Partagez|

On peut en savoir plus sur quelqu'un en une heure de jeu qu'en une année de conversation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: On peut en savoir plus sur quelqu'un en une heure de jeu qu'en une année de conversation. Sam 17 Sep - 20:55

Grace Bonnefoy
Monaco
Nom : Bonnefoy
Prénom : Grace
Date de naissance : 08/01
Lieu de naissance : Monaco
ge : 14 ans
Année scolaire : 4ème
Maison : Serdaigle
Animal de compagnie : Un chat blanc tout fluffy nommé As.
Ascendance : Sang-mêlée
Fratrie : Francis Bonnefoy
Motivation : Devenir une personne reconnu, tant pour ses activités au sein du monde magique que pour l'adulte qu'elle deviendra.
Don : Origines Vélane

Baguette : Hêtre, cheveux de Vélane, 27 cm, assez souple
Patronus : Une chouette
Epouvantard : Une table de poker brisée, des dettes et sa famille s'éloignant d'elle.
Reflet dans le miroir du Riséd : Habillée de manière élégante, elle se voit adulte, entourée de ses proches, des cartes dans une poche et tenant un enfant par la main.
Odeur de l'Amortentia : Livre ancien, tapis de poker et sel marin
Votre personnage peut-il voir les Sombrals : Oui, depuis l'incident de l'eau contaminée.
Matière préférée : Arithmancie
Matière détestée : Potion, bien que pour elle c'est plus un manque de réussite qu'une matière qu'elle n'apprécie pas.
Options : Arithmancie, étude des runes & divination
Avenante
Orgeuilleuse
Amicale
Maniérée
Patiente
Anxieuse
Calme
Bornée
Persévérante
Mauvaise perdante
Sérieuse
Manipulatrice
Caractère : Froide et orgueilleuse en apparence, la vérité est quelque peu différente lorsque l'on apprend à connaitre Grace et que l'on passe au-delà de ce qu'elle laisse transparaître. Oui, la jeune femme est riche, oui elle a tendance à prendre les gens de haut, mais jamais elle ne refusera d'aider un de ses camarades. Elle est fière des valeurs qu'on lui a transmises et n'hésitera pas à les appliquer, de manière quelques fois maladroite malgré tout.
D'une grande politesse, on la taquine souvent en lui disant qu'elle parle comme une personne âgée. Chose qu'elle réfute à chaque fois, quand bien même il y a une part de vérité dans ses dires. C'est une élève très calme, qui ne cherchera pas les ennuis à moins que l'on critique son frère ou sa famille. Studieuse, il n'est pas rare de voir dans les bras de la frêle adolescente des livres presque plus lourds qu'elle ou de la voir rentrer en courant jusqu'à son dortoir juste avant le couvre-feu, n'ayant pas vu les heures écoulées. Elle a soif d'apprendre, soif de découvertes et c'est surement cet aspect là, parmi d'autre, qui a influencé le choixpeau dans sa décision, quand bien même certaines de ses qualités et défauts pouvaient la conduire dans la maison à l'emblème vert et argent.
Néanmoins, elle reste une adolescente anxieuse, qu'elle cache derrière un sourire et une bonne maîtrise de ses émotions. On pourrait la juger insensible aux sentiments d'autrui, c'est juste qu'elle n'a pas encore compris comment mettre de la distance. Elle essayera alors de faire preuve de douceur pour aider l'autre, de le rassurer, quand bien même elle est mal à l'aise. Mais tant qu'elle n'aura pas fait face à ses propres peurs, il serait surprenant que ses efforts soient récompensés.
Mesurée dans ses dires, elle analysera souvent la situation avant de parler, pour ne pas froisser son interlocuteur. Le résultat n'étant pas toujours naturel, elle essaye petit à petit d'être plus spontanée dans ses prises paroles et ses discussions avec les autres. Malgré le fait qu'elle se mette très rarement en colère, lorsque cela arrive, mieux vaut être loin. Elle se montre alors sans pitié, dévoilant une autre facette de sa personnalité. Elle n'a pas peur de tenir alors des propos blessants, justifiés ou non, qu'elle regretta par la suite. Et bien que son orgueil l’empêche de venir s'excuser dans un premier temps, elle finira par toujours faire un pas pour demander pardon et s'excuser de son comportement. Avec difficulté, mais elle se forcera pour y arriver.
Dès lors que l'on parle de jeux d'argent, la jeune femme montre un tout autre visage, qui surprend. Elle devient alors froide et calculatrice, n'hésitant pas à faire de son mieux pour s'assurer la victoire, quitte à compter les cartes et à se perdre dans des calculs compliqués pour vaincre. Elle est très mauvaise perdante, ne supportant pas l'échec. Cependant, elle ne trichera jamais, ses valeurs l'en empêchant. Elle ne dira pas qu'elle n'a jamais été tentée d'abuser du côté manipulateur qui sommeille en elle, mais jusqu'à présent, Grace s'est tenue à sa ligne de conduite.
Physique : Avec une carrure plutôt frêle et une petite taille, Grace n'est pas la personne que l'on remarque le plus facilement en temps normal. Pourtant, il y a quelque chose en elle qui attire le regard lorsqu'on l'aperçoit au détour d'un couloir. Quelque chose que l'on ne saurait expliquer. La jeune femme, elle, connaît la raison, c'est le sang de vélane qui coule dans ses veines.
Danseuse classique pendant une grande partie de son enfance, elle pratique encore cette activité pour se maintenir en forme lorsqu'elle est au château. Pour elle, le quiddtich est un sport trop violent. Après, il est très rare de la voir en tutu, restant très discrète sur cette activité qu'elle pratique dans son dortoir. Elle aimerait bien avoir un jour l'occasion de se produire sur scène, mais elle n'a jamais osé franchir le pas et en parler à ses amies.
L'adolescente prend grand soin d'elle et de son apparence et elle est souvent parmi les dernières à rejoindre la grande salle pour le petit-déjeuner. Quitte à sauter le premier repas de la journée, hors de question qu'elle se montre avec un uniforme froissé ou une chevelure négligée. Dans son armoire, chaque chose est ordonnée et rangée à sa place. D'un côté, son uniforme, de l'autre ses robes et ses habits de tous les jours. Enfin, beaucoup de ses amies lui envient sa garde-robe.
Son corps n'est plus celui d'une enfant, mais pas encore celui d'un adulte. Elle grandit -un peu-, elle change, ses courbes se féminisent petit à petit. Pourtant, on peut hésiter quant à son âge réel. Physiquement, elle fait ses quatorze ans, mais dès qu'elle ouvre la bouche, on pourrait lui en donner deux de plus. Des paroles d'adultes dans un corps d'enfant.
On peut souvent croiser la demoiselle avec des lunettes, pour ne pas s'abîmer ses jolies yeux bleu lorsqu'elle travaille, sa vue n'étant déjà pas optimale en temps normal, ou même en fin de journée quand la fatigue commence à se faire sentir. Ou même les trois quart du temps en fait.
Histoire : Née par une belle journée de janvier, la demoiselle avait décidé de faire une entrée des plus remarquées. Alors que sa famille passait quelques jours dans leur demeure secondaire pour se ressourcer, sa mère fut prise de contractions. L'enfant ne devait venir au monde qu'à la fin du mois. Pourtant, ce fut bien le huit janvier qu'elle poussa son premier cri, comme pour contrarier les plans de ses parents. Heureusement pour eux, les années qui suivirent furent beaucoup plus paisibles.

Petite fille souriante, elle faisait le bonheur de ses parents et de son frère aîné. Et bien qu'elle eu compris très tôt certains conflits qui régnaient entre ses parents, au niveau de leur éducation notamment, Grace choisit de prendre le meilleur des deux. Et quelques défauts aussi. Elle était encore trop jeune pour comprendre ce qui se jouait à ce moment là.
Ayant grandi dans l'opulence et la richesse, elle a encore aujourd'hui un peu de mal à comprendre que tous les autres enfants n'ont pas eu la même chance qu'elle. Si elle a envie de quelque chose, il lui suffisait de l'acheter. Ce que la blonde ne dit pas, c'est que ses sorties étaient rares, et uniquement accompagnées sous haute surveillance. Ayant hérité de sa famille la capacité à utiliser la magie, elle ne quitta que peu la demeure familiale. Son père était un sang pur et travaillait au ministère. Il ne devait rien arriver à sa famille. Quant à sa mère, elle était plus présente dans le manoir, essayant de lui apprendre au mieux les valeurs qui lui étaient propres. Elle essaya bien à plusieurs de négocier auprès de son frère de l'accompagner dehors, mais à son grand regret, elle ne réussit pas à le faire changer d'avis. Et pourtant, Francis était près à tout pour sa sœur et elle se disait qu'elle avait parfois un peu abusé de sa gentillesse. Mais ça ne l'empêchait pas de recommencer.

Ce dernier avait été tout pour elle jusqu'à son entrée à Poudlard. Tant dans les moments joyeux que triste. Il lui donna le goût de l'étude et aussi la capacité à être attentive aux réactions des gens. Et aussi un peu à les manipulés, bien que pour ça, elle se débrouillait plutôt bien toute seule. Quand elle faisait un cauchemar, elle allait se réfugier dans ses bras, quand elle avait envie qu'on lui lise une histoire avant de dormir, c'était aussi lui qu'elle allait voir. Le frère et la sœur avaient une relation plutôt fusionnelle et d'aussi loin que remonte sa mémoire, elle ne se souvenait pas s'être disputé avec pour autre chose de des futilités et des choses sans importances.
Pourtant, cette douce naïveté prise fin quand sa frère partit pour l'école, alors qu'elle n'avait que sept ans. Pour la première fois, elle se retrouvait sans celui qui avait essuyé ses larmes, qui l'avait fait rire, qui avait toujours été à ses côtés. Celui qu'elle avait aussi vu sourire, ou les yeux emplis de tristesse comme lorsque Jeanne était partie. Elle n'avait jamais osé lui en parler, ayant passé de longs moments devant la porte en l'entendant pleurer. C'était l'un de ses regrets, de ne pas avoir été là pour lui, à son niveau d'enfant.

Les années qui suivirent son départ furent difficiles et elle se renferma sur elle-même. En effet, dans un même temps, sa mère devint enseignante dans cette même école, et son père était toujours absent, trop pris par son travail. Elle s'accrocha au valeur prônée par sa mère, de tolérance et d'acceptation de l'autre, tels qu'ils étaient, mais aussi celles imposées par son mode de vie. De par sa politesse et son phrasé, son élégance naturelle et ses origines, on ressentait chez elle un certain orgueil. Pas aussi marqué que chez les sangs-purs, mais la pré-adolescente savait qui elle était. Pendant ses longs moments de solitude, elle se prit de passion pour la littérature. Ce ne fut pas comme une révélation pour elle, car elle avait toujours été studieuse, mais y apporta de nombreuses heures de travail acharné, assez surprenant pour une enfant de son âge. Des classiques de la littérature ou livres philosophiques,tout passa entre ses mains. Des ouvrages français, moldus, mais aussi plus contemporain et plus anciens, transmis dans la famille Bonnefoy de génération en génération. Elle y trouvait un certain apaisement, et une certaine confiance en elle.
Dans ce monde de faux-semblant, maniéré, des sangs purs, et malgré la bienveillance de ses parents, elle apprit à jouer de ses émotions. En effet, elle avait compris que d'un sourire ou que d'un froncement de sourcil, elle pouvait obtenir ce qu'elle souhaitait. Le sang d'origine vélane qui coulait dans ses veines l'y aidait. Elle n'y prenait pas de plaisir, du moins pas encore. Et dans un tout autre registre, plutôt amusant, elle découvrit que cela avait aussi un intérêt pour les jeux d'argent où l'on ne devait pas laisser transparaître ses sentiments. Elle acquit vite le principe et les rares adultes qui avaient voulu la défier pour l'amuser s'en mordait les doigts. L'adolescente souriante devenait une autre personne. On avait l'impression qu'aucune émotion ne traversait son regard azurée, qu'elle était presque une autre personne. Et seul un sourire victorieux, fier, apparaissait lorsqu'elle posait la main qui lui permettait de gagner la partie. Plus elle jouait, plus elle y prenait du plaisir. Et bien qu'elle n'eût pas l'âge légal pour entrer dans les casinos, elle se débrouillait pour participer à des tournois, de poker notamment. Et aussi faire grossir son argent de poche, déjà plutôt important pour une enfant de son âge.

Quand elle entra à son tour à Pourdlard à son tour, ce fut avec beaucoup d'appréhension. Elle qui avait attendu ce jour pendant près de quatre années, avait peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas être assez douée pour faire honneur à sa famille, à son frère, à sa mère et à son père. De ne pas réussir à s'intégrer. Mais ce qu'elle ne savait pas, c'est que la plupart des autres élèves étaient passés par les mêmes inquiétudes qu'elle pour leurs premières journées dans la célèbre école. Qu'ils soient né-moldus, sang-melée ou sang purs. Face au choixpeau, ils n'étaient que des enfants de 11 ans. Quand elle fut appelée et marcha la tête haute jusqu'à la chaise. Pas une seule fois, elle ne baissa le regard face à la foule inquisitrice. Et pourtant, elle était morte de peur et prenait sur elle pour ne pas aller se réfugier en courant dans les bras de son frère. Elle n'avait pas eu de mal à le repérer, dans son uniforme dont l'emblème était un serpent. Comme leur mère s'était-elle amusé à commenter lorsqu'il était rentré lors des vacances de Noël de sa première année. Elle s'accrocha à son regard et fut soulager de le voir lui faire un sourire rassurant. Plus les minutes passaient moins elle comprenait ce qu'il se passait. Alors que pour d'autres élèves, il n'avait fallu que quelques minutes tout au plus pour qu'on leur attribue une maison, pour elle le temps s'éternisait. Des murmures s'élevaient dans la salle, jusqu'à que le verdict soit rendu. Serdaigle. La maison des érudits. Et bien qu'elle ressente une légère déception de ne pas être elle aussi serpentard, de ne pas suivre le chemin de Francis et de sa mère, elle se motiva en disant que le choixpeau avait fait le bon choix. Qu'elle avait sa propre destinée à suivre, sa propre vie et sa propre histoire à vivre. Pourtant, la première chose qu'elle fit une fois libre de ses mouvements, fut d'aller serrer son frère dans ses bras. Ou l'inverse en fait, bien qu'elle ne l'admette pas si on lui posait aujourd'hui la question.

Pourtant, elle s'y épanouit, comme une rose qui déploie ses pétales au soleil. Elle avait retrouvé son frère adoré, pouvait voir sa mère plus régulièrement et avaient rencontré des personnes qui ne s’intéressait qu'à la personne qu'elle était et non pas juste à son nom ou à son ascendance. Timide les premiers jours, cela ne dura pas longtemps. Elle allait maintenant vers les autres avec facilitée, prête à aider, mais les assommants de ses connaissances, comme tout serdaigle qui se respectait. Elle aimait voir aussi les étoiles dans les yeux des premières années lorsqu'elle portait hors de l'école une de ses robes hors de prix ou bien les coiffures compliquées dont elle paraît ses cheveux lorsque le temps lui permettait, son élégance naturelle complétant le tableau. Polie, elle était appréciée des autres élèves bien que certains de ses défauts les agaçaient prodigieusement. D'autres l'enviaient, estimant qu'elle avait de la chance d'être à la fois belle et intelligente. Pourtant, parfois, le poids devenait difficile à supporter, ce même poids qu'elle s'était mis, toute seule, sur les épaules. Son frère, par ses frasques, avait donné une drôle de réputation à son nom. Ce qui la faisait tantôt sourire, tantôt grimacer.  Elle ne voulait plus être Grace Bonnefoy, fille de. Elle voulait juste être une élève parmi d'autres. Élève studieuse, elle n'avait pas de grosses difficultés scolaires, à sa plus grande joie. Le travail et les heures passées à la bibliothèque étaient lui étaient bénéfique. Il n'y avait qu'en potion où elle avait plus de mal, comme si elle n'arrivait pas à mélanger deux ingrédients ensemble et à obtenir un résultat correct, quand bien même elle suivait à la lettre la recette et qu'on était sur son dos à épier le moindre de ses faits et gestes.

Il y eut un nouveau tournant dans sa vie, qui reste encore à ce jour douloureux et dont elle ne parle jamais. Une marque noire, comme un tatouage était apparu sur le bas de son dos, suite au contact avec l'eau empoisonnée. Elle ne savait pas comment cela avait eu lieu, elle se souvenait juste avoir bu de l'eau. Depuis cet instant, elle devenait comme une bombe à retardement. Une marque qui les rendait fous, qui les faisaient perdre la raison, qui les forçait sous le coup de la colère à être violents, à être violenst envers ceux qui étaient leurs camarades, leurs amis, leur famille. Et bien qu'une année se soit écoulée depuis ce terrible incident, il lui arrivait souvent de se réveiller en larme dans son lit après un cauchemar où elle revivait en boucle la scène. Dans ses moments-là, elle se blottissait sous sa couette, serrant fort son oreiller contre elle pour ne pas qu'on l'entende ses pleurs. Et une fois l'aube levée, elle recommençait son rituel journalier pour ne rien laisser transparaître, bien de ses cernes se dessinaient alors sous son regard si semblable aux vastes étendues d'eau ou au ciel lors d'un jour sans nuage.

Elle qui pensait passer dans la joie et la bonne humeur ses premières vacances loin de sa famille (son frère excepté) au bord du lac, avec ses amis, elle fut victime d'un terrible incident, comme d'autres élèves avec elle. Un mage noir avait attaqué le camp, provoquant de nombreux blessés, mais surtout de nombreux morts. Et de nouveaux marqués.

Et voilà que ça venait de recommencer. Chaque fois qu'un incident avait lieu, chaque fois que l'école était touchée par un événement qui mettait en cause ses élèves maudits, elle se demandait si tout cela allait se finir un jour. Si elle allait pouvoir passer une année heureuse à Poudlard, sans avoir peur, sans voir ses camarades partir. Et conserver un peu d’innocence de l'enfant qu'elle reste. Malgré sa maturité, malgré ses propos, elle a encore besoin de ses amis, elle a encore besoin de sa famille pour veiller sur elle. Pour finir sa scolarité et devenir une adulte. Et malgré tout, elle gardait espoir que l'année à venir soit plus joyeuse et plus heureuse que la précédente.
Pseudo : Kymika
ge : 20
Sexe : Féminin
Comment avez-vous connu le forum : DC
Commentaire : Il est toujours aussi jolie et les gens sont toujours aussi sympathiques. ~
Code du règlement : À envoyer par MP à un admin

Serdaigle
Serdaigle
avatar

Mon personnage
Citation: “Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout.”


ϟ Nation représentée : Monaco
ϟ Parchemins : 60
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On peut en savoir plus sur quelqu'un en une heure de jeu qu'en une année de conversation. Sam 17 Sep - 21:52

MA SOEUR HIIIHHHHHHH <3





Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1295
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On peut en savoir plus sur quelqu'un en une heure de jeu qu'en une année de conversation. Sam 17 Sep - 22:16

Belle-soeur ♥


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre
ϟ Parchemins : 904
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

On peut en savoir plus sur quelqu'un en une heure de jeu qu'en une année de conversation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» On peut en savoir plus sur quelqu'un en une heure de jeu qu'en une année de conversation.» Mettons fin à la zombification» Lorsqu'on peut tout savoir, il faut savoir aussi tout taire ▬ Heather» Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser.» Un nouveau depart [avec Ryu Shingen, si quelqu'un veut nous rejoindre il peut]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Dossiers scolaires :: Dossiers validés-
Sauter vers: