magiques, c'est là qu'il a rencontré les peintres, poètes, écrivains, musiciens et surtout, Léonard de Vinci, se rendant compte ainsi que c'est ce qu'il aspirait à faire depuis tout petit déjà - et en plus il était tout aussi feignant que lui, c'était parfait. Alors plus encore il s'était mis à tout confiner dans des carnets, en demandant toujours plus à son père, jusqu'à être capable de les acheter lui-même, sans pour autant jamais rien montrer à personne. Il ne faut pas croire, Feliciano n'est pas vantard et même plutôt timide quand il s'agit de ce qu'il fait, et s'il vous montre un jour une page de son carnet, c'est ce que vous êtes un privilégié à qui il fait entièrement confiance. Il est très timide et à toujours peur d'embêter les autres en leur montrant ses dessins. Mais pour les anniversaires des gens qu'il aime il leur offre généralement un dessin soit de type portrait, soit de quelque chose qu'ils aiment, sur du papier correct, signé et souvent protégé par un sort pour qu'ils ne se dégradent pas. Et même des fois, sans raison, il donne des dessins à ses amis, ou crayonne ce qu'on lui demande avec plaisir, parce qu'il aime dessiner. Feliciano possède un mémoire photographique impressionnante sans pour autant qu'elle soit parfaite, mais il est capable de reproduire ce qu'il a vu et qui a attiré son attention - et même ce qui ne l'a pas attiré mais si on lui a demandé de le faire, il va tout faire pour que ce soit réussi et parfait aux yeux de l'autre. Il ne cherche pas la perfection réelle, mais la perfection que ses amis veulent, c'est celle qui compte le plus pour lui, et si c'est juste un dessin bâton, alors soit ! Mais il peut quand même faire mieux que cela...

Le jeune italien aime également beaucoup les animaux, et chérit son chat, Panzani, avec tout l'amour dont il est capable. Il le gâte beaucoup trop mais il s'en fiche, il l'aime de tout son être et est incapable de le gronder. Il l'amène en cours avec lui des fois, en toute discrétion jusqu'à ce que l'animal ne s'en aille de ses genoux pour aller ronronner au pied du professeur avec Feliciano pas très loin essayant de récupérer Panzani de manière absolument pas discrète, ce qui le met dans des situations pas très amusantes et se retrouve en retenue pour perturbation du cours mais ça vaut généralement totalement le coup puisqu'il a pu amener son chat en cours. C'est pour cela qu'il a également pris soin aux créatures magiques, pourvoir en apprendre sur les animaux qui ont bercé les histoires de son enfance, et aussi parce que s'il veut devenir peintre/dessinateur de manière professionnelle, il veut également pourvoir s'occuper des animaux et ouvrir son propre restaurant, avec spécialité italienne. Il a bien conscience que ce ne sera pas facile mais s'il fait ce qu'il aime, il s'en fiche à vrai dire.

S'il est connu pour sa bonne humeur constante, sa bonne cuisine, ses beaux dessins ou encore sa procrastination chronique, il est également connu pour ne pas apprécier les responsabilités. De ce fait il en veut quelque peu à son père de l'avoir nommé préfet - mais pas bien longtemps parce qu'il ne peut pas en vouloir à quelqu'un bien longtemps, et surtout pas à son père. C'est assez souvent un sujet de moquerie sur lui de la part des autres, parce qu'il n'est déjà pas capable de prendre soin de lui correctement, alors il ne peut forcément pas s'occuper des autres. En général il répond avec un sourire qu'ils ont raison - parce qu'il se sous-estime beaucoup, il n'a pas la confiance qu'arrive à avoir son frère. D'autres diront qu'il a été choisi uniquement parce que son père est le directeur, ce qu'il ne peut nier. Feliciano pense que son père lui a donné ce rôle pour lui faire prendre un peu en maturité, surtout au vu des événements qui arrivent - même s'il a été nommé avant que ça n'arrive. Mais à cause de ce sceau maudit, il pense et sait que c'est un très mauvaise idée de le laisser à ce poste, il finira par blesser quelqu'un, il le sent. Bien qu'il ferait tout pour ne pas être celui à protéger mais celui qui protège.

Sa phrase fétiche est : « Don't be upsetti, have some spaghetti » (« Sois pas contrari, prend des spaghettis » une fois traduit, à peu près, et c'est drôle quand même ~) et il a un tic de langage qui consiste à dire « Ve ~ », quelque soit son humeur et dans n'importe quelles circonstances - ce qui peut être profondément agaçant, mais ça, il ne s'en rend pas compte.
Physique : Si sa mère n'avait pas accouché de lui, probablement qu'elle aurait pris Feliciano pour une fille. Quand il était encore un enfant rien en lui ne montrait qu'il était de sexe masculin et tout disait qu'il était de sexe féminin. Même sa mère s'est amusée a l'habiller avec des vieilles robes à elle - il sait que son père garde les photos quelque part et n'a jamais pu mettre la main dessus. Sa voix était ridiculement aiguë et a mis beaucoup de temps à muer, si bien que maintenant, du haut de ses dix-sept ans, il y a encore des élèves plus jeunes qui lui demandent pourquoi il porte l'uniforme masculin. Il ne s'en vexe pas du tout, et en rit même, parce qu'il garde toujours quelques traits féminins. Même en grandissant il n'est pas devenu très masculin ou comme la norme le voudrait, au contraire, il est très fin voire carrément chétif, et sa voix subie toujours les aléas de la mue.

Feliciano ressemble physiquement à son jumeau, ce qui semble logique puisqu'ils sont monozygotes, en plus d'avoir le même jour de naissance, ils sont physiquement similaire. Les jumeaux partagent alors des traits communs, comme le fait de ne pas avoir la carrure de Lou Ferrigno par exemple - aucun des deux ne semblent la vouloir et à vrai dire ce ne leur serait d'aucune utilité à tous les deux, en tant qu'attrapeur Feliciano a besoin d'être rapide, un gabarit pareil ne ferait que le ralentir. Mais ils ont aussi quelques différences, ses yeux sont marron clair au reflet whisky par temps de soleil, il est plus petit d'un centimètre environ mais ce n'est pas très flagrant sauf quand ils sont à côté, ce qui n'arrive presque jamais, et sa couleur de cheveux est plus claire.

En parlant de ses cheveux, il ne les coiffe pas spécialement et les laisse faire ce qu'ils veulent, ce qui fait qu'il a la raie au milieu avec des mèches tombant sur son front. Ils ne sont pas aussi fabuleux et disciplinés que ceux d'un certain français qu'il n'est plus utile de nommer, et il a carrément une mèche rebelle, partant de son oreille gauche et boucle vers le bas, qui défie les lois de la gravité - de quoi faire bondir Newton au plafond de son cercueil -, à laquelle il ne faut toucher sous aucun prétexte, mais il n'empêche qu'ils sont quand même tout doux et qu'il aime qu'on les lui frotte. Il réagira instinctivement en se frottant à la main qui a touché une de ses mèches - sauf la rebelle bien entendu. Et pour s'amuser de temps en temps il les plaque tous en arrière dans le but d'imiter son allemand d'ami, ce qui lui donne un tout autre charme et amuse la galerie.

Feliciano est loin d'être repoussant, il est même assez séduisant comme jeune homme mais ça il ne l'a comprit que récemment. Il est certes charmeur, et flirte beaucoup, mais n'avait jamais réellement pris conscience que son corps tout entier l'aidait dans sa tâche, il pensait que ce n'était que grâce à ses paroles douces, ses remarques gentilles. Il a d'ailleurs été très étonné quand on le lui a fait remarquer, et a rougit sous le compliment - il n'est pas habitué à en recevoir, il a plus tendance a les distribuer à tour de bras.

Son corps possède une quantité astronomique d'entailles, de griffures, d’égratignures qui guérissent avec le temps mais il en a toujours de nouvelles chaque jour à cause de sa maladresse ou encore parce qu'il joue avec Panzani et les autres chats du château et finit par avoir toutes les griffures possible sur ses bras, son visage voire même ses jambes, ce qui fait qu'on a l'impression qu'il ne guérit jamais.

Sinon vestimentairement parlant Feliciano est souvent débraillé. Il lui arrive d'oublier sa cravate, ou de ne pas l'attacher parce qu'il a la flemme de faire une nœud de cravate - mais il peut aussi oublier ses chaussettes ou tout autre vêtement... Sa chemise n'est pratiquement jamais dans son pantalon, et dépassant de son pull quand il en met un. Sa robe de sorcier est ouverte, si bien que cela cache son insigne de préfet quand il pense à le mettre - de toute façon il se fait reprendre par un des préfets-en-chefs s'ils le croisent sans, un jour ça finira peut-être par rentrer dans son crâne qu'il doit le mettre. Mais il peut faire des efforts, et aura la classe à l'italienne s'il vous plaît. Cela surprendra probablement tout le monde.
Histoire : Chez les jumeaux, il y en a toujours un qui est prévu et l'autre est une surprise. Ce devait probablement être le cas chez les Vargas. Mais ça Feliciano n'était pas certain de vouloir poser la question, il pouvait se passer de la réponse.

Une histoire qui commence un certain jour ce n'est pas aussi cliché que celles qui commencent par « il était une fois » ? A croire que toutes les naissances sont clichés au final. C'est un gamin qui est expulsé d'un vagin par une femme en sueur qui hurle, et il finit par hurler à son tour pour marquer le début de sa vie. Et évidement que ce fût le cas pour Feliciano, sinon personne ne serait en train d'écrire. Sauf qu'il n'était pas tout seul, et qu'il ne brailla pas comme un veau. Non, les poumons, c'était son frère, son jumeau, le premier né, il aurait du caractère et vivrait. Lui avait hérité d'un sourire à s'en décrocher la mâchoire, et un rire qui réchauffait déjà les cœurs - bien que les docteurs superstitieux pensaient qu'il n'allait pas survivre très longtemps ou alors qu'il aurait une araignée au plafond. Mais au plus grand bonheur des parents Vargas, Feliciano survécut à son premier mois, puis le second et ainsi de suite. Grandissant au côté de Lovino avec toute l'insouciance des nouveaux-nés, pas conscient de la vie qui les attendait.

En même temps que son frère, Feliciano commença a développer ses pouvoirs. Faisant tomber le bocal à cookie, souvent sur lui-même, quand il avait faim - en soit, tout le temps au plus grand dam de sa génitrice -, attirant comme un aimant les objets trop loin de sa petite main, faisant léviter ses jouets, changeant la couleur du chat du voisin qui devenait soudainement jaune avec des pois noir - il était déjà prédestiné à aller à Poufsouffle -, ou encore en faisant disparaître tout et n'importe quoi sans le vouloir - souvent, à son plus grand malheur, c'était le chat du voisin qui subissait cela. Ce qui l'amusait grandement c'était de faire s'envoler des choses et par la même occasion, lui-même quand il y parvint enfin. Ainsi, son passe temps, était de flotter dans les airs, comme les oiseaux qu'il voyait par la fenêtre. C'était comme être libre, et il ne savait pas que pour ce besoin de liberté grandissant il se mordrait tant les doigts.

Ce que Lovino appelle « peindre un tableau, manger une pizza et l'éviter en l'air, en même temps » avec amertume était en réalité juste qu'il faisait tout léviter sans savoir comment, en mangeant - son occupation principale - et en dessinant - gribouillant - sur un papier qui finissait froissé pour cause de non-support. En soit, c'était impressionnant pour un enfant de son âge, certes, mais ce n'était pas grand chose au final - et avec de la pratique le premier né des jumeaux aurait pu en faire de même il en était sûr. D'autant plus qu'au final il finissait toujours pas s'écraser au sol, mais ça Lovino ne pouvait le savoir puisqu'il n'était plus dans la pièce à ce moment là. Feliciano, le nez contre le sol rigolait. Oui, il avait probablement une araignée au plafond avait dû se dire sa mère. Comme quand elle le surprenait a s'émerveiller de ses trop nombreux bleus en appuyant dessus en riant mais malgré tout elle souriait face à cette boule d'amour qu'elle avait engendré et qui la faisait toujours rire avec ses pitreries. Et au final, il n'avait pas d'araignée au plafond, c'était juste un enfant qui avait une joie de vivre impressionnante.

Bien entendu Feliciano n'avait pas le droit de sortir à cause de ses pouvoirs - ce qu'il trouve incompréhensible à l'heure actuelle, c'est vrai quoi, pourquoi l'enfermer lui alors qu'il maîtrisait ses pouvoirs, et pas Lovino qui lui, avait du mal ? Parce que justement, s'il les maîtrisait et qu'on lui disait de ne pas les utiliser il n'y avait aucun problème. Il ne comprenait pas le raisonnement de sa mère mais il était bien tard pour contester. Mais à l'époque, l'enfant avait un certain courage et une âme aventurière, ce qui fait que plusieurs fois il avait suivit plus ou moins discrètement son jumeau à l'Extérieur. Il avait ainsi visité la ville, bien qu'il ne soit jamais allé trop loin de la maison, il ne voulait pas se perdre. Et c'est dans le parc un peu plus loin qu'il rencontra son premier ami, il était étranger et avait un accent que l'enfant italien ne connaissait pas. Rapidement ils se sont liés d'amitié sans jamais pour autant s'être vraiment présenté l'un à l'autre, s'appelant par des surnoms, parce que Feliciano ne voulait pas qu'il le raconte à ses parents qui peut-être connaissaient sa mère et donc finiraient pas lui dire. Pendant plusieurs mois, peut-être même une année, ils se rencontraient dans ce parc, jouait un long moment, Feliciano faisait rire l'autre avec ses cascades, ses galipettes ou ses grimaces et ses blagues. Il lui offrait des dessins aussi. Puis l'étranger devait rentrer à cause de sa santé fragile. Et lui rentrait en passant par l'échelle de fortune qu'il s'était faite pour ne pas avoir à passer par l'entrée et ainsi se faire repérer - en espérant ne pas tomber pour n'alerter personne, étonnamment il n'en tomba jamais mais s'il venait à le raconter, personne ne le croirait, et il ne pourrait pas les blâmer.

Étant casse-cou et maladroit, Feliciano tombait souvent, encore plus hors de la maison, de ce fait il était toujours couvert d'égratignures - chose qui ne changera pas en grandissant -, et trouver des excuses pour chaque nouvelles auxquelles sa mère n'avait pas assisté n'était pas toujours la chose la plus facile. Mais il voulait garder son secret, il ne voulait pas être surveillé vingt-quatre heures sur vingt-quatre et perdre son seul ami. Alors il inventait des histoires - il était tombé de son lit pendant la nuit, il s'était cogné au mur en dormant, il avait raté la marche, son pied avait glissé, c'est le chat qui l'avait griffé et bien d'autres encore -, et sa mère semblait le croire, ce qui lui fendait le cœur mais si c'était pour le bien de sa liberté, ça devait valoir le coup non ? Petit Feliciano, tout innocent qu'il était, n'avait pas encore assimilé le concept du mensonge. A ce moment là, il ne savait rien encore de ce qu'il allait ramasser pour ces petits moments de liberté avec son ami.

Un jour Feliciano attendit que sa mère s'en aille au marché, parce que c'était jour de marché et qu'elle avait promis une salade de tomate à Lovino, avant de sortir. Il attendit, assit dans un arbre, guettant l'arrivée de l'étranger. Mais son ami ne vint pas, ni le lendemain ou le surlendemain. Chaque jour l'enfant se disait que peut-être il était très malade et ne pouvait pas sortir et que le lendemain ça irait mieux. Après trois semaines et cinq jours, il n'espérait plus. Le dernier jour d'espoir, une fois de retour dans sa chambre, il y resta toute la soirée, sautant pour la première fois un repas. Ce qui inquiéta les deux personnes vivant avec lui, mais il leur assura qu'il n'avait juste pas faim pour une fois. Et ainsi cinq minutes après il se retrouvait chez le docteur pour voir s'il ne « couvait pas quelque chose ». Mais il n'avait rien, juste une « déprime passagère », ce n'était pas grave et tout s'arrangerait rapidement. Feliciano n'était pas sûr mais n'ouvrit pas la bouche. Et quand sa mère lui demanda pourquoi il déprimait, il ne répondit pas non plus et se contenta de remonter dans sa chambre. Pour la première fois de sa vie Feliciano avait perdu l'envie de sourire.

Peu de temps après, alors qu'il venait enfin de retrouver un semblant de sourire et une pseudo joie de vivre, qu'il se remettait de la disparition de son seul ami, la mère des jumeaux mourut. Subitement, sans prévenir, encore. Nouveau choc dans la vie du jeune Feliciano alors âgé de neuf ans. Feliciano reperdit son sourire. Ainsi lui et Lovino durent partir pour l'Écosse. Mais pendant le voyage il avait tout fait pour ne pas montrer sa tristesse, il voulait remonter le moral de son frère et de son père, pas le leur briser encore plus. S'ils ne souriaient pas, il le ferait pour eux, s'ils n'étaient pas heureux, il le serait pour eux. C'est à ce moment exact qu'il décida que peu importait ce qu'on lui dirait, dans la vie il serait heureux, pour lui et pour les autres, à sa place et à la place des autres.

Deux ans durant il avait pu expérimenter le « sourire pour les autres, être heureux pour les autres » pour mieux l'avoir durant sa scolarité, et le reste de sa vie. Si Lovino ne passerait pas son temps avec les lèvres étirées d'une oreille à l'autre, lui le ferait. A aucun moment Feliciano n'avait réfléchit au fait qu'on pourrait le reprocher à son frère, mais c'était tout lui, il agissait avant d'utiliser sa cervelle. Pendant la même période il avait pu observer son frère s'améliorer en magie, faire d'énorme progrès, il était très fier de lui mais ne pouvait lui dire sous peine de se prendre un regard exaspéré. Parce que si Lovino faisait des progrès, Feliciano en faisait tout autant. Doué naturellement il n'avait pas trop besoin de se forcer, c'était vrai, et du ce fait il s'était entraîné à léviter tout en peignant. Parce qu'il avait toujours ce besoin de liberté - c'est pour cela qu'il tenait tant a jouer au Quidditch. Mais il pouvait dessiner et lancer des sorts aussi, et ça, ça avait le don d'agacer son frère au plus au point sans qu'il ne le remarque.

Puis le fameux jour était arrivé. Il allait prendre le train pour entrer officiellement dans l'école de sorcier d'Écosse. Il était inutile de dire que sur le quai de la gare moldue Feliciano s'était rétamé en rencontrant le bord du pilier magique, il était aussi inutile de dire qu'il avait lâché son chariot à son passage et que celui-ci était rentré dans son frère, parce que c'était juste à prévoir. Et on ne parlait pas de sa valise qui s'ouvre alors qu'il tente seulement de la mettre dans le train. Puis il avait sourit à son père, même en sachant qu'il allait le revoir rapidement il l'avait serré dans ses bras. Une fois dans le train filant à toute allure vers leur point de destination il s'était retrouvé à courir après son chat, était tombé plus de fois qu'il était physiquement possible, était rentré dans beaucoup trop de gens et s'était excusé au moins un million de fois en moins de quatre heures. Au final Panzani l'attendait sagement au fond du train. Feliciano fût alors pris d'une grosse flemme, ne retourna pas à son compartiment de base et attendit l'arrivée dans un compartiment qui était vide, il fallait dire qu'il était fatigué aussi à force de courir, tomber, rentrer dans des gens, s'excuser... Heureusement que dans ses poches il avait des gâteaux secs. Et comme il ne retrouva sa valise qu'une fois à Pré-au-Lard, il dû aussi se changer sur le quai, dans un coin, en essayant de se faire le moins remarquer - le coup de la valise qui s'ouvre et celui du chat qui se fait la malle ça lui avait suffit pour la journée, mais bien entendu, ça ne faisait que commencer, il le sentait bien...

La partie en barque l'émerveilla tellement qu'il tomba à l'eau, trois fois, et à chaque fois il avait droit aux grognements de son frère. Ce qui avait également bien fait râler Lovino c'était que Feliciano avait gardé Panzani avec lui parce qu'il avait perdu sa cage dans le train ou sur le quai à King's Cross, il ne parvenait plus à s'en souvenir. Mais le spectacle qui s'offrait à lui était bien trop beau pour qu'il ne l'oublie, lui, par contre et se promit d'arriver à le reproduire en dessin un jour - et après un bon millier de tentatives infructueuses, il y est finalement parvenu et de nos jour il est accroché au dessus de sa tête dans le dortoir. C'était d'une magnificence à couper le souffle. Pas besoin de dire qu'un fois dans la Grande Salle il ne manqua pas de se faire remarquer déjà parce qu'il était totalement trempé, qu'il avait un chat dans les bras et puis il marcha sur son lacet défait et rencontra à nouveau le sol - tout en faisant très attention à son chat, pas question qu'il se blesse à cause de sa maladresse voyons. Si la répartition des autres élèves l'intéressait peu, le plafond en revanche l'amusait beaucoup, et il le fixa jusqu'à ce qu'on l'appelle. Il ne restait plus beaucoup de monde, avec un nom pareil on n'est pas en tête de liste, forcément, mais là toutes les têtes s'étaient retournés vers lui. C'était le fils du directeur. Vargas Feliciano. Il sourit en pensant qu'ils ne s'attendaient pas au second - qui était en réalité le premier, mais ça c'était un autre histoire. Il voulait rendre son père fier, ne pas lui faire honte... Se rétamer dans le tout petit escalier parce que votre chat vous passe entre les jambes pour courir ailleurs ça ne rend pas un père fier n'est-ce pas ? Et en plus ça fait rire toute une salle. Le rouge lui monta rapidement aux joues, et il s'assit avec beaucoup trop de précipitation sur le tabouret et bascula en arrière. Et bien, au moins, il donnait la couleur. Feliciano Vargas : élève maladroit, incapable de faire trois pas sans tomber. L'italien se cacha dans le Choixpeau, l'écoutant avec attention, c'était son avenir qui se décidait. Enfin, son avenir scolaire, parce qu'il savait déjà que plus tard il serait peintre/dessinateur et aurait un restaurant avec des animaux - rien que ça. La sentence tomba finalement : Poufsouffle. D'un regard il chercha la table de sa nouvelle maison, et ce fut le professeur à côté de lui qui dû la lui indiquer. Et en descendant il fit très attention, ne tomba pas, se retourna pour agiter sa main en direction de son père tout en marchant vers sa table qu'il se mangea en plein ventre, de nouveau sous les rires de ses futurs camarades et sous le regard totalement exaspéré de son frère.

En parlant de son frère, c'était à son tour, et encore une fois toute la salle venait de se retourner. Et oui, le directeur avait deux fils, et des jumeaux par dessus le marché - ce qui semblait logique sinon ils ne seraient pas tous les deux là. Feliciano espérait qu'ils seraient dans la même maison, ça les rapprocherait peut-être pour le coup. Mais comme le sort semblait avoir une dent contre lui, Lovino fut réparti à Serpentard. Ce qui allait créer un fossé encore plus grand entre eux deux, c'était certain. Un seul soupir s'échappa d'entre ses lèvres, mais il fut rapidement détourné de ses pensées par le copieux repas qui apparut devant ses yeux de morfale après un rapide mot de la part du directeur - qu'il n'avait pas écouté, forcément. A ce moment là il ne pensait pas que quelque chose pouvait lui arriver, ni à qui que ce soit dans cette école, surtout pas si son père était la pour les protéger.

« Feliciano est encore tombé d'un escalier », « Il a fallut faire évacuer la salle de potion à cause de Feliciano », « Pour une raison inconnue Feliciano s'est auto-lancé un sort et est à l'infirmerie », « Feliciano n'a pas mis son cache oreille correctement et s'est évanouit à cause d'une Mandragore, il est actuellement à l'infirmerie », « Feliciano a faillit tomber de la tour d'astronomie », « Feliciano s'est tordu la cheville en courant dans les escaliers », « Feliciano est tombé de son balai et a entraîné un de ses camarades dans sa chute, ils sont à l'infirmerie », « Feliciano s'est étouffé avec sa plume qu'il mâchait », « Feliciano est tombé dans sa potion et aborde maintenant une couleur de peau mauve, on cherche encore un moyen de lui rendre sa couleur originelle », « On a retrouvé Feliciano en train de dormir devant la porte de sa salle commune parce qu'il ne se souvenait plus comment y rentrer », « En jouant près du lac, Feliciano a glissé et a faillit se noyer après s'être cogné la tête contre un rocher », « Pendant sa punition dans la forêt interdite avec le garde chasse, Feliciano s'est perdu, le garde chasse l'a retrouvé discutant avec des centaures », « Feliciano s'est cassé le bras en tombant d'un arbre », « Feliciano s'est endormi pendant son cours d'histoire de la magie puis s'est mis a chanter/marmonner O sole mio », « Feliciano a organisé un pique-nique dans le parc avec les elfes de maison et deux de ses amis, un samedi après-midi » et tout cela n'était même pas un quart des phrases qu'entendait Romulus Vargas depuis l'entrée de son fils à Poudlard. Ce qui avait de quoi désespérer, il fallait le dire. Mais il ne recevait pas que des plaintes concernant les stupidités et la maladresse de son fils, non, il avait déjà entendu des phrases positives mais on préférait apparemment lui rapporter les conneries de son fils plutôt que ses exploits.

Gentil, jovial et enthousiaste le jeune italien s'est fait des amis rapidement. Quand bien même sa maladresse, le fait qu'il soit bavard et feignant était ennuyant les gens paraissait tout de même apprécier cette boule de joie débordante d'énergie. Bien entendu il devait se cacher des personnes qui ne l'aimait pas, après tout, comme on dit, il n'est pas possible d'aimer tout le monde. Même si on s'appelle Feliciano Vargas. A Poudlard il n'y a personne que le jeune homme déteste, il a surtout peur des certaines personnes mais n'est hostile envers personne - probablement parce que c'est un poids plume qu'un premier année pourrait dégager. Donc il ne se retrouve généralement pas en conflit avec ses camarades. Mais il n'est à l'abri de rien puisqu'il est un aimant à problème et d'une maladresse sans limite.

Si les quatre premières années se passèrent bien, dans la joie et la bonne humeur, la cinquième année ne fut d'aucun repos pour le nouvellement nommé préfet. Il s'était passé bien trop de mauvaises choses au goût de l'italien. Bien sûr, il avait essayé à ce que ça n'entache pas sa joie de vivre, mais ce n'était pas la chose la plus facile. Tout le monde avait subit, ses amis proches, les moins proches et il se souciait de tout le monde, il voulait aider comme il pouvait et faisait ce qui était en son pouvoir pour le faire. De son côté il avait d'abord était contaminé par l'eau - beh il était tombé dedans en se heurtant à une dalle surélevée qu'il ne voyait jamais et se prenait régulièrement - et maintenant maudit. Oui, ce n'avait pas été une année de tout repos, et les suivantes s'annonçaient encore pire... Mais il allait faire de son mieux, il serait fort pour sa famille et ses amis.
Pseudo : Satan, Aloha ou le Boulet (demandez donc à Aelig u____u).
Âge : J'suis plus vieux que la Terre. Mais le vaisseau que j'utilise il va avoir vingt ans, dans le courant de l'année prochaine.
Sexe : J'suis un archange, j'en ai pas. Le vaisseau ? Il en a pas non plus.
Comment avez-vous connu le forum : Grâce à Aelig-senpai qui m'a abordé à la manière d'un pédophile présentateur télé « Salut, tu aimes les rpgs, Hetalia et Harry Potter ? Oui ? Alors monte dans la voiture, tu verras, ça va être bien, bien, bien ! »... Et je suis là. Bonjour.
Commentaire : Keep calm I'm the Doctor.
Code du règlement : Envoyé blblbl



Dernière édition par Feliciano Vargas le Mer 30 Nov - 17:12, édité 10 fois
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 17:23

Benvenuto piccolo italiano ;D



Club:
 


Merci à mon écossais préféré !:
 


Votre préfet canadien vous cause en #ff99ff
Qui...?
Qui...?
avatar

Mon personnage
Citation: Iktsuarpok... L'impression mêlée d'impatience qu'on a lorsque quelqu'un est sur le point d'arriver et qui nous incite à sortir vérifier.


ϟ Nation représentée : Canada
ϟ Parchemins : 304
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 17:26

Grazie grande canadese :3



L'italien veee en #999999  ~
Merci à Aly pour l'avatar ♥️
Merci Peuchère pour le faceclaim ♥️
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 17:30

Feliciano Vargas a écrit:
Commentaire : Keep calm I'm the Doctor.

Supernatural, Doctor Who.



♥♥♥♥♥♥♥

*oui je suis de bonne humeur sshh-*





Tampon de sauvetage
Tampon de sauvetage
avatar

Mon personnage
Citation: « I'm proud of us. »


ϟ Nation représentée : Prusse
ϟ Parchemins : 1365
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 17:31

Bienvenuuuuuue <3<3<3<3



Mes clubs:
 

Miss Camping ♥:
 

Très beaucoup merci à Margaux pour l'ava et l'aesthetic ♥️

La hongroise vous cause en #009900 ♥️
Celle qui n'a jamais joui
Celle qui n'a jamais joui
avatar

Mon personnage
Citation: Le courageux n'est pas celui qui donne les coups, mais celui qui y résiste.


ϟ Nation représentée : Hongrie
ϟ Parchemins : 1743
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 17:37

Gilbert : ♥♥♥♥

Erzi : Merciiiiiiiiii ♥♥♥♥♥
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 17:40

Bienvenue camarade peintre/dessinateur ! ;3

Feliciano Vargas a écrit:
Animal de compagnie : Un chat noir nommé Panzani.

trop chou. /PAN/


Evalyn râle en #cc9999.
Merci Alyna pour l'avatar !




"Or perhaps in Slytherin,
You'll make your real friends,
Those cunning folk use any means,
To achieve their ends.
"whatsername.


Merci Keith !:
 
Je suis Ron Weasley
Je suis Ron Weasley
avatar

Mon personnage
Citation: Je ne râle pas; je m'exprime.


ϟ Nation représentée : Principauté de Wy
ϟ Parchemins : 171
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 17:42

Merci gentille petite camarade peintre/dessinatrice !

Veee Panzani est adorable, je saiiiis ~



L'italien veee en #999999  ~
Merci à Aly pour l'avatar ♥️
Merci Peuchère pour le faceclaim ♥️
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 17:51

Feli !! Benvenuto grande mio !

Je sais pas si on te l'a dit, mais j'étais l'ancien Féli. Alors si tu veux savoir un peu les rela qu'il avait vus si tu veux garder des trucs ou par vient toquer chez moi, la porte est toujours ouverte pour les Italiens ;)
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 17:56

Grazie Alfie ! (no, no tu y échapperas pas, héhéhé)

On me l'a effectivement dit, et chaque fois que je me disais qu'il fallait que je te parle, demande des trucs, etc, beh j'étais pas sur mon ordinateur, et après j'oubliais... Donc je risque d'arriver très rapidement surtout si la porte est toujours ouverte aux italiens alors ! :3



L'italien veee en #999999  ~
Merci à Aly pour l'avatar ♥️
Merci Peuchère pour le faceclaim ♥️
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 18:04

Pas de soucie! Viens quand tu veux, on a des pasta :D /fuit/
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 18:04

Ooooooh yessss~ *la voix suave étou étou* Bienvenue charmant copain ♥ On t'attendait ;D


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre
ϟ Parchemins : 949
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 18:07

Alfred : PASTA ! *te court après* /PAN

Arthur : C-Ciao ! *tousse tousse* Merci beaucoup ! *coeur* J'ai entendu parlé du pays un peu ouais... /PAN J'espère que ça ira, hein...



L'italien veee en #999999  ~
Merci à Aly pour l'avatar ♥️
Merci Peuchère pour le faceclaim ♥️
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 18:25

Bienvenue parmi nous ! J'espère que tu te plairas ici, de toute façon......
Tu ne peux pas fuir.

Je lirais ta fiche après mon ménage :D






Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1343
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 18:30

Merci ! Oh vous avez l'air taré, ça devrait aller, je vais me sentir comme dans ma tête à la maison ~
Je ne fuis que devant... Ouais, non, j'vais pas dévoiler ma phobie tout de suite, sinon je vais en entendre parler jusqu'à la fin de ma vie...

D'accord, bon ménage, moi je retourne boire mon thé, ciao ~



L'italien veee en #999999  ~
Merci à Aly pour l'avatar ♥️
Merci Peuchère pour le faceclaim ♥️
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 20:13

Feliciano Vargas a écrit:
Gilbert : ♥♥♥♥






Tampon de sauvetage
Tampon de sauvetage
avatar

Mon personnage
Citation: « I'm proud of us. »


ϟ Nation représentée : Prusse
ϟ Parchemins : 1365
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 20:56

"Une maladresse abominable qui lui fait défaut et qui finira probablement par le tuer."
Je ferais tout pour t'empêcher la chute mortelle dans les escaliers.

Bienvenue toi <3






GERPAN IS CHALLENGING YOU

:
 
Le roi des loupes
Le roi des loupes
avatar

Mon personnage
Citation: "Les Serdaigle, en particulier, s'imaginent que tous les plus grands sorciers sortent forcément de chez eux." - J.K Rowling
Les Serdaigle, en particulier, s&#39;imaginent que tous les plus grands sorciers sortent forcément de chez eux.

ϟ Nation représentée : Allemagne
ϟ Parchemins : 1377
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 20:58

Hey, hey, mon nouvel ami italien ;D J'espère qu'on s'entendra bien!
http://pastakedavra.forumactif.org/t402-1er-septembre-1985-le-premier-cliche-de-l-amitie-o-feat-feliciano-vargas Bonne lecture :D

(Ah et aussi....

Coucou)


Others~:
 
Le japonais vous cause en #945b42
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1404
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mar 2 Aoû - 22:28

Gilbert & Kiku :

Kiku : J'espère aussi qu'on s'entendra ! ... Beh au moins on sait pourquoi la photo s'est envolée... C'est la faute de Panzani (aussi !) /PAN *fuit* (On va le refaire en bien et beau et plus ou moins similairement tu vas voir, tu vas le regretter mouahahahah /PAN)

Ludwig Beilschmidt a écrit:
Je ferais tout pour t'empêcher la chute mortelle dans les escaliers.
Bon courage mon grand, bon courage !
Merciiii ~
OMFG CE CHAT EST ADORABLE BORDEL VIENS AVEC KIKU ET JE VOUS FAIS LA MÊME CHOSE ET JE VOUS LÂCHE PLUS JAMAIS. JAMAIS.

Sinon je tiens à dire que j'ai faillit ne plus avoir d'ordinateur le jour de mon arrivée, c'est fantastique. Je suis irlement aussi maladroit que Feli. Merveilleux, il m'a rattrapé et rapidos... Saloperie d'italien... *grogne* Et du coup je suis content de pouvoir enfin vous répondre :D
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mer 3 Aoû - 1:08

Ludwig Beilschmidt a écrit:
Je ferais tout pour t'empêcher la chute mortelle dans les escaliers.

Et moi, je serais là pour t'engueuler juste après Patate ! Frangin, tu dois te méfiez de lui...

Sinon bienvenue et n'hésite pas à m'envoyez un MP (si besoin) ! o/
Serpentard
Serpentard
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Italie du Sud
ϟ Parchemins : 655
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mer 3 Aoû - 1:17

Lovino Vargas a écrit:
Et moi, je serais là pour t'engueuler juste après Patate !
Veee fratello tu veux vraiment que je meurs en fait ?! Mais Ludwig est mon ami pourquoi je devrais me méfier de lui, ve, fratello ?

Merci ! Et d'accord, no soucie ! (Et même si pas besoin ? /PAN)
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mer 3 Aoû - 1:40

Feliciano Vargas a écrit:
Veee fratello tu veux vraiment que je meurs en fait ?! Mais Ludwig est mon ami pourquoi je devrais me méfier de lui, ve, fratello ?

Bien sûr que non mais de toutes façons, peu importe ce que peut faire Ludwig, j'aurais toujours une raison de l'engueuler. *n'aime pas Macho Potato* c:

*pat pat* (Oui aussi)
Serpentard
Serpentard
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Italie du Sud
ϟ Parchemins : 655
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mer 3 Aoû - 1:43

Lovino Vargas a écrit:
Bien sûr que non mais de toutes façons, peu importe ce que peut faire Ludwig, j'aurais toujours une raison de l'engueuler. c:
C'est pas très, très gentil ça fratello... Je vais faire un dessin pour montrer ton niveau de méchanceté, il va falloir régler ça...

Lovino Vargas a écrit:
*pat pat* (Oui aussi)
*frotte sa tête à la main* (Parfait tout ça !)
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mer 3 Aoû - 8:42

Au jugé de cette fiche que j'ai lu en diagonale je dirais


(Non mais serieux quelqu'un qui aime Hetalia, HP et spn il trouve son bonheur ici. Et aussi qui fait des pavés comme ca)
En tout cas bienvenue !
Slomotion
Slomotion
avatar

Mon personnage
Citation: "Joking around is part of my personality, just who I am. "
Rakjia u volim ~

ϟ Nation représentée : Serbie
ϟ Parchemins : 106
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: As much as I love pasta I love big brother Lovino ~ Mer 3 Aoû - 11:59



Bienvenue Feli' ! Ravi de te voir parmi nous ~
J'aime les pavés, je t'aime déjà beaucoup.
En espérant que tu t'amuses bien ici !


I will protect her
“Un père, lorsqu'il transmet, a le souffle éternel. Les lumières s'incarnent dans ses yeux. Lorsqu'il parle à son enfant, la flamme de l'Histoire ne s'éteint pas, mais s'allume et l'anime.” © by anaëlle.
Personnel
Personnel
avatar

Mon personnage
Citation: "Courage is what it takes to stand up and speak, courage is also what it takes to sit down and listen" Winston Churchill


ϟ Nation représentée : Magyar
ϟ Parchemins : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

As much as I love pasta I love big brother Lovino ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Shakespear In Love» [Shonen] To Love-Ru / To Love Darkness !» creeper love is deeper love + (julian) (flashback)» Hey mister love, mister big love, big love. • Feat. Derek T. Elder» Absolarion Love.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Dossiers scolaires :: Dossiers validés-
Sauter vers: