Partagez|

[24 Septembre 1991] Une mauvaise idée tu dis ? ft. Tsvetan Hristov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [24 Septembre 1991] Une mauvaise idée tu dis ? ft. Tsvetan Hristov Mar 27 Sep - 21:14

Une mauvaise idée tu dis ?
#ft. Tsvetan Hristov
Enfiler ses protections avait toujours semblé être d'une facilité enfantine, mais le fait de ne pas pouvoir plier la jambe à plus de dix degrés n'aidait pas du tout. Feliciano soupira mais n'en démordit pas. S'il ne la mettait pas, on ne le laisserait pas monter sur un balai - il ne pensait même pas a demander de l'aide, après tout s'il ne parvenait pas a mettre une protection tout seul, qui disait qu'il pourrait jouer au Quidditch, voire même carrément simplement monter sur un balai ? Ce n'est qu'après un long moment de bataille sans jurons, seulement des petits grognements désespérés, contre sa jambe, son attelle et sa protection, qu'il finit par réussir. Un sourire satisfait s'installa sur ses lèvres, ne pas abandonner, y parvenir... Il volerait aujourd'hui, c'était certain. Feliciano admira un instant sa jambe, il était assez fier d'avoir réussi tout seul, ce n'était peut-être pas assez serré, de toute manière il ne le sentait pas réellement à cause de l'attelle. Se levant, il attrapa son balai qui était soigneusement posé sur le banc avec son sac, qu'il prit également, et sorti sur le terrain. Il n'avait pas été réservé ce jour là, c'était bien pour cela que Feliciano voulait voir s'il était capable de voler aujourd'hui, tout en demandant l'assistance d'un joueur, et le seul a avoir répondu positivement était Tsvetan, pour une raison qui échappait à l'italien. Après tout, tous les autres lui avait dit qu'il ne pouvait pas jouer, que ce n'était pas grave, qu'ils prendraient son remplaçant en attendant. Mais Feliciano était déterminé a essayer, s'il pouvait jouer tant mieux, s'il ne pouvait pas... Et bien, tant pis, mais au moins il saurait qu'il ne pouvait pas.

Le temps était idéal pour voler, le soleil était présent avec quelques nuages le recouvrant pas moment, au moins il ne l'aurait pas dans les yeux. Pas une brise de vent pour le dérouter. C'était parfait. Un nouveau sourire étira ses lèvres alors qu'il déposait son sac sur le côté du terrain. Apparemment l'autre Poufsouffle n'était pas encore arrivé, mais Feliciano n'avait pas de quoi le blâmer parce qu'il arrivait toujours en retard d'habitude mais là il était venu bien en avance pour être sûr de parvenir a mettre ses protections. Il avait prévu de prendre plus de temps tout de même, c'était un soulagement de voir qu'il ne prenait pas une heure. N'empêche qu'il souhaitait que sa jambe guérisse au plus vite, qu'elle cesse de le lancer de la sorte, l'empêche de marcher correctement, de monter les trois cent quarante-deux escaliers qu'il y avait dans le château. L'italien avait toujours été content d'être à Poufsouffle, parce que cette maison lui correspondait vraiment, de toute manière le Choixpeau ne se trompait jamais, mais depuis un moment, il était encore plus content de ne pas s'être retrouvé chez les Serdaigle ou les Gryffondor. Sérieusement, il aurait passé son temps a dormir dans les escaliers entre le troisième et le quatrième étage parce que sa jambe le faisait horriblement souffrir et refusait d'aller plus loin. Il se serait certes fait gronder encore et encore par les professeurs, Shandara et Ludwig mais il n'y pouvait rien lui si sa jambe n'appréciait pas trop le fait de marcher, quand bien même ce soit son but de base. Déjà rien que là, il se tenait juste debout et elle le lançait...

Tout en venant s'appuyer contre l'une des tribunes, non loin de l'entrée des joueurs, il attrapa un gâteau dans son sac et grignota. Feliciano était quelqu'un de patient, que le bulgare soit en retard ne le dérangeait pas, tant qu'il venait. De plus, vraiment, niveau retard, il n'avait rien a dire. Tout en mangeant son gâteau sec, il laissa son esprit divaguer sur les événements récents. Il n'avait pas encore pu avoir de discussion avec son père, cela le dérangeait un peu mais il ne voulait surtout pas presser son père, il avait du travail, surtout avec tout ce qui se passait. Il fallait aussi qu'il travaille son devoir d'histoire de la magie, une torture, franchement, les guerres c'est tout ce qu'il détestait le plus au monde. Bien que pour le moment son esprit était concentré sur le fait de voler, s'il pouvait y parvenir ou non. Que deviendrait-il s'il ne montait plus sur un balai ? Jouer au Quidditch n'était qu'un passe-temps, amusant et lui procurant une certaine liberté recherchée, mais voler c'était la liberté dont il avait besoin. Celle qu'on ne pouvait lui retirer, celle dont il avait besoin comme celui de respirer, c'était fondamental. Il n'était pas aventurier pour une noise, mais il n'était pas non plus très casanier. L'italien avait besoin de bouger dans la vie, rester en place c'était difficile pour lui. Enfant il avait été turbulent, il s'était plus ou moins assagi en grandissant mais ce n'était toujours pas cela. Donc voler était indispensable. S'il voulait essayer ce n'était pas tant pour l'équipe et le Quidditch mais pour lui. C'était égoïste, il en avait conscience, et franchement, il n'aimait pas cela du tout. Ce n'était pas dans son caractère d'être égoïste, même pour une si petite chose, personne n'allait le blâmer pour cela, il s'en doutait, mais il ne pouvait s'empêcher de se dire que ce n'était pas quelque chose de bien. Le Poufsouffle secoua la tête un instant, ce n'était pas le moment de penser a cela. Non, il devait penser au fait de voler, uniquement.

Et c'est ce moment là que choisit le vent pour se lever. Oh, ce n'était pas grand chose, juste une petite brise, mais avec sa faiblesse, serait-il capable de rester sur un balai quand bien même ? Feliciano attrapa ses lunettes, il ne fallait pas qu'il les oublie, ce serait idiot de parvenir a s'envoler et de se prendre une poussière dans l’œil... Comme à chaque fois qu'il laissait ses lunettes de protection dans les vestiaires, sur sa table de chevet ou même dans la tour d'astronomie., immanquablement une poussière venait se loger dans son œil. Et forcément son jeu en pâtissait, parce qu'il avait surtout besoin de ses yeux pour repérer le vif d'or. En regardant les matchs, il était généralement content de ne pas se retrouver au milieu, a prendre des cognards dans la figure. Même si au final, il en avait pris, des déviés par les joueurs, ou d'autres qui fonçaient juste sur lui par principe. Mais il n'avait pas forcément a y faire attention, que s'il avait été batteur comme il avait voulu au début - c'était ça ou poursuiveur dans sa petite tête d'enfant - il aurait dû s'y jeter dessus. Et gardien... Et bien, il y avait déjà quelqu'un d'abord, et puis foncer une nouvelle fois sur une balle, ce ne lui disait rien. Il n'avait pas spécialement peur, mais avec la poisse qu'il se traînait, il l'aurait souvent pris dans la tête. Autant rester au poste du petit rapide. Ce qu'il était au final. Petit et rapide. Il avait grandit mais il n'était pas trop grand. Fin et élancé, attrapeur était un poste parfait pour lui. C'était une bonne chose qu'on lui ait refusé les autres. A nouveau, un sourire illumina son visage tandis qu'il plaçait les lunettes sur sa tête.
© 2981 12289 0



L'italien veee en #999999  ~
Merci à Aly pour l'avatar ♥


Dernière édition par Feliciano Vargas le Mer 14 Déc - 23:20, édité 2 fois
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 506
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [24 Septembre 1991] Une mauvaise idée tu dis ? ft. Tsvetan Hristov Ven 30 Sep - 15:19

Une mauvaise idée tu dis ?

Feliciano Vargas

&

Tsvetan Hristov

Jetant un coup d’œil à l’horloge, il constata qu’il était en retard, il avait voulu demander une explication à son enseignant sur un point du cours de la veille, sachant que ce dernier était au château et dans son bureau et il n’avait pas pu s’éclipser avant que ce dernier lui ait refait une tirade complète, encore moins organisée que ses cours, sur la première guerre ayant opposé les gobelins à d’autres créatures magiques. Pas que le poufsouffle s’en fichait, mais comment dire, ce n’était pas le sujet de sa question. Il était donc aussi avancé qu’une heure auparavant, avec un léger mal de tête en prime ainsi qu’une aversion soudaine pour tout ce qui avait trait aux gobelins. Il n’avait rien contre eux, mais là, il saturait des récits les mettant en scène et racontant leur histoire. Il s’excusera auprès de son camarade de maison, espérant que celui-ci l’ait attendu.

Il constata avec un certain regret que son sac qui contenait toutes ses affaires, celui-ci n’avait pas bougé depuis la rentrée, lui qui ne manquait pas un entrainement sauf cas de force majeure. Il y avait son balai et toutes les autres protections nécessaires à la pratique de ce sport. Lorsqu’il avait découvert en arrivant à l’école, il en était vite tombé amoureux. C’était un sport physique qui demandait une certaine maîtrise du vol et qui offrait un sentiment de liberté qu’il ne retrouvait pas sur la terre ferme. Certes, il y avait des risques de chutes, des dangers avec les cognards et même avec les autres joueurs. Mais à ses yeux, c’était ce qui faisait le charme de ce sport typiquement sorcier. Et puis, Tsvetan était fier que la Bulgarie comporte de nombreuses bonnes équipes de Quidditch, bien qu’il ne s’en ventait pas. Inconnues du reste du monde, mais qu’importe à ses yeux. C'était suffisant.

Le temps étant clément, juste un peu de vent nota-t-il quand il regarda par la fenêtre en récupérant son sac et les vêtements nécessaires à la pratique ainsi qu’un peu d’eau avant de rejoindre les terrains à pied. Ce n’était pas des conditions idéales pour voler mais ils avaient connues des temps moins cléments, notamment en hiver où un vent glacial te traversait comme si tu n’avais presque rien sur la peau. Pour le coup, il en était plutôt content.  Bien qu’il ait encore de nombreux ouvrages –et cartes- à étudier et à s’occuper de son stage, le bulgare avait besoin de cette parenthèse. Il saturait un peu. C’était donc à la fois pour Feliciano mais aussi pour lui qu’il avait accepté de le retrouver sur le terrain d’entrainement en cette matinée. Il nota que l’horaire était bon, sauf un court moment, le soleil leur tournerait le dos. Il n’y avait rien de plus désagréable que de jouer avec le soleil dans les yeux. Si. Jouer lorsqu’il neige.

« - Excuses moi Feliciano, je suis en retard ! Je vais me changer et j’arrive ! »

Le bulgare était un peu essoufflé d’avoir marché vite, sa consommation de nicotine quotidienne n’aidant pas pour le coup. Il s’éclipsa dans les vestiaires, laissant son balai au bon soin de son camarade de septième année. Son balai était assez usé, tant par la pratique que par les vols d’entraînement. Il n’était pas de mauvaise facture, mais ce n’était pas non plus la meilleure qualité qu’il existait. Il avait eu celui-ci à la fin de sa troisième année, quand il avait décidé de poursuivre le Quidditch et de suivre les entraînements. Enfin, même si au début, il observait plus qu’il ne pratiquait. Mais maintenant qu’il avait grandi, il en comprenait la raison. Le poufsouffle l’avait acheté en Bulgarie, chez lui, avec la complicité de sa mère et de son grand-père, eux aussi sorciers. Il se souviendrait longtemps de cette expédition entre son grand-père qui ne trouvait plus l’adresse, sa mère qui riait aux larmes et lui qui les regardait en se demandant ce qu’il se passait. Au final, ils trouvèrent la boutique, mais son regarde s’allumait toujours un peu quand il prend son balai et s’envole. Le reste de sa tenue était un peu usée aussi, depuis le temps, mais il en prenait soin. Il ne traîna pas, il se changea, mettant le reste de ses affaires en vrac sur son sac. Terminant de mettre son dernier gant, il regagna le terrain d’un bon pas.

« - Me revoilà ! » Déclara le brun avec un grand sourire, récupérant son outil de vol. « Il y a un peu de vent, mais maintenant que nous nous sommes décidés et organisés, autant en profiter ! Prêt à prendre la hauteur ? »

Si on pouvait se demander la raison de la présence du huitième année, elle était toute simple. Il savait que plusieurs de leurs camarades avait refusé, argumentant que l’italien était encore blessé et qu’il ne pourrait pas voler. Le bulgare était parfaitement d’accord avec eux. Mais il estimait que quand quelqu’un avait décidé de faire quelque chose de dangereux et/ou d’inconscient et que l’on n’arrivait pas à le résonner, ce dernier finirait par passer à l’acte. Et puis, Tsvetan préférait être là pour intervenir au cas où il y aura un problème. Il ne lui aurait jamais traversé l’esprit de laisser son camarade blessé monter seul sur un balai.  S’il pouvait monter dessus. Déjà, un bon point, il avait réussi à mettre ses protections.  C’était important et ça évitait bien des déconvenues. De toute manière, pour apprécier le vol et par extension le Quidditch, il fallait bien être un peu inconscient du danger. Ou le connaître et le mesurer, mais dans ce cas-là, sans un peu de folie, le plaisir était moindre.  Son souvenir le plus récent était au camp d’été, quand avec une autre élève de leur maison, ils avaient fait un vol près des falaises. Ses propos n’engageaient que l’étudiant en histoire pour le coup. Mais cela avait été sympathique !

Il s’approcha de son camarade et se dirigea vers le coin d’envol. Il préférait être au milieu du terrain si le vent les déséquilibrait. Il avait une fois fait la –douloureuse- expérience d’aller voir un peu trop près les gradins et son épaule s’en souvenait encore. Autant dire que depuis, il prenait les précautions adéquates. En levant les yeux, il constata qu’il y avait un peu plus de vent que tout à l’heure. Pas de quoi les empêcher de s’élever dans les airs, mais suffisamment pour causer quelques déséquilibres, d’autant plus que les tribunes semblaient faire office de coupe-vent.

« - Comment souhaites-tu que nous procédions ? Je t’aide, j’interviens que si nécessaire ? »

Il ne voulait pas imposer sa présence, juste être là en soutient, en appui. Pour l’aider si cela était nécessaire. Même si ce dernier n’y arrivait pas, ce n’était pas grave. Au moins, il aurait essayé. Et puis, à première vue, sa jambe semblait toujours ankylosée voir douloureuse. Mais si Feliciano estimait que son était permettait de voler, qui était-il pour lui dire le contraire ? On ne se connaissait jamais mieux que soi-même. Il savait que l’attaque avait été violente et qu’il y avait eu de nombreux blessés et de nombreux morts aussi. Mais le brun chassa ses idées sombres de son esprit, et se concentra sur le moment présent. Bien qu’une partie de son esprit lui hurlait « C’est une mauvaise idée » !
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation:


ϟ Nation représentée : Bulgarie
ϟ Parchemins : 57
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [24 Septembre 1991] Une mauvaise idée tu dis ? ft. Tsvetan Hristov Dim 9 Oct - 15:35

Une mauvaise idée tu dis ?
#ft. Tsvetan Hristov
Ce n'était pas une idée très stupide - enfin, qu'il pensait, et en ce moment il ne pensait que des choses idiotes apparemment - et il aurait dû l'avoir plus tôt, cela aurait été bien plus facile pour enfiler sa protection correctement. Trafiquer son attelle pour qu'elle lui permette de plier sa jambe plus qu'à dix degrés. Parce qu'en y repensant, il ne pourrait pas voler, pour sûr, si elle ne se pliait pas. Après avoir terminé, son gâteau coincé entre les dents, il se redressa et plia sa jambe.

… Sa jambe venait vraiment de craquer violemment ? Aie. Mais ce n'était pas si douloureux. Il pensait vraiment que ça allait le faire souffrir plus que cela. Enfin, tant mieux après tout !

« Excuses moi Feliciano, je suis en retard ! Je vais me changer et j’arrive ! »

Feliciano, qui s'était remis a triturer ses lunettes d'une main et a manger son gâteau de l'autre, le tout en s'étant perdu dans ses pensées, releva les yeux vers le nouvel arrivant. Un sourire étira ses lèvres.

- Ce n'est pas grave ! lança-t-il mais l'autre était déjà rentré.

Il reposa alors son paquet de gâteau dans son sac, et resserra les protection sur ses mains, sans aucune difficulté en comparaison avec celle sur sa jambe. Il demanderait au bulgare si elle était assez serrée une fois qu'il serait revenu - alors qu'il pouvait très bien vérifier tout de suite, maintenant qu'il pouvait plier la jambe mais il n'y pensait pas. Franchement, quoi de plus bête que d'avoir une protection inutile ? Jouer avec une blessure, certes, mais il fallait qu'il en est le cœur net. Il devait essayer de voler, sinon dans le pire des cas où sa jambe ne guérissait pas, il ne pourrait pas jouer et regretterait de ne pas avoir essayé.

Mais il ne devait pas être pessimiste de la sorte, non, il devait croire en la guérison de sa jambe. Il avait certes adressé une prière, mais ce n'était qu'un appui, Il ne lui accorderait pas ce rétablissement d'un claquement de doigt. Non, il devait en passer par là, c'était une nouvelle épreuve de la vie. Il avait prié pour qu'elle finisse par guérir, un jour, qu'il n'ait plus mal, qu'il puisse marcher. C'était tout. Certains pourrait le traiter d'idiot, d'illuminé et lui dire qu'il n'y avait personne là-haut qui veillait sur lui, mais lui était certain que si. Après la croyance était une question de choix, il laissait les autres penser ce qu'ils voulaient, tant qu'ils le laissaient croire. Qui avait raison et qui avait tort n'était qu'une perte de temps, autant s'entendre sur le reste, et ne pas aborder ce sujet là. Il lui était arrivé de parler de sa croyance a des non-croyants, certains lui avait juste dit qu'ils n'étaient pas croyants, de manière totalement polie et correcte, tandis que d'autres s'étaient énervés et l'avait insulté. Alors Feliciano faisait toujours attention a ses propos sur ce sujet-là. Mais pour lui, Dieu était réel et veillait sur tout le monde, même ceux qui ne croyaient pas en lui. La voix de Tsvetan le fit sortir de ses pensées.

« Me revoilà ! Il y a un peu de vent, mais maintenant que nous nous sommes décidés et organisés, autant en profiter ! Prêt à prendre la hauteur ? »

L'italien hocha vigoureusement la tête à la remarque, une détermination nouvelle allumée au creux de ses pupilles. Ce n'était pas le moment de battre en retraite, quand bien même il aurait très envie, et que tout hurlait que c'était une mauvaise idée.

- Oh oui ! Le vent ne devrait pas poser trop de problème je pense, répondit-il, il avait déjà joué par temps de grand vent, ce n'avait jamais été très concluant pour lui et en général il finissait par tomber dans les gradins mais il ne se laissait pas abattre, son poids-plume et lui finirait un jour par voler par grand vent.

Attrapant son propre balai et délaissant son sac, il suivit le huitième année jusqu'au coin d'envol. C'est vrai, il fallait éviter de rester trop près des gradins pour ne pas finir encastré dedans. Cela aussi lui était déjà arrivé, comme de s'assommer contre ou même une fois il avait atterri sur les spectateurs parce qu'un cognard avait frappé le manche de son balai et qu'il était passé par dessus alors qu'il poursuivait le vif d'or - qu'il n'avait pas attrapé malheureusement, il s'était cogné le visage contre mais ne l'avait pas attrapé. Il regardait le ciel quand l'aîné lui demanda.

« Comment souhaites-tu que nous procédions ? Je t’aide, j’interviens que si nécessaire ? »

Feliciano baissa les yeux vers le bulgare, avec une moue de réflexion. Monter sur un balai n'était pas difficile, mais le décollage le serait, en revanche. Il fallait taper du pied, et s'il pouvait le faire des deux, il fallait après qu'il parvienne a faire tenir sa jambe contre le balai. Il avait certes trafiqué son attelle, mais qui lui disait que sa jambe allait tenir... Personne. Mais il fallait le faire, essayer, point à la ligne.

- Je pense que c'est la bonne solution ! il sourit doucement. Il va falloir voir si je peux décoller ~ (un petit rire lui échappa, aussi nerveux que terrifié à l'idée de rester clouer au sol) Je ne doute pas trop de ça, mais on ne sait jamais.

Il s'appuya un instant sur son balai. Son genou n'appréciait pas beaucoup d'avoir été plié un peu plus tôt apparemment. Mais il fallait bien qu'il teste après tout...

- Oh, est-ce que tu peux vérifier si ma protection est bien mise ? Je pense avoir réussi mais je ne la sens pas vraiment... Tu sais, à cause de l'attelle.

Il pouvait bien lui avouer cela, cette petite faiblesse, après tout il allait le voir tomber, ne pas réussir et devoir l'aider. Avant que bien sûr, il ne puisse totalement voler, correctement et seul. Parce que l'italien en était sûr, il allait voler aujourd'hui.
© 2981 12289 0



L'italien veee en #999999  ~
Merci à Aly pour l'avatar ♥


Dernière édition par Feliciano Vargas le Lun 27 Mar - 19:50, édité 1 fois
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 506
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [24 Septembre 1991] Une mauvaise idée tu dis ? ft. Tsvetan Hristov Lun 27 Mar - 19:36

Une mauvaise idée tu dis ?

Feliciano Vargas

&

Tsvetan Hristov

Malgré son sourire et son air assuré, Tsvetan étant quand même un peu inquiet pour son camarade de maison. Il savait qu'il avait du mal à refuser lorsque on lui demandait de l'aide et les yeux de chien battus de l'italien – et accessoirement fils du directeur- n'avaient pas à aider à ce qu'il aille contre son souhait.Pourtant, avec sa blessures et tous les voyants qui indiquaient qu'il ne devait pas voler. La seule chose qui le rassurait, c'était que Feliciano n'avait pas eu l'audace de partir voler seul, après les nombreux refus essuyés de la part de leur camarade.  C'était une règle tacite que l'on avait donner à leur première leçon. Tant aux joueurs qu'aux élèves n'appartenant pas à l'équipe de leur maison. Il avait aussi son équipement et ses protection. De son côté, le huitième année avait aussi pris sa baguette pour lancer un sort d’amortissement ou de protection si besoin était en cas de chute ou de déséquilibre trop important. Le brun avait longuement réfléchit au déroulement de cette entrevue. Enfin, de cette surveillance de vol, de cette supervision. Bref, de l'instant présent.

Il n'y avait pas de match ou d'entraînement en cette matinée d'automne. Aucune des quatre maisons ou de premières années n'étaient là pour les déranger. Le bulgare n'avait jamais été très fin dans la psychologie des gens malgré son côté très observateur et était souvent un peu perdu quand il se passait quelque chose, mais il se doutait que le septième année ne voulait pas voler pour voler. Qu'il y avait quelque chose derrière, quelque chose à se prouver, à confirmer ou à infirmer. Quelque chose de plus personnel.

Par chance, la plupart de ses blessures dues au Quidditch avait étés mineures et seule son épaule, quand il forçait trop lui rappelait sa clavicule cassée en quatrième année. Et le retour n'était pas simple. Son coéquipier était en plus un poids plume et il lança, une fois ce dernier un regard inquiet en direction du ciel. Plutôt habile, le bulgare appréciait le vol et c'était l'un des rares moments où il se montrait d'une certaine inconscience, jouant avec le danger. Et malgré ses nombreuses chûtes, comme n'importe quelle joueur, rien ne l'empêchait de recommencer. Encore. Encore et encore.

«- Je pense que c'est la bonne solution ! Il va falloir voir si je peux décoller ~ Je ne doute pas trop de ça, mais on ne sait jamais.

- C'est une bonne idée en effet, et puis, je serais là pour te rattraper dans le pire des cas, lui répondit l'élève d'année supérieur en s'avançant. Et puis, pars du principe que tu vas y arriver Feliciano. C'est déjà un premier pas d'accomplis. »

Tsvetan se rapprocha de se dernier, son balai à la main. Il était prêt, plus qu'à rejoindre la piste d'envol située un peu plus loin. Tout était bien penser, que ce soit au niveau des gradins que des filets de protection. Par curiosité, il essaya de s'imaginer ce sport à l'échelle moldu, mais eu un peu de mal. Le fait d'envoyer une balle, ici le souafle, dans un panier ou une cage était habituel, mais en volant, ça l'était beaucoup moins. Les paroles de Feliciano le tirèrent de sa digression mentale sur les différences entre sports moldus et sports magiques. Sujet fort intéressant, mais dont ce n'était pas le moment d'y réfléchir.

« - Oh, est-ce que tu peux vérifier si ma protection est bien mise ? Je pense avoir réussi mais je ne la sens pas vraiment... Tu sais, à cause de l'attelle.

- Bien sûr, je vais regarder ça. Laisse-moi juste un instant pour poser mon balais ! »

Après avoir déposé ce dernier au sol, avec une certaine précaution, il s'agenouilla à ses côtés pour vérifier que tout était en place à ce niveau-là. Il procéda méthodiquement comme il faisait à chaque fois. Une chute spectaculaire alors qu'il était allé voir un match professionnel de haut niveau à Sofia lui avait rapidement fait passer l'envie de ne pas les mettre ou de mal les mettre. Définitivement. Cela pouvait avoir des conséquences dramatiques. Rien que d'y repenser lui donnait des frissons.

« - Bon, je vais devoir la resserrer, car même si ton attelle t'offre un maintien, elle reste trop lâche et en cas de chute. Si je serre trop ou que c'est trop douloureux, n'hésite pas à m'en faire part. »

Il la serra de trois bons crans et encore, il ne força pas. Normalement, ainsi, elle ne glisserait pas. Ce n'était pas académique, mais au moins, elle était en place et protégerait plus ou moins la cheville de son camarade italien. En parlant de cela, il trouvait amusant que le directeur ne soit pas écossais ou autre. Après cette légère digression, il se releva.

« - Elle devrait être en place maintenant », lui sourit le bulgare.

Décollant d'un coup de pied sur le sol, il s'éleva dans les airs, son verdoyant regardant doucement son camarade. Il n'attendait plus que lui.
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation:


ϟ Nation représentée : Bulgarie
ϟ Parchemins : 57
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

[24 Septembre 1991] Une mauvaise idée tu dis ? ft. Tsvetan Hristov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [24 Septembre 1991] Une mauvaise idée tu dis ? ft. Tsvetan Hristov» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !» 30 septembre 1991 et le visage d'un putschiste» Le discours du 27 septembre 1991, un discours historique» l'autre discours du 27 septembre 1991
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Extérieur :: Terrain de Quidditch-
Sauter vers: