Partagez|

[Janvier 1990] Paperasserie directoriale (feat Eurydice Karpusi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [Janvier 1990] Paperasserie directoriale (feat Eurydice Karpusi) Ven 23 Jan - 19:18





Paperasserie directoriale

L'inlassable tic-tac de l'horloge centrale résonnait dans la pièce toute entière avec insistance. Une odeur, elle, bien particulière, de vieux livres et poussière que le directeur aimait tant flottait dans l'air. Ce dernier avait mis un point d'honneur pour que personne ne touche à son bureau, n'essaye de le ranger, de dépoussiérer quoique ce soit ou encore d'y apporter sa touche personnelle de quelconque façon. C'était son bureau, rien qu'à lui. Lui d'habitude plutôt posé et aux antipodes du terme "strict" c'était l'une des rares choses sur lesquelles était rigide. 

Une seule personne et pas des moindres osait transgresser ses simples règles: Eurydice. Car oui, il avait beau être le directeur et elle sous-directrice, la femme avait le don de tout le temps materner ce dernier, mais pas dans le sens tendre et doux du terme, comme une mère le serrait habituellement avec son petite enfant, non là c'était une marâtre castratrice qui avait l'air de prendre un malin plaisir à priver l'italien de tous ses droits et pouvoirs. Mais il fallait le dire, si ça l'avait vraiment dérangé, il l'aurait déjà viré mais au lieu de ça, il l'avait gardé à un poste décisif. Car en tant que meilleur dragueur de l'année, rares sont les femmes qui résistent à son charme et en l'occurrence celles qui y résistaient avaient le don de l'intéresser. 
Mais là n'était pas la seule raison cat outre ses raisons purement sentimentales, Romulus savait qu'il pourrait toujours compter sur Eurydice. Elle faisait toujours un travail parfait, sans faille, sans qu'il n'y puisse en dire un mot. Elle était donc la collège parfait pour le bordélique qu'il était. 


L'ennui commençant à s'emparer du directeur de Poudlard; il avait rempli la plupart des papiers administratifs, s'était occupé de quelques affaires avec des élèves perturbateurs, avait signé des courriers de sa propre main,...Tout ce qu'il avait à faire pour tuer l'ennui avait déjà été réalisé avec un certain brio dont il était particulièrement fier.
 
C'est donc rempli de fierté qu'il se permit de s'adonner à une de ses activités préférés; répondre aux lettres de ses admiratrices. Car oui, ce n'était pas de tout repos d'avoir été désigné "meilleur dragueur de l'année. Comme pour tuer la solitude, il se mit à se parler à lui-même:
❝ ▬ Mon bon vieux Romulus, tu as fait du bon boulot mais des femmes se languissent déjà de tes lettres. Montre leur que tu mérites ton titre de "Meilleur Dragueur de l'année". Alors attrape-moi cette plume et fais-les vibrer de tes mots doux, ahahaa~ ❞
Aussi tôt dit, aussi tôt fait, il fit glisser la longue plume noir entre ses doigts et en trempa le bout blanc rigide dans le pot d'encre noir ouvert qui reposait non loin de là. Il prit une grande inspiration, la plume levée, dans une pose tout à fait théâtrale. Il attendit quelques secondes comme ça, sans un son, sans même respirer, ni oser bouger jusqu'à ce que l'inspiration divine vienne à lui. A cette dernière, il se rabattit violemment sur un parchemin et se mit à écrire, la plume fusant sur le papier jaunâtre. Il répondait avec les mêmes phrases romantiques mais qui marchaient tellement bien, plaçant des mots italiens par-ci, par-là et en renommant chacune de ses admiratrices par des petits surnoms bateaux. Tout était tellement répétitif et pourtant ça lui plaisait terriblement. Se sentir aimer, savoir qu'il plait, la gloire et le pouvoir, c'étaient des choses avec lesquelles il abreuvait sa fierté.


Parti dans sa lancée, rien n'avait l'air de pouvoir le déranger...




© By Halloween



Personnel
Personnel
avatar

Mon personnage
Citation: Si vis pacem, para bellum


ϟ Nation représentée : Rome Antique
ϟ Parchemins : 386
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Janvier 1990] Paperasserie directoriale (feat Eurydice Karpusi) Dim 25 Jan - 13:42




"Paperasserie directoriale"

Feat: Romulus Vargas







Je soupirai, les bras et le dos me lançant. C'était une longue journée pour moi. Il y avait les cours des sixièmes et septièmes années, les copies de toutes les classes à corriger, les retenues que j'aurai à surveiller ce soir, les courses entre les différents professeurs pour les papiers administratifs, l'organisation pour les sorties à Poudlard et les rondes à travers le couloir.

Et, au milieu de tout ça, je devais garder le sourire ou je risquais de faire fuir les fantômes.

Les bras chargés des dernières affaires administratives, je tentais d'ouvrir la porte avec les pieds. J'avais pas mal d'entraînement, depuis le temps que je travaillais ici. Il fallait vraiment que je travaille sur les sorts sans baguette afin de lancer des alohomora pour me faciliter la vie.

J'entrai ainsi dans le bureau directorial, ressemblant plus à un chameau qu'à une sorcière assermentée. Je me demande si j'avais qu'à blatérer pour pousser la ressemblance...

"- Hey, Mumus, t'as encore du boulot !" m'exclamai-je en avançant vers lui.

Je me figeai lorsque je le vis gratter avec effervescence des parchemins. Bon, d'une certaine manière, le voir travailler avec autant de motivation n'est pas un spectacle fréquent. J'allais donc me poster dans son dos, me tordant le cou afin d'apercevoir ce sur quoi il travaillait.

Je lâchai les piles de parchemins sur le sol dans un bruit fracassant, lorsque je saisis la teneur du texte.

"- ROMULUS" hurlais-je." JE PEUX SAVOIR CE QUE TU ES EN TRAIN DE FAIRE ?!"

Je prends les dieux en témoin, je vais faire un massacre. Encore. Ma baguette me démange.






Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Janvier 1990] Paperasserie directoriale (feat Eurydice Karpusi) Lun 2 Fév - 16:52





Paperasserie directoriale

Les mots fusaient sur le parchemin jaunâtre, le plume continuait à glisser bruyamment, le papier se froissant presque sous les gesticulations de son poignet. En pleine rédaction, aussi intense soit-elle, il entendit la porte s'ouvrir. Même si il était extrêmement concentré sur ce qu'il était entrain d'écrire, la fameuse porte d'entrée principale de son bureau était si mal et surtout peu huilée, que le grincement qu'elle produisait était inratable. Il grogna un peu, comme à chaque fois qu'il entendait ce fameux son si désagréable et se persuada qu'il allait un jour s'occuper de ce problème qu'il jugeait de majeur. Enfin, il se persuadait quelques secondes à peine jusqu'à reporter cette fameuse résolution à demain et ainsi de suite...Cela faisait déjà dix ans qu'il se le disait, et il n'eut jamais rien fait.

Son sourire de charmeur, ce sourire qu'il ornait en permanence et surtout en présence de la gente féminine, revint bien vite. Il releva légèrement son regard, comme pour mieux apercevoir la personne qui venait d'entrer dans son bureau même si il ne connaissait que trop bien cette présence.
❝ ▬ - Hey, Mumus, t'as encore du boulot ! ❞
Il ne la reconnu que plus en attendant sa délicate voix s'adresser à lui en le nommant de ce surnom qu'il l'amusait tant. Ses yeux se plissèrent à peine en apercevant cette douce silhouette et lui adressa, sans pourtant un regard, un sourire au coin :
❝ ▬  Bella ciao~   ❞ chantonna t-il entre ses dents alors qu'il écrivit la même la chose sur sa lettre en guise de salutation.
Il continua ce qu'il était entrain de faire, plutôt heureux de cette présence féminine et en frissonna presque quand il sentit sa généreuse poitrine se presser contre son dos lorsqu'elle se mit au dessus de son épaule pour voir ce qu'il était entrain de faire...
❝ ▬  ROMULUS! JE PEUX SAVOIR CE QUE TU ES EN TRAIN DE FAIRE ?! ❞
Il fit un bond monumental en l'entendant crier ainsi. Tout était si calme et soudainement un hurlement, cette si jolie voix déchirée en un cri de colère. C'est aussi ainsi qu'il tomba en arrière, son fauteuil avec, aux pieds d'Eurydice. Sa tête ayant cognée contre le bord de la chaise en bois, il poussa de petits couinements complètement exagérés en se tenant l'arrière de la tête, avant d'articuler avec une once de difficulté, des larmes de crocodile dans les yeux pour attendrir cette dernière :
❝ ▬  EURYDICE J'AI MAL, JE VAIS MOURIR ICI!DIS A MES FILS QUE JE LES AIME-... ❞
Et c'est après ces dramatiques paroles, qu'il fit semblant de s'éteindre d'une manière tout à fait théâtrale. La langue pendante, les yeux clos, le corps comme désarticulé, sa longue toge rouge et blanche semblable à une robe était retroussée jusqu'au haut de ses cuisses, laissant apparaître ses jambes virilement poilues.

Un mot pour le décrire en ce moment?Ridicule, vraiment. Et il le fut encore plus quand une des feuilles volantes que son adjointe venaient de faire tomber, atterrit en plein sur son visage.


© By Halloween


Personnel
Personnel
avatar

Mon personnage
Citation: Si vis pacem, para bellum


ϟ Nation représentée : Rome Antique
ϟ Parchemins : 386
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Janvier 1990] Paperasserie directoriale (feat Eurydice Karpusi) Ven 6 Fév - 22:17


 

                 
"Paperasserie directoriale"

   Feat: Romulus Vargas
   
 


 

 



  Je grimaçai lorsque sa chaise m'écrasa les orteils me faisant bondir en arrière, regrettant le choix de porter des spartiates.

Jugulant la douleur par de petits exercices de respiration, je tournai de nouveau mon attention vers mon supérieur qui me faisait assez penser à mon fils alors qu'il apprenait à marcher. Sauf la partie sur ses fils, évidemment. Je ne suis pas grand-mère, à ce que je sache.

« - N'en profite pas pour regarder sous mon chiton, toi ! »

Je plaquai mes mains sur mes jambes, forçant le tissu à s'y coller avant de reculer un peu plus.

Remarquant qu'il ne réagissait pas plus que ça, je préférai soupirer et ramassai alors les parchemins éparpillés.

« - Quand tu auras fini de te prendre pour un acteur, tu seras bien gentil de signer ces quelques formulaires. »

Je lui donnai un petit coup sur le front avec un rouleau de parchemin et me détournai de sa personne, déposant enfin ma charge.

Je feuilletai les quelques lettres des (trop) nombreuses admiratrices de notre cher directeur, plus ennuyée par cette prose insipide qu'autre chose. Aucune nouveauté, aucune imagination.... Pitoyable !

Tiens, en parlant de pitoyable, justement...

Distraitement et sans le regarder, je sortis ma baguette de ma coiffure tarabiscotée, laissant mes cheveux dévaler jusqu'à mes épaules (bien qu'ils m'allaient au moins jusqu'au creux des reins). Un mouvement de poignet supplémentaire et la chaise fut redressée, accompagnée de son occupant.

« - Maintenant que j'ai toute ton attention, j'ai séparé, enfin, j'avais, les formulaires en fonction de leurs taux d'urgence. Je ne peux donc que te conseiller de commencer par ceux-là. »

Évidemment, c'était la pile la plus épaisse que je pointais du doigt.
 


 


 
 
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Janvier 1990] Paperasserie directoriale (feat Eurydice Karpusi) Mar 10 Mar - 20:24





Paperasserie directoriale

Toujours en pleine comédie, il ne put qu'être surpris en se sentant soudainement relevé et remis bien droit, assis sur sa chaise. Les yeux d'abord écarquillés, sous le choc, il sursauta en voyant l'énorme pile de papiers s'écraser sur son bureau. Puis un long soupir. Il n'avait aucune envie de remplir tous ses papiers, vraiment. Rien que les voir l'ennuyait déjà.

C'est en levant les yeux au ciel qu'il laissa ensuite sa face s'écraser contre la première feuille du tas, la froissant légèrement. Il se plaignait comme un enfant:

❝ ▬  Eurydice, sérieusement, je t'ai connu plus drôle… ❞

Le nez écrasé contre la feuille, il devait dire qu'il ne trouvait pas cette position très confortable. C'est dans un second soupir qu'il se remit droit, le dos plaqué contre le dos de sa chaise en velours rouge sang. Il roula des épaules, comme pour s'installer un peu plus confortablement dans son siège et fixa la pile sans grand intérêt.
❝ ▬  -Bon… ❞
Il s'empara de sa plume et se mit au travail. Une signature par-ci, une signature par-là signait t'il de sa main après avoir vaguement parcouru le contenu du regard. Chaque feuille remplie, il les déposait juste à côté pour à nouveau former un autre tas. Ayant pris l'habitude de ce genre de formalité, il effectuait le tout avec rapidité. Il devait dite qu'il avait imaginé autrement le métier de directeur dans sa jeunesse et avait rêvé du pouvoir, de la richesse et d'histoires abracadabrantesques. La vérité était tout autre mais Romulus avait fini par s'habituer et avait trouvé d'autres activités, aussi diverses soient-elles, pour combler l'ennui.

Apprécier la vue que lui offrait le décolleté d'Eurydice en était une. Et bien vite et au fur et à mesure que les minutes passaient, il perdait en concentration. Pour cause, son regard effectuait de rapides allez-retour entre ses papiers et cette poitrine avec laquelle il se rinçait l'oeil.

Arrivant aux dernières fiches à remplir, il releva bien distinctement la tête pour offrir un sourire parfaitement aguicheur à sa collègue:

❝ ▬  -Après ça, je te paye un resto Eury, yahooooh~ ❞
Il devait le dire, Eurydice était ce genre de femme qui arrivait rapidement à lui faire perdre la tête. Cette généreuse poitrine, ses courbes parfaites, cette peau tannée et ses yeux verts qui le regardaient avec souvent tant de sévérité…il craquait pour cette beauté sauvage.l continua ce qu'il était entrain de faire, plutôt heureux de cette présence féminine et en frissonna presque quand il sentit sa généreuse poitrine se presser contre son dos lorsqu'elle se mit au dessus de son épaule pour voir ce qu'il était entrain de faire...



© By Halloween


Personnel
Personnel
avatar

Mon personnage
Citation: Si vis pacem, para bellum


ϟ Nation représentée : Rome Antique
ϟ Parchemins : 386
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Janvier 1990] Paperasserie directoriale (feat Eurydice Karpusi) Mer 25 Mar - 22:11


 

                 
"Paperasserie directoriale"

   Feat: Romulus Vargas
   
 


 

 



Je lui tirai la langue pour lui prouver que je pouvais encore avoir de l'humour.

En plus, il peut parler, mais, n'est-ce pas lui qui râle contre ce même humour lorsque des bombabouses fleurissent dans ses appartements ? Lorsque Niglo mon hérisson fait son petit nid dans les tas de formulaires ? Lorsque je piège ses tiroirs et les courriers de ses admiratrices ? Lorsque sa baguette en aulne est remplacée par une baguette surprise ou ses plumes de collections par des plumes d'insultes automatiques.

Si si, c'est drôle, je vous assure !

Bon, je suis la seule à en rire et mes collègues sont parfois désespérés d'une telle immaturité de ma part, mais m'en fous. Après tout, c'est bien par moi que leurs bulletins de salaire sont signés !

Le surveillant de l'autre côté du bureau, je jouais avec ma baguette, la faisant rouler entre mes phalanges, prête à.... J'en sais rien, au fond. À métamorphoser ses boucles en vers de terre ? À dupliquer les formulaires pour lui donner l'impression qu'il ne finirait jamais ? Ou pour faire léviter les quelques bricoles qui s'y trouvent, peut-être...

Je jetai un coup d’œil sur les papiers enfin signés, m'assurant que tout était dans l'ordre, autant pour ne pas avoir à lui courir de nouveau après.

D'ailleurs, je finis par m'occuper de mes ongles grâce à une lime précédemment confisquée à une élève qui avait l'air de penser que les cours de divination étaient là pour se refaire une beauté. Déjà, la dernière fois, j'avais pu confisquer du vernis, celle d'avant encore, c'était un recourbe-cils. Têtue comme jeune fille, dis-donc ! Une Poufsouffle ou une Gryffondor ? Je ne sais plus.

Comme Romulus se rapprochait de la fin de la pile, je fis le tour du bureau, regardant par-dessus son épaule pour les dernières formalités. Tac ! La dernière signature de tracée, je récupérai tout les parchemins, reformant les piles de précédemment. Hop, un p'tit tour de poignet et direction mon bureau avec l'assurance de ne plus être mélangé ! À moins que Héraclès ne pique une sieste dessus, bien évidemment...

Je fronçai les sourcils à son invitation.

« -Toi ? M'inviter au restaurant ? Tu comptes me virer ou m'augmenter ? Y'a quelque chose à fêter ? »

Oh, je ne suis pas quelqu'un de méfiant. Enfin, si, mais pour de bonnes raisons et... zut, laissez-moi terminer !

Bref, je ne suis pas forcément quelqu'un de méfiant, mais lorsque votre supérieur vous invite à dîner avec lui, c'est qu'il y a quelque chose.

Machinalement, je rangeai son bureau à la moldue, n'ayant pas le réflexe de la magie, malgré tout ce temps.

« -Faudra que tu m'expliques aussi comment tu fais pour mettre autant de bazar et réussir à travailler malgré ça... »

Je lui assénai un coup amical à l'aide du tas de lettres de ses admiratrices.

« -En fait, t'es plus un grand gamin qu'un directeur d'une grande école ! »


 


 
 
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas

[Janvier 1990] Paperasserie directoriale (feat Eurydice Karpusi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [TERMINÉ] [Janvier 1990 - Nuit du 20 au 21] - Lonely night» 16 DESANM 1990 – 16 DESANM 2009 Desanm se» Les disparus du 12 janvier» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !» Reflexions de Castro sur la catastrophe du 12 janvier, émouvant hommage à Haiti
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-RPG :: Les vieilles archives :: Anciens RP-
Sauter vers: