Partagez|

Did someone call for a hero ? | Alfred Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Dim 27 Nov - 20:49

JONES Alfred
Etats-Unis d’Amérique
Nom : Jones
Prénom : Alfred, Franklin
Date de naissance : 04 Juillet
Lieu de naissance : Sioux Falls, Dakota du Sud, États-Unis d'Amérique
Âge : 16 ans
Année scolaire : 6ème année
Maison : Gryffondor
Animal de compagnie : Grosha (C'est un chat. Un gros chat. Même que si tu cliques sur le nom tu vois sa face.)
Ascendance : Sang-mêlé
Fratrie : Un cousin, Matthew Williams. Une cousine, la demi-soeur de Matthew, Audrey Wallace. Une cousine, qu'il ignore être sa cousine, Amelia Moore.
Motivation : Alfred est Batteur dans l'équipe de Gryffondor. Quoi de mieux pour quelqu'un de protecteur de défendre son équipe contre les Cognards ? Puis le Quidditch c'est trop cool.
Don : Magie sans baguette.

Baguette : Cornouiller, Crin de Licorne, Trente centimètres, Plutôt Rigide
Patronus : Un Pygargue à tête blanche (et non un aigle, soyons précis sur les termes)
Epouvantard : Lui-même, enchaîné, emprisonné.
Reflet dans le miroir du Riséd : Lui et sa grand-mère paternelle, marchant dans les plaines en cueillant des plantes.
Odeur de l'Amortentia : Le brownie de sa maman, la sauge des « potions » de sa grand-mère et la coreopsis, une plante américaine.
Votre personnage peut-il voir les Sombrals : Oui, depuis la mort de sa grand-mère.
Matière préférée : Il ne sait pas se décider entre Vol et Astronomie.
Matière détestée : Histoire de la Magie. Il ne déteste pas vraiment, mais il trouve ça ennuyeux, il s'endort d'ailleurs souvent.
Options : Soins aux Créatures Magiques | Divination
Joyeux
Prétentieux
Juste
Immature
Logique
(Trop) Énergique
Courageux
Sans-gêne
Loyal
Naïf
Extraverti
Bruyant
Caractère : Alfred, quand on y regarde bien, il est assez typique. C'est ce mec, qui est toujours souriant, toujours de bonne humeur, comme si rien de mauvais ne pouvait l'atteindre. C'est ce mec qu'on trouve un peu débile, au premier abord, parce que ce n'est pas possible de sourire en permanence, quand même. Et puis ça ne s'arrange pas, quand on continue à l'observer. Parce qu'en plus de passer pour un imbécile heureux, il ne peut pas faire ça en silence, non non. Alfred est bruyant, c'est un fait. Il marche fort (il impose sa présence, ses pas claquent) ; il rit fort (il impose sa bonne humeur, semble-t-il, car son rire est communicatif) ; et enfin, il parle fort – il impose sa personne entière. Il s'expose aux regards. Peut-être même que c'est sa façon de les attirer : Alfred aime qu'on le regarde, qu'on le remarque. Il faut bien avouer que cette attitude relève un peu de la fierté, voire de la prétention. Ayant une haute estime de lui-même, il pense que les autres devraient le vénérer l'apprécier aussi, et à vrai dire, ne comprend même pas comment il pourrait en être autrement. N'est-il pas admirable ? Et puis, même s'ils le regardent pour se moquer de lui, leur attention est toujours focalisée sur sa personne, et c'est ce qui compte.

A vrai dire, ce n'est pas exactement comme s'il courait après la popularité non plus. Alfred aime surtout être entouré. Bien sûr qu'il met son nez dans les affaires des autres, qu'il est un peu – voire carrément – sans-gêne, mais ce n'est pas par méchanceté, au contraire. Il veut toujours aider les autres, pour un peu, il pourrait presque être un Poufsouffle. Mais cette volonté d'aider les autres est supportée par son courage, tout particulier : car pour un être un héros, ces deux qualités sont nécessaires. Et c'est ce qu'il est – ce qu'il aspire à être : un héros. Abreuvé aux comics et légendes amérindiennes, Alfred a vite trouvé sa vocation. La veuve et l'orphelin n'ont aucun souci à se faire avec lui ! Enfin, eux non ; ce qui les entourent, peut-être un peu plus, car on ne peut pas dire qu'il soit particulièrement soigneux – les dommages collatéraux ne sont pas un problème pour lui. Il est tête brûlée, pas intelligent. (C'est bon pour les Serdaigles ça.)

Néanmoins, trois autres traits pourraient le rapprocher des Poufsouffles : il est très loyal envers les autres, tout d'abord. Il se lie facilement d'amitié, certes, mais sa loyauté est difficile à avoir – aussi ne l'accorde-t-il pas à la légère, mais elle sera indéfectible, encore plus ineffaçable qu'un Serment Inviolable. Le second, et non des moindres, est son sens de la justice. Bien sûr, en tant que héros, ceci n'est pas étonnant, mais toujours est-il que ce trait spécifique est plutôt attribué à la maison du Blaireau. Sa justice est cependant un peu particulière ; il ne peut pas dire être totalement impartial. Selon lui, il y a les méchants (les Serpentards) et les autres. Enfin, dernier trait, sa naïveté assez déconcertante. Il est plutôt crédule, aussi pourra-t-il croire à ce qu'on lui raconte sans trop se poser de questions. Le Grand Créateur de sa mamie, il y croit autant qu'en Dieu et en la Chocogrenouille Géante cachée dans les caves du Chaudron Baveur – on lui en a parlé une fois lors de sa première année, c'est resté gravé dans sa mémoire à jamais. Il ne fait pas vraiment attention, n'ira pas forcément recouper les informations et si c'était un personnage actuel il ferait ses recherches sur Wikipédia.

Néanmoins, il faut un minimum de cohérence dans vos histoires pour qu'il y croit, parce que mine de rien, Alfred est un garçon un minimum logique. Si il veut bien croire à la Chocogrenouille Géante, c'est parce qu'elle aurait sûrement assez de place dans la cave. Si il veut bien croire à ce que vous lui dites, c'est que vos informations non vérifiées sont plausibles. Il sait analyser les situations, bien plus qu'on ne le penserait spontanément, et cela se vérifie notamment au Quidditch. Son rôle de Batteur est important, puisqu'il doit éloigner les Cognards de son équipe et les lancer sur les adversaires. Alors il faut prendre en compte tout un éventail de possibilités ; quels joueurs vont passer dans le coin, qui fera la meilleure cible, et toutes sortes d'autres considérations. Il n'est pas idiot ; il n'utilise juste pas sa logique quand il la trouve superflue.


Son caractère est aussi forgé par ses goûts, évidemment. Par exemple, son goût pour les comics et les supers-héros l'ont guidé sur la voie du Bien. D'un autre côté, malgré une vie passée dans un monde rempli de magie, il a développé une certaine phobie des fantômes, ce qui le fait fuir dans la direction opposée dès qu'il en voit un traîner dans les couloirs. Il aime beaucoup la junk-food, et c'est généralement ce qu'il regrette le plus quand il retourne à Poudlard – la nourriture y est excellente, mais enfin, ça vaudra jamais les hamburgers, les ailes de poulets, tout ces trucs méga-gras et / ou super-sucrés. Les belles voitures moldues sont aussi quelque chose qu'il trouve fascinant – même si les balais sont aussi des véhicules qu'il apprécie énormément. D'ailleurs, il lui arrive souvent de comparer les deux. Ce qu'il aime aussi chez les Moldus, ce sont les jeux vidéos et le cinéma. Le cinéma, c'est encore mieux que les journaux des Sorciers, parce qu'il y a du son en plus des images qui bougent (et les images ne sont pas de simples GIF).
Physique : Lorsqu'il est né, Alfred n'avait pas de cheveux. Il n'avait pas de dents non plus. Cela étant, il avait tout de même tout ce qui constitue un humain – il était certes de petite taille, et il avait la peau un peu fripée, mais c'était un bébé tout à fait commun, doté de bras, de jambes, d'une tête et d'un corps.
Quelques jours plus tard il ouvrit les yeux ; déjà à cette époque, ils étaient bleu ciel, ce genre de bleu qui prédit une journée sans le moindre nuage.

Le temps passa quelque peu et il commença également à avoir des cheveux. S'ils étaient à la base d'un blond cendré, ils finirent par gagner une coloration plus éclatante, et c'était de l'or fin qui poussait sur sa tête. Très rapidement, on remarqua une mèche sacrément rebelle. Peu importait les traitements qu'on lui infligeait : elle se relevait toujours.
Ses dents avaient également poussés : blanches, droites, un sourire éclatant et fréquent. Au début elles tombaient, et c'était bien normal, c'est ce qui se passe habituellement. Puis elles repoussaient, et Alfred en prenait grand soin.

La puberté fut sans doute la période la plus dure à supporter pour Alfred ; déjà à cet âge, il avait une conscience aiguë de son apparence, et devoir subir les boutons fut une épreuve à laquelle il crut ne jamais survivre. De plus, sa vue commença à baisser et il dut porter des lunettes ; un coup dur également pour cet adolescent coquet. Ce fut cependant à cet âge qu'il commença le sport, autrement dit, le Quidditch, et donc, à façonner son corps. Il prit de la masse musculaire, faisant ainsi fondre les moindres traces de graisse qui auraient voulu s'infiltrer dans son physique de rêve, et gagna fortement en équilibre.

Mais la puberté finit par passer, peu après le début de sa quatrième année ; plus de boutons, plus de voix qui mue, Alfred était un homme, un vrai ! Son adolescence n'était pas complètement terminée, mais il espérait ne plus grandir beaucoup. Non pas qu'il ne soit pas content de sa grande taille, mais même s'il aimait être au centre de l'attention, il ne voulait pas forcément être « la grande perche » de l'école.

Au niveau vestimentaire, Alfred se contentait de suivre des codes assez basiques. A l'école, il portait l'uniforme basique, ou la classique robe noire lorsqu'il le fallait, parfois accompagnés de l'écharpe Gryffondor quand il faisait un peu frais – et il trouvait souvent qu'il faisait frais, en Écosse. Pour le Quidditch, il portait évidemment la tenue de son équipe, aux couleurs rouge et or. En revanche, lorsqu'il n'avait pas d'obligations particulières, il était plutôt du genre à prendre ce qui lui tombait sous la main, en général un jean tout simple et un tee-shirt à motif quelconque.
Histoire : (Clique pour avoir la musique que j'écoutais en écrivant l'histoire)

L'histoire d'Alfred, c'est d'abord l'histoire d'un métissage. Pas le sien, pas tout de suite, d'abord celui de son père, moitié lakota, moitié européen. Alfred n'a jamais trop bien su comment sa grand-mère, qui s'appelait Ehawee, avait rencontré son grand-père, mais il n'a jamais vraiment posé de question sur ça. On ne posait jamais de question sur le grand-père, qui de toute façon n'était plus là. Le père d'Alfred a encore des traits amérindiens, la peau un peu plus brune, des cheveux plus foncés, mais visiblement, la génétique a fait qu'il a récupéré les gènes anglais de Maman et les gènes européens de Papa. Au fond, Alfred, c'est un produit américain, un mélange de cultures différentes qui finalement, s'entrelacent en en inventant une nouvelle. Il fut ainsi apaisé par les contes anglais et par les berceuses lakotas ; il fut ainsi habitué aux différences entre les langues, à son père qui traduisait – souvent – et la voix chantante de sa mère et la voix grave de sa grand-mère ; il fut ainsi plongé dans des sagesses distinctes, presque contraires parfois. Même les magies semblaient différer ; si Papa n'avait pas de pouvoirs magiques, Ehawee elle possédait des dons, mais sa magie n'avait pas grand-chose en commun avec celle de Maman. La première préférait les potions, la seconde les sortilèges.

Il voyait beaucoup ses grands-parents anglais, au début. Il voyait aussi énormément sa grand-mère lakota, qui habitait bien plus près de lui. Aussi loin que vont ses souvenirs, il la voit toujours auprès de lui. Puis arriva un temps où il fut séparé d'elle, sans qu'il n'y comprenne rien. A quatre ans, il fut « déraciné » et projeté ailleurs. Maman l'avait pris sous le bras (et ce n'est presque pas une métaphore) et ils étaient partis pour le Canada. Il avait déjà rencontré la famille de sa mère, bien sûr, mais il faisait à présent vraiment leur connaissance. Mais comme tout les enfants désorientés, Alfred fut sujet à quelques sautes d'humeur. Et c'était toujours Matthew qui recevait le résultat de ses colères – sous le prétexte des jeux, il prenait pour cible celui qui était plus fragile que lui. Il ne lui disait pas comme ça, bien sûr : c'était pour son bien, il fallait qu'il s'endurcisse. Parfois, c'était simplement parce qu'il était le méchant de leur interprétations de super-héros – car il ne pouvait prendre personne d'autre pour antagoniste. Mais le reste du temps, il passait du temps avec Matthew et se sentait comme son frère, ils jouaient, plus calmement, ils inventaient des langages en mélangeant leurs langues pour que les adultes ne les comprennent pas – des jeux d'enfants.
Il avait conscience de ne pas diriger sa colère contre les bonnes personnes.

Puis il retourna en Amérique. Il retrouva sa grand-mère ; la séparation lui avait semblé si injuste qu'il se mit à rejeter tous ceux qui n'étaient pas elle, donc toute sa famille maternelle, toute sa famille anglaise. Il passait tout son temps avec elle, à faire des promenades, à cueillir des plantes, à faire des potions même ; et à leur grande surprise, ses pouvoirs se manifestèrent lorsqu'ils furent enfin réunis. Au début, ils avaient cru que les plaines étaient parcourues par le vent, et que c'était sans doute ce qui avait fait voltiger les plantes qui reposaient dans le panier d'Ehawee. Puis le phénomène se réitéra – tant et si bien qu'on remarqua que le vent ne soufflait pas. Alors un jour, elle demanda à Alfred de s'asseoir. Elle demanda à Alfred d'essayer de faire bouger de petits objets, de lui parler sans ouvrir la bouche, de créer des flammes. En somme, de faire quelque chose de magique – elle avait ressenti la magie en lui mais avait désespéré de la voir se manifester. Elle était fière, fière de lui avoir transmis ce don – oubliant volontairement que la mère d'Alfred, et sa famille avant elle, étaient des sorciers tout ce qu'il y avait de plus respectable.

A côté de ça, la rébellion de l'enfant contre sa famille ne fit pas grand bruit – on se moquait de lui plus qu'autre chose. Il se battait, pourtant, il se débattait. Mais il suivait encore ce qu'on lui imposait. Il allait à l'école – chez les Moldus ; sa famille pensait que c'était le mieux, au cas où il n'aurait pas de pouvoirs à utiliser. Alfred était gentil, faisait ami-ami avec les autres enfants, bref, semblait déjà être ce qu'il serait plus tard. Et il était curieux, si curieux ! Il semblait vouloir tout savoir. Il cherchait des explications à tout, et on lui offrit diverses possibilités : on tenta de lui expliquer les choses selon la science, selon la magie, selon les religions, selon les légendes. Il connaissait déjà un bon nombre de légendes natives américaines, mais le reste lui était quasiment inconnu. Tout l'intéressa – tout le lassa.

Et un jour, alors que tout semblait aller bien, quelque chose de tragique arriva : sa grand-mère mourut, alors qu'il rentrait tout juste de la cueillette. C'était la première fois qu'Alfred faisait face à une telle situation : il avait appréhendé le concept de mort depuis longtemps, mais n'avait jamais subi la perte d'un proche, n'avait jamais vu les yeux vides d'un corps sans vie. Il avait alerté toutes les personnes qu'il avait pu trouver aux alentours, bien sûr. Espérait que quelqu'un saurait faire quelque chose – parce qu'elle n'était pas morte, hein ? Impossible. Il dut pourtant se rendre à l'évidence. Il avait 9 ans et avait perdu son meilleur repère. Il pleura pendant de longues, très longues semaines après l'enterrement de sa grand-mère. Il aurait pensé qu'elle aurait préféré une sépulture lakota, enveloppée dans des peaux de bêtes et portée en haut d'un arbre ; mais il espérait que les esprits, les « wanagi », la protégerait où qu'elle soit. Ce fut ce moment qui développa sa phobie des esprits et autres fantômes, néanmoins : est-ce qu'ils étaient mauvais ? Est-ce qu'ils l'empêcheraient de rendre visite à Ehawee ? Il n'avait pas osé essayer – courageux, pas téméraire. Il ne voulait pas être attaqué par les esprits si jamais il les dérangeait.

Alfred fut donc obligé de se tourner à nouveau vers sa famille. Ne sachant comment le consoler, sa mère tenta tout d'abord de se relier avec lui, croyant que leur lien magique suffirait à le réconforter. Son père, lui, chantait en lakota des anciennes berceuses qu'Alfred n'avait pas entendu depuis longtemps. Les gâteaux marchèrent certes mieux que le reste, mais le garçon ne voulait rien savoir, rien comprendre. Il avait l'impression d'avoir perdu une partie de son identité.
Il se trouva une passion lors d'une balade en ville, avec quelques amis. Ils s'étaient arrêtés devant une librairie, qui semblait assez basique. Mais ce fut là, dans ce lieu qui était insoupçonnable, qu'il trouva LE comics. Son tout premier comics, où apparaissaient pour la toute première fois les Tortues Ninja. Et on dira ce qu'on voudra, mais des tortues qui sont des ninja et mangent de la pizza cachées dans des égouts, ça claque, surtout pour un petit garçon qui cherchait à s'éloigner un peu de la réalité du monde. Les comics et les jeux vidéo entrèrent très vite dans son monde, et il entraîna très vite ses amis avec lui. Le rôle de meneur lui plaisait bien ; bien plus que celui de suiveur.


Deux ans après tout ces événements, une lettre arriva chez lui. Ce fut son père qui la lui donna, sa mère trépignant visiblement d'impatience, le sourire aux lèvres. Il l'ouvrit, un peu surpris – il ne recevait jamais de courrier d'habitude, sauf pour son anniversaire. C'était une lettre de Poudlard.

« Poudlard. »

Ce nom résonnait en lui, mais il n'y croyait pas. N'aurait-il pas dû aller à Ilvermony, plutôt ? En réalité toutes ces histoires lui passait au-dessus de la tête : il était un sorcier. C'était un fait technique établi – et maintenant il allait le devenir dans les faits. Le choix de son animal fut plutôt simple : il avait pris le gros matou que la famille avait recueilli quelques temps plus tôt, et qu'il avait appelé Grosha. Puis il avait eu sa baguette, du cornouiller (« Bruyante et espiègle, comme toi » avait remarqué sa mère), du crin de licorne, trente centimètres. De jolies étincelles lorsqu'il l'avait agité. Les préparations rendaient encore plus excitant le jour de la rentrée – Poudlard, Poudlard, ce nom lui revenait sans cesse en tête et il n'en pouvait plus de devoir patienter.

Puis le jour tant attendu arriva. Le Choixpeau n'hésita pas très longtemps, avant de l'envoyer à Gryffondor. Il avait été applaudi, s'était senti apprécié par sa nouvelle maison. Avait applaudi à son tour les arrivants. Avait été ravi de voir que son cousin Matthew l'avait rejoint. Il ne l'aurait avoué pour rien au monde, mais il était très content de l'avoir à ses côtés. Un meilleur ami, un frère, il en avait besoin. Il passa par des périodes agréables, à Poudlard. Il découvrit le Quidditch, qu'il n'avait jamais connu que de nom jusqu'ici, parvint même à décrocher un rôle de Batteur plus tard, dans lequel il se révéla efficace. Il s'endormait en Histoire de la Magie, suivait avec la plus grande assiduité les cours de Vol et les cours d'Astronomie. Des amis, des amourettes, une vie normale remplie de magie, depuis déjà 5 ans.

Et il a tellement hâte de savoir ce que lui réserve la suite.
Pseudo : Sika
Âge : 22 ans
Sexe : Je suis une meuf.
Comment avez-vous connu le forum : On m'a obligée, menacée et torturée  fortement incitée à m'inscrire
Commentaire : Je fais des cookies et j'aime l'exactitude historique. [Oui, je suis un peu chiante.] Aussi j'ai fait ma fiche en étant à moitié morte (mais Alfred c'est mon bb) donc sorry si y a des problèmes. En vrai je promets j'écris mieux que ça. Et aussi, je suis #TeamSerpentard, jouer un Gryffondor me donnerait des boutons si ce n'était pas Alfred. (Je vous aime quand même les Rouge&Or ♥)
Code du règlement : À envoyer par MP à un admin



Dernière édition par Alfred F. Jones le Mer 17 Mai - 1:42, édité 5 fois
Patriotique torse pwal
Patriotique torse pwal
avatar

Mon personnage
Citation: « Notre esprit vient du soleil et notre pensée est une étincelle du soleil. »
ϟ Nation représentée : Etats-Unis d'Amérique
ϟ Parchemins : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Dim 27 Nov - 20:51

TOi je crois qu'on va s'entendre et beaucoup beaucoup s'aimer



Club:
 


Merci à mon écossais préféré !:
 


Votre préfet canadien vous cause en #ff99ff
Qui...?
Qui...?
avatar

Mon personnage
Citation: Nous vivons dans la neige. Nous savons ce qu'est le froid. Nous avons appris à le vaincre. Comment ? En lui opposant sans cesse l'allégresse du cœur.


ϟ Nation représentée : Canada
ϟ Parchemins : 281
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Dim 27 Nov - 20:55

Hé hé hé... *se frotte les mains* Je me porte garante de ta fiche, c'est moi qui te juge ♥ Oui oui, une fois de plus je t'ai sous mon aile, tu peux prendre peur ♥ (non j'rigole actually je saute au plafond, là)

Bienvenue ~ et bonne chance pour la course


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre
ϟ Parchemins : 891
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Dim 27 Nov - 20:58

Bienvenue !

Li Xiao a du te dire que le premier ayant terminé sa fiche est le premier validé puisqu'il y a également un autre Alfred.
Je te souhaite donc du courage avec ta fiche !

Si jamais tu la finis en premier, je changerais ton pseudo en Alfred F. Jones (il faudrait précisé à quoi correspond le "F" dans le prénom d'ailleurs).

Si tu te fais validé, j'aurais d'ailleurs quelques petites relations à voir avec toi car Francis est assez proche d'Alfy et mon DC, Shandara (Laos) a eu une relation avec lui (avec un Alfred d'avant xD)

PS : Dans motivation, tu dois juste dire qu'il est batteur et pourquoi :v





Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 


Dernière édition par Francis Bonnefoy le Dim 27 Nov - 21:02, édité 1 fois
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1239
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Dim 27 Nov - 21:00

Alfred !!!! *Lui saute dans les bras* Bonne chance et bon courage surtout ! tu vas y arriver !!
Gryffondor
Gryffondor
avatar
ϟ Nation représentée : Hong Kong
ϟ Parchemins : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Dim 27 Nov - 21:03

♥♥♥♥♥

Bienvenuuuuuue !

(Toi aussi tu es une Serpentard qui joue un Gryffy ? /PAN -coucou mon DC est Hongrie, ta partenaire Batteuse 8D-)

Bon courage pour finir ta fiche en tout cas ♥♥♥


Merci Monsieur Keith ! ♥:
 


Clubs ♥:
 

La petite seychelloise vous parle en #0099ff
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation: Puisqu'il faut vivre, autant le faire avec le sourire !


ϟ Nation représentée : Seychelles
ϟ Parchemins : 278
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Dim 27 Nov - 21:28

Bienvenue~ ♥


Catalina rit en #ff9933
Cadeau de Francis ! Gracias, amigo~! ♥:
 

c::
 


Dernière édition par Catalina Gómez le Lun 28 Nov - 20:55, édité 1 fois
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Mon personnage
Citation: Sur un air latino ♪ !


ϟ Nation représentée : Colombie
ϟ Parchemins : 34
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Dim 27 Nov - 22:08

Bienvenuuuue !
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Dim 27 Nov - 22:26

Bienvenue et bon courage pour ta fiche ~



L'italien veee en #999999  ~
Merci à Aly pour l'avatar ♥
Merci Peuchère pour le faceclaim ♥
Connerie ambulante
Connerie ambulante
avatar

Mon personnage
Citation: « I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams. »


ϟ Nation représentée : Italie du Nord
ϟ Parchemins : 724
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Dim 27 Nov - 23:42

"et il trouvait souvent qu'il faisait frais, en Angleterre"

Je t'aimais beaucoup, jusqu'à-ce que je lise ceci.
On est Écosse, c'est pas pareil :'c

Non sinon en vrai je te trouve bien beau mon ami. Si tu es validé, je viendrais t'embêter aussi pour une relation ou deux, parce que j'ai plein d'idées ♥





Tampon de sauvetage
Tampon de sauvetage
avatar

Mon personnage
Citation: « I'm proud of us. »


ϟ Nation représentée : Prusse
ϟ Parchemins : 1363
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Lun 28 Nov - 4:44

Il est 4h42 et j'ai FINI.

Merci à tous pour vos petits messages vous êtes adorables ♥♥




Merci Aly pour l'avatar ♥

Patriotique torse pwal
Patriotique torse pwal
avatar

Mon personnage
Citation: « Notre esprit vient du soleil et notre pensée est une étincelle du soleil. »
ϟ Nation représentée : Etats-Unis d'Amérique
ϟ Parchemins : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Lun 28 Nov - 6:05



Bienvenue c:
Slomotion
Slomotion
avatar

Mon personnage
Citation: "Joking around is part of my personality, just who I am. "
Rakjia u volim ~

ϟ Nation représentée : Serbie
ϟ Parchemins : 105
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Lun 28 Nov - 13:58

Du coup, petit récap !

Je trouve que ton Alfred est super intéressant. Il n'a pas l'air trop porté sur le canon comme le ferait d'autres joueurs ! (perso je peux trouver ça assez insupportable, le fait que tu lui ai apporté quelque chose de personnel change complètement la donne à mes yeux).

J'ai bien aimé les petits détails que tu as marqué comme l'épouvantard qui fait référence à sa soif de liberté.
C'est également sympa d'avoir joué avec le côté "native america" comme Matthew. Ça lui donne peut être un aspect plus profond.

Dans ton caractère, j'ai bien aimé que tu n'es pas décris Alfred comme un idiot de service total. Tu peux pas savoir comment ça fait du bien 8D.

J'ai juste un petit regret peut être par rapport à son physique. J'ai un petit coup de coeur pour les Alfred un petit peu chubby (<3) mais ce n'est pas trop grave lolololo.

En tout cas, bravo ! Tu es valiiiiidéééé.
— Je t'invite à remplir ton profil/fiche de personnage.
— N'hésite pas à relire la chronologie pour te mettre dans le bain
— Tu peux dès à présent venir RPCB avec nous ou bien faire une demande de RP post
— Et bien sûr, n'hésite pas à écrire un journal intime pour raconter les aventures d'Alfy !
— Et surtout amuse-toi bien héhé !





Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1239
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Lun 28 Nov - 18:42

Hej ! Welkom Alfred ^^




Søren parle avec un accent de merde en #F6E497

merchi a Aly' pour l'ava et à Keith pour l'Aesthetic :3
Le métalleux
Le métalleux
avatar

Mon personnage
Citation: "Le bonheur, quel qu'il soit, apporte air, lumière et liberté de mouvement" -Nietzche-


ϟ Nation représentée : Copenhague
ϟ Parchemins : 36
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Did someone call for a hero ? | Alfred Jones Lun 28 Nov - 20:21

*arrive après la guerre* Bienvenue, Alfred! :DD
Bon, comme quelques uns des autres joueurs, je vais t'embêter un chouïa et te proposer une petite relation avec Kiku <3 Car jusqu'à maintenant, je n'ai jamais vraiment réussi à avoir de réel lien avec les autres Alfy (et ça me rend triste *sob sob* :luciano:). Mais avec ton arrivée, je reprends espoir! \ovo/
Bon, vu que tout se passe en 1991, ce sera compliqué de jouer les potes geeks qui font des parties de Mario Kart ensemble/pan/ Mais on doit bien pouvoir trouver quelque chose de sympa à faire pour ces deux bébés :33 J'espère que tu te plairas sur le forum!  :kiku:

P.S: j'ai lu ta fiche et je n'ai qu'une chose à dire: God bless you (pas une faute, c'est beau, c'est MAGNIFIQUE -mes yeux te remercient/pan/)


Others~:
 
Le japonais vous cause en #945b42
Kikou la victime
Kikou la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1358
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Did someone call for a hero ? | Alfred Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]» Mercedes Jones - Say I am Wonderful !» Kathleen Jones» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Dossiers scolaires :: Dossiers validés-
Sauter vers: