Partagez|

| ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 11:06

MIKKELSEN Mia
Îles Féroé
Nom : Mikkelsen
Prénom : Mia
Date de naissance : 25/04
Lieu de naissance : Tórshavn, Îles Féroé
Âge : 15 ans
Année scolaire : 5e année
Maison : Serdaigle
Animal de compagnie : Un chat noir, yeux ambrés, elle n'est pas sûr s'il est un mâle ou une femelle, mais elle l'a appelé Hel.
Ascendance : Sang-mêlé
Fratrie : //
Motivation : Pouvoir voyager et découvrir d'autres créatures et lieux magiques.
Don : A une affinité certaine avec les animaux

Baguette : Cèdre, crin de licorne, 31 cm, assez flexible
Patronus : Un loup blanc
Epouvantard : Elle, le regard vide, clouée dans un fauteuil sans pouvoir se déplacer de manière autonome
Reflet dans le miroir du Riséd : Une version plus âgée d'elle, souriante, un livre avec son nom inscrit en première de couverture et du matériel de randonnée sur le dos. Sa mère se trouve à ses côtés.
Odeur de l'Amortentia : Akvavit / Pins / Réglisse
Votre personnage peut-il voir les Sombrals : Oui
Matière préférée : Astronomie / Vol
Matière détestée : Histoire de la magie
Options : Arts et musique magiques / Soin aux créatures magiques / Arithmancie
Curieuse
Indisciplinée
Loyale
Tête-en-l'air
Créative
Fantasque
Ambitieuse
Têtue
Agile
Casse-cou
Réfléchie
Sarcastique
Caractère :
« Mia Mikkelsen, hej ! »

En te voyant pour la première fois, beaucoup ne comprennent pas la décision du Choixpeau. Quelle idée, en effet, d’attribuer la maison Serdaigle à une personne au sourire si insolent ?

Il faut dire que, de l’extérieur, tu sembles plus être en adéquation avec la maison Serpentard, peut-être, qu’avec l’aigle bleu. Lorsque l’on te voit passer dans un couloir, c’est dans le silence, mais toujours avec un petit sourire mystérieux, ou une lueur dans tes yeux annonçant la venue d’une prochaine bêtise. S’il y a une chose que l’on peut noter chez toi, sans prendre le risque de se tromper, c’est une grande confiance en soi qui parfois peut sembler assez crâne. Comment ? De quelle manière une jeune fille comme toi pourrait être insolente ? Oh, darling, c’est que ta belle bouille ne trompe plus, une fois que tu ouvres la bouche.

Car l’ouvrir, ça c’est en effet quelque chose que la discipline n’a jamais réussi à te faire moduler. Tu n’hésites jamais à exprimer tes idées ou contester un ordre, ce qui parfois t’amènes dans des situations assez délicates. Tu as un fort désir d’indépendance, de t’émanciper, et de ce ne plus être considérée comme une enfant. Mais il faut savoir grandir à son rythme, tu le sais non ?

Si le Choixpeau a hésité pendant un moment à te placer à Serpentard, c’est parce que ton caractère est loin d’être placide et calme, comme celui qui fait la réputation de l’aigle bleu. Si tes rêves peuvent ne pas sembler aussi ambitieux que ceux portant l’uniforme vert –pas de grande position au Ministère pour toi, l’aventure et un peu de danger te combleront, tu rivalises cependant d’imagination avec eux pour les mettre en œuvre. Lorsque tu décides de quelque chose, tu ne fais pas de concessions, surtout si le choix te concerne toi et toi seule.

Car si tu peux te montrer très bornée, la plupart du temps, tu es loin d’être stupide. Certains diront même que tu te fais souvent plus bête que tu ne l’es en réalité. Tu râles beaucoup, mais au final, lorsqu’un nouveau est perdu, tu es souvent la première à venir lui indiquer son chemin. Bien sûr, à ta façon, si tu t’ennuies tu t’amuseras à le perdre dans les recoins les plus sombres du château, prétextant ne plus savoir où vous vous trouvez, mais le ramenant toujours, au final, à la porte de son dortoir, quelle que soit sa maison. Ce système de maisons d’ailleurs, tu le respectes mais ne t’en soucie pas plus que cela ; le blason n’entre pas en compte pour savoir si tu dois apprécier quelqu’un ou non.

Si tu peux te montrer sarcastique et est souvent tentée de braver l’autorité –il n’y a pas de mal tant que l’on ne se fait pas prendre, n’est-ce-pas ?, et semble parfois être un ovni dans ta propre maison, c’est ton amour pour l’art, la musique plus particulièrement, qui te rapproche de tes camarades. Il est difficile de compter le nombre de citations et anecdotes que tu figes dans le carnet toujours présent dans ta poche, témoins des nombreux ouvrages que tu aimes à dévorer tard le soir, perchée sur un meuble ou une balustrade éloignée.

Tu es une personne relativement discrète (lorsque tu ne l'ouvres pas), souvent dans la lune, mais dont le sourire est difficile à oublier. Tu rayonnes, Mia, et il est difficile de rester indifférent face à ta bonne humeur contagieuse, lorsque tu ries. Le violon de ta mère résonne souvent dans ton dortoir, lorsque l’atmosphère studieuse s’efface pour laisser paraître une autre facette, plus avenante peut-être, de la maison Serdaigle.

Tu es quelqu’un de sérieux dans ton travail, même si tu ne le laisses pas toujours paraître. Ce n’est pas tant que tu aimes toutes les matières que l’on t’enseigne, loin de là, mais tu as une sainte horreur de l’échec et de ne pas comprendre. Il n’est pas rare de te voir bailler en cours, ou te plaindre auprès de ton voisin des heures interminables qui refusent de défiler. Cependant, il est tout aussi courant de te retrouver affalée dans la salle de ta maison, entourée de livres, d’immenses cernes sous les yeux mais le regard victorieux. Car s’il y a une chose à laquelle tu te refuses, c’est de te laisser abattre et de perdre. Tu es également animée par une curiosité immense et une grande soif de savoir, ce qui te pousse à tenter de lire le moindre bouquin te tombant sous la main ; vivre sur ta petite île t’as rendue curieuse du monde alentour, et le fait d’être trilingue t’aide également dans ta quête d’ouvrages. Car tu parles aussi bien le Féroïen, que le Danois et l’Anglais.

Au cours de cette description, on pourrait légitimement se poser la question : mais pourquoi diable n’est-elle pas à Serpentard ? Car du caractère et de l’ambition, tu en as, tout comme une sacrée détermination qui peut étonner chez une jeune fille au sourire si doux. Eh bien, malgré cette apparente turbulence, c’est peut-être car une autre partie de toi est restée en harmonie avec les paysages doux de ton enfance, et que tes rêves n’entachent jamais ton altruisme. Ami, inconnu ou même ennemi, voir la moindre personne en difficulté ne te laisse pas indifférente, et tu offres une épaule solide à quiconque aurait besoin de s’effondrer. Dotée d’une certaine maturité, tu détestes le mensonge et te force toujours à être franche avec tes interlocuteurs. Comment ? Et tes escapades nocturnes ? Eh bien, il n’y a pas de mal, tant que l’on ne se fait pas prendre, non ?
Physique :
« Mia, descend d’ici, tu vas avoir des ennuis ! »
« Ne t’inquiète pas, tu m’as déjà vue tomber ? »


Un rire clair suit cette question. La voix l’ayant posée est enjouée,  et empreinte d’un fort accent qu’elle ne peut renier. Il y a quelque chose d’étrange dans sa manière de prononcer les mots, quelque chose de suave, peut-être, dans les intonations qu’elle donne à son anglais. Puis, en haut de l’arbre, on distingue une forme fine, perchée sur une branche. Celle-ci se penche un peu plus, et ses longs cheveux blonds tombent en cascade devant son visage, comme d’épais rayons de soleil.

Mia s’amuse ainsi pendant quelques instants, en équilibre précaire sur son perchoir, avant de que son regard azur ne se porte sur un coin du bâtiment où une forme semble s’avancer. En un instant, voilà notre jeune Féringienne adossée à l’arbre, les deux pieds sur terre, dans une attitude nonchalante que seul trahi son sourire amusé. Elle sourit à son ami, dévoilant ses dents blanches, ce sourire laissant libre court à un long éclat de rire. Le professeur passe, lui jetant un coup d’œil sceptique, mais il n’a rien vu. Il y a juste une Serdaigle un peu fantasque et son camarade, dans cette cour.

La jeune fille jette un coup d’œil taquin à son ami nerveux. D’une main, elle rajuste sa cravate, un peu dénouée sur sa chemise dont les premiers boutons sont restés ouverts, dans une mode décontractée. Elle a remonté les manches de sa chemise, car le climat est doux, mais se couvre toujours de façon presque excessive ou se découvre de la même manière lorsque les températures se font plus extrêmes. Il faut dire qu’elle a passé onze ans sur une petite île qui n’était jamais brûlante ou glaciale.

Son teint pâle de nature est légèrement rosé au niveau de ses joues, et la forme fine de Mia correspond en tout point au stéréotype scandinave que l’on pourrait avoir ; une taille moyenne, avoisinant le mètre soixante-sept, et une vivacité étonnante dans son corps. La jeune fille n’est pas filiforme, mais ses courbes sont discrètes. A son arrivée à Poudlard, elle semblait même un peu maladive, mais c’était certainement en raison de son teint pâle, et du fait qu’elle ne mangeait pas plus que cela. N’ayant pas vécu dans l’opulence, il lui avait bien fallu une année entière pour s’habituer à tant de frasques.

Le jeune homme sourit un peu en la voyant fixer à nouveau l’arbre, fière de son accomplissement. Une lueur folle danse dans les yeux bleus de la scandinave, le genre de lueur que l’alcool semble habituellement animer. Si elle apprécie ce genre de breuvages, tous les membres de sa maison s’accordent à dire que Mia n’en a pas besoin, car si son humeur s’y prête, elle peut se comporter de la même manière que si elle était enivrée.


« Eh, tu rêves ? »


Mia lui prend la main, l’entrainant avec elle et le faisant presque trébucher. Courant comme une folle sur quelques mètres, elle reprend une allure normale arrivée aux couloirs, et se dirige tranquillement avec lui vers leur salle commune. Seule la lueur taquine qui anime ses prunelles pourrait laisser deviner les actions précédentes de cette calme élève, qui sans un mot entre dans la pièce aux meubles bleus. Là, elle redevient elle-même et s’emparera de son violon, pour en jouer, si ses comparses ne râlent pas, jusqu’à la tombée de la nuit.
Histoire : Il y avait, sur une île de Scandinavie, une petite fille et son papa.

Le papa était sorcier ; c’était le genre d’homme à allumer de minuscules feux follets lorsque sa fille avait des terreurs nocturnes, à envoyer quelques sorts pour faire danser ses peluches, et lui donner l’impression qu’elle volait, lorsque son caractère d’enfant la faisait bouder. Il s’appelait Hans, c’était un danois au caractère doux et à la carrure de militaire, qui avait quitté son ancien métier d’auror pour retrouver une certaine tranquillité dans les Îles Féroé, et s’isoler du monde.

La mère de l’enfant était une Féringienne, sans aucun pouvoirs, la moldue ayant croisé le chemin d’Hans un après-midi ensoleillé, au bord d’une falaise. C’était une personne solaire, qui semblait toute indiquée pour panser les blessures du sorcier. Lorsqu’elle apprit que l’être aimé était doté de pouvoirs, il fallut un peu de temps à la jeune femme, pour réaliser, et accepter, également, que son monde était plus complexe que ce qu’elle pensait. Mais après que Hans ne l’aie introduite à son univers, elle fut finalement conquise et embrassa avec joie le monde de son conjoint. Après tout, ils semblaient se compléter et s’adoraient, alors tout le reste lui était égal.
Les deux êtres, totalement différents dans leur caractère, s’étaient aimés, et cinq ans plus tard, leur union donna naissance à un miracle et un drame.


Mia est née dans une petite chambre à l’odeur de pin, dont la fenêtre, immense, donnait sur les prairies alentours.  Ces mêmes prairies, ces reliefs peu accentués, elle les parcouru en courant durant toute son enfance, émerveillée, à chaque fois, par la cime des pins centenaires qui bordaient les forêts, et se nourrissant des couleurs de l’horizon que semblait teinter l’écume des vagues. La gamine rêveuse qu’elle était semblait alors être en parfaite harmonie avec le bout de terre sur lequel elle était née, préférant les longues randonnées en silence plutôt que les activités turbulentes des enfants de son âge, lisant et recueillant très tôt nombre de citations dans son carnet bleu pâle.

L’enfant était tombée amoureuse de la lande et de la mer, des falaises escarpées qu’elle se voyait déjà gravir, et des nombreux animaux qui vivaient en liberté sur sa chère île. Son père travaillait beaucoup, son activité de fleuriste lui prenant la majorité de ses journées, alors très tôt, Mia pu jouir d’une certaine liberté. Elle vivait dans une minuscule maison, avec son père, et les quelques animaux errants qui venaient s’y abriter ; que leur nature soit magique ou non, d’ailleurs. Les Mikkelsen n’étaient pas des gens riches, loin de là. La blonde ne vécut pas dans l’opulence, mais ne manqua jamais de rien pour autant. Il y avait une telle solidarité entre les Féringiens que l’enfant n’était jamais livrée à elle-même, et tout le monde connaissait les conditions qui avaient amené ce père de famille à se démener de la sorte.

Anika Mikkelsen –c’était le nom de sa mère, vivait à l’hôpital, et ce depuis la naissance de sa fille. De constitution fragile, la moldue avait mal supporté sa grossesse qui l’avait clouée dans un fauteuil ; les frais médicaux entamaient en partie le niveau de vie de la petite famille, mais c’était quelque chose qu’Hans supportait avec courage, car se plaindre ou s’apitoyer sur soi-même n’était pas dans les habitudes de cet homme. Quelles que soient les difficultés qu’il faudrait surmonter, le trio gardait la tête haute. Les grands-parents de Mia étaient un couple de pêcheurs, et aidaient grandement l’enfant et leur fille lorsque Hans travaillait. C’est aussi certainement d’eux que vient son amour de la mer, d’ailleurs.

Mia perdit sa mère à l’âge de sept ans. Celle-ci les avait quitté de façon douce, alors qu’elle venait de poser un baiser sur le front de sa fille, et lui ayant tenu la main tout du long. Elle n’avait pas souffert, et son sourire était resté sur ses lèvres, même après son dernier soupir.  Ce fut l’expérience la plus triste et traumatisante que l’enfant eut à vivre, mais peut-être aussi un soulagement, au fond, pour cette femme qui avait beaucoup enduré sans jamais rien laisser paraître. Si la figure maternelle avait toujours été très absente pour la petite fille, la perdre définitivement était autre chose, et dès lors, Mia développa une peur irrationnelle de la maladie. Elle ne voulait pas finir ainsi, clouée dans un lit d’hôpital, et allait vivre pleinement, au moins pour sa mère.


La petite Féringienne avait toujours aimé le violon –selon son père, également l’instrument préféré de sa mère avant qu’elle ne tombe malade. Après cet évènement, on la trouva un peu plus calme, réservée peut-être, et elle s’isolait plus souvent sur la lande, où, selon ses dires, d’étranges animaux lui apparaissaient souvent. Mia avait, et a toujours, une certaine affinité avec les créatures magiques, n’ayant aucun a priori sur aucun d’entre elles, ni même sur les sombrals qu’il lui arrivait d’apercevoir de temps à autre. La première fois qu’elle les aperçu, quelques mois après la mort de sa mère, l’enfant avait plus été surprise qu’effrayée. Elle en avait parlé à son père, qui avait vite compris de quoi il s’agissait, et lui avait assuré qu’elle ne courait aucun danger.
Souvent, la petite blonde jouait du violon au milieu de la plaine, attirant les quelques animaux errants. Alors, elle en ramenait certains chez eux, et son père les accueillait avec un sourire, appréciant tout autant que sa fille ces êtres doux.


Puis, à ses onze ans, comme chaque sorcier, Mia reçu une lettre lui indiquant qu’elle avait été admise à Poudlard –où toute la famille de son père était passée. Curieuse de découvrir un monde étranger au sien, la jeune sorcière n’avait pas été réticente à l’idée de partir, éprouvant quelques inquiétudes, cependant, pour son père. Mais les paroles encourageantes de ce dernier la rassurèrent, et c’est après s’être munie d’une baguette et de quelques livres dans sa langue natale, que la Féringienne, accompagnée d’un jeune chaton, avait rejoint la célèbre école de magie.




« Ah, choix difficile, très difficile… tu as du cran, mais est ce que Gryffondor t’irait cependant ? Non… de l’ambition aussi, beaucoup d’ambition, mais quoi, Serpentard ne t’attire pas plus que cela ? Pourtant, tu t’y épanouirais… ah, je vois une grande curiosité, qui te dévore de l’intérieur, oui, j’ai trouvé, tu iras à SERDAIGLE ! »


Quitter son île ne fut pas chose facile, mais Mia finit cependant par trouver sa place au sein de l’école ; sa curiosité aidant, elle se fit vite des amis et entreprit d’explorer l’école dans ses moindres recoins. Quelques années plus tard, elle a bel et bien prit ses marques, et si Mia continue de rejoindre son père dès qu’elle le peut, la jeune fille semble désormais avoir trouvé en Poudlard une seconde maison.

Pseudo : Liak
Âge : 17 piges, M'dame !
Sexe : Féminin
Comment avez-vous connu le forum : ...je crie à la pub totalement scandaleuse, par une baguette et un scone e_e
Commentaire : Très beau forum, le nom m'a fait rire  ~
(et merci Sve, pour l'akvavit ♥)
Code du règlement : Envoyééé ♥



Dernière édition par Mia Mikkelsen le Mer 1 Mar - 23:49, édité 6 fois
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Mon personnage
Citation: « J’ai éclaté en sanglots. J’ai un faible pour cette expression. On n’éclate jamais de faim ou de froid. En revanche, on éclate de rire ou en sanglots. Il est des sentiments qui justifient qu’on vole en éclats. » A.Espinosa


ϟ Nation représentée : Îles Féroé
ϟ Parchemins : 23
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 11:37

Feliciano Ce n'était pas duuuuu tout de la pub clandestine !

En tout cas bienvenue ici ! Bon courage pour ta fiche <3

Oh par contre, il faudrait que l'on parle concernant ton avatar. Même s'il est beau (j'aimebienlepersodessus), le fait qu'elle ait les cheveux bleus peut-être problématique car même si nous sommes sur un forum où les nations sont humaines, ça reste quand même un forum Hetalia, et donc, dans ce contexte, le personnage doit avoir les traits des habitants de sont pays. Ainsi la verrai-je sans doute plus blonde qu'avec les cheveux bleus, en tant que stéréotypes des habitants des Îles Féroé (et du Danemark quoi). Si tu désires quand même garder cette idée des cheveux qui changent de couleur, tu peux toujours la faire métamorphomage mais il faudrait quand même changer ton avatar pour un personnage au physique moins atypique :3

En tout cas, si tu as des questions, n'hésite pas à m'en poser par MP (où bien à Arthur, car nous sommes les seuls membres du staff dispo en ce moment je crois). Et bien sûr, Matthias vis à vis du Danemark. <3





Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1295
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 12:08


Non, non, pas du tout... e_e

Merci beaucoup ! Je me doutais que l'avatar poserait problème, je suis en train d'en rechercher un qui correspondrait plus au stéréotype nordique. Dans l'attente, je n'aimais pas l'idée d'une case blanche x)
Je change tout ça dès que le bon personnage se sera révélé à moi 'o'

Et merci ! Je n'y manquerai pas :3


Mia parle en #99ccff !
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Mon personnage
Citation: « J’ai éclaté en sanglots. J’ai un faible pour cette expression. On n’éclate jamais de faim ou de froid. En revanche, on éclate de rire ou en sanglots. Il est des sentiments qui justifient qu’on vole en éclats. » A.Espinosa


ϟ Nation représentée : Îles Féroé
ϟ Parchemins : 23
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 12:19

Bienvenue /o/ bonne chance pour ta fiche



Club:
 


Merci à mon écossais préféré !:
 


Votre préfet canadien vous cause en #ff99ff
Qui...?
Qui...?
avatar

Mon personnage
Citation: Nous vivons dans la neige. Nous savons ce qu'est le froid. Nous avons appris à le vaincre. Comment ? En lui opposant sans cesse l'allégresse du cœur.


ϟ Nation représentée : Canada
ϟ Parchemins : 295
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 12:54

Hej collègue du Nord, bienvenue~

Si je puis me permettre une question, pourquoi l'absinthe dans l'Amortentia et pas par exemple l'akvavit ? :D



I was still running from all my mistakes.

I whisper in #49C690.
Merci à Aly pour l'avatar ♥


Dernière édition par Berwald Oxenstierna le Lun 27 Fév - 13:04, édité 1 fois
#C'estMieuxEnSue
#C'estMieuxEnSue
avatar

Mon personnage
Citation: A friend is someone who knows all about you and still loves you.


ϟ Nation représentée : Suède
ϟ Parchemins : 78
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 12:56

Bienvenue ! Bonne chance pour ta fiche ♥️



Mes clubs:
 

Miss Camping ♥:
 

Très beaucoup merci à Margaux pour l'ava et l'aesthetic ♥

La hongroise vous cause en #009900
Celle qui n'a jamais joui
Celle qui n'a jamais joui
avatar

Mon personnage
Citation: Le courageux n'est pas celui qui donne les coups, mais celui qui y résiste.


ϟ Nation représentée : Hongrie
ϟ Parchemins : 1713
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 14:16

Bienvenue Mia, bonne chance pour ta fiche ♥


Evalyn râle en #cc9999.
Merci Alyna pour l'avatar !




"Or perhaps in Slytherin,
You'll make your real friends,
Those cunning folk use any means,
To achieve their ends.
"whatsername.


Merci Keith !:
 
Je suis Ron Weasley
Je suis Ron Weasley
avatar

Mon personnage
Citation: Je ne râle pas; je m'exprime.


ϟ Nation représentée : Principauté de Wy
ϟ Parchemins : 170
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 16:58

Bienvenuuuue! Bonne chance pour ta fiche, on espère que tu te plairas ici :33


Others~:
 
Le japonais vous cause en #945b42
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 17:00

J'ai essayé de l'arrêter, mais tu vois... *pan* *esh c Ciel mothafucka*

Du coup bienvenue C:


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre
ϟ Parchemins : 904
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 17:50

Bienvenuuuue iiiiiihhh


3:D
3:D
avatar

Mon personnage
Citation: Age may wrinkle the face, but lack of enthusiasm wrinkles the soul.
Age may wrinkle the face, but lack of enthusiasm wrinkles the soul.

ϟ Nation représentée : Danemark
ϟ Parchemins : 50
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 19:14


Ooooh mange tak ♥

Berwald : parce que la rpgiste est une alcoolique non, tout simplement parce que je n'y avait pas pensé mais c'est en effet une super idée. Merci beaucoup !


EDIT : Hihi, j'ai trouvé quelque chose de plus... stéréotypé dirons nous. J'espère que cet avatar conviendra ~
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Mon personnage
Citation: « J’ai éclaté en sanglots. J’ai un faible pour cette expression. On n’éclate jamais de faim ou de froid. En revanche, on éclate de rire ou en sanglots. Il est des sentiments qui justifient qu’on vole en éclats. » A.Espinosa


ϟ Nation représentée : Îles Féroé
ϟ Parchemins : 23
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 20:48

*désolé, je poste à nouveau mais*

SHIGATSUUUUU! ♥♥♥
Non, really, c'est un de mes animés préférés, j'ai même utilisé ce perso pour l'amie d'enfance de Kiku. Mais je te le laisse ;DD Tu as de bons goûts


Others~:
 
Le japonais vous cause en #945b42
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Lun 27 Fév - 22:05


Hihi I know right

Aaah j'aime tes goût d'animés ~ Et c'est très gentil à toi, je n'avais pas remarqué que tu l'avais utilisée, désolée ! Mais si ça te dérange, je peux toujours essayer d'en trouver une autre ! Je ne veux pas m'imposer D:
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Mon personnage
Citation: « J’ai éclaté en sanglots. J’ai un faible pour cette expression. On n’éclate jamais de faim ou de froid. En revanche, on éclate de rire ou en sanglots. Il est des sentiments qui justifient qu’on vole en éclats. » A.Espinosa


ϟ Nation représentée : Îles Féroé
ϟ Parchemins : 23
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Mar 28 Fév - 15:00

Hééé?! Mais nononon! Tu ne pouvais pas savoir, on ne voit Senka (la fameuse amie) que dans le journal de Kiku. Et encore, au début, je ne prenais pas Kaori, je prenais des jolies blondes randoms/pan/ mais voyant qu'elle correspondait, j'ai tendance à la prendre aussi, c'est plus facile que de taper sur Pinterest "blond girl blue eyes manga", mdr.

Mais non, je te somme de la garder, elle est perf ;) J'ai hâte de voir comment tu vas la jouer ♥


Others~:
 
Le japonais vous cause en #945b42
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Mer 1 Mar - 22:52

Bienvenue à toi ^^
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Mon personnage
Citation: "In optimism there is magic. In pessimism there is nothing."


ϟ Nation représentée : Inde
ϟ Parchemins : 13
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Mer 1 Mar - 22:58

Merciii ♥

Je pense avoir terminé ! J'espère que ma fiche vous conviendra :D *nerveuse*
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Mon personnage
Citation: « J’ai éclaté en sanglots. J’ai un faible pour cette expression. On n’éclate jamais de faim ou de froid. En revanche, on éclate de rire ou en sanglots. Il est des sentiments qui justifient qu’on vole en éclats. » A.Espinosa


ϟ Nation représentée : Îles Féroé
ϟ Parchemins : 23
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Mer 1 Mar - 23:30

Alors alorsss !

Déjà, je dois dire que j'ai aimé lire ta fiche, ton style est fluide et très agréable ! J'aime beaucoup la façon dont tu as écris son physique !

En tout cas, niveau caractère, je n'ai rien à redire. Niveau physique non plus !

Quant à l'histoire, je n'ai pas grand chose à redire non plus.
Je souhaiterai juste quelques petites précisions :
- Tu as écris que Mia voyait les sombrals. J'aimerais savoir à partir de quand ? Elle a vu sa mère mourir sous ses yeux du coup ? Ou bien cela vient d'autre chose ? (comme les différents événements qu'il y a eu à Poudlard dans la chronologie du forum).
- Peux-tu nous détailler un peu la réaction de sa mère quand elle a su que l'homme dont elle est tombée amoureuse était en fait un sorcier ? (c'est pour savoir si ça la gênait ou non, etc).

Voilà <3 En tout cas, après les petits ajouts en plus, tu seras validée sans souci hihi :D
Personnel
Personnel
avatar

Mon personnage
Citation: Si vis pacem, para bellum


ϟ Nation représentée : Rome Antique
ϟ Parchemins : 385
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Mer 1 Mar - 23:50

Merci beaucoup ! ♥

Je viens de faire les modifications, j'espère qu'elle t'iront ~


Mia parle en #99ccff !
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Mon personnage
Citation: « J’ai éclaté en sanglots. J’ai un faible pour cette expression. On n’éclate jamais de faim ou de froid. En revanche, on éclate de rire ou en sanglots. Il est des sentiments qui justifient qu’on vole en éclats. » A.Espinosa


ϟ Nation représentée : Îles Féroé
ϟ Parchemins : 23
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen Mer 1 Mar - 23:53

Parfait ! Amuse-toi bien parmi les fous :3c
Personnel
Personnel
avatar

Mon personnage
Citation: Si vis pacem, para bellum


ϟ Nation représentée : Rome Antique
ϟ Parchemins : 385
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

| ...je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges. | Mia Mikkelsen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Autre] - Au pays des Vertiges» I just want to see you, it's important (PV Aspen)» Vertiges des classes sociales ! Ft. Naoki» [Flood] Le jukebox» Katherine S. Jung ❞ May the Force be with you.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Dossiers scolaires :: Dossiers validés-
Sauter vers: