Partagez|

élémentaire mon cher Watson !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: élémentaire mon cher Watson ! Jeu 8 Oct - 16:00

MAEDA Kyosuke !
Tokyo
Nom : Maeda
Prénom : Kyosuke
Date de naissance : 13/05
Lieu de naissance : Tokyo
Âge : 12 ans
Année scolaire : 2ème année
Maison : Gryffondor
Animal de compagnie : Un fléreur au pelage noir et aux regard fauve or. Il s'appelle Elros
Ascendance : Sang-mêlé (sa mère est une sang pur et son père est un sorcier née de parents moldu)
Fratrie : Kiku Honda (Cousin du côté maternelle)
Motivation : Devenir détective au ministère de la magie.
Don : de me faire remarquer ! (comment ça ce n'est pas un don ?!)

Baguette : Cerisier, crin de sombral, souple.
Patronus : Chat sauvage (qui sont nettement plus gros et grand que les chats domestique)
Epouvantard : Un détraqueur
Reflet dans le miroir du Riséd : sa mère le serrant dans ses bras et le rassurant.
Odeur de l'Amortentia : l'odeur des livres, l'odeur des forêts et celle de la pluie, les feuilles de cerisiers
Votre personnage peut-il voir les Sombrals : Oui
Matière préférée : défense contre les forces du mal, sortilège et enchantements et botanique
Matière détestée : histoire de la magie.
Options : À partir de la 3e année, 2 minimum
Dynamique
Maniaque
Honneur
Impulsif
Observateur
Chaste
Politesse
calculateur
Respectueux
Sombre
Loyal
cartésien
Caractère : Il y a une chose que j'ai envie de vous dire avant de commencer à vous parler de ma personnalité, de mon caractère. Chaque être humain né avec une âme, un esprit et un corps. Le corps c'est ce que l'on voit en premier et on peut le transformer. L'esprit, on le rencontre en deuxième et on peut le faire évoluer. Quand à l'âme, elle brille dans nos yeux et reflète qui on est vraiment.
Une personnalité n'a pas qu'une seule et même face, ni même deux. Elle en possède plusieurs, comme les pierres précieuses. Elle est tel un diamant au mille facettes, brillant suivant l'exposition à la lumière.
Et si je m'arrêtais là et vous laissez la surprise de savoir sur quelle facette de ma personnalité vous allez tomber ? *sourire taquin *
Bon, je vais être gentil pour commencer.
Comme je le disais j'ai plusieurs facettes qui composent ma personnalité et suivant à qui j'ai affaire, une face différente apparait à chaque fois. Car tout le monde est unique en son genre, donc on s'adapte. Sans pour autant tricher sur ce qu'on est, mais on respecte l'autre dans ce qu'il est aussi.
Dit moi qui tu es et je te montrerai qui je suis.
Tu es une personne "lambda" (dans le sens où je ne te connais ni d’Eve, ni d’Adam), avec toi ne t'attend pas aux câlins, au côté tactile ! Je serai distant et réservé, bien plus dans l'observation que dans l'action. Tu pourras quelques fois apercevoir, dansant au fond de mes yeux, l'étincelle d'un sourire satisfait. Ne t'offusque pas mais dans les premiers temps j'analyserai ton comportement et essaierai de mettre en pratique ce que la littérature policière m'a apprit tout au long de ces dernières années. En somme tu seras, inconsciemment, un cobaye pour affiner mes talents de détective.

tu es une connaissance, nous voilà donc au stade supérieur et tu t'approches un peu plus de mon moi profond ! En somme il y a le ça, le moi et le surmoi qui compose notre être. En tant que personne lambda tu rencontreras essentiellement le surmoi, ce qui relève du contrôle de soi et de la raison. En devenant une connaissance, quelques petits éléments du moi filtreront te faisant découvrir une autre facette. A ce moment là, décidant inconsciemment que je peux t'accorder une certaine confiance, tu découvriras qu'en plus d'être un fan de Sherlock Holmes je suis aussi un adepte d'Arsène Lupin ! Le célèbre cambrioleur ! Aussi décèleras tu une part de facéties en moi et dans mes actes. Toujours le sourire aux lèvres et le mots pour rire, je reste néanmoins polit et sincère. Comme dirais Holmes : tout est dans l'équilibre. Bien que je ne me livrerai pas rien ne t'empêche de venir me parler ou vider ton cœur, je suis à l'écoute et reste muet comme une tombe sur les secrets que l'on peut me confier (secret, confidence, récit ...). Après rien ne nous empêches, un jour peut être, de devenir plus proche.

Ce qui m'emmène à la suite ! Tu deviens un ami, un proche, une personne qui compte beaucoup pour moi.  Avec toi pas de soucis , je te montrerai une partie de mon âme, en espérant ne jamais le regretter. Mais dans la vie, il faut oser, savoir prendre des risques, sinon on n'avance pas, on ne fait rien et on laisse la peur dominer nos actes et nos vies. Triste sort non ? C'est pour ça qu'avec mes amis je me montre tel que je suis, si cela ne leur plait pas c'est qu'au fond on n'avaient rien à faire ensemble. Je suis assez pragmatique et je ne me casse pas la tête, soit ça marche et c'est temps mieux, soit ça ne marche et c'est comme ça. Courir après les gens ne sert à rien et je ne commencerai pas aujourd'hui a le faire. À mes amis je leur montre mes sourires et parfois mes peines et mes larmes. Je n'aime pas pleurer devant les autres, c'est vrai, et rare sont ceux qui savent lire mes sourires. Différencier les vrais des faux, des tristes et des joyeux. Mes amis supportent mes extravagances, comme le fait de tout ramener aux enquêtes policière ou encore celle de faire des farces. Car j'ai trouvé une activités plaisante a faire, tant que l'on ne se fait pas prendre : planifier des farces. Tout créer de A à Z et les mettre ensuite en place (le plus drôle étant bien sûr de faire cela entre ami) ! Un réel travail digne d'Arsène Lupin et de Sherlock Holmes !
J'aime le faire avec mes amis, avec des gens qui me sont proches, le seul problème c'est que je suis assez maniaque quand il s'agit d’enquêtes, de plans, de créations (quel-qu’elles soient). Du coup ce n'est pas toujours plaisant pour mes proches, je finis souvent par monter en pression. Le fait que pour moi des fois cela ne va pas assez vite ou qu'on ne se comprenne pas, va m’exaspérer. Et si en prime ce n'est pas fait à la perfection ça m’énerve encore plus. C'est plus fort que moi. Comme pour le sport, on doit toujours se rapprocher de la perfection et repousser nos limites pour donner le meilleur de soi même ! Après pour ce qui est des cours et des études ... Tant que j'ai la moyenne je m'en fiche un peu. J'ai toujours détesté le système de notes, car une note ne veux rien dire et ne reflète pas les capacités réelles de la personne.
Avec mes amis je suis tactile et je ne m'en cache pas. Cela peut paraitre ambiguë pour certains mais pour moi c'est normal. Quand on aime une personne il faut bien le lui montrer, sinon comment elle pourra deviner ? Après si il s'agit d'amour avec un grand A je ne sais pas comment je serai . Hésitant peut être ou je ne dirai pas ce que je ressens, je regarderai l'élue ou l'élu (ben oui je ne sais pas encore si j'aimerai les filles, les hommes ou les deux !) de loin je présume. Et puis au pire je m'en fiche de savoir, pour l'instant je n'ai que onze ans !

Si tu es de ma famille.... Comment dire .. je serai irréprochable et je mettrai le masque du fils héritier. Tenue impeccable, dos droit, et les yeux fixé au loin. Pas un mots de travers, pas un geste de déplacé. Rien qu'un parfait contrôle de sois et une politesse à toute épreuve. C'est dans ses moments là que mon regard se voile parfois. Laissant un vide s'installer en moi et me faisant tomber dans un mutisme profond. C'est comme si dans ces moments là j'évoluai hors du temps, que mon corps bougeait tout seul et en parfait automate. Mais bon, tant que je fais la fierté de mon père, que je ne laisse rien paraitre, cela passe inaperçu et tout va dans le meilleur des mondes.

tu es un de mes ennemis cela se résume le plus souvent à un mot : indifférence. Pour faire simple tu n'existes pas pour moi, dans le sens où je ne vais pas faire attention à toi. Tout ce qui viendra de toi ne me touchera pas et ne laissera pas de marque sur moi. En revanche cela ne m'empêchera nullement de te parler ou de te répondre. Mais il n'y aura rien de plus qu'une courtoisie polit et froide.

tu es un adulte, tu as du soucis à te faire. J'aime les adultes, ils ont toujours des tonnes de choses à nous apprendre. Ils sont une mine de connaissance et de savoir, de vrai bibliothèque ambulante. Et ils sont mes "proies" favorites ! En effet quand il s'agit de s'entraîner à la filature ils font des cibles de choix ! Et prometteuse en prime !
En revanche je ne les fais jamais chanter avec ce que je peux découvrir en les suivants, en les observants. Par contre j'aime bien leur tendre des petits pièges, pour confirmer ce que je pense ou au contraire pour le démentir.
Vue que ce sont des sages, des adultes, je leur dois le respect et l'obéissance, comme me l'a apprit mon père. Après, bien que cela soit bien ancré en moi et dans mon esprit, au point que s'en est mon premier réflexe, je me suis fait une autre réflexion. Je ne respecte que si on me respecte, car le respect, la confiance tout cela se mérite. Mais ce qui est du, à toute personne, c'est la politesse et l'attention qu'on peut porter à ce qu'elle nous raconte, à ce qu'elle nous montre (je ne dis pas que je ne m'endors jamais en cours, mais j'essaie de ne pas le faire).

Que vous soyez un prof, un ami, de la famille, un inconnu, une connaissance ou même un ennemie, si je vous fait une promesse je la tiendrai. Car il n'y a rien de pire qu'un homme sans honneurs, qui ne respecte pas ses promesses.

On a fait le tour je crois. Ha si ! Une dernière chose ... qu'il faut que vous sachiez avant de passer à autre chose. Je n'aime pas la colère. La haine. Quand elle envahit les gens en face de moi et qu'ils sont sous le contrôle de leur émotions, cela me rend perplexe et perdu. Je ne sais jamais comment réagir et je perd mes moyens. Aussi je fais en sorte de ne jamais la laisser m'envahir, la laisser me traverser. Mais ... Il arrive des moments où je bascule du mauvais côté. J'appelle ces fois là, les "moments sombres". Pendant ces phases je deviens violent (seulement envers les murs) et j'ai du mal à garder un contrôle sur moi. Il me faut plusieurs minutes avant que je parvienne a me calmer et cela se finit toujours en pleure. Aussi, quand je suis dans ces moments là, ne venais pas me parler. Car personne n'a jamais réussit à me calmer.
Physique : l'apparence permet de se faire une idée de la personne que l'on a en face de soit. La moitié de nos futures relations avec les gens se joueront sur cette première impression, sur ce que nous renvoi physiquement l'autre. Son physique, sa coupe de cheveux, ses yeux, ses vêtements, sa posture ... Tout sera passé au peigne fin.
Tout le monde fonctionne comme ça, tout le monde ou presque. Mais si l'on veux passer inaperçus dans la société ou dans un groupe il faut savoir repérer ces codes "physique", savoir en jouer.
Je l'ai appris dans les livres, surtout avec Arsène Lupin, bien qu'Holmes ne soit pas en reste non plus.
Physiquement je ne suis pas très grand, je mesure un petit mètre quarante cinq et j'ai une morphologie en H ; donc les hanches et les épaules sont aussi larges les unes que les autres. On pourrait aussi dire "filiforme". Le judo, la gym et le foot m'ont permis de développer ma souplesse et mes muscles. Même si cela ne se voit pas. J'ai de grand yeux noir dont on ne distingue que très difficilement la pupille. Ils sont bien entendu bridé et sont empreint d'une certaine espièglerie enfantine. J'ai des lèvres fines et le même sourire que ma mère ; ce dernier me créant de légère fossette juste dans le coin des joues quand il s'étire. Mes cheveux noir, bien que doux comme de la soie, sont épais et incoiffable. Ce qui fait que chaque matin je finis par abandonner, les laissant en mode pétard. Ce qui me donne un air négligé et  désinvolte. La couleur de mes cheveux fait ressortir le peu de bronzage naturel que possède ma peau japonaise. Seul l'été me permet de prendre des couleurs et de ré hausser la couleur de mon teint.
Je ne pense pas que savoir comment je m'habille vous aidera à me cerner un peu mieux. Je peux aussi bien enfiler un smoking et être impeccable (pantalon, chemise et cravate repassé et bien plié, s'il vous plait !), comme je peux m’accommoder d'un jean troué et d'un t-shirt trop large pour moi. Le plus drôle étant d'observer les réactions de ceux qui me rencontrent et quelle impression ils vont garder en mémoire. Mais le plus souvent je suis vêtue de l'uniforme de Poudlard, avec le bel écussons rouge et or de Gryffondor (autant être fier des couleurs de sa maison).
Et en civil je me balade souvent en jean coupe straight et en t-shirt à ma taille, plutôt près du corps. Mais il se peut que des fois vous me croisiez en short et en chemise d'un noir profond. A ce moment là vous pouvez vous dire que je suis certainement entrain de préparer quelque chose .... Ou peut être pas, à vous de le découvrir !
Histoire : Je suis né le 13 mai, par une journée ensoleillé à la brise douce et légère. Les cerisiers étaient en fleur et leur pétales, emportaient par le vent, tombaient lentement sur le sol, dans une jolie danse aérienne.
Ma mère, Honda Haruko, était une japonaise tout ce qu'il y de plus banal. Et rien dans son apparence n'aurait put laissé deviner qu'elle pouvait être autre chose que cela ; qu'elle pouvait être différente. Pour comprendre la suite, il faut que je vous parle de mes grand-parents maternelle ; des gens bien, stricte, polit, effacé, réservé . Des japonais quoi.
Ces derniers, avaient une particularité que peu de gens possèdent  ; un don auquel personne ne croit. (en faisant un sondage la dernière fois dans les rues de Tokyo je me suis rendu compte que les gens quelques soient leur âge ne croient plus en rien. Sauf en l'argent, valeur sûr qu'ils me disaient). Mes grand-parents, sont des sorcier. Ils appartiennent au monde de la magie.  Ils ont donné naissance à deux filles, la mère de Kiku (plus vielle de 3 ans) et la mienne (plus jeune du coup).
Ma mère, à l'âge de ses onze ans, entra à l'école de Sorcellerie Poudlard, situé en Écosse. Je ne connait pas bien ma tante mais je savais en revanche que, contrairement à ma mère, elle était dénuée de talents magique. Ce qu'on appelait dans notre monde une cracmol. Durant ses études, Honda Sakura, élève à Serdaigle, fut brillante dans tout ce qu'elle entreprenait. Tout lui réussissait. Vers ses 20 ans elle se destina à une carrière de biologiste, s'aidant de ses cours de botanique pour faire évoluer les connaissances des moldus vers d'autres choses.
Ma mère était une belle femme, ses long cheveux noir étaient souvent comparé à la soie de certains tissus réputés pour leur douceur. Ils encadraient un visage aux traits fin où deux yeux marrons rieurs renvoyaient une grande douceur. Pourtant, malgré tout ses atouts, cela restait une femme de constitution fragile et frêle.
Mon père l'aima pour cette fragilité, pour tout ce qui dégageait d'elle. Les peu de fois où il m'en parlait je sentais l'émotion dans sa voix mais jamais elle ne prit le dessus sur sa raison. Le contrôle de sois, toujours le contrôle.
Mon père, Masato Maeda, était un Serdaigle née de parents moldu. Durant toutes ses études il fut effacé, réservé et discret. C'était quelqu'un qui ne parlait jamais pour ne rien dire, tout était pertinent  dans ses mots ; aussi, quand il prenait la parole, l'écoutait on avec respect et attention. Il n’eût le courage d'aborder ma mère que lorsqu'il eut une situation financière stable et correcte. Il était temps pour lui de prendre une femme et de fonder une famille.
Est ce que ce fut un beau mariage ? Je l'ignore, mais les années qui précédèrent ma naissance fut sans doute les plus heureuses de leur vie. Car après ... tout bascula.
Je m'appelle Kyosuke Maeda et je suis né dans un hôpital, à Tokyo. Ce vendredi là aurait du être le plus beau jour de la vie de mes parents et présager des années de joies et de rire futur. Mais tel n'en fut pas le cas : le destin avait décidé de s'en mêler (d'après mes grand-mères, les esprits n'étaient pas avec nous et nous avions du les contrarier. Quel idée de naître un vendredi 13 !).
Je suis née le premier, à environ 19h45. Tout c'est bien passé, mon père coupa le cordon ombilical et l'ont me nettoya. Cela aurait put se terminer ainsi mais il y en avait un autre, enfin, une autre. Ma mère était enceinte de faux jumeaux : une fille et un garçon. Sauf que ma sœur mourut à la naissance. En s'étranglant avec son cordon ombilical. Les sages femmes durent faire une césarienne à ma mère pour tenter de sauver le bébé, et bien que je vienne de née, j’assistai à la scène, mes yeux noirs grand ouvert sur cet univers. Nous avions créé en ma mère une hémorragie interne. Elle perdait beaucoup de sang et on du nous évacuer (mon père et moi) de la salle d'accouchement. Honda Sakura partit au bloc et ce soir là, mon père faillit se retrouver veuf et moi orphelin de mère.
Heureusement elle fut sauvée mais ne fut plus jamais la même. Son regard était éteint et son corps trop faible pour la porter. Aussi, depuis ce jour tragique et en même heureux, elle reste enfermé dans sa chambre, un médecin passant au minimum une fois par semaine.
C'est mon père qui s'occupa de mon éducation, aussi vous priai je de croire que cela ne ressembla en rien à une partie de plaisir. Je venais à peine d'entrer dans la vie que je devais déjà en comprendre tout les mécanismes et me comporter comme un adulte.
Les premières années de ma vie je fus confié à une nourrisse, mon père travaillait beaucoup et ma mère n'était pas en capacité de s'occuper de moi. Dépression qu'ils disaient.
J'étais un enfant plein de joies de vivres et je riais beaucoup, courant dans tout les sens et essayant de combler le vide que je ressentais souvent. Quand je sus marché et propre mon père prit en charge mon éducation. Et je puis vous dire que quand il disait et demandai quelque chose on avait plutôt intérêt d’obtempérer et de comprendre, vite.
C'est à cette période que l'état de ma mère se dégrada un peu ; les médecins redirent à mon père qu'elle avait besoin de calme et de repos. Aussi me demanda t on de ne plus courir, de ne plus bouger et de ne plus rire. En soit on me demanda implicitement de tourner la page de l'enfance et de grandir et de murir. Et à trois ans cela peut vous frustrer un homme.
Aussi mon père m'inscrit il a des cours du soir afin que j'acquière rapidement les bases de l'écriture, de la lecture et des nombres. Mais alors que Je ne pouvais ni bouger au cours du soir, ni à la maison, passant mon temps à être sage, assit dans un coins, surtout pas dans les pattes , et observant ce qu'il se passait autour de moi, je finis par devenir insomniaque. Que voulez vous, quand un enfant ne se dépense pas autant qu'il le devrait, son corps ressent moins l'envie de dormir.
Aussi, durant ces nuits, je me mis à lire. Mais pas n'importe quel livre. Mon père me répétait sans cesse qu'il fallait que je sois observateur, que je sache voir plus loin que le bout de mon nez ... Et je n'avais jamais l'impression que ce je faisais à ces yeux était bien. Ce n’était jamais assez bien. Il fallait toujours plus, comme si la perfection était atteignable. Un soir donc, j’entrai dans sa grande bibliothèque privé et je me balada un moment entre les rayons, me faisant encore plus que silencieux et discret. Je tomba soudain les étagères que je cherchais : la section roman policier.
Je m’intéressa aux Sherlock Holmes ainsi qu'aux Arsène Lupin, le célèbre détective contre le plus grand cambrioleur de tout les temps. Et durant des nuits entière je me mis à dévorer ces livres, intégrant du mieux que je pouvais ce qui s'y disait. Mettant le point de vue d’Arsène Lupin face à celui de Sherlock Holmes, et un jour, me suis je dit, du haut de mes 6 ans, moi aussi je saurai être aussi inventif et ingénieux. Un jour je serai détective !
Bien sûr le fait que je ne dorme pas n'arrangea pas les choses, mon père attendant toujours de moi la perfection, je ne pouvais me résoudre à dormir et à rêvasser en cours. L'arrivé de mes pouvoirs n'aida en rien et provoqua même un joyeux bazar. Il faut savoir que lorsque nos pouvoirs s’éveillent nous ne les contrôlons que difficilement les premiers temps. Ajoutez à cela une fatigue moral et physique et vous obtiendrez un jolie spectacle.
C'était la panique à l'école. Mes pouvoirs se manifestaient et entraient en résonances avec toute l'énergie que j'accumulais depuis mon enfance. Et ça explosa ! On dut infliger quelque sortilège pour effacer des esprits ce que les moldus venaient de voir et on me changea d'école. Mais il était trop tard. Mon besoin d'expression et de bouger fut la plus forte et en classe, je devins dissipé , essuyant en rentrant les punitions de mon père, mécontent de mon comportement. Qui jetait la honte sur notre famille. Lors de l'une de ses réprimandes, ma mère l'entendit. Et, pour la première fois, elle intervint . Elle expliqua à son marie que j'avais besoin de bouger, de me défouler, et que le sport me permettrai d'évacuer tout cela.
Mon père y réfléchit et m'inscrivit à un cours de judo, de gym et à un cours de football. Vous avais je dis qu'il était plutôt du genre extrémiste ? Non ? Ben maintenant vous le savez.
Le reste de mon cycle élémentaire se passa sans encombre, j'avais de bon résultats en cours, je me défoulais pendant le judo, la gym et le foot, et je passais mes soirées à lire des romans policiers.
Quand j'atteignis mes onze ans, je reçus une lettre de Poudlard où l'on me disait que j'étais admis à leur école de Sorcellerie. J'étais fier ! Et, avant de partir, j’entrai pour la première fois de ma vie dans la chambre de ma mère pour lui annoncer la bonne nouvelle.
C'est là que j'appris que j'avais un cousin qui y était, il s'appelait Honda. Mon père m'expliqua que je l'avais fréquentais jusqu’à mes trois/quatre mais qu'après nous nous étions perdu de vue. J'avoue ne pas avoir retenue le nom et que seul un visage flou apparait quand j'essaie de penser à lui. Mais bon des Honda il ne doit pas y en avoir beaucoup à Poudlard !
Je fit ma valise et je partis vers Poudlard, laissant derrière moi cette maison dénué de bruits et de rire.
Pseudo : Soul Volpe
Âge : 20 ans
Sexe : F
Comment avez-vous connu le forum : Okays google !
Commentaire : forum intéressant et dynamique !
Code du règlement : À envoyer par MP à un admin



Dernière édition par Kyosuke Maeda le Lun 12 Oct - 21:52, édité 6 fois
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Tokyo
ϟ Parchemins : 14
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: élémentaire mon cher Watson ! Jeu 8 Oct - 16:59

Bienvenue, bonne chance pour ta fiche !





Merci à Keith pour cette signature ! ♕


Club cuisine:
 
Les pensées suicidaires
Les pensées suicidaires
avatar

Mon personnage
Citation: “What you gave me was a reason. Not an excuse. Because there’s sex, making love and fucking. And then there’s you.”


ϟ Nation représentée : France
ϟ Parchemins : 1295
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: élémentaire mon cher Watson ! Jeu 8 Oct - 18:04

Bonne chance pour ta fiche !



GERPAN IS CHALLENGING YOU

:
 
Le roi des loupes
Le roi des loupes
avatar

Mon personnage
Citation: "Les Serdaigle, en particulier, s'imaginent que tous les plus grands sorciers sortent forcément de chez eux." - J.K Rowling
Les Serdaigle, en particulier, s'imaginent que tous les plus grands sorciers sortent forcément de chez eux.

ϟ Nation représentée : Allemagne
ϟ Parchemins : 1375
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: élémentaire mon cher Watson ! Jeu 8 Oct - 22:04

Heeey, cousin! Bienvenue à toi! \o Bravo pour ton histoire, j'adore, et ça colle parfaitement à la mienne. Et bonne chance pour ta fiche~


Others~:
 
Le japonais vous cause en #945b42
Kikoo, la victime
Kikoo, la victime
avatar

Mon personnage
Citation: "One is not born a wizard, one becomes one"


ϟ Nation représentée : Japon
ϟ Parchemins : 1373
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: élémentaire mon cher Watson ! Jeu 8 Oct - 22:50

Bienvenue le petit tokyoïte~


Do what I say, not what I do. Obey to my orders, not to your heart. Don't lie to me, but let me tell lies. Don't follow me, I'll follow you. Don't care about me, I'll care for you. Run away from danger, because this is what I am. ▵ ©endlesslove.
I won't talk but always listen ▵
Petite COUUUILLÈRE
Petite COUUUILLÈRE
avatar

Mon personnage
Citation: London bridge is falling down, falling down, falling down...


ϟ Nation représentée : Angleterre
ϟ Parchemins : 904
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: élémentaire mon cher Watson ! Ven 9 Oct - 20:42

Bienvenue <3 *UNBEBEGRYFFYUNBEBEGRYFFY<3*



Mes clubs:
 

Miss Camping ♥:
 

Très beaucoup merci à Margaux pour l'ava et l'aesthetic ♥

La hongroise vous cause en #009900
Celle qui n'a jamais joui
Celle qui n'a jamais joui
avatar

Mon personnage
Citation: Le courageux n'est pas celui qui donne les coups, mais celui qui y résiste.


ϟ Nation représentée : Hongrie
ϟ Parchemins : 1713
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: élémentaire mon cher Watson ! Ven 9 Oct - 21:44

Merci !

Tu vas voir cousin, on va rattraper les années perdu o/

je suis pas un bébé T^T *UNEVIEILLEGRYFFYUNEVIEILLEGRYFFY !!!!*
.... *sort en s'exclaffant*
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Mon personnage
Citation:
ϟ Nation représentée : Tokyo
ϟ Parchemins : 14
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

élémentaire mon cher Watson !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Elémentaire, mon cher Watson — Sherlock» [Event] élémentaire, mon cher Lochranza. bêêêêh oui !» Cours N° 4 - Elémentaire mon cher Evan !» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami» Petit décor rapide pour pas cher.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Dossiers scolaires :: Dossiers validés-
Sauter vers: