Partagez|

Houston we've got a problem !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Houston we've got a problem ! Ven 24 Mar - 0:40

MOORE Amelia
Washington DC
Nom : Moore
Prénom : Amelia
Date de naissance : 24 janvier.
Lieu de naissance : Washington DC.
Âge : 12 ans.
Année scolaire : Première année
Maison : Serdaigle.
Animal de compagnie : Un bébé Grand-duc de Virginie nommé Vega - en l'honneur du Lockheed Vega 5B d'Amelia Earhart qui grandira comme ça plus tard.
Ascendance : Née-moldue
Fratrie : Fille unique. Elle est la cousine d'Alfred Jones mais ne le sait pas parce que son père a pris le nom de famille de sa mère et qu'ils n'en parlent pas, des Jones.
Motivation : A pour ambition de devenir batteuse au Quidditch durant ses années à Poudlard.
Don : /

Baguette : Bois de frêne, plume de phénix, 21.5 centimètres, légèrement flexible.
Patronus : Un futur Albatros.
Epouvantard : Un crash d'avion avec des débris partout, le tout rongé par le feu.
Reflet dans le miroir du Riséd : Elle-même à bord d'un Pitts Special, faisant des acrobaties aériennes, ou accomplissant un exploit encore jamais réalisé dans l'aviation.
Odeur de l'Amortentia : Carburants aviations / beurre de cacahuète / les vieux et nouveaux livres
Votre personnage peut-il voir les Sombrals : Non
Matière préférée : Vol.
Matière détestée : Potion mais uniquement parce que ça se passe au sous-sol et que ça la met très mal à l'aise.
Options : /
Aventurière
Boudeuse
Curieuse
Casse-cou
Énergique
Froide
Intelligente
Hargneuse
Passionnée
Sarcastique
Rêveuse
Têtue
Caractère : Amelia n'est pas un prodige comme sa mère le dit. Elle ne sait pas encore piloter un avion, elle connaît certes la théorie, sait comment un avion est construit mais c'est parce qu'elle a passé son enfance innocente le nez dans les bouquins ou avec son père le nez dans les moteurs, les carcasses, à voir les réparations, les constructions. Elle passait aussi beaucoup de son temps au National Air and Space Museum, à admirer les avions, planeurs ou même fusées. Tout ce qui la passionnait. Son père disait souvent qu'elle avait la tête dans les nuages, littéralement.

Parce que ce qu'Amelia aime dans la vie c'est tout ce qui vole. Des animaux aux avions en passant par les fusées. Ce n'était pas un secret, elle qui se balade fièrement avec un autocollant de la NASA ou de l'US Air Force sur son sac. Pas de doute sur ce qui animait cette gamine. Elle ne cachait pas son but non plus : réaliser des exploits dans l'aviation. Tout ce qui n'avait pas déjà été fait elle voulait le faire. Et son ambition n'avait d'égal que sa passion. Pas de doute, dans sa tête, elle réussirait ce qu'elle entreprendrait. Elle n'avait pas l'assurance que lui confiait son père, mais elle faisait tout comme, ne voulant pas le décevoir, ni se décevoir elle-même.

Dans un tout autre registre, quand elle ne connaît pas les gens, Amelia à tendance à se fermer, à devenir froide. Ce n'est pas qu'elle n'apprécie pas, c'est juste qu'elle n'est pas la personne la plus sociable du monde, préférant se retrouver seule avec ses livres plutôt qu'entourée de gens bruyants au possible. C'était trop demandé un peu de calme après tout ? Elle veut juste lire, pour une fois qu'elle ne demandait pas la lune.

Dans ses moments de calme, elle aime aussi faire des origamis. Beaucoup d'oiseaux, de dragons, d'avions, de fusées. Tout ce qui vole elle peut le faire les yeux fermés. Sa vie tourne autour de sa passion. Amelia pourrait en parler des heures. Le mécanisme d'un avion ? Elle le connaît sur le bout des doigts. La fusée Ariane ? Incollable. Apollo 11 ? Ne la lancez même pas dessus. La « Space Race » ou course pour l'espace, c'est aussi ce qu'elle affectionne. Si vous regardez bien, dans sa chambre il y a un prototype de chaque fusées et chaque avions qu'elle a construit elle-même avec l'aide de son père.

Son père c'est un peu son idole. C'est lui qui lui a transmit sa passion de l'aviation, et c'est lui qui la soutient toujours dans ses rêves. Sa maman aussi, bien évidemment, mais bien moins, elle a peur qu'elle finisse crashée quelque part sur une île déserte et ne soit jamais retrouvée.

Comme Amelia Earhart.

Cette dernière est l'idole suprême de la jeune fille. Célèbre pour être la première femme ayant traversée l'Atlantique, il n'en a pas fallut beaucoup plus pour la jeune Amelia Moore pour tomber en admiration devant celle qui portait le même prénom qu'elle. Une coïncidence ? Elle n'y croyait pas.
C'était le destin.
Le destin qui lui faisait la plus grosse fleur possible. Elle portait le même nom que son idole. Ce n'était pas donné à tout le monde. Ainsi découverte, la jeune enfant fit tout son possible pour lui ressembler. Elle avait réussi à avoir les mêmes vêtements et s'amusait à s'habiller de la sorte pour Halloween, ou même juste comme cela, parce qu'elle aimait ces vêtements. Surtout cette veste.

Si son père lui a transmit la passion de voler, sa mère lui a donné la lecture et l'amour de la connaissance. Amelia aime apprendre. Si elle ne comprend pas quelque chose, elle fera tout pour l'apprendre par elle-même puisqu'elle n'aime pas demander. Elle est assez autodidacte en soit. Les livres sont ses meilleurs amis et ceux qui lui apprennent le plus. Bien évidemment elle ne lésine pas sur les questions en cours quand elle en a besoin. Amelia déteste ne pas comprendre, ne pas savoir. Elle aime étaler sa science dès qu'elle le peut, paraissant même prétentieuse par moment.

Même si sa passion pour les livres ou les origamis semble la ranger du côté de ces gens calmes, Amelia n'en est pas moins encore une jeune enfant et surtout très aventurière. La hargne qu'elle a la pousse à relever des défis stupides juste pour prouver qu'elle n'a pas froid aux yeux et qu'elle peut faire comme tout le monde. C'est pour compenser son âge et sa taille.En soit elle n'est pas naïve et on ne pourrait pas lui faire faire n'importe quoi, mais quitte à prouver qu'elle est assez grande pour faire comme les autres, elle n'hésitera pas longtemps après avoir pesé rapidement le pour et le contre.

Et vous pouvez essayer de la faire arrêter, têtue comme une mule qu'elle est ce sera bien difficile de lui sortir une idée de la tête. Parce qu'Amelia, quand elle a une idée dans la tête il est impossible de l'en faire sortir. Ce peut-être quelque chose de complètement irraisonnable, tant qu'elle n'aura pas tout fait pour y parvenir, elle ne s'arrêtera pas. Et si jamais elle est empêchée par quoi que ce soit, il est possible qu'elle boude, se ferme et se boucle dans ses bouquins ou origami. Dans ces cas là, il faudra s'armer de patience pour l'en faire sortir. Amelia est une boudeuse invétérée.

Alors évidemment, son père ne dit pas qu'elle a la tête dans les étoiles uniquement parce qu'elle aimerait bien y aller et que quand elle se décide à en parler rien ne l'arrête. Non. Amelia c'est une rêveuse. Elle peut passer des heures muré dans le silence à penser à tout un tas de truc, en général sur ses passions, mais aussi bien sur ce qu'elle étudie sur le moment ou encore un sujet balancé par une autre personne qui l'aura percuté. Elle est très curieuse et n'hésitera pas un instant à faire des recherches. Elle se cultive comme elle peut sur à peu près tout.

Son arme favorite ? Le sarcasme. C'est simple, avant qu'on lui refourgue une baguette il a bien fallut qu'elle apprenne a se défendre autrement. Et quoi de mieux que l'ironie ou le sarcasme ? Pour une enfant, c'était parfait. Avec cela elle pouvait se défendre contre à peu près n'importe qui, pas besoin de muscle pour cela. Juste son cerveau et sa répartie, qui est très aiguisée depuis le temps. Si physiquement elle ne fera pas le poids, elle pourra toujours cracher son venin sans grand soucis, qu'on ne s'inquiète pas pour elle sur ce coup là.
Physique : Une chose remarquable chez Amelia ? Facile !
Elle est petite. Être la plus petite de sa classe, elle connaît, c'est toute sa vie.
A onze ans elle mesure un mètre vingt-huit. Ce qui est largement en dessous de la moyenne. Mais la petite étasunienne ne s'est jamais laissé abattre par sa petitesse. Au contraire, elle essaye d'en faire une force. Alors c'est sûr que face à un grand balèze d'un mètre quatre-vingt cinq elle ne fait pas le poids, et optera pour une fuite stratégique, mais il n'empêche qu'elle ne se laisse pas abattre. Elle n'est pas bien grosse non plus cela, vingt-cinq kilos, poids qui va avec sa taille en réalité. Amelia a espoir de grandir encore, après tout, elle n'a que onze ans, il lui reste du temps. Ce qui fait qu'elle n'a jamais été complexé par sa taille.

Autre chose, elle possède une crinière assez indomptable. Longue, blonde cendrée, touffue, épaisse ondulée sur les bords. Elle en prend aussi soin qu'elle peut sans pour autant parvenir à quelque chose de concret, si bien que la plupart du temps ils sont attachés, tressés ou noués. Pour ne pas qu'ils la gênent. Paradoxal quand on veut être aviateur, d'avoir de long cheveux, parce que c'est gênant. Mais Amelia y tient. Sans plus de raison particulière. Elle est assez fière de ses cheveux, quand bien même ils ne lui obéissent pas.

Sinon, elle a un visage rond, portant encore toutes les marques de l'enfance qui finiront par se dissiper un jour, enfin, c'est ce qu'on lui a dit. En attendant ça ne la dérange pas plus que ça, elle ne fait pas très attention à son apparence. Sa mère n'a de cesse de lui dire que ça viendra, elle n'y croit pas trop, mais comme on dit, celui qui ne change pas d'avis est une mule.

Sur ce visage tout enfantin, il y un petit nez en trompette, très légèrement retroussé. Une bouche aux lèvres fines, d'une couleur pâle. Il arrive qu'elle s'ouvre pour sourire ou simplement parler, découvrant ainsi deux rangées de dents beaucoup moins enfantine que le reste, avec des canines plus prononcées qu'elle ne l'aurait voulu - faite gaffe si elle vous mord. Et surtout, deux grands yeux marron qui ont une importance capitale pour la jeune fille. En effet, même s'ils n'ont rien de bien particulier, ils n'ont néanmoins aucun défaut et sa vision est parfaite, un petit dix sur dix à chaque œil, après tout, quand on veut être aviateur, il vaut mieux.

Petite gamine aux cheveux indomptables. C'était si facile de la résumer au final.

Son uniforme elle le porte convenablement, sa jupe a une longueur raisonnable, elle porte une pull sur sa chemise en hiver pour éviter de tomber malade. Il vaut mieux prévenir que guérir non ? En revanche, elle porte toujours des collants avec ses shorts, jupes ou robes. Elle ne montre quasiment jamais ses jambes nues. Par pudeur. Autant ses bras ça ne la dérange pas du tout, et elle se balade volontiers en t-shirt l'été. En revanche ses jambes, elle ne peut pas se balader sans des collants si son vêtement est court. Un pantalon est tout est réglé. Mais elle apprécie les shorts, c'est plus facile de courir avec qu'une jupe ou un robe.

Aussi, elle aime tout ses vêtements amples. Trop large dirait sa mère, et pourtant c'est ce qu'elle aime. Alors la voir se balader avec des pulls dont les manches sont bien trop longues n'est pas inhabituel. Et son vêtement favori ? Ses salopettes !
Sa tenue préférée ? Celle d'Amelia Earhart, sans aucun conteste, avec sa veste typique qu'elle peut porter pour à peu près toutes les occasions. Et c'est d'ailleurs ce qu'elle fait. Avec le chapeau et les lunettes d'aviateurs. Il n'est d'ailleurs pas rare de la voir avec ces lunettes sur le front.
Histoire : Comme beaucoup d'enfant, Amelia a une vie simple et heureuse. Des parents aimant. Des grands-parents presque au complet.

Amelia nait un 24 janvier dans un hôpital de Washington DC, la capitale, à ne pas confondre avec l'État Washington. Son père est un aviateur, travaillant pour l'US Air Force, c'est ce qui inspirera sa fille unique dans ce domaine. Bien qu'elle n'ait jamais eu pour ambition de rentrer dans l'armée, suivre les ordres ce n'est pas son truc.
Sa mère est une écrivain pour enfant. Elle utilisait sa fille comme cobaye pour ses histoires, voir si elle lui plaisait ou non, avant de les publier. Ça fonctionnait très bien, Amelia avait ses histoires, sa mère avait au moins l'approbation d'une personne.
En bref, c'était assez banal et ça lui convenait totalement. Rien de bien intéressant à raconter en soit. Mais puisqu'il le faut.

Enfant, il lui arrivait des choses assez bizarre. Quand elle avait faim le pot de cookie finissait par terre. Ou alors le chocolat venait à elle. Bien sûr personne ne la croyait, après tout, les tablettes de chocolat qui volent ce ne sont que des histoires pour les enfants, comme celles dans les livres. Alors Amelia n'en faisait pas cas, ce n'était que des incidents qui n'arrivaient que rarement.

Fille unique, elle passait son temps dans ses bouquins, à image au début puis elle a apprit à lire, relativement tôt. Parce qu'elle en avait marre qu'on lise tout pour elle. Donc ce n'était qu'un choix logique d'apprendre à lire aussi rapidement, cela n'avait pas surpris ses parents à vrai dire. Et ainsi comme cela elle pouvait lire vraiment ce qu'elle voulait, avec un dictionnaire sous la main mais au moins les livres sur l'aviation elle pouvait les lires toute seul dans son lit jusqu'à ce que ses parents ne vienne éteindre sa lampe pour la troisième fois avant de l'enlever carrément. Heureusement qu'Amelia n'a pas peur du noir. Mais la jeune étasunienne lisait aussi des livres fantaisies, des romans d'aventures ou de cape et d'épée. Tout ce qui trouvait un intérêt à ses yeux finissait par être lu, sans trop de problème. Et bien évidemment elle lisait des comics, beaucoup de comics, sans chercher à prendre part entre Marvel et DC. Elle appréciait les deux. Mais son personnage favori reste Diana Prince, aussi connue sous le nom de Wonder Woman. Elle avait tout ce qui pouvait trouver grâce aux yeux de la jeune enfant, une princesse amazone justicière avec des ascendance de déesse. Et un avion invisible. Elle ne pouvait que l'aimer.

En grandissant elle pu accompagner son père sur les bases militaires, pour les jours où ils pouvaient amener leur enfant. Plus d'une fois il avait fallut la rappeler à l'ordre, lui dire de suivre son père, de ne pas aller ici ou là-bas. Elle était intenable à chaque fois. Et pourtant son père la ramenait à chaque fois. Pourquoi la priver de ce qui constituait son rêve ? Elle était même montée dans des avions, et avait décollé avec son père, pour sa plus grande joie. Ce qui la conforta dans son idée de devenir aviatrice. Amelia, six ans, avait déjà trouvé sa voie dans la vie.

Ayant des contacts à la NASA, elle avait pu y faire un tour, touristique évidemment, il n'allait pas laisser une gamine voir le côté confidentiel. Mais ça lui avait suffit, elle avait vu ce qu'elle voulait, enfin presque, mais elle s'en contentait parfaitement pour le moment.

Amelia passait aussi souvent qu'elle pouvait au  National Air and Space Museum, accompagné de ses parents ou ses grands-parents ou même ses baby-sitters. A force d'y aller, elle commençait à le connaître par cœur ce musée mais sans jamais s'en lasser. Bien sûr elle s'intéressait aux autres, celui d'histoire naturelle par exemple, elle l'aimait bien, les dinosaures et animaux volants surtout, les autres moins. Et le musée international de l'espionnage aussi lui faisait de l’œil et elle y allait aussi dès qu'elle pouvait. Traînant ses parents comme elle le pouvait. Ils avaient du mal à suivre cette petite pile électrique heureuse comme pas possible.

A l'école Amelia était une fille dite bizarre, toujours plongée dans un bouquin ou alors parlant de ses avions et des fusées. Les autres enfants ne l'approchaient pas beaucoup. Puis bon, elle était froide et sarcastique la petite Moore, ça n'aidait pas beaucoup.

Il lui est arrivé de leur parler des fois, de jouer avec eux, mais souvent elle restait dans son coin à regarder ses cartes d'astronautes ou d'aviateurs célèbres. Dans ses rares discussions, elle s'est souvent retrouvée à faire des paris. Pas pour prouver sa valeur, elle la connaissait, il fallait juste qu'elle s'intègre, comme sa mère le lui demandait. Alors autant faire ce que les autres avaient peur de faire. Aller chercher un ballon coincé dans un arbre tout en haut. Prendre les vers de terres dans la main pour les mettre dans le pot de terre de la maîtresse. Faire les acrobaties difficiles en sport. En soit rien ne pouvait arrêter la petite Amelia, qui portait bien son surnom puisqu'elle était la plus petite de sa classe, et ça ne changea jamais, sans pour autant la complexer.

Et puis un jour sa vie bascula. Elle reçu une lettre bien spéciale apporté par un hibou.

Dans cette lettre il était dit qu'elle était inscrite dans une école de sorcier se situant en Écosse. Ses sourcils se fronçant, elle n'y croyait pas une seule seconde. Ce n'était que des bêtises. La magie n'existait que dans les livres. Et aux dernières nouvelles elle n'était pas Gandalf, et Gandalf n'avait pas été dans une école appelé Poudlard. Alors elle avait jeté la lettre. Mais une autre était venue. Cette fois elle avait questionné ses parents, sur cette éventuelle blague. Mais eux-même n'avait aucune idée de ce que cela pouvait être.

Finalement, ils avaient décidé de se rendre à l'endroit indiqué, un coin sorcier à Washington DC, quelle blague, ils n'y croyaient pas, voulant juste découvrir jusqu'où irait la farce. Littéralement tombé sur les fesses, la famille Moore entra alors dans le monde sorcier. Parce que leur fille unique en était une, de sorcière. Quel choc ce fût. Bien sûr, dans une famille catholique protestante, on n'en parle pas. La sorcellerie, le démon, le Diable, non, on évite clairement. Alors c'était leur petit secret. Amelia partait dans un pensionna en Écosse qui avait une option aviation pour pouvoir réaliser son rêve. Voilà l'explication.

Et maintenant, elle se balade dans les couloirs de Poudlard, un petit hibou encore bébé perché sur son épaule, écrivant des lettres à ses parents et épuisant le stock de livre se trouvant à la bibliothèque - bien qu'elle soit encore très loin de la moitié. Amelia se plaît fortement dans ce monde magique, après tout : elle apprend à voler sur un balai, libre comme l'air. Cela aurait pu être parfait, vraiment... Seulement une ombre menaçante lui tordait silencieusement le ventre, mais elle n'en parlait pas, ni à ses parents, ni à qui que ce soit. Pas question d'afficher sa peur, sinon elle serait rapatrié directement aux États-Unis, et ça, elle ne le voulait absolument pas. Jamais. Elle voulait apprendre à être une sorcière, forte. Et après, elle pourrait être la meilleur aviatrice jamais connue.
Pseudo : Satan maggle.
Âge : HAHA.
Sexe : Gauche.
Comment avez-vous connu le forum : Lalala.
Commentaire : Les aigles, ce sont des oiseaux, comme les poules.
Code du règlement : Huhuhu.



Dernière édition par Amelia Moore le Ven 24 Mar - 22:10, édité 6 fois
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Mon personnage
Citation: « That's one small step for man, one giant leap for mankind. » -Neil Armstrong


ϟ Nation représentée : Washington DC
ϟ Parchemins : 166
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Houston we've got a problem ! Ven 24 Mar - 0:44

♥♥♥


Merci Monsieur Keith ! ♥:
 


Clubs ♥:
 

La petite seychelloise vous parle en #0099ff
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Mon personnage
Citation: Puisqu'il faut vivre, autant le faire avec le sourire !


ϟ Nation représentée : Seychelles
ϟ Parchemins : 281
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Houston we've got a problem ! Ven 24 Mar - 1:02

Coucou toi c: ♥


They all are my family. It's big and broken, but still good. Yeah, still good.
Semi-roux(morque)
Semi-roux(morque)
avatar

Mon personnage
Citation: Don't marry for money : you can borrow it cheaper.
@fc Ken Bek

ϟ Nation représentée : Écosse
ϟ Parchemins : 617
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Houston we've got a problem ! Ven 24 Mar - 8:23

Une Washington !! Re-bienvenue ou bienvenue, j'en sais rien.
Mais, en tout cas, je peux te demander voire te supplier un petit lien avec avec le p'tit Moscovite ? c:
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Houston we've got a problem ! Ven 24 Mar - 13:31

Heeeeeey :DD c'est qui ton vava elle est trop cute



Club:
 


Merci à mon écossais préféré !:
 


Votre préfet canadien vous cause en #ff99ff
Qui...?
Qui...?
avatar

Mon personnage
Citation: Nous vivons dans la neige. Nous savons ce qu'est le froid. Nous avons appris à le vaincre. Comment ? En lui opposant sans cesse l'allégresse du cœur.


ϟ Nation représentée : Canada
ϟ Parchemins : 295
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Houston we've got a problem ! Ven 24 Mar - 14:32

Heyyyyy, rebienvenue :333

P.S: le vava, HAAAAAAA, C'est Mary de Ib *w* je t'aime, tu le sais, ça?


Others~:
 
Le japonais vous cause en #945b42
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Houston we've got a problem ! Ven 24 Mar - 18:18

c: Rebienvenue, camarade !


Evalyn râle en #cc9999.
Merci Alyna pour l'avatar !




"Or perhaps in Slytherin,
You'll make your real friends,
Those cunning folk use any means,
To achieve their ends.
"whatsername.


Merci Keith !:
 
Je suis Ron Weasley
Je suis Ron Weasley
avatar

Mon personnage
Citation: Je ne râle pas; je m'exprime.


ϟ Nation représentée : Principauté de Wy
ϟ Parchemins : 170
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Houston we've got a problem ! Ven 24 Mar - 19:34

Du coup voici les remarques :

=> Elle n'a pas 11 ans mais 12, son anniversaire est passé !
=> dans ton questionnaire tu as écris sous-som (ça m'a fait rire lol)
Je crois que j'avais vu une autre faute d'étourderie quand j'ai commencé à lire la fiche ce matin mais j'ai oublié /shot/

=> Il faudrait me remplir le profil en entier !





Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1295
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Houston we've got a problem !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Houston, we've got a problem» Houston we've got a problem !» THE REAL PROBLEM WITH HAITI» Houston ? Ici la terre !» (N°9) Allô Houston, vous me recevez ? [Libre] {Alejo & Vinny first}
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Dossiers scolaires :: Dossiers validés-
Sauter vers: